Ne Pas S'identifier - Judo Psychologique

Clé de Sol - Auto-observation psychologique - Devoir Parlok - Méditation active - Parvenir à être conscient, être vigilant en permanence.
Répondre
Avatar du membre
Messages : 6378
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Ne Pas S'identifier - Judo Psychologique

Message le 14 mai 2014, 21:52

Je vais illustrer cela par un exemple : j'étais, un jour, dans une automobile ; quelqu'un conduisait l'automobile qui roulait sur une route, sur la voie de gauche ; sur la voie de droite, il y avait une autre voiture conduite par une dame. Tout à coup, la voiture que conduisait cette dame changea de direction en essayant d'aller à un supermarché...

Il est évident qu'étant à droite, elle devait « couper » quelque part pour aller au supermarché. Si le supermarché avait été à sa droite, alors elle se serait mise à droite, mais, malheureusement, il était à sa gauche et la voie de gauche était occupée par la voiture dans laquelle nous voyagions. Cela ne faisait rien à cette dame, absolument rien et, en définitive, elle « coupa » sur la gauche (bien sûr, elle vint heurter le véhicule dans lequel nous étions). Les dommages ne furent pas importants, ils furent minimes pour l'autre voiture...

Mais, voici la partie intéressante : étant donné que le conducteur de la voiture dans laquelle voyageait mon insignifiante personne ne se reconnaissait aucunement coupable (et, en vérité, il ne l'était pas, il n'était pas responsable du fait que l'autre voiture se mette brutalement devant lui au moment où il passait), naturellement, il allégua cela à la dame en question.

La dame insistait pour avoir raison. Il est clair que ses raisons étaient absurdes, manifestement absurdes, et n'importe quel agent de police les aurait écartées immédiatement. Néanmoins elle insistait. Elle appela l'assurance (la sienne) pour régler le problème. Au bout d'une ou deux heures, l'assurance n'était pas arrivée. La dame insistait pour qu'on lui donne les trois cents pesos que coûtaient les dommages (la réparation de son véhicule qu'elle-même avait endommagé)...

Les voyageurs de la voiture dans laquelle je voyageais, ainsi que son conducteur étaient terriblement en colère et, alors que certains d'entre eux auraient pu payer, ils n'étaient pas disposés à le faire (tellement ils étaient en colère)...

Quant à moi, je résolus de ne pas m'identifier avec cette circonstance car notre discipline psychologique, notre JUDO PSYCHOLOGIQUE, nous indique qu'en pareil cas on ne doit pas s'identifier. Il est évident que je restai serein, en accord avec notre Judo Psychologique.

Bon, mais le temps passait : il allait falloir attendre deux heures et peut-être beaucoup plus, car l'assureur n'arrivait pas. Pour finir, cette dame vint très respectueusement vers moi car elle voyait que j'étais le seul à rester serein ; les autres voyageurs vociféraient. Elle me dit :

- « Monsieur, si vous me donnez, ne serait-ce que 300 pesos, nous laissons cette affaire de côté car je suis en train de perdre mon temps et nous le perdons tous ». Je lui dis :

- « Remarquez la position dans laquelle se trouvent ces deux voitures ; si vous vouliez « tourner » à gauche, vous auriez dû prendre la voie de gauche ; mais vous avez pris la voie de droite et cependant vous avez essayé d'entrer dans ce supermarché. Il n'est pas possible d'y entrer par la voie de droite alors que la gauche n'est pas libre. N'importe quel expert en circulation vous aurait désapprouvée ».

- « Monsieur, mais que faisons-nous à perdre notre temps ? L'assureur ne vient pas !... ».

- « Bon, prenez vos 300 pesos et allez en sainte paix. Il n'y a pas de problème ; continuez votre voyage... ».

Il est certain qu'il y eut une protestation générale de la part de mes compagnons. Ils s'indignèrent non seulement contre cette dame mais aussi contre moi. Ils se trouvaient dans un tel état qu'ils ne pouvaient rien moins que protester (ils étaient absolument identifiés à la scène). Et il est évident qu'ils me qualifièrent d'idiot, etc., et j'en passe...

Bien sûr, l'un de mes compagnons s'avança directement vers les dames avec l'intention de les insulter car elles étaient plusieurs : celle qui conduisait et ses accompagnatrices. Je m'avançai un petit peu et dis à cette dame :

- « Allez en sainte paix et ne faites pas cas de ceux qui vous insultent... ».

Eh bien, la femme - très contente - me fit un dernier salut de loin et la voiture disparut dans les rues de la ville.

Nous aurions pu continuer à attendre trois, quatre ou six heures, toute une après-midi et peut-être jusqu'à la nuit, jusqu'à ce qu'arrive l'assureur pour régler un arrangement idiot. Il n'y avait réellement pas de gros problème, les dommages à la voiture étaient minimes, mais bien que les passagers aient de l'argent, ils n'étaient absolument pas disposés à payer. Ils se trouvaient si identifiés à la scène qu'ils n'avaient évidemment pas envie, comme on dit, de lâcher prise.

Je leur avais à coup sûr épargné une foule de démarches et de situations fastidieuses ; je leur avais évité, si possible, de se rendre à la « Délégation ». Je leur avais évité cinquante mille sottises, amertumes et discussions, mais ils étaient si identifiés à cet événement qu'ils ne se rendaient même pas compte du bien qu'on leur avait fait. Les gens sont ainsi !

De sorte que, mes chers frères, vous devez réellement comprendre que S'IDENTIFIER AVEC LES CIRCONSTANCES ATTIRE LES PROBLÈMES. Il est absurde de s'identifier avec les circonstances, complètement absurde : on gaspille ses énergies.

Avec quelles énergies organiserons-nous, par exemple, le Corps Astral, si nous nous laissons aller à des éclats de colère, à des « rognes » épouvantables, ou à des fureurs qui n'ont pas de raison d'être, tout cela pour nous être identifiés aux circonstances ?

Avec quelles forces pourrait-on s'offrir le luxe de créer un Mental Individuel si en vérité on gaspille ses énergies intellectuelles, si on les gaspille dans des idioties, dans des faits semblables à ceux que je vous ai racontés. La création du Second Corps nous invite à épargner nos Énergies Émotionnelles et la création d'un Troisième Corps (appelons-le Intellectuel ou Mental Individuel) nous fait comprendre la nécessité d'épargner un peu notre Énergie Mentale.

Or, si nous n'apprenons pas réellement à laisser nos ANTIPATHIES MÉCANIQUES, si nous sommes toujours remplis de mauvaise volonté envers nos semblables, avec quelles énergies créerons-nous alors le CORPS DE LA VOLONTÉ CONSCIENTE, c'est-à-dire le Quatrième Corps Psychologique ?

Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ogique.php

Répondre

Retourner vers « Eveil de la conscience, auto-observation psychologique, méditation active »