Sainte Thérèse d’Avila et Saint Jean de la Croix

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Sainte Thérèse d’Avila et Saint Jean de la Croix

Message le 14 juillet 2011, 04:56

Sainte Thérèse d’Avila

Écrit par Éditeur VOPUS

Sainte Thérèse d’Avila est née en 1515. Depuis toute petite, elle aimait lire la vie des saints et des martyrs et elle désirait de tout son cœur, souffrir le martyr pour s’approcher de Dieu. Elle avait 13 ans quand sa mère est morte et elle s'est prise alors d'affection pour la Mère Divine, en lui donnant vie plus tard, à l’intérieur d’elle. À ce sujet, elle écrit : "Je suis allé vers une image de Notre Dame et je l’ai suppliée, avec beaucoup de larmes, qu'elle soit ma mère. Et il semble que, même si je l'ai fait avec simplicité, ceci ait porté ses fruits, car j’ai trouvé cette Vierge souveraine dès que je me suis vouée à elle, et finalement, elle m’a conduit vers elle”. Thérèse d’Avila avait des visions terrifiantes de l’enfer qui renforçaient son désir d’être complètement et uniquement à Dieu.

Thérèse de Jésus a eu des visions comme celles qui guidaient Jeanne d’Arc et des apparitions comme celles de Bernadette. Dans leur chemin intérieur, elles étaient poussées à se sacrifier pour l’humanité pour pouvoir changer leur nature en nature divine. Bien que les fruits furent différents pour chacune des trois femmes, l'objectif était de lutter pour une cause noble. Le fruit pour Jeanne d’Arc a été la libération de sa Patrie ; pour Sainte Bernadette, le pèlerinage de Lourdes et pour Thérèse de Jésus, la réforme du Carmel et la mise en place d’établissements religieux avec de véritables fondements mystiques.
Sainte Thérèse d’Avila

Sainte Thérèse a lutté pour recouvrer le véritable mysticisme et la simplicité de l’ordre du Carmel. Pour cela, elle a été aidée par Saint Jean de la Croix, lui aussi mystique, âgé de 20 ans de moins qu’elle. Ils ont réformé l'ordre des carmélites déchaussées, qui consistait à convertir les carmélites en ascètes, plus spirituelles, plus simples et à accepter le contact physique et le contact avec le monde. Pour les anciennes carmélites, le contact avec le monde, ainsi qu’avec le corps physique, étaient condamnables.

Sainte Thérèse de Jésus et Saint Jean de la Croix se sont distingués dans le milieu de la poésie et pour cette raison, ils sont devenus célèbres. Dans un concours de poésie, duel en direct d’improvisation en vers, Jean a triomphé de Thérèse avec le très célèbre poème : "Je vis, mais sans vivre en moi-même, et mon espérance est si haute, que je meurs de ne pas mourir”. Elle a écrit plus tard, un poème inspiré de ce refrain.

Sainte Thérèse a écrit un livre grandiose à caractère mystique intitulé "Le Château Intérieur ou les Demeures”. Dans ce livre, Sainte Thérèse nous montre ce qu’elle nomme la souffrance désirée. Thérèse dit : "Elle est si grande la souffrance qui me fait me plaindre, mais je ne veux pas qu’elle disparaisse. Ce n’est pas une douleur physique mais spirituelle...C'est un feu qui se consume...la peine fait croître de tant de degrés...”

Sainte Thérèse disait que le feu lui traversait le cœur comme une flèche et quand elle est morte physiquement, on a vu avec une grande stupéfaction, qu’elle avait réellement un trou dans le cœur.

Sainte Thérèse a passé sa vie à lutter contre l’inquisition et la censure, étant donné qu'elle avait de profondes racines dans le monde de l’ésotérisme Christique le plus pur. Bien qu’elle ait été écrasée par des attaques impitoyables, elle a réussi à fonder 16 établissements religieux pour les femmes et 14 pour les hommes.

Ésotériquement, on sait que Sainte Thérèse de Jésus et Saint Jean de la Croix étaient mariés et le Maître Samael Aun Weor nous dit que, quand ils pratiquaient l’Alchimie, une lumière sortait en-dessous de la porte de l'enceinte où ils étaient. On raconte qu’une fois, Sainte Thérèse et Saint Jean, en parlant au gens de l’Esprit Saint, ont ressenti une telle joie, qu’on les vit léviter.

Sainte Thérèse connaissait profondément la Magie Sexuelle et son implication spirituelle dans la nature humaine. Extraordinairement charismatique, son cœur était grand et rempli d’amour pour l’humanité. Comme femme de lettres, elle fut probablement la plus exaltée et la plus exquise qu'il n’y ait jamais eu dans le domaine de la poésie mystique chrétienne. La vie de Thérèse de Jésus coïncida avec le siècle d’or de la littérature espagnole et on dit qu’elle a établi les bases de l'espagnol quand celui-ci était encore une langue culte.

Thérèse d’Avila est morte en 1582, et en 1970, c’est la première femme de l’histoire proclamée Docteur de l’Église. Et depuis lors, elle est appelée Sainte Thérèse de Jésus. Cette grande femme est sans doute, non seulement une Initiée, mais aussi une véritable Maîtresse.

repris de Vopus : http://www.vopus.org/fr/gnose/grands-pe ... avila.html

tiré de la rubrique Grands personnages du Gnosticisme Universel : http://www.vopus.org/fr/gnose/grands-personnages/

Répondre

Retourner vers « Hommage aux saints »