Etudiant de faculté =robot programmé - Réalité des Sorcières

Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6742
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Etudiant de faculté =robot programmé - Réalité des Sorcières

Message le 7 novembre 2012, 05:44

D. L'une est qu'en tant qu'étudiant en Médecine, l'Homme m'intéresse, mais il y a deux choses : je m'intéresse à « l'animal intellectuel », car [...] et je m'intéresse aussi à l'Homme, à celui dont vous parlez. Et il est clair que [...] mais même de ce point de vue, on trouve des éléments qui composent l'organisme que [...] sa fonction n'est pas parfaitement bien définie, mais qui sont capables de se projeter hors du corps, comme c'est le cas de la Télépathie. Mais je crois que... je ne sais pas si je suis dans l'erreur, Maître, mais je crois que nous sommes dans une ère, à une époque où se sont unies tant de races (principalement ici, en Amérique que...), que se sont unis, à la fin, certains [...] enzymes ou de substances dans tout l'organisme et qui sont en train de fonctionner actuellement comme elles ne fonctionnaient pas [...] sont en train de se manifester maintenant, comme c'est le cas de la Télépathie, la Clairvoyance [...] Je crois que c'est une étape dans laquelle la question de l'Être, c'est-à-dire [...] commence [...] pour se manifester...

M. Bon, c'est avec beaucoup de plaisir que je vais répondre à ta question. Tu es étudiant en Médecine, mais tu dois savoir la vérité : c'est que la Science ou les scientifiques actuels n'ont jamais eu véritablement connaissance de l'organisme humain. Vous tous, les étudiants en Médecine, vous êtes victimes d'une illusion, VOUS CROYEZ QUE VOUS CONNAISSEZ LE CORPS HUMAIN, MAIS VOUS NE LE CONNAISSEZ PAS. Je pourrais, pour ma part, faire des affirmations insolites devant la Faculté de Médecine, mais je suis absolument sûr qu'ils les rejetteraient entièrement, parce que l'étudiant de n'importe quelle faculté (je ne parle pas exclusivement de la Faculté de Médecine) est un ROBOT PROGRAMMÉ ; si on lui pose une question et si on lui donne une opinion qui est en dehors du programme, comme il n'est pas programmé pour cette affirmation (qui est hors du programme), il la rejette évidemment, car elle n'est pas dans le programme du robot.

À n'importe quel robot qui existe dans le monde, tu peux lui poser des questions, mais ne va pas lui poser des questions qui sont en dehors du programme, parce que le robot n'est pas programmé pour des questions qui sont en dehors du programme.

Il arrive la même chose avec la Faculté de Médecine : elle a son programme ; chaque étudiant, chaque professeur, chaque docteur, finalement chaque autorité est un « robot programmé ». Donc, si je dis à l'un de ces « robots programmés » que le corps humain peut changer de forme en état de Jinas, qu'il peut prendre l'aspect d'un animal ou d'une plante, l'unique chose à laquelle je m'expose, c'est qu'ils m'envoient des tomates et des oeufs pourris. Pourquoi ? Parce que ce « robot » n'est pas programmé pour recevoir ce type de données et que ce qui est en dehors du programme est considéré comme absurde. Cependant, la crue réalité, c'est que le corps humain peut se rendre invisible ; il peut passer dans une autre dimension de la Nature et du Cosmos ; il peut prendre une autre forme. Bien sûr, le « robot » ne l'accepte pas, car le « robot » n'est pas programmé pour recevoir ces données ; le « robot » répond : « Sorcelleries, enchantements, ha, ha, ha ! cela ne sert à rien, tomates, oeufs pourris contre le conférencier... siècle moyenâgeux »... Naturellement, car le « robot » n'est pas programmé pour recevoir de telles données.

Si je dis à un étudiant en Médecine ou à une classe entière, à un groupe entier de la faculté, qu'il est possible de séparer un bras ou une « patte » du corps physique et de le reprendre : « C'est impossible, on ne connaît pas cela en chirurgie, on n'a jamais fait cette expérience ; qu'un homme puisse séparer à volonté son corps ou une partie de son corps et ensuite le réintégrer en totalité sans opération chirurgicale, c'est absurde ! »...

Et ils ont pratiquement raison de répondre ça ; car le « robot » n'est pas programmé pour recevoir des informations aussi insolites ; pour ces « robots », c'est absurde et même, en outre stupide ; ça ferait l'effet de ces contes, comme pour... « des contes de fées », pour de petits enfants. Mais les sages savent que c'est possible...

Si on dit à un « robot » que LES SORCIÈRES existent, le robot dira : « Ah ça ! à notre époque, des sorcières, allons, allons, et en plein XXème siècle, à l'ère de l'atome, des molécules, des fusées qui sont envoyées sur Mars ». C'est impossible pour un « robot ». Mais, la vérité est la vérité et les faits sont les faits. Elles existent !

Si je vous dis que je les connais, qu'elles existent et que j'en rends témoignage, vous diriez : « Ah, le Maître Samaël croit aussi aux sorcières », non ? Mais, rien de cela n'est en dehors de la réalité de ce qui existe ; c'est pourquoi il y a un dicton qui dit : « Il ne faut pas croire aux sorcières, mais il y en a, il y en a »... Je connais un homme de la faculté, un licencié qui est un grand intellectuel ; il a été Marxiste Léniniste à cent pour cent ; il a été matérialiste comme personne. Mais à la fin, l'homme habitué à la recherche scientifique, a résolu de chercher quelque chose de plus, et il a trouvé le Gnosticisme Universel. Dans le domaine de la Gnose, il s'est consacré à l'expérimentation. Cet homme est aujourd'hui gnostique, bien qu'il ait été Marxiste et licencié en Économie et aussi en Droit. Cet homme a connu, bien sûr, l'une de ces « calchonas » qui se disent « sorcières » ; et il ne s'agit pas d'un charlatan, car il l'a vue directement.

Si je lui disais de faire cette déclaration en public, il ne le ferait peut-être pas, de peur que les « robots programmés » des facultés l'excommunient. De plus, il appartient à cette génération de Lopez Portillo ; il est impossible pour lui d'aller se déclarer en faveur des pauvres sorcières, impossible : que diraient ces messieurs de la société, ces messieurs au col amidonné !...

Il est inconvenant de dire ce dont il est certain. Que l'on ait découvert l'une de ces « calchonas » ou « harpies » (comme on les désignait dans les temps anciens, ou comme les qualifie Dante dans sa « Divine Comédie »), cela n'a rien d'étrange. Bien sûr, il la découvrit au moment où elle lui volait un cochon. Lorsqu'il l'interrogea (la « calchona ») pour savoir pour quelle raison elle le faisait, elle dit : « Je suis pauvre et j'ai besoin de fêter le mariage de ma fille »...

Mais ce qui est insolite dans cette histoire (la narration est telle que tous les hommes de laboratoire, toutes les lumières du savoir se moqueraient de moi), c'est simplement le fait que la malheureuse n'avait pas de jambes, qu'elle les avait laissées à la maison...

Il ne lui fit aucun mal et la « calchona » put heureusement emporter ce cochon pour son banquet (le banquet des démons) dans la Quatrième Verticale. Naturellement, ce que je suis en train de dire pourrait être mis dans [...] et même la presse pourrait se donner le luxe de faire des caricatures de moi. Je connais très bien les lumières de l'intellect ! C'est la crue réalité des faits.

Ainsi donc, qu'une harpie puisse laisser ses jambes, comme le relatent tant de textes de l'époque coloniale (ceux qui racontent des merveilles sur l'époque des colonisations), c'est incongru. Cependant, cela a pu être vérifié... Et la très sainte Inquisition le vérifia avec certitude et brûla deux d'entre elles sur les bûchers coloniaux ; là les malheureuses brûlèrent comme des torches enflammées... Mais qu'elles retournent de nouveau chercher leurs jambes qu'elles ont laissées dans leur lit, comment cela est-il possible ? L'université n'accepterait pas cela pour un million de dollars, ni même pour un milliard de dollars. Et si un professeur osait l'accepter, ils feraient partir ce professeur de l'Université à coup de tomates et d'oeufs pourris.

Mais la réalité est la réalité et comment faire pour que la réalité cesse d'exister ? Les faits sont les faits et devant les faits, nous devons nous incliner. Si un corps peut changer de forme, si des parties de ce corps peuvent se séparer à certains moments, sur quoi repose la science médicale ?

Maintenant, je connais d'autres universités très différentes, qui ne sont pas celles que l'on connaît actuellement. Je les ai trouvées chez les gens « sauvages » (entre guillemets), n'est-ce pas ? Mais ces gens ont d'autres idées sur l'anatomie et ils étudient plus longtemps : ils étudient jusqu'à 13 ans... Des Universités très sérieuses, mais ridiculisées par le XXème siècle. Et cependant, dans ces Universités, leur conception de l'anatomie change de façon fondamentale ; et ces médecins réalisent des guérisons qui sont étonnantes. Je connais ce type d'Universités. De sorte qu'il n'y a pas que les universités que nous possédons, il y a d'autres universités dans le monde qui connaissent la Médecine de manière différente.

Une réalité des faits, c'est qu'il y a deux types de science : celle des FRIPOUILLES DE L'INTELLECT, ET LA SCIENCE PURE. La Science Pure est pour les Sages, et celle de l'intellect est formée de cette pourriture de théories modernes qui abondent tant de toutes parts ; des théories qui passent de mode comme les modes des femmes. Aujourd'hui une théorie, demain elle a déjà changé, cette théorie est passée de mode, il en vient déjà une autre, et finalement, quoi ?...

Nous devons arriver à la conclusion que tant qu'on ne se connaît pas soi-même, on ne peut non plus connaître l'Univers, ni rien. Avant tout, nous devrons NOUS CONNAÎTRE NOUS-MÊMES, avant de pouvoir connaître l'Univers, avant de pouvoir connaître la Nature, avant de pouvoir connaître le corps humain. Quant aux Pouvoirs, l'humanité a trop dégénéré...

Dans la Lémurie, je suis sûr que n'importe quel citoyen normal pouvait contempler clairement la moitié d'un HOLTAPAMNAS. Et qu'entend-on par « Holtapamnas » ? Un Holtapamnas est la totalité des couleurs du système solaire et de l'Univers. Ensuite, beaucoup plus tard (déjà dans l'Atlantide), les yeux humains ne pouvaient même pas percevoir la moitié des tonalités de couleur, mais seulement un tiers.

En Babylonie, les peintres pouvaient encore disposer pour leurs peintures, pour leurs travaux, de quelques milliers de tonalités de la couleur. Aujourd'hui, c'est à peine si nous percevons les sept couleurs du prisme solaire et quelques rares tonalités ; la vue a dégénéré, rares sont les yeux aujourd'hui qui ont une vue correcte, ils ne voient [...]

Dans la Lémurie, on utilisait 300 CONSONNES et 51 VOYELLES qui étaient articulées comme il se doit. La capacité de langage a dégénéré et aujourd'hui, c'est à peine si nous utilisons l'alphabet de la langue que nous parlons.

L'odorat, en Babylonie, était extraordinaire. Il y avait une école qui se consacrait précisément à l'ÉTUDE DU SENS DE L'ODORAT. Bien sûr, elle a été fermée, supprimée, car ces gens avaient une capacité olfactive si extraordinaire qu'ils pouvaient, grâce à l'odorat, découvrir les affaires suspectes du gouvernement (y compris les « pots de vin » entre parenthèses) ; résultat : le roi la ferma...

Ainsi, nous arrivons au processus de dégénération. Les Hommes de la Lémurie pouvaient parler le Verbe très Pur de la LANGUE DIVINE qui coule, comme une rivière d'or, sous l'épaisse forêt du Soleil. Avec ce langage, on pouvait alors parler avec les Élémentaux du Feu, de l'Air, de l'Eau, de la Terre et les Lémures avaient pouvoir sur les Éléments. Qu'en est-il aujourd'hui ? Dans notre Tour de Babel, nous parlons seulement des langues qui n'ont plus ce pouvoir. Nous avons involué ; les pouvoirs qu'avait autrefois l'humanité se sont perdus.

Actuellement, autour de nous, surviennent des milliers de PHÉNOMÈNES PHYSIQUES (je ne parle plus de phénomènes psychiques, mais physiques) que l'humanité n'est pas capable de percevoir. Avec la Conscience endormie, « l'humanoïde » ne perçoit qu'un millionième de tous les phénomènes qui se passent autour de lui ; écoutez bien cela : un millionième des phénomènes physiques, c'est ce qu'arrive à percevoir la Conscience de « l'humanoïde »...

Il y a une multitude de phénomènes physiques qui surviennent autour de nous et qui ne sont même pas perçus par les plus grands scientifiques des facultés. Alors, ce qu'il y a maintenant, c'est l'involution, la dégénérescence, dont on ne peut sortir que grâce à la Transmutation Sexuelle et à la Dissolution de l'Ego animal. Voilà ma réponse... Voyons...


Passage extrait de la CONFÉRENCE N°111: L'EXPÉRIENCE SOLAIRE, La Moisson du Soleil : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 140&t=1383
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on n'est pas "Homme" ?!

Que faire quand on est issu du produit d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que des alchimistes et Maîtres qui nous ont montré le chemin au fil des siècles ?

Pourquoi faut-il que la mystique nous tente mais pas assez pour que nous prenions le ciel d'assaut ?

Comment ne pas se repentir de cette léthargie abominable qui nous condamne à échouer sur le chemin de l'intégration de l'Etre ?

Répondre

Retourner vers « Magiciens noirs, démons et sorcières »