Du Labyrinthe jusqu'à Lucifer puis faire le Grand Oeuvre

Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Du Labyrinthe jusqu'à Lucifer puis faire le Grand Oeuvre

Message le 18 septembre 2009, 21:43

CONFÉRENCE N°102 : RACINES LUCIFÉRIENNES DU GRAND OEUVRE (Le Magnum Opus et le Grand Oeuvre)

Traduction d'une conférence intitulée "RAÍCES LUCIFÉRICAS DE LA GRAN OBRA (El Magnus Opus o la Gran Obra)"

Chers frères : aujourd'hui nous nous trouvons réunis ici dans le but d'investiguer, d'étudier et de définir le chemin qui doit nous conduire à la Libération finale.

Les anciens alchimistes médiévaux parlaient du « Grand Oeuvre » et c'est assez intéressant... Sur le sol des anciennes cathédrales gothiques, on voyait par terre, une multitude de cercles concentriques formant un véritable labyrinthe qui partait ou allait du centre à la périphérie et de la périphérie au centre. On a dit beaucoup de choses sur les labyrinthes ; la tradition parle aussi du labyrinthe de Crète et du célèbre Minotaure Crétois.

Il est certain qu'en Crète, on a trouvé récemment un labyrinthe (ils l'appelaient « ABSOLUM » comme pour parler de « l'ABSOLU »). « ABSOLU » est le terme qu'utilisaient les alchimistes médiévaux pour désigner la Pierre Philosophale. Voilà donc un grand mystère.

Nous avons besoin, comme Thésée, du FIL d'ARIANE pour sortir de ce labyrinthe mystérieux. Évidemment, il faut entrer et sortir du labyrinthe.

Au centre, on retrouvait toujours le Minotaure. Thésée a réussi à le vaincre (voilà la tradition grecque). Nous aussi, nous avons besoin de le vaincre, nous avons besoin de détruire l'Ego animal. Pour arriver au centre du labyrinthe où se trouve le Minotaure, il faut énormément lutter. Il y a d'innombrables théories, des écoles de toutes sortes, des organisations de tout type. Les unes disent que le chemin est par ici, d'autres qu'il est par là, d'autres qu'il est là-bas et nous devons nous orienter au milieu de ce grand labyrinthe de théories et de concepts antithétiques, si nous voulons vraiment arriver jusqu'à son centre vivant, parce que c'est précisément au centre, que nous pouvons trouver le Minotaure. Quand on a réussi à parvenir au centre du labyrinthe, on doit se débrouiller pour en sortir. Thésée, grâce à un fil mystérieux (le « Fil d'Ariane »), réussit à sortir de l'étrange labyrinthe.

Cette « Ariane » nous fait penser à HIRAM, le Maître Secret dont parle la Maçonnerie occulte et que nous devons tous ressusciter en nous-mêmes, ici et maintenant. « Ariane » nous indique aussi « l'Araignée », symbole de l'Âme qui tisse sans cesse la toile du destin.

Par conséquent, mes frères, l'heure est venue de réfléchir...

Mais, quel est réellement ce « Fil d'Ariane » ? Quel est ce fil qui sauve l'Âme, qui lui permet de sortir de ce labyrinthe mystérieux pour parvenir jusqu'à son Être Réel Intérieur ? On a beaucoup parlé de ce sujet ; les grands alchimistes pensaient que c'était la Pierre Philosophale. Nous sommes d'accord avec cela, mais nous allons un peu plus loin : selon nos analyses, alors en vérité, la Pierre Philosophale est symbolisée dans la Cathédrale Notre-Dame de Paris par Lucifer (nous comprendrons maintenant pourquoi la Pierre Philosophale se trouve dans le sexe lui-même). Alors, dans le sexe, nous découvrons Lucifer.

Le « Fil d'Ariane » est donc Lucifer qui doit nous conduire jusqu'à la Libération finale. Ceci paraît, pour ainsi dire, antithétique ou paradoxal, parce que tout le monde considère que Lucifer (le Diable, Satanas) est le mal. Nous avons besoin de l'auto-réflexion évidente si nous voulons approfondir le Grand Arcane. Ce Lucifer que nous trouvons dans le sexe est la Pierre Vive, « la tête d'angle », la Pierre Maîtresse, la Petite Pierre du Recoin (dans la Cathédrale de Notre-Dame de Paris), la Pierre de la Vérité. Il est donc indispensable d'approfondir un peu ces mystères quand il s'agit de connaître le « Fil d'Ariane »...

Je vous rappelle à nouveau les célèbres sanctuaires sacrés des Gnostiques Rose-Croix authentiques (Ésotéristes du Moyen Âge) : lorsque le néophyte était conduit au centre du Lumisial, il avait les yeux bandés. Quelqu'un lui ôtait le bandeau et alors le néophyte, abasourdi et perplexe, considérait une figure insolite. Là, il se trouvait en présence du BOUC de Mendès (figure étrange, le Diable). Sur son front brillaient des cornes et, sur sa tête une torche de feu (toutefois, quelque chose indiquait qu'il s'agissait d'un symbole). Dans le Lumisial de l'Initiation, le néophyte se trouvait face à la figure de TYPHON BAPHOMET, la terrible figure de l'Arcane 15 de la Kabbale, la torche brûlant sur sa tête, brillait. En outre, l'Étoile Flammigère à cinq pointes, avec l'angle supérieur vers le haut et les deux angles inférieurs vers le bas, nous indique qu'il ne s'agissait pas d'une figure ténébreuse.

On ordonnait au néophyte de baiser le derrière du Diable. Si le néophyte désobéissait, on lui mettait de nouveau le bandeau et on le faisait sortir par une porte secrète (tout ceci se passait à minuit ; jamais le néophyte ne savait par où il était entré ni par où il était sorti, parce que les Initiés se réunissaient toujours à minuit, en faisant extrêmement attention pour ne pas être victimes de l'Inquisition). Mais si le néophyte obéissait, alors dans ce cube (sur lequel était assis la figure du Baphomet) s'ouvrait une porte d'où sortait une Isis qui recevait l'Initié bras ouverts, lui donnant aussitôt un saint baiser sur le front. À partir de ce moment, ce néophyte était un nouveau frère, un Initié de l'Ordre.

Ce Bouc, ce Typhon Baphomet, ce Lucifer, s'avère assez intéressant, parce qu'il est l'énergie sexuelle, l'énergie qu'il faut savoir utiliser si nous voulons réaliser le Grand Oeuvre.

Vous comprendrez maintenant pourquoi Typhon Baphomet, le Bouc de Mendès, représente la Pierre Philosophale, le sexe. C'est avec cette force terrible qu'il faut travailler. Rappelons-nous que « L'Arche d'Alliance », dans les temps anciens, avait quatre cornes de Bouc aux quatre coins (correspondant aux quatre points cardinaux de la Terre) et quand on la transportait, on la prenait, on la saisissait toujours par ces quatre cornes).

Moïse (sur le Sinaï) a été transformé. Lorsqu'il est descendu, ceux qui étaient clairvoyants l'ont vu avec deux rayons de lumière sur le front, semblables à ceux du Bouc de Mendès. C'est pourquoi Michel-Ange, quand il l'a ciselé sur la pierre vive, a mis ces cornes symboliques sur sa tête.

C'est parce que le Bouc représente la force sexuelle, mais aussi le Diable ; mais ce Diable ou Lucifer est la même puissance virile qui, dûment transmutée, nous permet l'Auto-réalisation intime de l'Être. C'est pourquoi on a dit que « Lucifer est le Prince des Cieux, de la Terre et des Enfers ».

Dans les anciennes cathédrales gothiques tout ceci était prévu. Même le plan des temples était organisé en forme de croix, et ceci nous rappelle la « croisée », la « croix », le « creuset », etc. Nous savons que le madrier vertical de la croix est masculin et que l'horizontal est féminin. Dans le croisement des deux se trouve la clé de tous les mystères. Le croisement des deux est le « creuset » des alchimistes médiévaux, dans lequel il faut « cuire » et « recuire » et « cuire à nouveau » la matière première du Grand Oeuvre. Cette « matière première » est le sperme sacré qui, une fois transformé, se convertit en énergie. C'est avec cette énergie très subtile que nous pouvons ouvrir un « chakra », éveiller tous les pouvoirs occultes (magiques), créer les Corps Existentiels Supérieurs de l'Être, etc. Ceci est assez important, assez intéressant... La croix, en elle-même, est un symbole sexuel. Dans la croix se trouve le Lingam-Yoni du Grand Arcane. Dans les deux madriers transversaux de la croix, il y a les empreintes des trois clous. S'il est bien certain que ces trois clous permettent d'ouvrir les stigmates de l'Initié (c'est-à-dire les « chakras » des paumes des mains et des pieds, etc.), ils symbolisent aussi, en eux-mêmes, les TROIS PURIFICATIONS du Christ en substance (voilà un autre mystère transcendantal).

En tous cas, mes chers frères, réaliser le Grand Oeuvre est la seule chose pour laquelle il vaut la peine de vivre. Pierre, le disciple aimé de notre Seigneur le Christ, a pour Évangile le Grand Arcane, les Mystères du Sexe. C'est pourquoi Jésus l'a appelé « Petrus » (PIERRE) : « Tu es Pierre et sur cette Pierre je bâtirai mon Église ». Le sexe est donc la Pierre de Base, la Pierre Cubique, la Pierre Philosophale que nous devons ciseler, à l'aide du burin et du marteau, pour la transformer en Pierre Cubique parfaite. Cette Pierre non ciselée (la Pierre brute, en elle-même) est Lucifer. Une fois ciselée, elle est notre LOGOÏ INTERIEUR, « l'Arché » des Grecs. Il est donc important de la ciseler, de travailler avec elle, de l'élaborer, de lui donner une forme cubique parfaite...


...

Tel que nous nous trouvons, nous sommes réellement mauvais. Nous avons besoin de passer par une transformation radicale et ce n'est véritablement possible qu'en détruisant les « éléments inhumains » et en créant les humains. C'est ainsi seulement que nous marcherons vers la Libération finale...

Dans un recoin de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, comme je vous l'ai dit, se trouve la Pierre Maîtresse ou Pierre d'Angle (que les « bâtisseurs » de toutes les sectes, écoles, religions et autres ont rejetée), la Pierre Choisie, Précieuse, mais qui prend l'aspect de Lucifer, ce qui effraie les profanes.

Il est indiscutable, mes chers frères, que c'est seulement là (dans le sexe) que nous pouvons trouver ce PRINCIPE LUCIFÉRIEN qui est la base même de l'Auto-réalisation.

Mais, pourquoi Lucifer est-il le « Fil d'Ariane » ? Pourquoi est-ce lui, précisément, qui doit nous conduire à la Libération finale, alors qu'en vérité on l'a considéré comme le mal ? J'ai dit beaucoup de fois, et je l'ai affirmé avec emphase dans cette chaire, que Lucifer est la réflexion du LOGOÏ INTÉRIEUR (en nous-mêmes), l'ombre de notre Dieu intime, en nous et pour notre bien, parce qu'il est l'entraîneur.

Dieu ne peut pas nous tenter ; ce sont nos propres concupiscences qui nous tentent (c'est ce qu'enseigne saint Jacques, le Patron de l'Alchimie, le Patron du Grand Oeuvre). Alors, que fait Lucifer ? Il se sert de nos propres concupiscences, il les fait passer par l'écran de l'entendement, dans le but de nous entraîner psychologiquement, de nous rendre forts ; mais si nous flanchons, nous échouons dans le Grand Oeuvre. Toutefois, nous pouvons échouer et rectifier. Si nous rectifions, nous triomphons dans le Grand Oeuvre. Quelqu'un peut échouer et, par ses erreurs, il sait qu'il a des défauts à corriger, à éliminer. C'est ainsi que Lucifer nous entraîne, qu'il nous éduque, qu'il nous forme et, à force de tant d'entraînement, il nous libère, il va nous conduire (de sphère en sphère) jusqu'à notre Hiram Abif.

Lucifer est donc le « Fil d'Ariane » qui nous emmène vers notre Dieu intérieur, qui nous sort de ce douloureux labyrinthe de la vie, grâce au travail ésotérique. Maintes et maintes fois, il fait passer, par l'écran de notre entendement, nos propres concupiscences (qui ne sont autres que les nôtres). Les vaincre, les éliminer, les désintégrer, les transformer en poussière, voilà ce qui est indiqué. Ainsi, pas à pas, en avançant de plus en plus, nous allons partir du centre du labyrinthe vers la périphérie, pour arriver un jour jusqu'à notre Dieu. Voilà la tâche de Lucifer. Il est le Fil d'Ariane, il est la Pierre Philosophale. C'est pour cela que les pèlerins de la Cathédrale Notre Dame de Paris éteignent leurs bougies dans le gosier en pierre de Lucifer, dans la « Petite Pierre du Coin », comme on dit ici...

On a beaucoup parlé de pouvoirs magiques. En effet, nous pouvons arriver à les obtenir, mais nous avons indiscutablement besoin de créer en nous beaucoup de choses et de détruire ce que nous avons en trop (nous avons beaucoup de choses en trop et il y en a beaucoup qui nous manquent). Tout le monde croit posséder les Corps Existentiels Supérieurs de l'Être, mais il n'en est rien. Il est nécessaire de les créer, et ce n'est possible que dans la Forge des Cyclopes, c'est-à-dire grâce au travail sexuel. Vous allez dire que nous sommes des « fanatiques du sexe ». Mais vous vous trompez.

Ce qui se passe, c'est que nous avons un « laboratoire » qui est notre propre corps, un « fourneau » dans le « laboratoire » (le feu de l'alchimiste) et un « creuset » qui est dans le sexe et où se trouve la « Matière Première » du Grand Oeuvre. Il est indispensable de la transmuter, de la transformer en énergie, pour pouvoir ensuite, avec cette énergie et avec ce qu'elle contient, créer les Corps Existentiels Supérieurs de l'Être. Voilà ce qui est vital, ce qui est indispensable.

Le jour viendra où nous devrons passer au-delà du sexe. Ce qui serait absurde, c'est de vouloir passer au-delà du sexe sans être arrivé au but. Ce serait comme de vouloir descendre du train avant d'être arrivé en gare ou comme de vouloir descendre de l'autobus ou d'un camion (avec lequel nous avançons) avant d'arriver au but que nous nous sommes fixés.

Dans le sexe, il faut créer et il faut détruire. Il est nécessaire de créer les VÉHICULES SOLAIRES pour que le Dieu intérieur puisse ressusciter en nous et aussi d'éliminer les « éléments inhumains » que nous portons à l'intérieur...

Nous tous, réunis ici, nous devons comprendre. Il ne vous suffit pas d'écouter ce que je suis en train de dire ; il est nécessaire que vous le réalisiez, parce que « la foi sans les Oeuvres est une foi morte ». Il faut que la foi soit accompagnée de l'Oeuvre. Il faut réaliser le Grand Oeuvre, mais il ne suffit pas d'avoir foi dans le Grand Oeuvre. Il faut réaliser le Grand Oeuvre.

Et quel sera le résultat final du Grand Oeuvre ? Que chacun de nous se convertisse en un grand Dieu ayant pouvoir sur les Cieux, sur la Terre et sur les Enfers. C'est la finalité, le résultat du Grand Oeuvre : que chacun de nous soit converti en une Majesté, en une créature terriblement Divine.

Mais aujourd'hui, nous devons reconnaître que nous ne sommes même pas des humains ; nous sommes uniquement des « humanoïdes » (d'une façon plus crue, je dirais que nous sommes « des mammifères intellectuels » et rien de plus) ; mais grâce au Grand Oeuvre, nous pouvons sortir de cet état dans lequel nous nous trouvons...

Hiram Abif est le « Maître Secret », le Troisième Logos (Shiva), le Premier-né de la Création, notre Réel Être intérieur divin, notre « Monade » véritable et individuelle. Il nous faut la ressusciter, parce qu'elle est morte en nous, bien qu'elle soit vivante pour les mondes ineffables.

Raymond Lulle a effectué le Grand Oeuvre : il a reçu le Grand Arcane dans le Monde Astral et c'est avec cette « Clef Maîtresse » qu'il a pu travailler dans le Grand Oeuvre. Raymond Lulle a connu, sans aucun doute, hors du corps physique, ce qu'est la Conception Sacrée de la Mère Divine, la Kundalini Shakti.

En sachant comment se réalisait cette conception sacrée, il s'est proposé de matérialiser (à partir du haut) la conception sacrée en lui-même, jusqu'à ce qu'il l'ait obtenue. Indubitablement, la Mère Divine doit concevoir le Fils (par Oeuvre et grâce du Troisième Logos). Elle reste Vierge avant l'enfantement, pendant l'enfantement et après l'enfantement. Cet Enfant qu'elle conçoit doit se matérialiser, se cristalliser en nous à partir d'en haut, depuis le haut, jusqu'à ce qu'il soit revêtu complètement de notre corps physique, de notre « corps planétaire ».

Arrivé à ce degré, on peut dire que le Grand Oeuvre a été réalisé. En d'autres termes, nous devons ressusciter Hiram Abif au-dedans de nous. Voilà ce que j'avais à dire.

Passage extrait de la CONFÉRENCE N°102 : RACINES LUCIFÉRIENNES DU GRAND OEUVRE http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 140&t=1331

Hors ligne Gemani
#2
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Du Labyrinthe jusqu'à Lucifer puis faire le Grand Oeuvre

Message le 23 juillet 2011, 20:56

CONFÉRENCE N°107 : LES TROIS CALCINATIONS ALCHIMIQUES (Les Trois Purifications)

Traduction d'une conférence intitulée "LAS TRES CALCINACIONES ALQUÍMICAS (Las Tres Purificaciones)"

Parce que ce n'est pas vers le haut qu'il faut chercher, il faut aller vers le bas, car si on ne descend pas, on n'a pas non plus le droit de monter.

Disciple. [...] Tout tremble et tout prend fin ?

Maître. Ceci est accompagné de tremblements de terre ; celui qui doit descendre descend ; il plonge dans l'Enfer, dans la supra-obscurité et le silence auguste des Sages, là où il faut forger l'Or, fabriquer l'Or de l'Esprit. Qui veut aller en haut, doit aller en bas. Quand on descend au Neuvième Cercle Dantesque, tout se remplit de ténèbres, c'est « l'heure des ténèbres » et on reste là, comme un démon parmi les démons, et celui qui ne sait pas dit : « l'Initié Untel est tombé ». Ce n'est pas qu'il soit tombé : il est descendu.

« Lucifer est une échelle pour descendre et Lucifer est une échelle pour monter ».

Ce sont les TROIS PURIFICATIONS, à base de Fer et de Feu. L'expérience de la purification, c'est la croix. Nous savons bien que le phallus vertical s'insère dans le Ctéis formel et qu'ainsi il forme une croix ; de sorte que la croix est en relation avec les Mystères du Sexe, elle est sexuelle. Et quand l'Initié descend, alors il doit travailler avec la Sainte Croix dans la Forge des Cyclopes. Si nous regardons la Croix, nous verrons qu'elle a TROIS CLOUS ; ces trois clous signifient les Trois Purifications. Nous voyons également sur la croix, le mot INRI qui signifie, dans sa traduction correcte, Ignis Natura Renovatur Integra ( le feu renouvelle sans cesse la Nature ). INRI !

On doit travailler avec le fer et avec le feu dans la Forge des Cyclopes et avec la Sainte Croix. C'est donc dans les ténèbres qu'on doit faire le Grand Oeuvre. Il faut arracher la lumière aux ténèbres. Le trésor que nous cherchons tant, LA TOISON D'OR, ce n'est pas en haut, dans les cieux, qu'on le trouve, mais dans les Enfers. On doit descendre le chercher dans le NEUVIÈME CERCLE Dantesque ; c'est en bas, à l'intérieur de la Terre, dans l'Enfer, que se trouve la Toison d'Or et elle est très bien gardée par le Dragon. Le Dragon est LUCIFER ; n'allez pas penser que Lucifer est un lointain démon terrible, unique et souverain ; non Monsieur, chacun porte son propre Lucifer intérieur profond ; c'est indubitable, personne ne peut le nier. Ce Lucifer est terrible ; il est une échelle pour descendre et il est aussi une échelle pour monter. Lucifer est une échelle ; c'est pourquoi il est grandiose ; il est évident que sans l'impulsion luciférienne, rebelle, révolutionnaire, sexuelle, personne ne descend, personne ne peut travailler dans la Forge des Cyclopes ; c'est pourquoi il est une échelle pour descendre et aussi une échelle pour monter (parce qu'il y a des échelles qui descendent et des échelles qui montent).

Lucifer apporte l'impulsion sexuelle ignée, mais il faut le frapper de la LANCE et le briser ; si l'Alchimiste ne répand pas le VASE D'HERMÈS et utilise la lance pour rompre la cuirasse de Lucifer, il le blesse d'une manière terrible et, chaque fois qu'il en est ainsi, il monte d'un degré sur le dos de Lucifer. Et ainsi, quand il est parvenu à monter par tous les degrés de l'épine dorsale, il se trouve sur le Mont des Têtes de Crânes où le Seigneur fut crucifié. Plus tard, vient la MORT et la RÉSURRECTION du Seigneur.

passage extrait de la CONFÉRENCE N°107 : LES TROIS CALCINATIONS ALCHIMIQUES : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 140&t=1360

Hors ligne Gemani
#3
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Du Labyrinthe jusqu'à Lucifer puis faire le Grand Oeuvre

Message le 20 juin 2017, 06:11

L'Initiateur nous présente toujours d'une main le Miroir de l'Alchimie, tandis qu'il tient dans l'autre la Corne d'Amalthée ; à ses côtés nous voyons l'Arbre de la Vie étudié par les kabbalistes hébreux ; le miroir symbolise toujours le début de l'oeuvre ; l'Arbre de la Vie en indique la fin, et la Corne d'abondance, le résultat.

Quetzalcoatl a transformé le Diable, la pierre brute, matérielle et grossière, en Lucifer, la pierre angulaire du Grand-OEuvre, l'Archange de lumière, l'Etoile de l'Aurore.

Le Diable, la réflexion de notre Logoï intérieur, était la créature la plus parfaite avant que nous ne tombions dans la génération animale. « Blanchis le laiton et brûle tes livres », nous répètent tous les Maîtres de l'Art hermétique.

Le Bienheureux, en passant par les tortures des Frères de la Fraternité du Chardon, a blanchi le Diable, l'a ramené à son état resplendissant et originel.

Celui qui meurt en lui-même, ici et maintenant, libère Prométhée enchaîné qui, en retour, le paie en le faisant croître, car il est un colosse ayant pouvoir sur les cieux, sur la terre et sur les enfers.

Lucifer-Prométhée intégré radicalement avec toutes les parties de notre Etre, fait de nous quelque chose d'autre, de différent, une créature exotique, un Archange, une puissance terriblement divine.

Il n'est pas superflu de rappeler dans ce traité que lorsque les saintes femmes entrèrent dans le tombeau du Sauveur du monde, elles virent, au lieu de l'homme qu'elles avaient connu, un Ange vêtu d'une longue robe blanche et elles furent saisies d'effroi.

Il est écrit : « A celui qui vaincra et gardera mes oeuvres jusqu'à la fin, je donnerai autorité sur les nations.

Et il les mènera avec une verge de fer, et elles seront fracassées comme des vases d'argile ; ainsi moi-même j'ai reçu ce pouvoir de mon Père. Et je lui donnerai l'Etoile du Matin » (Apocalypse, II, 26-28).

Henri Khunrath, dans son « Amphitheatrum Sapientiae Aeternae », « l'Amphithéâtre de l'Eternelle Sapience », écrit : « Finalement, lorsque l'oeuvre est passée de la couleur cendrée au blanc pur et ensuite au jaune, tu verras la Pierre Philosophale (l'Archange mentionné ci-dessus) ; notre Roi (le Troisième Logos), qui sort de son sépulcre vitreux, se lève de sa couche et vient sur notre scène mondaine avec son corps glorifié, c'est-à-dire régénéré et plus-que-parfait ».

Disons, pour préciser, que le terme « Pierre Philosophale » signifie, selon la langue sacrée, « Pierre qui porte le signe du Soleil ». Or, ce signe solaire est caractérisé par la couleur rouge, laquelle peut varier en intensité.

Un vieil alchimiste dit : « Ce que nous poursuivons, avec tous les philosophes, ce n'est pas l'union d'un corps et d'un esprit métalliques, mais plutôt la condensation, l'agglomération de cet esprit dans une enveloppe cohérente, tenace et réfractaire, capable de l'enrober, d'en imprégner toutes les parties et de lui assurer une protection efficace.

C'est cette âme, esprit ou feu rassemblé (dûment mélangé avec Vénus-Lucifer), concentré et coagulé dans la plus pure, la plus résistante et la plus parfaite des matières terrestres, que nous appelons notre Pierre.

Et nous pouvons certifier que toute entreprise qui n'a pas cet esprit pour guide et cette matière pour base ne conduira jamais au but proposé » (Fulcanelli, Les Demeures Philosophales).

passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -Andre.php


Sujet remonté par Gemani le 20 juin 2017, 06:11.

Répondre

Retourner vers « Notre Lucifer »