Saint Jacques de Compostelle - Patron du Grand Oeuvre

Répondre
Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Saint Jacques de Compostelle - Patron du Grand Oeuvre

Message le 18 septembre 2009, 21:16

Parmi les disciples du Christ, il y a de véritables prodiges et merveilles. Rappelons-nous un instant saint Jacques, ce grand Maître. On dit que c'est celui qui ressemblait le plus au Grand Kabire Jésus ; on l'appelait « le frère du Seigneur », et il est évident qu'il disposait de grands pouvoirs psychiques, magiques.

Saint Jacques fut le premier qui, après la mort du Grand Kabire, célébra la Messe Gnostique à Jérusalem.

Les traditions racontent qu'il dût affronter le magicien noir Hermogène, en Judée. Comme il connaissait la haute magie, saint Jacques combattit sagement ce ténébreux. Si ce dernier utilisait un « suaire » de merveilles, par exemple, saint Jacques l'utilisait pour le contrecarrer ; et si Hermogène utilisait la canne magique, saint Jacques en utilisait une autre semblable et, à la fin, il vainquit le ténébreux sur les terres de Judée. Cependant, il fut considéré comme « Mage » (et il l'était, sans aucun doute) et il fut condamné à mort. Mais quelque chose d'insolite arriva : il se trouve que le sarcophage de saint Jacques fut suspendu dans les airs, à ce qu'on dit, et qu'il fut transporté vers l'ancienne Espagne. Il est certain qu'on parle ici de Saint Jacques de Compostelle et on dit que ce dernier « ressuscita d'entre les morts et que sur cette terre il fut attaqué par des démons (ayant l'apparence de taureaux), par un feu vif ». Enfin, on dit beaucoup de choses sur Saint Jacques.

Nicolas Flamel, le grand alchimiste médiéval, eut Saint Jacques de Compostelle comme Patron du Grand Oeuvre. Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, il y a une rue qui s'appelle la rue « Saint Jacques », et là il y a aussi une caverne qui s'appelle « la grotte de la santé ». À l'époque où les gens font des pèlerinages à Saint Jacques de Compostelle, à cette même époque, les alchimistes se réunissent (dans cette grotte) : ceux qui travaillent dans le Grand Oeuvre, ceux qui admirent non seulement Saint Jacques de Compostelle (qu'ils prennent pour Patron Béni), mais aussi Jacques de Molay.

C'est là qu'ils se réunissent toujours à l'époque des pèlerinages.

Par conséquent, tandis que les gens rendent un culte (exotérique, dirons-nous) à saint Jacques de Compostelle, les alchimistes et cabalistes sont réunis en assemblée mystique pour étudier la Kabbale, l'Alchimie et tous les mystères du Grand Oeuvre. Vous voyez les deux aspects (exotériques et ésotériques) du Christianisme. Nul doute que tout cela nous invite à la réflexion.

Jacques de Molay, celui qui fut brûlé vif pendant l'Inquisition, est considéré (par ces alchimistes et cabalistes qui se réunissent dans la « grotte de la santé ») de la même façon qu'on considère Hiram Abif comme le maître Secret qui doit ressusciter en chacun de nous, et saint Jacques est considéré comme le Patron béni du Grand Oeuvre, et c'est assez intéressant...

Ce qui nous intéresse, c'est de réaliser le Grand Oeuvre, et c'est (je crois et je l'affirme avec une totale certitude) la seule chose pour laquelle il vaut la peine de vivre. Le reste n'a pas la moindre importance.

On dit que le Patron saint Jacques, à Compostelle, apparaît aux pèlerins avec le chapeau relevé vers le haut, tenant dans la main le bâton (sur lequel brille le Caducée de Mercure) et une carapace de tortue sur la poitrine, comme pour symboliser l'Étoile Flammigère.

Je vous conseille d'étudier « l'Épître Universelle de saint Jacques », dans la Bible. Indubitablement, elle est merveilleuse. Elle s'adresse à tous ceux qui travaillent dans le Grand Oeuvre. Saint Jacques dit que « la foi sans les oeuvres est une foi morte en elle-même » (elle ne vaut rien). Vous pouvez entendre ici, de ma bouche, toute la doctrine du Grand Arcane, toutes les explications que nous donnons sur les alchimistes et le Grand Oeuvre, mais si vous ne réalisez pas ce Grand Oeuvre, si vous ne travaillez pas dans le Grand Oeuvre, si vous avez seulement la foi, rien de plus, et que vous ne travaillez pas, vous ressemblerez (dit saint Jacques et je le répète) « à l'homme qui regarde un miroir, qui voit son visage dans la glace, qui tourne le dos et s'en va », en oubliant l'incident.

Si vous écoutez toutes les explications que nous donnons et que vous ne travaillez pas dans la Forge des Cyclopes, si vous ne fabriquez pas les Corps Existentiels Supérieurs de l'Être, vous ressemblez à cet homme qui se regarde dans un miroir, tourne le dos et s'en va, parce que la foi sans les oeuvres ne vaut rien. Il faut que l'Oeuvre soutienne la foi ; la foi doit parler par les Oeuvres.

Saint Jacques dit : « il faut que nous soyons miséricordieux ». C'est évident, parce que si nous sommes miséricordieux, les Seigneurs du Karma nous jugeront avec miséricorde ; mais si nous sommes impitoyables, les Seigneurs du Karma nous jugeront d'une manière impitoyable. Et comme la miséricorde a davantage de pouvoir que la justice, il est sûr que si nous sommes miséricordieux, nous pourrons éliminer beaucoup de karma (tout ceci nous invite à la réflexion).

Saint Jacques dit : « nous devons réfréner notre langue » (celui qui sait réfréner sa langue peut réfréner tout son corps) et il nous donne, en exemple, le cas du cheval (au cheval, on lui met un frein dans la bouche, dans le museau, et c'est ainsi que nous arrivons à le dominer, à le manier). La même chose nous arriverait si nous réfrénions notre langue ; nous deviendrions maîtres de tout notre corps.

Saint Jacques dit : « Regardez aussi les navires ; bien qu'ils soient très grands et supportent des vents impétueux, ils sont gouvernés par un très petit gouvernail (qui est véritablement petit, en comparaison de la taille énorme qu'ont les vaisseaux) ». La langue est petite, oui, mais quels grands incendies elle déclenche !

On nous enseigne, dans cette épître, à ne jamais nous vanter de rien. Celui qui se vante de lui-même, de ses Oeuvres, de ce qu'il a fait, est indubitablement hautain, pédant, et il échoue dans le Grand Oeuvre. Nous avons besoin de nous humilier devant la Divinité, d'être chaque jour plus humbles, si nous voulons travailler dans le Grand Oeuvre ; ne jamais présumer de rien, être toujours simples. C'est vital quand on veut triompher dans le Grand Oeuvre, dans le MAGNUM OPUS.

Dans cette épître, ce qui est écrit est à double sens. Si vous la lisez littéralement, vous ne la comprendrez pas. C'est ainsi que l'ont lue les Protestants, les Adventistes, les Catholiques, etc., et ils ne l'ont pas comprise. Cette Épître a un double sens et elle s'adresse exclusivement à ceux qui travaillent dans le Grand Oeuvre.

Passage extrait de la CONFÉRENCE N°102 : RACINES LUCIFÉRIENNES DU GRAND OEUVRE http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 140&t=1331

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Saint Jacques de Compostelle - Patron du Grand Oeuvre

Message le 5 novembre 2010, 21:44

Dans cette épître, ce qui est écrit est à double sens. Si vous la lisez littéralement, vous ne la comprendrez pas. C'est ainsi que l'ont lue les Protestants, les Adventistes, les Catholiques, etc., et ils ne l'ont pas comprise. Cette Épître a un double sens et elle s'adresse exclusivement à ceux qui travaillent dans le Grand Oeuvre. Quant à la foi, il est nécessaire de l'avoir (bien sûr). Tout alchimiste doit avoir la foi, tout cabaliste doit avoir la foi, mais la foi n'est pas quelque chose d'empirique, quelque chose qu'on nous donne en cadeau. La foi, il faut la fabriquer ; nous ne pouvons exiger de personne qu'il ait la foi. Il faut la fabriquer, l'élaborer.

Comment la fabriquer ? À force d'étude et d'expérience. Quelqu'un pourrait-il avoir foi en ce que nous sommes en train de dire ici s'il n'étudie pas et n'expérimente pas par lui-même ? Bien sûr que non ! N'est-ce pas ? Mais au fur et à mesure que nous allons étudier et expérimenter, nous allons comprendre et c'est de cette compréhension créatrice que viendra la véritable foi. Par conséquent, la foi n'est pas quelque chose d'empirique. Non, nous avons besoin de la fabriquer. Plus tard, oui, beaucoup plus tard, l'Esprit Saint, le Troisième Logos, pourra la consolider en nous, la fortifier et la renforcer ; mais nous, nous devons la fabriquer...


Épitre Universelle de Saint Jacques

Répondre

Retourner vers « Les 12 apôtres ou puissances de notre Être »