Macrocosme et Microcosme et leurs Lois

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Macrocosme et Microcosme et leurs Lois

Message le 19 avril 2009, 17:07

EDK03 Les Sept Cosmos

Bien, chers amis, nous sommes ici réunis à nouveau, en vue d'étudier le Rayon de la Création.

Il est urgent, indispensable, inajournable, de connaître de manière claire et précise le lieu que nous occupons dans le Rayon très vivant de la Création.

Avant tout, chères dames et chers messieurs, je vous supplie instamment de suivre mon discours avec une infinie patience.

Je veux que vous sachiez qu'il existe sept cosmos, à savoir :

1 Le Protocosme,

2 L'Ayocosme,

3 Le Macrocosme,

4 Le Deutérocosme,

5 Le Mésocosme,

6 Le Microcosme et,

7 Le Tritocosme.

Indiscutablement le premier est formé par de multiples Soleils spirituels, transcendantaux, divins.

On a beaucoup parlé du Soleil sacré absolu et il est évident que tout système solaire est gouverné par un de ces Soleils spirituels.

Ceci signifie que notre jeu de mondes possède son propre Soleil sacré absolu, comme tous les autres systèmes solaires de l'inaltérable infini.

Le deuxième ordre de mondes est réellement formé par tous les millions de soleils et de planètes qui voyagent à travers l'espace.

Le troisième jeu de mondes est formé par notre galaxie, par cette grande Voie lactée, qui a comme capitale cosmique centrale le soleil Sirius.

Le quatrième ordre est représenté par notre système solaire d'Ors.

Le cinquième ordre correspond à la planète Terre.

Le sixième ordre est le Microcosme-Homme.

Le septième ordre est dans les Mondes infernaux.

Développons un peu plus cette explication ; je veux, mesdames et messieurs, que vous compreniez très clairement ce qu'est réellement

Le septième ordre est dans les Mondes infernaux.

Développons un peu plus cette explication ; je veux, mesdames et messieurs, que vous compreniez très clairement ce qu'est réellement le premier ordre de mondes. Ce sont des Soleils spirituels extraordinaires, scintillants dans l'espace avec d'infinies splendeurs ; des sphères irradiantes, que jamais ne pourraient percevoir les astronomes avec leurs télescopes.

Pensez maintenant à ce que sont les billions et trillions de mondes et étoiles qui peuplent l'espace sans fin.

Rappelez-vous à présent les galaxies ; n'importe laquelle, prise séparément, est sans aucun doute un Macrocosme, et la nôtre, la Voie Lactée, n'est pas une exception.

Que dirons-nous du Deutérocosme ?. Indiscutablement, tout système solaire, quelle que soit la galaxie à laquelle il appartient, qu'elle soit matière ou antimatière, est évidemment un Deutérocosme.

Les terres de l'espace sont aussi nombreuses que les grains de sable de l'immense mer. Indiscutablement, n'importe laquelle de ces terres, toute planète, peu importe quel est son centre de gravité cosmique, est en elle-même un Mésocosme.

On a dit beaucoup de choses sur le Microcosme-Homme ; nous insistons sur l'idée transcendantale selon laquelle chacun de nous est un authentique et légitime Microcosme. Pourtant, nous ne sommes pas les uniques habitants de l'infini ; il est clair qu'il existe nombre de mondes habités ; n'importe quel habitant du Cosmos ou des Cosmos est un authentique Microcosme.

Enfin, il convient de savoir qu'à l'intérieur de toute planète existe le règne minéral submergé avec ses propres Enfers atomiques ; ces derniers se trouvent toujours situés à l'intérieur de n'importe quelle masse planétaire, dans les infradimensions de la nature, au-dessous de la zone tridimensionnelle d'Euclide.

Comprenez donc, mesdames et messieurs, que le premier ordre de mondes est complètement différent du deuxième, et que chaque cosmos est absolument différent, radicalement distinct.

Le premier ordre de mondes est infiniment divin, ineffable, il n'existe en lui aucun principe mécanique ; il est gouverné par la Loi unique.

Le deuxième ordre est indiscutablement contrôlé par les trois forces primaires qui régissent et dirigent toute création cosmique.

Le troisième ordre de mondes, notre galaxie, n'importe quelle galaxie de l'Espace sacré, est indubitablement contrôlé par 6 lois

Le quatrième ordre de mondes, notre système solaire, ou n'importe quel système solaire de l'espace infini, est toujours contrôlé par 12 lois.

Le cinquième ordre de mondes, notre Terre, ou n'importe quelle planète semblable à la nôtre tournant autour de n'importe quel soleil, se trouve absolument contrôlé par 24 lois.

Le sixième ordre cosmique, un organisme humain quelconque, se trouve définitivement contrôlé par 48 lois et ceci, nous le trouvons totalement vérifié dans la cellule germinale humaine constituée comme on le sait, de 48 chromosomes.

Enfin, le septième ordre de mondes est sous le contrôle total de 96 lois.

Je voudrais que vous sachiez, de manière précise, que le nombre de lois dans les régions abyssales se multiplie scandaleusement.

Le premier cercle dantesque est ostensiblement toujours sous le contrôle de quatre-vingt-seize lois, alors que dans le deuxième cette quantité est doublée, ce qui donne 192 lois ; dans le troisième elle est triplée, dans le quatrième elle est quadruplée, de telle manière qu'on peut multiplier la quantité de 96 x 2, x 3, x 4, x 5, x 6, x 7, x 8 et x 9 ; de cette façon, si nous multiplions 96 x 9, nous obtenons, dans le neuvième cercle, 864 lois.

Si vous réfléchissez profondément sur le premier cosmos, vous verrez que là existent la plus grande liberté, la félicité la plus absolue, parce que tout est gouverné par l'Unique Loi.

Dans le deuxième cosmos existe encore le grand bonheur, étant donné qu'il est entièrement contrôlé par les trois lois primaires de toute la Création.

Cependant, dans le troisième cosmos est introduit un élément mécanique. parce que ces trois lois primitives, se divisant en elles-mêmes, se convertissent en 6. Evidemment, dans celui-ci existe un certain automatisme cosmique, car ce ne sont plus les trois forces uniques qui travaillent ; parce que celles-ci, en se divisant elles-mêmes, ont engendré le jeu mécanique de n'importe quelle galaxie.

Voyez ce qu'est un système solaire ; il est clair que dans ce dernier les 6 lois se sont divisées à nouveau pour se convertir en 12, augmentant la mécanicité, l'automatisme, la complication, etc.

Limitons-nous maintenant à n'importe quelle planète de l'Infini et plus spécialement à notre monde terrestre ; naturellement, il est plus hétérogène et compliqué, étant donné que les 12 lois du système se sont converties en 24.

Regardons à présent franchement le Microcosme-Homme, examinons la cellule germinale et nous rencontrerons les 48 chromosomes, vivante représentation des 48 lois qui contrôlent tout notre corps.

Evidemment, les 48 lois, en se divisant en elles-mêmes et par elles-mêmes, engendrent les 96 lois du premier cercle dantesque.

Je veux donc que vous, mesdames et messieurs, compreniez la place que nous occupons dans le Rayon de la Création.

Quelqu'un a dit que l'Enfer vient du mot Infernus qui signifie, en latin, région inférieure, et il insista donc sur l'idée selon laquelle l'endroit que nous occupons dans la région tridimensionnelle d'Euclide est l'Enfer car il s'agit, selon lui, de l'endroit inférieur du Cosmos.

Malheureusement, celui qui fit une affirmation aussi insolite méconnaissait totalement le Rayon de la Création. S'il avait été mieux informé, s'il avait étudié les sept cosmos, il se serait rendu compte exactement que l'endroit inférieur n'est pas ce monde physique où nous vivons mais bien le septième cosmos situé exactement à l'intérieur de la planète Terre, dans les infradimensions naturelles, sous la zone tridimensionnelle d'Euclide.

Vénérable Maître, après avoir écouté avec toute notre attention et toute notre patience l'exposé scientifique sur le Rayon de la Création, nous avons observé qu'en vous référant au premier ordre, c'est-à-dire au Protocosme, vous dites que le mouvement, la vie, correspond à la première loi, où règne la liberté absolue. On nous a dit, selon les paroles du Grand Kabire Jésus : « Découvre la Vérité, et la Vérité te rendra libre » ; devons-nous comprendre, suivant la Loi des Analogies et des Correspondances, qu'en étant nous, des hommes qui nous mouvons et avons notre Etre dans le sixième ordre de mondes, c'est-à-dire le Microcosme, pour vivre la Vérité et par conséquent être complètement libres, nous devons lutter pour parvenir à être des habitants de ces mondes régis par la Loi Unique ?.

Je vais répondre avec le plus grand plaisir à la question posée par monsieur. Chères dames et chers messieurs, il est indispensable de comprendre que pour un plus grand nombre de lois, plus grand est le degré de mécanicité et de douleur, et que pour un moins grand nombre de lois, moindre est le degré de mécanicité et de douleur.

Indiscutablement, dans le Soleil sacré absolu, dans le Soleil spirituel central de ce système dans lequel nous vivons, nous nous mouvons et avons notre Etre, il n'existe aucune espèce de mécanicité et donc il est évident que là-bas règne la béatitude totale.

Il est clair que nous devons lutter inlassablement pour nous libérer des 48, 24, 12, 6 et 3 lois, pour revenir réellement au Soleil sacré absolu de notre système.

Maître, on déduit de ce qui a été expliqué précédemment que les mondes comportant le plus grand nombre de lois sont plus mécaniques et, par conséquent, logiquement plus denses et plus matériels ; ceci veut-il dire que les mondes infradimensionnels ou infernaux occasionneront une plus grande souffrance et que, pour cette raison, on les appelle régions des peines et des châtiments ?.

Cette question de l'auditoire me paraît assez intéressante et bien sûr, je m'empresse d'y répondre avec grand plaisir.

Cher monsieur, je veux que vous sachiez et que tous comprennent que plus le nombre de lois est élevé, plus le degré de mécanicité et de douleur est élevé.

Les 96 lois de la première zone infernale s'avèrent terriblement douloureuses ; cependant, conformément au fait que le nombre des lois se multiplie dans chacune des zones infradimensionnelles, la douleur, la mécanicité, la matérialité et les pleurs se multiplient également.

Vénérable Maître, nous avons observé que vous nous avez parlé auparavant des neuf cercles concentriques dans la région des infradimensions, lesquelles correspondent aux neuf cercles des supradimensions du Cosmos, cependant, en vous référant au Rayon de la Création, vous ne faites qu'énumérer et expliquer sept cosmos : n'y a-t-il pas là quelque incongruité ?.

Honorable monsieur, il est indispensable que vous fassiez une nette différence entre les sept cosmos, les neuf cieux et les neuf cercles dantesques des infradimensions naturelles.

Les neuf Cieux se trouvent évidemment en relation, comme nous l'avons dit, avec les neuf régions submergées sous l'épiderme de la Terre. Ceci, Enoch le vit, en état d'extase, sur le mont Moria ; lieu où il édifiera plus tard un Temple souterrain avec neuf étages intérieurs afin de mettre en allégorie le réalisme transcendantal de sa vision.

Il est indiscutable que les neuf Cieux se trouvent pleinement concrétisés dans les sphères de la Lune, de Mercure, de Vénus, du Soleil, de Mars, de Jupiter, de Saturne, d'Uranus et de Neptune. Il est clair que ces neuf Cieux correspondent au Deutérocosme.

Est-il maintenant clair, dans votre esprit que les sept cosmos ne sont pas les neuf Cieux ?.

Maître, lorsque vous nous dites qu'à mesure que l'on descend, plus le nombre de lois est élevé, depuis le premier cosmos jusqu'aux régions infernales, plus la mécanicité, l'automatisme et la matérialité deviennent chaque fois plus importants, vous nous faites penser que nous nous éloignons des trois lois primaires, nous nous écartons en même temps de la volonté directe du Père, nous retrouvant livrés à notre propre et misérable sort. Est-ce le cas ?.

Cher monsieur, honorables dames qui m'écoutez dans cet auditoire. Je veux que vous sachiez de manière claire et précise qu'au-delà de tout ce jeu de mondes qui forment notre système solaire, resplendit glorieux, le Sacré absolu solaire.

Il ne fait aucun doute que dans le Soleil central spirituel, gouverné par l'Unique Loi, existe l'inaltérable félicité de l'Eternel Dieu vivant ; malheureusement, à mesure que nous nous éloignons toujours plus du Soleil sacré absolu, nous pénétrons dans des mondes chaque fois plus compliqués, où s'introduisent la mécanicité et la douleur.

Dans le cosmos à trois lois, évidemment, la joie est incomparable, parce que la matérialité est mineure. Dans cette région, n'importe quel atome possède dans sa nature intérieure seulement trois atomes de l'Absolu.

Bien différent est le troisième cosmos : la matérialité y augmente parce que n'importe lequel de ses atomes possède en lui 6 atomes de l'Absolu.

Pénétrons dans le quatrième cosmos. Là, nous trouvons la matière plus dense pour la simple raison que n'importe lequel de ses atomes possède en lui-même 12 atomes de l'Absolu.

Concrétisons un peu plus, si nous examinons attentivement la planète Terre, nous verrons que n'importe lequel de ses atomes possède dans sa nature intime 24 atomes de l'Absolu.

En précisant attentivement, étudions en détail un quelconque des atomes de l'organisme humain et nous y percevrons, moyennant la divine clairvoyance, 48 atomes de l'Absolu.

Descendons un peu et entrons dans le royaume de la plus crue matérialité, dans les mondes infernaux, sous l'écorce de la planète où nous vivons, et nous découvrons que, dans la première zone infradimensionnelle, la densité a terriblement augmenté, car un quelconque atome inhumain possède, dans sa nature intime, 96 atomes de l'Absolu.

Dans la deuxième zone infernale, tout atome possède 192 atomes ; dans la troisième, tout atome possède en lui 384 atomes de l'Absolu, etc., etc., augmentant ainsi la matérialité de manière épouvantable et terrifiante.

En nous plongeant dans des lois chaque fois plus complexes, évidemment, nous nous rendons progressivement indépendants de la volonté de l'Absolu et tombons dans la complication mécanique de cette grande nature. Si nous voulons reconquérir la liberté, nous devons nous libérer de tant de mécanicité et de tant de lois, et revenir au Père.

Cher Maître, si la Volonté divine ne se fait pas dans le Microcosme Homme, alors pourquoi dit-on que pas une feuille d'arbre ne bouge sans la volonté de Dieu ?.

Cher monsieur, comme nous l'avons déjà dit, dans le Sacré absolu solaire règne l'Unique Loi ; dans le cosmos à trois lois se fait quand même la volonté du Père, parce que tout est gouverné par les trois lois fondamentales ; pourtant, dans le monde à 6 lois, il existe déjà, sans aucun doute, une mécanicité qui, en un certain sens, la rend indépendante de la volonté de l'Absolu. Pensez maintenant aux mondes à 24, 48 et 96 lois.

Il est évident qu'en de tels ordres de mondes, la mécanicité se multiplie indépendamment du Sacré absolu solaire. Bien sûr, ceci permettrait de dire que le Père reste exclu de toute création ; pourtant, il est bon que tous sachent que toute mécanicité est calculée au préalable par le Soleil sacré absolu ; car les différents ordres de lois et les divers processus mécaniques ne pourraient exister s'il n'en avait été décidé ainsi par le Père.

Cet Univers est un tout dans l'intelligence du Sacré absolu solaire et ces phénomènes se cristallisent Successivement et peu à peu. Vous comprenez ?.

Vénérable Maître, pourriez-vous nous dire la raison pour laquelle vous mettez en relation le sept dans les Lois de la Création, l'organisme humain et les mondes ?. Est-ce une tradition, ou est-ce réellement une Loi ?.

La question que pose monsieur mérite une réponse immédiate. Je veux que vous tous, mesdames et messieurs, compreniez très clairement ce que sont les Lois du Trois et du Sept. Il est urgent que vous sachiez que les Cosmocréateurs, créateurs de cet Univers dans lequel nous vivons, où nous avons notre Etre, chacun sous la direction de sa Divine Mère Kundalini cosmique particulière, travaillèrent à l'aurore de la création, développant dans l'espace la Loi du Trois ainsi que la Loi du Sept, afin que tout ait de la vie en abondance ; c'est de cette façon seulement que notre monde a pu exister. Il n'est donc pas étrange que tout processus cosmique naturel se déroule en accord avec les Lois du Trois et du Sept. Il ne doit en aucune manière paraître insolite que de telles lois se trouvent reliées dans l'infirment petit et l'infirment grand, dans le Microcosme et le Macrocosme, dans tout ce qui est, dans tout ce qui a été et dans tout ce qui sera.

Pensons un instant aux sept chakras de l'épine dorsale. aux sept mondes principaux du système solaire, aux sept Rondes dont parle la Théosophie antique et moderne, aux sept Races humaines, etc., etc.

Tous ces gigantesques processus septénaires, toute septuple manifestation de vie, ont toujours pour base les trois forces primaires : positive, négative, neutre ; d'accord ?.

Maître, pourquoi, lorsque vous parlez de la création des mondes, des êtres ou des galaxies, vous exprimez-vous en ces termes : c'est évident, c'est naturel, etc. Sur quoi vous basez-vous pour le dire avec une telle certitude ?.

Je vois que quelqu'un là-bas, dans l'auditoire, a posé une question assez intéressante ; j'aurai plaisir à lui répondre.

Mesdames et messieurs, je veux que vous sachiez de manière concrète. claire et définitive qu'il existe deux sortes de raisons ; nous appellerons la première subjective, la deuxième, nous la qualifierons d'objective.

Indiscutablement, la première est fondée sur les perceptions sensorielles externes. La deuxième est différente et ne se développe qu'en accord avec les vécus intimes de la conscience.

Il est évident que, derrière les termes que vous avez cités, monsieur, se trouvent réellement les divers fonctionnalismes de ma propre conscience. J'utilise de tels mots dans le langage comme véhicules spécifiques de mes concepts de contenu.

En d'autres mots, j'insiste en m'adressant à vous, monsieur, et à l'honorable auditoire, sur la chose suivante : jamais je n'utiliserais les mots cités par vous, monsieur, si je n'avais pas vérifié auparavant par les pouvoirs de ma conscience, par mes facultés cognitives transcendantales, la vérité de tout ce que j'affirme. J'aime utiliser des termes précis dans le but de faire connaître des idées exactes, c'est tout.

Vénérable Maître, vous avez mentionné dans votre exposé précédent l'aurore de la création ; pourriez-vous nous expliquer à quelle époque elle fonctionna et qui fut l'auteur de cette oeuvre ?.

Cher monsieur, dans l'éternité il n'y a pas de temps ; je veux que tous ceux qui ont assisté ce soir à notre conversation comprennent parfaitement que le temps n'a pas de fondement réel, d'origine authentique légitime.

Certes, et au nom de la vérité, je dois vous dire que le temps est quelque chose de purement subjectif qui ne possède pas de réalité objective, concrète et exacte.

Ce qui existe réellement, c'est la succession des phénomènes : le Soleil se lève, et nous nous exclamons : il est six heures du matin ; s'il se couche, nous disons : il est six heures du soir ; douze heures se sont écoulées. Mais en quelle partie du Cosmos sont ces heures, ce temps ?. Pouvons-nous, par hasard, l'attraper de notre main, le mettre sur une table de laboratoire ?. De quelle couleur est ce temps, de quel métal ou substance est-il fait ?. Réfléchissons, messieurs, réfléchissons un peu. C'est le mental qui invente le temps, parce que ce qui existe vraiment de manière objective, c'est la succession des phénomènes naturels ; malheureusement, nous commettons l'erreur de mettre un temps à chaque mouvement cosmique.

Entre le lever et le coucher du Soleil, nous mettons nos chères heures, nous les inventons, nous les notons au mouvement des astres, mais c'est une fantaisie du mental.

Les phénomènes cosmiques succèdent les uns aux autres, à l'intérieur de l'instant éternel de la grande vie dans son mouvement Notre univers existe dans le Soleil sacré absolu, comme un tout intégral, uni total, complet. En lui se déroulent tous les changements cosmiques à l'intérieur d'un moment éternel, à l'intérieur d'un instant qui n'a pas de limite.

Il s'avère évident et manifeste qu'avec la cristallisation des divers phénomènes successifs de cet univers, le concept du temps apparaît malheureusement dans notre mental. Un tel concept subjectif est toujours placé entre phénomène et phénomène.

Réellement, le Logos solaire, le Démiurge architecte de l'Univers est le véritable auteur de toute cette création. Cependant, nous ne pouvons mettre une date à son oeuvre, à sa cosmogénèse, parce que le temps est une illusion du mental ; ceci va beaucoup plus loin que tout ce qui est purement intellectuel. L'Enfer, ou les mondes infernaux, existent depuis toute l'éternité. Rappelons-nous cette phrase de Dante, dans sa Divine comédie :

« C'est par moi que l'on va dans la cité plaintive : c'est par moi qu'aux tourments éternels on arrive : c'est par moi qu'on arrive à l'infernal séjour. La Justice divine a voulu ma naissance ; l'Etre me fut donné par la Toute Puissance, la suprême Sagesse et le premier Amour. Rien ne fut avant moi que choses éternelles, et moi-même à jamais je dois durer comme elles. Laissez toute espérance en entrant dans l'Enfer !. La Divine comédie, L'Enfer, Chant 3.

Vénérable Maître, selon ce dont j'ai pu me rendre compte, le Maître G. place le monde à 96 lois dans la Lune ; par contre, vous affirmez que cette région se trouve sous l'épiderme de l'organisme planétaire où nous vivons. Pourriez-vous m'expliquer la raison de cette divergence de concept ?.

Je m'empresse, monsieur, de répondre à votre question. Le Maître G. pense certainement que le rayon se termine dans la Lune, et moi, j'affirme avec insistance que celui-ci se termine dans les mondes submergés, dans l'Enfer.

Chers messieurs, la Lune est quelque chose de différent, elle appartient au jour passé de la Création ; c'est un monde mort, c'est un cadavre.

Les voyages des astronautes vers notre satellite sont venus démontrer de manière irréfutable et définitive le fait, irréfutable lui aussi, que la Lune est un monde mort. Je ne sais pas comment le Maître G. se trompa dans ses calculs. N'importe quelle lune de l'espace infini est toujours un cadavre. Malheureusement, le Maître G. crut fermement que, dans notre système, la Lune était un monde nouveau qui surgissait du chaos, qui naissait.

La Lune, dans un jour cosmique passé, eut de la vie en abondance ; elle fut une merveilleuse terre de l'espace, mais elle mourut et elle devra se désintégrer totalement dans le futur, c'est tout.

Cher Maître, selon le Maître G. notre satellite, la Lune, fut engendré par une séparation de matière terrestre due à des forces magnétiques d'attraction terribles, à l'intérieur des lois de gravité, en formant un monde nouveau où entrent sûrement les âmes perdues pour souffrir dans ces régions infradimensionnelles de l'Averne. Ceci veut-il dire, Maître Samaël, que le Maître G. parvint à cette conclusion par pauvreté de ses facultés cognitives ?.

J'ai écouté la question de monsieur et j'aurai bien sûr plaisir à lui répondre. Je ne veux en aucune manière sous-estimer les facultés psychiques du Maître G. qui accomplit une mission merveilleuse, et son oeuvre est splendide ; pourtant, l'homme a le droit de se tromper ; il est possible qu'il ait trouvé cette information liée à Séléné dans quelque légende, quelque source, quelque allégorie, etc., etc. Nous affirmons, en tout cas, de manière insistante, ce qui nous touche, ce que nous avons pu vérifier par nous-mêmes directement, sans mépriser le travail d'aucun autre Maître.

Que la Lune soit née d'une quelconque collision entre la Terre et une autre planète, ou qu'elle ait émergé du Pacifique, comme le soutient un autre respectable Maître, ce sont des concepts que nous respectons mais que nous n'avons pas vérifiés dans la pratique.

J'affirme de manière irréfutable et avec une certaine insistance, et je me limite exclusivement à exposer avec ma raison objective, ce que j'ai pu voir, entendre, toucher et palper par moi-même.

Jamais, dans tout le cosmos, nous ne sommes arrivés à savoir qu'une Lune se soit convertie en monde habitable ; tout initié bien éveillé sait, par expérience directe, que les mondes, comme les hommes et les plantes, ainsi que tout ce qui existe, naît, grandit, vieillit et meurt.

Il est ostensible que n'importe quelle planète qui meurt, en fait de propre droit, se convertit en un cadavre, en une lune.

Notre planète Terre ne sera pas une exception et vous pouvez être sûrs, mesdames et messieurs, qu'après la septième race humaine, elle se convertira en une nouvelle Lune.

Soyons donc exacts. Je suis mathématique dans l'investigation et exigeant dans l'expression. Nous avons des méthodes, des systèmes et des procédés, au moyen desquels nous pouvons et devons nous mettre en contact avec ces mondes infernaux ; nous reconnaîtrons alors le réalisme de La Divine comédie de Dante, qui situe l'Enfer sous l'épiderme de la planète Terre.
chapitre extrait du livre : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -livre.php

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Macrocosme et Microcosme et leurs Lois

Message le 19 avril 2009, 17:14

DM03 Les Sept Cosmos

La Kabbale dit qu'il existe deux Cosmos : le Macrocosme et le Microcosme. Le premier représente l'infiniment grand et le second l'infiniment petit.
L'enseignement kabbalistique sur les deux Cosmos est incomplet, il n'est qu'un enseignement fragmentaire.

En effet, il existe sept Cosmos et non seulement deux comme le prétendent erronément les kabbalistes.

L'Absolu en lui-même, selon l'explication de la Kabbale a trois aspects, à savoir : Ain-Soph-Aur, Ain-Soph, Ain.

Ain-Soph-Aur est le cercle externe.

Ain-Soph est le cercle médian.

Ain est en fait Sat, le non-manifesté Absolu.

Le premier Cosmos ne pourrait pas exister dans l'Ain, le non-manifesté, pas plus qu'à l'intérieur de l'Ain-Soph. Il ne peut exister qu'au sein de l'Ain-Soph-Aur.

Le premier Cosmos est de nature purement spirituelle et son nom est Protocosme.

Le second Cosmos est l'Ayocosme ou Mégalocosme, c'est le grand Cosmos, tous les mondes de l'espace infini.

Le troisième Cosmos est le Macrocosme dont parlent les kabbalistes dans leurs ouvrages. Il est composé de la Voie Lactée avec ses dix-huit millions de soleils tournant autour du soleil central Sirius.

Le quatrième c'est le Deutérocosme, constitué par le Soleil de notre système solaire avec toutes ses lois.

Le cinquième est le Mésocosme, notre planète Terre.

Le sixième est le Microcosme représenté par l'homme.

Le septième est le Tritocosme, l'infiniment petit, les atomes, les molécules, les insectes, les microbes, les électrons, etc., ainsi que l'Avitchi, l'Abîme.

Entre le Microcosme-Homme et le Macrocosme existent le Mésocosme et le Deutérocosme. La phrase qui dit que « l'homme est le Microcosme du Macrocosme » est donc un peu audacieuse.

Chacun des sept Cosmos a ses propres lois. Le Gnostique doit étudier les lois qui gouvernent ces sept Cosmos afin de savoir quelle place nous occupons dans la vie et comment nous devons procéder pour atteindre la libération finale.

Le Rayon de la Création.

Le Maître G dit que le Rayon de la Création commence sa croissance dans l'Absolu et va jusqu'à la Lune ; l'erreur du Maître G est de croire que la Lune est un morceau détaché de la Terre.

La Lune est beaucoup plus vieille que la Terre, c'est un monde déjà mort qui a appartenu à un autre Rayon de la Création.

En réalité, notre propre Rayon de Création commença dans l'Absolu et se termine dans l'Enfer, l'Infernus, l'Avitchi, le Tartarus grec, l'Averne des Romains, le Royaume minéral submergé, demeure fatale des ténébreux sublunaires.

Le Rayon de la Création correctement développé, se présente ainsi :

1 L'Absolu.

2 Tous les mondes.

3 Tous les soleils.

4 Le soleil.

5 Toutes les planètes.

6 La Terre.

7 L'Abîme.

Les frères du Mouvement gnostique doivent comprendre à fond cette connaissance ésotérique que nous leur donnons dans ce « Message de Noël » afin qu'ils sachent quelle place précise ils occupent dans le Rayon de la Création.

Nous devons connaître à fond le chemin final afin d'atteindre la nativité du coeur et la libération finale.

Dans l'Absolu commence le Rayon de la Création avec le Protocosme.

Tous les mondes dans le Rayon de la Création, correspondent à l'Ayocosme.

Tous les soleils de la Voie Lactée correspondent au Macrocosme.

Le Deutérocosme est, dans le Rayon de la Création, le Soleil.

Le Mésocosme dans le Rayon de la Création est constitué par toutes les planètes du Système Solaire et la Terre qui les représente.

Le Microcosme, c'est l'Homme, dans le Rayon de la Création.

Le Tritocosme, c'est l'atome et l'Abîme.

Dans le premier cosmos n'existe qu'une seule et unique loi, la Loi de l'Absolu.

Dans le deuxième Cosmos, la loi du premier devient trois ; trois lois gouvernent le deuxième Cosmos.

Dans le troisième Cosmos les trois deviennent six lois.

Dans le quatrième Cosmos les six lois se transforment en douze lois.

Dans le cinquième Cosmos, les douze lois doublent pour devenir vingt-quatre lois.

Dans le sixième Cosmos, les vingt-quatre lois deviennent quarante-huit lois.

Dans le septième Cosmos, les quarante-huit lois se convertissent en quatre-vingt-seize lois.

Dans le Protocosme on fait seulement la Volonté de l'Absolu, la Loi unique.

Dans le deuxième Cosmos, la grande Loi se convertit en trois : Père, Fils et Esprit-Saint, la Force Positive, la Force Négative et la Force Neutre.

Dans le troisième Cosmos commence la mécanicité, les trois forces primordiales se divisant et se convertissant en six forces.

Dans le quatrième Cosmos, la vie devient beaucoup plus mécanique car les lois qui le gouvernent ne sont plus au nombre de six mais de douze.

Dans le cinquième Cosmos, la vie est infiniment plus mécanique et n'a presque plus rien à voir avec la Volonté de l'Absolu, car les douze lois sont devenues vingt-quatre lois.

Dans le sixième Cosmos, la vie est si terriblement matérialiste et mécanique que l'on ne se doute même plus qu'il existe la Volonté de l'Absolu.

Nous vivons dans un monde mécanique de quarante-huit lois, un monde où l'on ne fait pas la Volonté de l'Absolu, un petit coin très écarté dans l'Univers, un lieu obscur et terriblement douloureux.

La place que nous occupons dans le Rayon de la Création est lamentable, car dans notre monde, on ne fait plus la Volonté de l'Absolu, pas plus que celle des Trois Personnes Divines appelées le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Quarante-huit lois mécaniques épouvantables nous gouvernent et nous dirigent, nous assimilant ainsi à de véritables bannis, vivant dans cette vallée d'amertume. Au-dessous de nous, dans le Rayon de la Création, se trouvent seulement les malheureux de l'Abîme, gouvernés par l'horrible mécanique des quatre-vingt-seize lois.

Il est indispensable de nous libérer des quarante-huit lois afin de passer dans le cinquième Cosmos (celui des vingt-quatre lois). Nous devons ensuite nous libérer du cinquième (celui des vingt-quatre lois) et continuer notre travail de libération finale, passant par le quatrième et les troisième et deuxième Cosmos jusqu'au retour vers l'Absolu.

Toutes les substances des sept Cosmos sont en nous-mêmes. Dans le cerveau pensant, nous avons la substance du Protocosme, dans le cerveau moteur ou système pensant, nous avons la substance de l'Ayocosme. Dans le cerveau conscient formé de tous les centres nerveux spécifiques de l'organisme humain nous avons la substance du Macrocosme et ainsi de suite.

Les matériaux pour travailler, nous les avons dans l'organisme humain et si nous créons les corps existentiels supérieurs de l'Etre, nous arrivons alors à nous libérer de tous les Cosmos, y compris le septième, pour pénétrer finalement dans l'Absolu, le Non-Manifesté, Sat, Ain.

Les germes des corps existentiels de l'Etre sont déposés dans le Semen, il est donc nécessaire de développer ces germes ; ce qui n'est possible que par le Maïthuna (la Magie Sexuelle).

Dans nos publications et « Messages » antérieurs, nous avons déjà parlé des corps existentiels supérieurs de l'Etre. Nos étudiants en sont par conséquent, informés.

Nous savons que le corps astral (à ne pas confondre avec le corps lunaire) est gouverné par vingt-quatre lois et que le corps physique est gouverné par quarante-huit lois.

Si nous créons le corps astral, il est clair que nous nous libérons du monde fatal des quarante-huit lois et que nous nous convertissons en habitant du monde des vingt-quatre lois.

Si nous créons le corps mental, nous nous libérons du monde des vingt-quatre lois et pénétrons dans le monde des douze lois ; n'oublions pas que le corps mental est gouverné par douze lois.

Si nous créons le corps causal ou corps de la volonté consciente, nous entrons dans le monde de six lois et devenons des habitants de ce monde, car le corps de la volonté consciente (ou corps causal) est régi par six lois.

Les travaux avec le Maïthuna et la dissolution du Moi, plus le sacrifice pour l'humanité, nous permettent de réaliser de nouvelles créations en nous-mêmes, afin de nous libérer du monde des six lois et de passer au-delà de l'Ayocosme et du Protocosme ineffables.

Il est nécessaire que tous les étudiants gnostiques comprennent, à l'occasion de ce Noël, que c'est seulement en créant les corps existentiels de l'Etre et en célébrant la mort du Moi et la nativité du coeur, qu'ils pourront atteindre la libération finale.

L'Etre ne peut entrer qu'en celui qui a créé les corps existentiels supérieurs.

La nativité du coeur ne peut être réellement célébrée que par celui qui a créé les corps existentiels supérieurs de l'Etre.

La constitution de l'animal intellectuel, appelé à tort homme, est la suivante :

1 Corps physique,

2 Corps vital,

3 Corps lunaire de désirs,

4 Corps mental lunaire,

5 Le Moi pluralisé,

6 La Bouddhata.

Les trois aspects de l'Atman-Bouddhi-Manas ou Esprit Divin, Esprit de Vie et Esprit Humain, ne sont pas encore les corps solaires, c'est-à-dire les corps existentiels de l'Etre.

Tous nos efforts sont concentrés, dirigés vers la libération de cette lune que nous portons malheureusement dans nos corps lunaires.

En créant les corps solaires, nous nous libérons de l'influence lunaire.

C'est uniquement avec le Maïthuna (la Magie sexuelle) que nous pouvons nous offrir le luxe de créer nos corps solaires, car les germes de ces corps se trouvent dans le Semen.

Les corps lunaires nous maintiennent prisonniers, vivants dans le monde des quarante-huit lois, la vallée d'amertume. Les corps lunaires sont féminins, c'est pour cela que les hommes de ce monde, dans les mondes internes, après leur mort, sont des femmes subconscientes, froides, telles des fantômes.

Il est déplorable que les écrivains Théosophes, pseudo-rosicruciens, etc., n'aient pas été capables de comprendre que les véhicules internes actuels de l'homme sont des corps lunaires que nous devons désintégrer après avoir fabriqué les corps solaires.

Il est impossible de nous libérer du monde des quarante-huit lois aussi longtemps que nous n'aurons pas créé les corps existentiels supérieurs de l'Etre.
chapitre extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -livre.php

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Macrocosme et Microcosme et leurs Lois

Message le 22 septembre 2018, 08:52

SM03 La Loi du Trois

Bien-aimés, il est nécessaire en ce Noël de 1965 que nous connaissions à fond la Loi du Trois. Il est urgent de savoir quelle place nous occupons dans ce Rayon merveilleux de la Création.

Le Fils est venu au monde pour nous sauver et il est nécessaire de savoir ce qu'est le Père, ce qu'est l'Esprit-Saint. Tous les Trimurtis sacrés de toutes les religions correspondent aux trois forces primaires de l'univers. Le Père, le Fils et l'Esprit-Saint constituent une Trinité à l'intérieur de l'Unité de la Vie.

Isis, Osiris, Horus ; Brahma, Vishnu et Shiva, etc. sont les Trimurtis sacrés qui représentent toujours les trois mêmes forces primaires. Tous les phénomènes cosmiques, toute création, ont leur base dans les trois forces primaires.

Les scientifiques contemporains reconnaissent la force et la résistance, la force positive et la force négative, les cellules positives et négatives, c'est-à-dire les cellules masculines et féminines, etc., mais ils ignorent que sans une troisième force neutre, tout phénomène, toute création est impossible. Il est certain et de toute vérité qu'une ou deux forces ne peuvent produire aucun phénomène quel qu'il soit, mais les scientifiques croient que les forces positives et négatives peuvent produire tous les phénomènes.

Si nous nous étudions nous-mêmes profondément, nous pourrons découvrir les trois forces en action. L'électricité n'est pas que positive ou négative, elle existe aussi sous sa forme neutre. Une ou deux forces ne peuvent jamais produire aucun phénomène et chaque fois que nous observons un arrêt dans le développement de quelque chose, nous pouvons dire avec une certitude absolue qu'il manque là la troisième force.

Les trois forces primaires se séparent et s'unissent de nouveau, se divisent et se multiplient cosmiquement. Dans l'Absolu non-manifesté, les trois forces primaires constituent une unité indivisible et autoconsciente sous une forme intégrale.

Pendant la manifestation cosmique, les trois forces primaires se séparent et s'unissent, et aux points où les trois concourent, se créent des phénomènes, des mondes, des univers, etc.

Dans le Rayon de la Création, ces trois forces semblent être trois volontés, trois consciences, trois unités. Chacune de ces trois forces contient en elle-même toutes les possibilités des deux autres, mais en leur point de conjonction, chacune d'elles ne manifeste qu'un seul principe, le positif, le négatif ou le neutre.

Il est très intéressant de voir les trois forces en action ; elles se séparent, s'éloignent puis se rencontrent de nouveau pour former de nouvelles et différentes trinités, qui sont le point de départ de nouveaux mondes, de nouvelles créations cosmiques.

Dans l'Absolu les trois forces sont le Logos Unique, la variété à l'intérieur de l'unité totale, le Père, le Fils et l'Esprit-Saint, constituant un tout omniconscient et Omnimiséricordieux.

Le Maître G., parlant à ses disciples sur la Loi du Trois, dit :

« Imaginons l'Absolu comme un cercle dans lequel il y a un certain nombre d'autres cercles ou, disons, de mondes de second ordre. Prenons un de ces cercles et désignons l'Absolu par le numéro 1, parce qu'en Lui les trois forces constituent un tout. Nous désignerons les petits cercles par le numéro 3, parce que dans un monde de second ordre, les trois forces sont divisées.

En se joignant de nouveau à l'intérieur de chacun des mondes de deuxième ordre, les trois forces divisées créent (fabriquent) de nouveaux mondes, des mondes de troisième ordre.

Prenons un de ces mondes de troisième ordre créés (fabriqués) par les trois forces qui agissent déjà semi-mécaniquement, cessent de dépendre de la volonté unique de l'Absolu et commencent à dépendre de trois lois mécaniques. Ces mondes de troisième ordre ont été créés par les trois forces et, ayant été créés, ils manifestent à leur tour trois forces nouvelles qui leur sont propres, et nous constatons ainsi que le nombre des forces qui agissent dans un monde de troisième ordre, est de six en tout. Dans le diagramme, on désigne le cercle de troisième ordre par le numéro 6 (3+3).

A leur tour, ces mondes créent de nouveaux mondes : des mondes de quatrième ordre. Dans ces mondes de quatrième ordre, on retrouve en action les trois forces du monde de second ordre, les six forces d'un monde de troisième ordre et trois forces propres, ce qui donne douze forces en tout.

Prenons un de ces mondes et désignons-le par le numéro 12 (3+6+3). Comme ils sont soumis à un plus grand nombre de lois, ces mondes se trouvent encore plus éloignés de la volonté de l'Absolu et ils sont encore plus mécaniques.

Les mondes créés à l'intérieur de ces derniers mondes seront gouvernés par vingt-quatre forces (3+6+12+3).

Les mondes créés à l'intérieur de ceux-ci seront gouvernés à leur tour par quarante-huit forces, et on arrive à cette somme comme suit : trois forces résultant du monde qui procède immédiatement de l'Absolu, six du suivant, douze de celui qui suit ce dernier, vingt-quatre de celui qui suit à son tour, plus trois forces qui lui sont propres (3+6+12+24+3), soit 48 en tout.

Les mondes créés à l'intérieur des mondes 48, seront gouvernés par 96 forces (3+6+12+24+48+3). Les mondes de l'ordre suivant seront gouvernés par 192 forces, et ainsi de suite (« Commentaires psychologiques sur l'Enseignement de Gurdjieff et Ouspensky » du Dr. Maurice Nicoll).

Si nous analysons à fond ces calculs mathématiques du Maître G., nous devons comprendre que le monde de 96 lois est le premier plan submergé de l'Abîme et que le monde de 192 lois correspond au deuxième plan submergé de l'Abîme.

L'Abîme est le règne minéral et il est situé sous la surface de la Terre.

L'Abîme est le Tartarus grec, l'Avitchi hindou, l'Averne romain, l'Enfer chrétien, etc.

L'Abîme a sept régions atomiques submergées ; ce sont les Enfers atomiques de la Nature.

La Loi du Trois nous permet de savoir combien de lois gouvernent chaque région submergée de l'Enfer.

Si, dans le monde cellulaire de 48 lois qui est le monde cellulaire où nous vivons, tout est déjà mécanique et si la volonté de l'Absolu n'y est pas faite le moindrement, que dirons-nous du Règne minéral ?.

Ce sont les égarés qui vivent dans le règne minéral, la vie y est très éloignée de la Volonté de l'Absolu.

Dans le Règne minéral submergé, on ne se rappelle même plus de la Volonté de l'Absolu.

Le Rayon de la Création commence dans l'Absolu et se termine dans l'Enfer.

L'ordre du Rayon de la Création est le suivant :

1 L'Absolu.

2 Tous les mondes.

3 Tous les soleils.

4 Le Soleil.

5 Toutes les planètes.

6 La Terre.

7 L'Enfer.

Nous regrettons de devoir être en désaccord avec le Maître G. sur la fameuse question de la Lune. Le Maître G. croit que le Rayon de la Création commence dans l'Absolu et se termine dans la Lune.

Le Maître G. suppose que la Lune est un fragment qui s'est détaché de la Terre dans un passé très lointain.

Le Maître G. croit que la Lune est un monde qui est en train de naître et qui se nourrit de la vitalité terrestre.

Ceux qui, comme nous, ont été actifs dans le Jour Cosmique précédent, savent très bien que la Lune a été un monde comme la Terre, un monde qui est passé par plusieurs processus évolutifs et involutifs, un monde qui a eu de la vie en abondance, et qui est maintenant mort. La Lune est un cadavre.

La Lune appartient au Rayon de Création précédent et n'appartient pas à notre Rayon de Création actuel.

L'influence lunaire est de type subconscient submergé et contrôle les régions ténébreuses de l'abîme terrestre. C'est pourquoi ces régions sont appelées en ésotérisme Régions sublunaires submergées ; ce sont les ténèbres extérieures, où il y aura des pleurs et grincements de dents.

Nous vivons normalement dans ce monde cellulaire de 48 lois et il est très intéressant de savoir que la cellule germinale dont provient par gestation l'organisme humain, possède 48 chromosomes.

Si, dans le monde et dans tous les mondes de troisième ordre créés par les trois forces qui agissent déjà semi-mécaniquement, la Volonté de l'Absolu n'est déjà plus faite, cette Volonté est encore moins faite dans ce monde de 48 lois dans lequel nous vivons, nous nous mouvons et avons notre être.

Il nous reste une seule consolation (bien que dans le fond, elle soit terrifiante), c'est que, au-dessous de nous, sous la surface de la Terre, existent des mondes de 96 et 192 forces et encore plusieurs autres, qui sont énormément plus compliqués et terriblement matérialistes, et où on ne se rappelle même plus que la Volonté de l'Absolu existe.

L'Absolu crée son plan cosmique dans le monde des 3 lois, et ensuite tout se poursuit de façon mécanique.

Nous sommes séparés de l'Absolu par les 48 lois mécaniques qui nous rendent la vie épouvantablement mécanique et terriblement ennuyeuse.

Si nous nous fabriquons un Corps astral véritable (à ne pas confondre avec le corps de désirs dont parle Max Heindel), nous nous libérons de la moitié de ces lois et ne demeurons soumis qu'aux 24 ordres de Loi qui gouvernent sagement le monde planétaire.

Se fabriquer un Corps solaire, c'est-à-dire un Corps astral authentique, signifie en fait s'approcher d'un pas de l'Absolu.

Si, après avoir fabriqué le Corps astral, nous nous offrons le luxe de nous fabriquer le Corps mental (à ne pas confondre avec le mental qu'utilisent normalement les vivants et les morts et qui est de type lunaire-animal), nous faisons un autre grand pas en direction de l'Absolu et ne demeurons soumis qu'aux 12 Lois Solaires.

Si nous nous fabriquons le Corps de la Volonté consciente, ou Corps causal (à ne pas confondre avec l'Essence animique, déposée à l'intérieur du mental lunaire), nous nous libérons alors des 12 Lois Solaires et ne demeurons soumis qu'aux 6 ordres de lois cosmiques, ce qui signifierait faire un troisième pas vers l'Absolu.

Le quatrième pas nous amène à l'Absolu lui-même, au Protocosme divin, lequel n'est gouverné que par 3 lois.

Le Protocosme est esprit divin et il est immergé au sein de l'Absolu.

Tous les soleils et tous les mondes du Protocosme sont constitués par la divine substance de l'Esprit Divin.

Nous pouvons monter ou descendre, retourner à l'Absolu ou descendre au règne minéral.

Les âmes qui entrent au Règne minéral restent d'abord soumises à 96 ordres de lois, puis à 192 et, à mesure qu'elles involuent dans ce règne submergé, elles se compliquent avec un nombre de lois de plus en plus grand.

Ceux qui entrent à l'Abîme minéral involuent, reculent, en passant par les règnes animal, végétal et minéral.

Quand les égarés arrivent à l'état minéral, quand ils se fossilisent complètement sous la surface de la terre, alors ils se désintègrent et sont réduits en poussière.

L'Abîme est le creuset de fusion ; il faut que les ténébreux se désintègrent dans l'Abîme pour que l'essence, l'âme, se libère et retourne à son Esprit Divin, d'où elle est sortie un jour.

Dans le creuset de l'Abîme, les âmes pétrifiées sont fondues par la fonte cosmique qu'Ibsen a symbolisé dans Peer Gynt par le fondeur de boutons. (Drame lyrique et satirique en 1867 de Henrik Ibsen, poète et auteur norvégien 1828-1906).

Il est clair que cette fusion des formes pétrifiées et rigides qui ont perdu le pouvoir de se développer, comporte d'épouvantables souffrances et des amertumes indescriptibles.

Le creuset de fusion a pour objet de restaurer le produit psychique défectueux, de le ramener à son état naturel de pureté primitive, et de le libérer des corps lunaires, après avoir désintégré le Moi au moyen de l'Involution submergée.

Dans le creuset de fusion cosmique, les corps lunaires et l'Ego sont réduits en poudre. Ce n'est qu'en réduisant en poudre l'Ego et ses corps lunaires que l'on peut libérer de l'Abîme l'Essence, l'Ame, le Principe psychique.

Un sage auteur disait :

« La descente aux enfers est, par conséquent, un voyage vers l'arrière dans l'involution ; un glissement dans une densité toujours croissante, dans l'obscurité, la rigidité et l'ennui inconcevable du temps ; une chute vers l'arrière à travers les âges jusqu'au chaos primitif, d'où l'ascension infinie vers la connaissance de Dieu doit reprendre depuis le commencement ».

Le Livre des Morts Tibétain dit, à propos de l'Abîme :

« En tombant là, tu auras à subir des souffrances insupportables, sans que tu puisses voir l'heure où tu leur échapperas ».

Dante situe l'Enfer à l'intérieur de la Terre et considère qu'il est formé de sphères concentriques de densité croissante, ces sphères étant de type sublunaire.

Chacune de ces sphères submergées est gouvernée par une quantité accablante de lois, cette quantité pouvant commencer par être 96 pour devenir ensuite 192 et se multiplier de plus en plus, en accord avec la Loi du Trois.

Un maître, parlant de l'Enfer disait :

« C'est là le Naraka hindou situé au-dessous de la terre et au-dessous des eaux. C'est aussi l'Aralu babylonien, la terre du non-retour, la région de l'obscurité, la maison d'où l'on ne ressort pas, le chemin dont le voyageur ne revient jamais, la maison dont les habitants ne voient pas la lumière, la région où la poussière est le pain que l'on mange et la boue la nourriture. C'est le Tartarus grec auquel menait la bouche de la terre d'où s'écoule du feu et où il y a d'énormes fleuves de feu et plusieurs rivières de boue : une caverne dans la terre, qui est la plus grande de toutes et qui, de plus, traverse toute la Terre.

Ceux qui sont considérés incurables sont jetés par l'ange dans le Tartarus et n'en ressortent plus.

C'est l'Amenti égyptien représenté dans le plan cosmique de la grande pyramide par une chambre obscure dans le rocher, à cent pieds sous la surface et de laquelle part un corridor final qui ne conduit nulle part ».

Enfer vient du mot latin Infernus et ce mot signifie Région inférieure.

La région inférieure n'est pas la région cellulaire où nous vivons ; la région inférieure est le sous-monde, le Règne minéral submergé sous la surface de la croûte terrestre.

L'Enfer est donc un sous-monde avec sept régions à l'intérieur de la Terre. La lithosphère est le règne des minéraux et la Barysphère est le règne des métaux.

Tous les êtres humains, un peu plus tard ou un peu plus tôt, s'identifient avec le monde minéral à cause de leur persistance dans le crime, et finissent par entrer dans le Règne minéral pour subir le sort des minéraux.

Les processus géologiques et les temps géologiques sont épouvantablement lents et douloureux.

Rares sont les êtres humains qui se décident à se libérer des 48, 24, 12 et 6 lois pour entrer dans l'Absolu.

L'humanité dans son ensemble préfère toujours passer des 48 lois aux 96.

Il est plus facile d'entrer dans le monde des 96 lois que de se libérer des 48, l'humanité préfère toujours le plus facile.

Avoir un coeur dur, un coeur de pierre, etc. enchante l'humanité, s'identifier avec le Règne minéral et partager le sort du minéral enchante l'humanité.

Tous les Enfers religieux sont des symboles du Règne minéral ; les enfers atomiques de la nature constituent le sous-monde minéral.

Ce qui est normal, naturel, c'est que l'humanité, dans sa presque totalité, entre dans le Règne minéral.

Ce qui est étrange, ce qui est révolutionnaire, c'est que quelques-uns se réalisent et, après s'être libérés de toutes les lois, entrent dans l'Absolu.

Se libérer des 48, des 24, des 12 et des 6 lois, signifie faire de terribles surefforts et ces surefforts ne plaisent pas aux gens.

Les gens veulent toujours le plus confortable, le plus facile et c'est pourquoi presque tous les êtres humains, un peu plus tard ou un peu plus tôt, cessent de naître pour entrer dans le sous-monde des 96 lois.

Ce n'est qu'à travers la Révolution de la Conscience que nous pouvons nous libérer des 48, des 24, des 12 et des 6 lois, mais la Révolution de la Conscience ne plaît pas aux gens.

Les gens préfèrent danser, boire, forniquer, commettre l'adultère, s'enivrer, gagner beaucoup d'argent, etc.

Cela est plus confortable pour les gens que la Révolution de la Conscience.

La Révolution de la Conscience comporte trois facteurs qui ne plaisent pas aux gens :

1 Mourir ;

2 Naître ;

3 Se sacrifier pour l'humanité.

Voilà qui est difficile pour les gens en général. Rare est celui qui veut mourir, c'est-à-dire désintégrer son cher Je. Rare est celui qui se résout vraiment à réaliser la connexion sexuelle sans éjaculation de la semence, dans le but de fabriquer son Corps astral légitime, son authentique Corps mental et son véritable Corps causal, ou Corps de la Volonté consciente. Rare est celui qui est résolu à se sacrifier pour le salut du monde.

Les gens préfèrent jouir des plaisirs de la terre et entrer ensuite dans le sous-monde minéral pour y subir le sort des minéraux ; c'est plus facile, plus confortable, plus doux.

La Révolution de la Conscience requiert de terribles surefforts et les gens n'aiment pas ce qui les dérange.
chapitre extrait du livre : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -livre.php


Sujet remonté par Gemani le 22 septembre 2018, 08:52.

Répondre

Retourner vers « Rapport microcosme au macrocosme »