La Transformation des Impressions (+ Vidéo d'Oscar)

Répondre
Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

La Transformation des Impressions (+ Vidéo d'Oscar)

Message le 21 Février 2009, 19:28

33. Assimilation Intelligente des Impressions (L'aliment des Impressions)


Les 3 Aliments :
Pour voir les autres vidéos : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... videos.php

[...] Des impressions. Cette chaire sera éminemment psychologique.

Il existe trois types d'aliments qui varient en [...] Le premier, nous pouvons l'appeler « NOURRITURE ». Pour les aliments qui entrent par la bouche (et la bouche est le [...]), il y a indubitablement un milieu pour ceux-ci (ces aspects) qui permet d'en transformer les principes vitaux de la vie : je me réfère à l'ESTOMAC. S'il n'y avait pas d'estomac, la transformation du premier type d'aliments ne serait pas possible.

Cependant, l'aliment qui pénètre par la bouche n'est pas le plus important. Nous savons bien comment les aliments sont transformés à travers la digestion ; il n'y a pas de doute qu'en ultime synthèse, les principes vitaux sont déposés dans le sang [...] qui les dirige vers tous les organes du corps.

Cependant, quelqu'un peut rester un certain temps sans manger. Le Mahatma Gandhi pouvait rester jusqu'à quarante jours sans manger et même plus : il parvint à rester jusqu'à deux ou trois mois sans manger. Ce n'est donc pas l'aliment le plus important.

Le deuxième type d'aliments est le PRANA qui entre, avec l'oxygène, dans notre corps physique ; c'est lui qui pénètre par les portes de la respiration et, indubitablement, il existe un organe ou des organes spéciaux pour la transformation de l'aliment qui pénètre par le nez. Ainsi donc, l'air vital se transforme naturellement en oxygène à travers les POUMONS, et cet oxygène est déposé ensuite dans tout le flot sanguin, dans le sang.

La respiration est plus importante que l'aliment qui entre par la bouche et va à l'estomac, car nous pourrions rester jusqu'à un mois environ sans manger, mais nous ne pourrions pas rester longtemps sans respirer.

Normalement, on peut rester une minute ou deux sans respirer et certains arrivent jusqu'à trois minutes. Moi, j'ai pu arriver à rester sans respirer durant plus de quatre minutes (avec de l'entraînement), mais indiscutablement, au-delà de ce petit temps limité, si nous ne respirons pas, nous mourons. En réalité, la respiration est donc vraiment plus importante que la nourriture physique.

Et enfin, il existe une troisième catégorie d'aliment (ou d'aliments), qui est encore plus importante. Je me réfère, en le soulignant, aux IMPRESSIONS. Il est indiscutable que nous ne pourrions même pas demeurer une seconde dans cette existence si les Impressions n'existaient pas. Nous ne pouvons pas vivre une seconde sans recevoir d'Impressions.

Notre organisme se nourrit tout spécialement des Impressions. Si l'air ne produisait pas d'Impressions dans nos poumons et dans notre sang, nous ne vivrions pas ; si la nourriture n'arrivait pas à « impressionner » l'estomac et les voies intestinales, nous ne pourrions pas vivre non plus.

Par conséquent, les Impressions sont fondamentales. Malheureusement, à la différence de la respiration et du premier aliment qui entre par la bouche et va à l'estomac, nous n'avons pas - dans ce cas-là - d'organe pour DIGÉRER les Impressions et c'est regrettable.

L'air dispose des poumons, la nourriture dispose de l'estomac, mais les Impressions, de quels organes disposent-elles ? Elles passent au Mental et cela, nous ne pouvons pas le nier, mais nous n'avons pas ce qu'il faut pour « digérer » les Impressions ; il n'y a pas d'organe pour la digestion et la transformation des Impressions.

Toutes les circonstances de la vie arrivent au mental sous forme d'Impressions ; les événements arrivent au Cerveau sous forme d'Impressions. La joie, la tristesse, l'espérance, le désespoir, les problèmes, les préoccupations, etc., arrivent au Mental sous forme d'Impressions. N'importe quelle circonstance, n'importe quel évènement, aussi insignifiant soit-il, arrive au Mental sous forme d'Impressions.

Je le répète : malheureusement, nous ne disposons pas d'organe capable de « digérer » les Impressions ; c'est un motif plus que suffisant pour que ces Impressions se transforment en agrégats psychiques, c'est-à-dire en Mois. Si nous ne « digérons » pas la mauvaise Impression que nous recevons - par exemple - d'une personne qui nous insulte, cette Impression se convertit alors, à l'intérieur de nous, en un Moi de vengeance. Si nous ne « digérons » pas l'Impression que provoque en nous une coupe de vin, cette Impression se convertit évidemment en un Moi de l'ivresse. Si nous ne « digérons » pas l'Impression que provoque en nous une personne du sexe opposé, il n'y a pas de doute que cette Impression se convertit, pour la même raison, en un Moi de luxure. Si nous ne « digérons » pas une Impression qui parvient à notre Mental, en relation avec un coup de chance, cette Impression peut, bien entendu, se transformer en un Moi de convoitise.

De sorte que le fait de ne pas « digérer » les Impressions équivaut à créer des Mois. Les Impressions non digérées, je le répète, se transforment en de nouveaux Mois.

Ainsi, non seulement avons-nous les « Mois » que nous possédons, ceux que nous apportons d'existences antérieures, mais ce qui est pire, nous créons tous les jours de nouveaux « Mois » et cela est lamentable.

Il est indispensable de cesser de créer des « Mois ». Mais ce n'est possible qu'en « digérant » les Impressions. Et comment les « digérer » ? De quelle manière, de quelle façon ? Comment les transformer en quelque chose de différent ? Est-ce que c'est possible ? Oui, c'est possible ! Comment ? Par l'intermédiaire de la CONSCIENCE. Si nous interposons, entre les Impressions et le Mental, ce qu'on appelle « Conscience », les Impressions sont « digérées ».

Les Impressions, en elles-mêmes, sont de l'HYDROGÈNE 48, un hydrogène assez lourd. Une fois digérées, grâce à la Conscience, elles se transforment en Hydrogène 24 qui sert à nourrir le Corps Astral. Cet Hydrogène 24 peut, à son tour, se transformer en Hydrogène 12 pour nourrir le Corps Mental et, finalement, l'Hydrogène Mental une fois « digéré », se transforme en Hydrogène 6 dont se nourrit le Corps Causal.

Il vaut donc mieux « digérer » nos Impressions dans le but de transformer l'Hydrogène 48 en aliments pour les Corps Existentiels Supérieurs de l'Être.

En temps normal, les Impressions blessent le Mental et le Mental réagit alors à l'impact provenant du monde extérieur ; si on nous frappe, nous frappons ; si on nous insulte, nous insultons ; si on nous incite à boire, nous buvons, etc., le Mental réagit toujours aux impacts provenant du monde extérieur. Nous devons éviter une telle réaction et c'est possible exclusivement en interposant la Conscience entre le Mental et les Impressions.

Y aurait-il quelque manière, quelque technique, quelque pratique permettant d'utiliser la Conscience pour l'interposer entre les Impressions et le Mental ? Existe-t-il une clé qui nous permette d'utiliser la Conscience de cette façon, pour que ce soit la Conscience qui reçoive les Impressions et non le Mental ?

Car lorsque la Conscience reçoit les Impressions, elle les « digère » inévitablement, elle les transforme en quelque chose de distinct ; mais quand ce n'est pas la Conscience qui reçoit les Impressions, mais plutôt le Mental, il se trouve alors que le Mental réagit contre les impacts provenant du monde extérieur ; il réagit violemment, de façon mécanique.

Comment donc utiliser la Conscience ? Comment l'utiliser, de quelle façon, afin que ce soit elle (et seulement elle) qui reçoive les impressions et les transforme ?

Je vais vous donner la clé, qui est très simple : NE JAMAIS NOUS OUBLIER NOUS-MÊMES, NE JAMAIS OUBLIER NOTRE PROPRE ÊTRE. Si on oublie son propre Être Intérieur face à quelqu'un qui nous insulte, on finit par insulter ; si on s'oublie soi-même, qu'on oublie son propre Être en présence d'une coupe de vin, on finit par s'enivrer ; si on s'oublie soi-même, qu'on oublie son propre Être en présence d'une personne du sexe opposé, on finit par forniquer.

Lorsqu'on apprend à vivre en état d'ALERTE PERCEPTION, d'ALERTE NOUVEAUTÉ, lorsqu'on fait le rappel de soi-même d'instant en instant, d'un moment à l'autre, lorsqu'on ne s'oublie jamais soi-même, indubitablement on devient conscient.

Si on ne s'oublie pas soi-même en présence d'un insulteur, si on n'oublie pas son propre Être, on transforme alors ces Impressions perverses en Hydrogène 24 qui sert à fortifier le Corps Astral, en Hydrogène 12 qui alimente le Mental et en Hydrogène 6 qui alimente le Causal ; c'est-à-dire qu'on transforme les insultes en une force différente.

Si on ne s'oublie pas soi-même en présence d'une coupe de vin, on transforme cette Impression (cet Hydrogène 48) en Hydrogènes 24,12 et 6. Si on ne s'oublie pas soi-même en présence d'une forte somme d'argent, on transforme cette Impression en Hydrogènes 24, 12 et 6.

De sorte que « ne pas s'oublier soi-même » est la clé qui nous permet d'utiliser intelligemment la Conscience. Lorsqu'une personne ne s'oublie pas elle-même, elle interpose, entre le Mental et les Impressions, ce qu'on appelle « Conscience ».

Ce qui est beau, c'est que ce soit la Conscience qui reçoive les Impressions provenant du monde extérieur, parce que la Conscience peut les transformer en quelque chose de différent : en éléments créateurs, en Éléments Superlatifs de l'Être, en Forces Diamantines qui servent pour le développement des chakras, en de multiples forces qui servent au développement de certains pouvoirs qui existent dans notre constitution interne.

Il est donc nécessaire de savoir que tous les Mois que nous avons actuellement sont le résultat d'Impressions NON DIGÉRÉES, non transformées, et c'est regrettable.

Malheureusement, les gens ne se rappellent jamais d'eux-mêmes. C'est pourquoi les Impressions parviennent à notre Mental et elles restent ainsi, absolument pas transformées, donnant naissance (bien sûr) aux agrégats psychiques, aux Mois.

Il est nécessaire de dissoudre les Mois, mais il est aussi nécessaire de NE PAS CRÉER DE NOUVEAUX MOIS. Quelqu'un pourrait s'offrir le luxe de dissoudre tous les Mois, mais s'il s'oublie lui-même, il crée, une fois de plus, de nouveaux Mois et voilà ce qui est grave.

Le RAPPEL DE SOI MÊME est une chose intéressante. Lorsqu'on se rappelle de soi-même, on donne naissance à des forces différentes de celles de ses semblables : des forces distinctes, des forces qui rendent un individu complètement différent des autres.

Il est donc intéressant de savoir que ceux qui créent de telles forces deviennent différents ; même leurs capacités vitales sont décuplées. Si nous mettions deux individus dans un lieu inhospitalier, avec une mauvaise alimentation, un mauvais environnement, etc. (le premier, qui ne se rappelle jamais de lui-même, qui vit une vie mécanique, et l'autre, qui se rappelle toujours de lui-même d'instant en instant, qui se rappelle toujours de son propre Être, qui n'oublie jamais son Être Intime), vous pouvez être absolument certains que le premier mourrait rapidement et que le second vivrait malgré l'environnement inhospitalier, parce qu'il est entouré de forces différentes de celles des autres...

Tout le problème de la LIBÉRATION est fondé sur la TRANSFORMATION, et la transformation a pour base le SACRIFICE.

Observez que la vie entière est transformation. C'est grâce aux infinies transformations qui s'effectuent dans le ventre maternel que peut se former l'organisme humain.

Si nous observons par exemple un oeuf (que ce soit celui d'un serpent ou celui d'un oiseau), nous y voyons des possibilités latentes, susceptibles de se développer. Ces possibilités deviennent des faits grâce à la transformation.

Le feu de la cheminée, celui qui nous réchauffe durant les jours d'hiver, est le résultat de la transformation. La digestion en nous est tout un processus de transformation grâce auquel il est possible d'exister. La transformation de l'air à l'intérieur des poumons est un autre processus de transformation, et si nous voulons nous transformer psychologiquement, il nous faut également transformer les Impressions, c'est-à-dire la troisième catégorie d'aliments.

Je le répète : tous les évènements de la vie (qui arrivent au Mental) surviennent sous forme d'Impressions. Je suis en train de vous parler, à vous qui êtes ici réunis dans cette salle, dans ce Lumitial et qu'est-ce qui parvient à votre Mental ? Une Impression, une série d'Impressions : vous voyez un homme qui est en train de vous parler et vous l'écoutez.

Ces Impressions sont en train de parvenir à votre Mental et, au moment où je vous parle, êtes-vous certains d'être en train de « digérer » cette Impression, l'Impression de voir un homme qui vous parle, qui vous donne des Enseignements Ésotériques ? Êtes-vous dans un processus de « digestion » ou de transformation, ou non ? Si vous n'êtes pas dans un processus de digestion ou de transformation de cette Impression (celle de voir devant vous Samaël Aun Weor qui vous parle), vous êtes en train de perdre lamentablement votre temps. Pourquoi ? Parce que vous n'êtes pas en train de « digérer » cette Impression, de la transformer.

Si elle n'est pas « digérée », elle ne se transforme pas ; avant la transformation, existe la « digestion » de l'Impression.

Comment faire pour « digérer » cette Impression ? (Vous voyez ici un homme, habillé en blanc, en train de donner une conférence). Eh bien, ne pas oublier son propre Être ; que ce soit l'Être qui reçoive l'Enseignement ; faire passer tout l'Enseignement à l'Être ; écouter avec l'aspiration qu'il parvienne à l'Être.

Si vous « digérez » l'Impression, vous la comprenez mieux ; si vous ne procédez pas ainsi, vous êtes en train de perdre votre temps et, pour cette raison, cette chaire s'avèrera inutile.

De sorte que nous devons commencer avec des faits, parce que « celui qui écoute la parole et ne la met pas en pratique est semblable à un homme qui se regarde dans un miroir, puis tourne le dos et s'en va ». Il ne suffit donc pas d'écouter la parole ; il faut « LA DI-GÉ-RER » ; c'est précisément ce qui est fondamental.

Voyez vous-mêmes comme cet évènement qu'on appelle « IMPRESSIONS » est important ! Nous ne pouvons pas vivre une seule seconde, ni même un millième de seconde, sans Impressions.

Ainsi donc, il vaut la peine de les transformer en quelque chose de différent : en Pouvoirs, en Lumière, en Feu, en Harmonie, en Beauté... Mais si nous ne les transformons pas, je le répète (même si la répétition me fatigue), elles se transforment tout simplement en de nouveaux agrégats psychiques, en de nouveaux Mois...

Il est nécessaire que nous devenions plus réfléchis. En vérité, en réalité, tels que nous sommes, dans l'état où nous nous trouvons, ne « digérant » pas les impressions et créant de nouveaux Mois seconde après seconde, d'instant en instant, nous ne sommes rien d'autre que de simples machines contrôlées par les agrégats psychiques.

Nous vivons dans un monde où l'activité est intense, où TOUS CROIENT FAIRE QUELQUE CHOSE alors que PERSONNE NE FAIT RIEN : tout nous ARRIVE, comme lorsqu'il pleut, comme lorsqu'il tonne. Pourquoi ?

Simplement parce que nous n'avons pas incarné l'Être. SEUL L'ÊTRE PEUT FAIRE ; Lui « fait » et l'Homme véritable, c'est l'Être ; mais si c'est la machine qui agit, ce qui est en train d'agir c'est quelque chose qui n'est pas l'Être ; ce qui est en train d'agir, c'est un robot programmé par un ordinateur merveilleux qui s'appelle le Cerveau ; la machine agit mécaniquement. Dès lors, elle n'est pas en train de « faire », elle est en train d'agir.

FAIRE est une chose et AGIR en est une autre. N'importe quelle machine agit, bouge, marche, remplit ses fonctions, parce que c'est une machine et qu'elle a été programmée pour remplir ses fonctions ; mais « faire » est quelque chose de différent. Seul l'Homme peut « faire », et l'Homme véritable, c'est l'Être. Distinguons l'Homme véritable (qui est l'Être), de la machine (la machine n'est pas l'Être).

Je le répète : l'« animal intellectuel » est un robot programmé et son Cerveau est un ordinateur merveilleux, un ordinateur qui se maintient par lui-même, un ordinateur qui fait des calculs mathématiques, avec une précision minutieuse ; qui a besoin de vibrations pour une [...] cérébral ; un ordinateur qui enregistre les ondes visuelles et les ondes sonores, qui enregistre l'extérieur et l'intérieur, qui se suffit à lui-même. C'est un ordinateur de premier ordre, merveilleux, mais il n'est que cela et rien d'autre que cela : un ordinateur.

Cet ordinateur dispose d'un organisme physique et il l'utilise pour aller et venir, etc. Cet ordinateur est entre les mains de l'Ego, non de l'Etre, et l'Ego est le résultat de nombreuses Impressions non « digérées ».

Donc, ce qui agit ici, dans ce monde douloureux où nous vivons, c'est une machine équipée d'un grand ordinateur. Ici ce n'est pas l'Être qui agit, mais la machine. Nous pourrions dire que la machine est une machine et que l'Être est l'Être.

Mais vraiment, en réalité, qu'appelons-nous la « Vie » ? Il est certain qu'elle est comme un film... Oui... et lorsqu'arrive l'heure de la mort, nous retournons au point de départ de ce film et nous l'emportons pour l'Éternité. Au retour, lorsque tout cet ego revient, il le fait avec son film.

En se restructurant dans un nouvel organisme physique, il projette de nouveau son film sur l'écran de l'existence. Et que projette-t-il ? Sa vie. Laquelle ? Celle de toujours, la même qu'il a eue lors de l'existence précédente, c'est-à-dire qu'il répète pareillement ce qu'il a fait durant l'existence précédente et durant les existences antérieures. Tout ce qu'il projette est programmé dans le Cerveau depuis la naissance.

De sorte que nous sommes des ROBOTS PROGRAMMÉS ; l'Être n'intervient en rien dans toute cette tragédie ; il ne se mêle pas de ces choses. L'Être de chacun d'entre nous se meut librement dans la Voie Lactée.

Ce qui existe et qui vit ici, dans cette douloureuse vallée de la vie, c'est un tas d'ombres pourvues d'organismes physiques. Et que font ces organismes ? Rien ! Ils bougent mécaniquement, conformément au programme qui a été déposé dans leurs Cerveaux (Je ne veux pas dire dans le Cerveau physique seulement, mais bien dans les TROIS CERVEAUX : l'Intellectuel, l'Émotionnel et le Moteur).

Et l'Être, que fait-il pendant que nous sommes ici à souffrir, à peiner au travail, à pleurer, à lutter pour obtenir de quoi payer le loyer, de quoi acheter un vêtement, etc. ? Que fait l'Être ? Il vit et [...] dans la Voie Lactée, il se déplace librement dans la Voie Lactée.

Mais alors, qu'est-elle donc, cette douloureuse existence que nous supportons ? Une pure illusion, une chose vaine !

C'est à juste titre que les hindous disent « que ce monde n'est que MAYA, que ce monde est illusoire, qu'il n'a aucune valeur ».

Il nous faut, je le répète, avoir une Existence Réelle, puisque nous ne l'avons pas encore. L'un d'entre vous se vanterait-il d'avoir une Existence Réelle ? Lequel d'entre vous a-t-il une Existence Réelle ?

Oui, mon ami... [ici, il semble que quelqu'un l'interrompt en levant la main]... Ne me dis pas que tu l'as véritablement [il y a un moment de silence]... Je ne vois ici que des machines qui se déplacent, des machines programmées, des robots programmés, rien de plus. Il est évident que nous devons cesser d'être des robots et que nous pouvons cesser de l'être. Mais, pour cesser de l'être, nous devons éliminer tous nos agrégats psychiques, c'est évident.

Vous savez que nous devons éliminer les agrégats psychiques, mais savoir cela n'est pas tout ; nous devons CESSER DE CRÉER DE NOUVEAUX AGRÉGATS (et nous en créons chaque jour en ne « digérant » pas les Impressions).

Il nous faut « digérer » les Impressions, les transformer en Forces différentes pour ne pas créer de nouveaux « Mois », et il nous faut « digérer » les vieilles Impressions, celles qui ont donné naissance aux « Mois » que nous avons actuellement. C'est possible, à l'aide de la RÉFLEXION, de l'AUTO-OBSERVATION et de l'ÉLIMINATION.

Lorsqu'on digère les vieilles Impressions qui sont déposées dans les cinq cylindres de la machine (sous forme d'habitudes, d'émotions inférieures, de pensées négatives, d'instincts dépravés, d'abus sexuels, etc.), on désintègre alors ces éléments inhumains, on les réduit en poussière.

Il faut donc non seulement « digérer » les nouvelles Impressions qui arrivent au Mental, mais aussi les vieilles Impressions. Et on les « digère » (je le répète et l'explique) en s'auto-observant d'instant en instant, moment après moment.

Nous avons besoin d'exemples et je vais en donner : supposons que, tout à coup, nous soyons jaloux. Par exemple, un homme a découvert que sa femme a un autre homme et ici, bien sûr, le Moi de la jalousie est entré en scène. Que faire ?

Il a découvert le Moi de la jalousie. La Loi de la Récurrence nous dit que dans une existence passée le même triangle a existé et que dans une existence encore plus ancienne le même triangle avait existé. Ainsi donc, cette jalousie que l'on ressent est due à une Impression « non digérée », non transformée.

Si on tente ensuite de « digérer » cette Impression, disons de la transformer en quelque chose de différent ; si par la réflexion, on arrive à la conclusion que la jalousie est absurde, qu'elle n'a pas réellement de sens, on fait alors la « digestion » de cette mauvaise Impression qui nous vient des temps anciens.

Lorsqu'on fait cette digestion, on a donc les meilleures possibilités pour désintégrer l'Ego. Il manque seulement la prière (la supplique à Devi Kundalini Shakti) pour que ce soit elle qui désintègre cet Ego (résultat d'une ancienne Impression « non digérée ») et, à la fin, cet Ego de jalousie se réduit en poussière.

Supposons que nous nous disputions avec une autre personne parce qu'elle ne veut pas nous rendre de l'argent qui nous fait défaut (il s'agit là, sans aucun doute, d'une Impression « non digérée »). Si, au moment où nous sommes allés récupérer cet argent, cet individu n'a pas voulu nous payer et que nous ayons ressenti une grande contrariété ainsi que le désir de nous battre contre cet homme, nous devons alors être suffisamment compréhensif pour méditer en arrivant à la maison, et essayer au moyen de l'introspection, de faire la « digestion » de cette très mauvaise impression.

Il n'y a pas de doute que la Loi de Récurrence a travaillé là aussi ; il n'y a pas de doute que le même cas s'est déjà produit (par Loi de Récurrence) : nous avons déjà prêté une certaine somme d'argent à ce même monsieur et il ne nous l'a pas rendue. Et la fois précédente, il s'était produit la même chose et la fois d'avant pareillement ; et c'est toujours la même chose qui s'est passée ; c'est à cause de cela que nous fabriquons un Moi de haine contre cet homme.

Mais maintenant, il va être nécessaire de « digérer » complètement cette mauvaise Impression (qui vient d'un lointain passé et qui s'est transformée maintenant en un Moi), de la « digérer » par la réflexion, de comprendre que cette histoire d'argent est vaine, illusoire, et qu'à l'heure de notre mort nous n'emporterons même pas un centime avec nous pour l'Éternité.

Lorsque nous serons devenus bien conscients de cela, nous supplierons ensuite Devi Kundalini Shakti de désintégrer cet Ego (qui n'est rien de plus que le résultat d'une série d'Impressions « non digérées ») et il est clair que notre Mère Divine le réduira en poussière et que nous serons libérés de cette mauvaise impression.

Tous nos Mois ne sont que le résultat d'Impressions non transformées, « non digérées ». Une fois que ces Impressions non digérées » sont désintégrées, ces Forces des Impressions [...] se transforment en quelque chose de différent : en Hydrogènes 24, 12 et 6 et on se trouve alors nettoyé.

Ainsi donc, les Impressions passées et présentes doivent être transformées en Forces Cosmiques et Divines et c'est possible en NE NOUS OUBLIANT PAS NOUS-MÊMES, en N'OUBLIANT PAS NOTRE PROPRE ÊTRE... Quand on ne s'oublie pas soi-même, quand on vit en état d'Alerte Perception, d'Alerte Nouveauté, on transforme alors ces Impressions en quelque chose de différent.

Si quelqu'un réussit à transformer la totalité de ses Impressions, il sera un véritable BIENHEUREUX, parce que l'Être demeurera en lui et lui en l'Être, et il aura donc une Existence Réelle ; alors il pourra « faire », puisqu'il possédera l'Être incarné.

Tels que nous nous trouvons, nous ne sommes que des robots programmés. Ces Impressions « non digérées » sont restées déposées dans nos trois Cerveaux et ces mêmes Impressions se répètent d'instant en instant, moment après moment et durant toute notre vie. C'est la mécanique de la Loi de Récurrence : une répétition de vieilles Impressions.

Croyez-vous que ce soit agréable d'être des machines, de jouer le rôle de robots, de ne pas avoir incarné l'Être, de vivre ainsi comme des ombres, dans cette vallée de larmes ? Croyez-vous qu'il vaille la peine de mener une telle existence ? Et que sommes-nous ? Des ombres misérables, des robots programmés, programmés par les vieilles Impressions du passé ! Toutes les Impressions de nos existences passées qui sont restées « non digérées » ont été déposées dans nos Trois Cerveaux et, maintenant, elles se répètent mécaniquement.

De sorte que nous ressemblons à de véritables robots, que nous sommes des robots qui se déplacent mécaniquement dans cette vallée de larmes.

Jusqu'à quand voulez-vous continuer à vivre transformés en robots ? Jusqu'en quelle année, jusqu'à quelle date ? Réfléchissez à cela, mes chers frères, parce que c'est vraiment déplorable d'être un robot...

J'ai terminé ma chaire. Et maintenant, avant de conclure cet enseignement, il convient que ceux qui désirent poser des questions le fassent avec la plus entière liberté et que ceux qui ne sont pas d'accord disent pourquoi ils ne le sont pas.

Disciple. Lorsqu'une impression a été transformée et qu'elle passe de l'Hydrogène 48 à 24 et ensuite à 12, jusqu'à l'Hydrogène 6, est-ce qu'elle peut continuer de l'Hydrogène 6 à l'Hydrogène 3 ?

Maître. Oui, ELLE PEUT CONTINUER pour nourrir les Corps Existentiels les plus élevés et elle peut arriver JUSQU'À L'HYDROGÈNE 1. Tenez compte du fait qu'on peut créer non seulement les Corps Astral, Mental et Causal, mais qu'on peut aussi s'offrir le luxe de créer les QUATRE KAYAS (qui sont le Nirvanakaya, le Sambhogakaya, l'Addikaya et le Dharmakaya).

Évidemment, les Hydrogènes très fins qui sont nécessaires pour nourrir ce type de véhicules doivent provenir d'ici même, de ce monde physique où nous vivons ; ils doivent émaner ou provenir des impressions transformées, ou en d'autres termes, de l'Hydrogène 48 transformé de façon échelonnée, graduelle.

D. Maître, le Rappel de Soi, est-ce simplement une attitude psychologique, ou bien est-ce le fait de penser : « je suis ici », en gardant cette pensée présente en nous-mêmes ?

M. Si tu dis : « je suis ici », ce peut être le robot qui affirme cela. C'est le robot, simplement, qui l'affirme. Le robot dit : « oui, moi, je suis ici » (voilà le robot). Il ne s'agit pas de cela. IL S'AGIT DE NE PAS OUBLIER SON PROPRE ÊTRE, ce qui est différent. Lui, il vit normalement dans la Voie Lactée et, actuellement il n'est pas incarné dans le robot, parce que l'Ego et l'Être sont incompatibles. Il s'agit de ne pas oublier l'Être ; il ne s'agit pas de renforcer le robot, mais de renforcer l'Être, ce qui est différent. Une autre question, mes frères ?

D. Vénérable Maître, puisque le corps humain (ou la machine) n'a pas de moyens pour digérer les impressions, comme l'estomac pour les aliments, les poumons pour l'air, qu'est-ce qui pourrait « digérer » les impressions chez un désincarné ?

M. Et qu'est-ce que les désincarnés ont à voir avec la question des robots ?

D. C'est ma question, sans plus...

M. Non, « Impression », c'est ce verre que je suis en train de prendre là (et il est, certes, délicieux, ce « Tehuacan »). « Impression » c'est, par exemple, cet appareil mécanique ; « Impression » c'est ce que tu manges, ce que tu bois, ce qui arrive à ton Mental à travers les sens. TOUT CELA EST « IMPRESSION ». « Impression » c'est exister, c'est vivre. La joie, la tristesse, ce qui nous cause des préoccupations, ce qui nous donne des aspirations, ce qui nous donne de l'espoir, ce qui nous fait désespérer, tout cela est « Impression ».

Qu'est-ce que les « gens désincarnés » ont à voir dans cette comédie ? Rien, n'est-ce pas ? Lorsqu'on dit qu'il faut transformer les Impressions, on veut dire qu'il faut utiliser un instrument. Lequel ? La Conscience. Mais qu'est-ce que la Conscience, pourquoi existe-t-elle ? La Conscience appartient à l'Être et lorsqu'on n'oublie pas son propre Être, évidemment la Conscience fonctionne. Ne pas oublier son propre Être, c'est extraordinaire.

Pourquoi existe-t-il des ANGES DÉCHUS ? Parce qu'à un moment donné ils se sont oubliés eux-mêmes, ce qui est plus que suffisant pour tomber la tête la première dans le précipice. Lorsque je parle de « ne pas s'oublier soi-même », je ne suis pas en train d'affirmer par là qu'il s'agit de renforcer la machine, le robot. Non, « ne pas s'oublier soi-même » signifie NE PAS OUBLIER SON ÊTRE INTÉRIEUR PROFOND. C'est à cela que je me réfère avec insistance et cela doit être compris à la lumière d'une Psychologie Transcendantale, Révolutionnaire. Une autre question ?

D. Vénérable Maître, une personne qui n'a jamais expérimenté l'Être et qui n'a pas eu [...] quelle attitude psychologique doit-elle avoir pour le Rappel de Soi et pour renfoncer l'Être en elle-même ?

M. LA PERSONNALITÉ DOIT DEVENIR DE PLUS EN PLUS PASSIVE, afin que nous devenions réceptifs. Lorsqu'on devient réceptif on se met à sentir de plus en plus l'Être, à travers le Centre Émotionnel Supérieur. Car il est écrit : « Bienheureux les coeurs purs, car ils verront Dieu. »

Il faut purifier notre coeur pour que surgisse en nous une INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE, qui est beaucoup plus élevée que l'INTELLIGENCE CÉRÉBRALE. N'importe quelle cérébralité, aussi magnifique soit-elle, est bien peu de chose face à l'Intelligence Émotionnelle.

L'Intelligence Émotionnelle nous permet de sentir l'Être. Ainsi donc, ce qu'il faut (comme je l'ai dit) c'est prendre soin de développer l'Intelligence Émotionnelle, qui va se développer chaque fois davantage à mesure qu'on purifie le coeur, c'est-à-dire à mesure qu'on se met à éliminer les agrégats psychiques.

Si au début, l'Intelligence Émotionnelle n'existe que de façon purement résiduelle ou potentielle, à mesure que nous allons désintégrer l'Ego, cette Intelligence Émotionnelle deviendra de plus en plus visible, de plus en plus apte...

N'oublions pas l'Être, prenons soin d'avoir toujours un coeur tranquille et c'est ainsi, véritablement et réellement, que nous ne créerons pas de nouveaux Egos. Cependant, tant que nous oublierons l'Être, les Impressions arriveront à notre Mental et demeureront « non digérées ». Elles se transformeront alors en de nouveaux Mois ou bien elles fortifieront les Mois déjà établis dans les Cinq Cylindres de la machine organique ; c'est évident.

D. Vénérable Maître, parfois on sent qu'un Moi est en train d'agir, par exemple la colère. On se rend compte qu'on a de la colère et on veut comprendre le phénomène, ce qui a provoqué de la colère. Cependant, on ne sent pas le désir de faire partir cette colère car le Moi est fort ; que faire dans ce cas ?

M. De toute évidence, le Moi de la colère, pleinement établi donc dans les Cinq Cylindres de la machine, est devenu (dans ce cas-ci) le maître et seigneur de toute la machine. Malgré tout, il existe alors une petite marge de liberté (assurément très limitée) qui peut être utilisée.

Pour parler sous forme d'analogies, nous dirons que cette marge est aussi petite que l'espace qui peut exister entre un violon et l'étui qui le contient. Elle est vraiment très limitée ; mais si nous l'utilisons intelligemment, elle pourra augmenter. Il faut FAIRE APPEL À L'AUTO-RÉFLEXION ÉVIDENTE DE L'ÊTRE et il faut aussi faire appel à l'AUTO-OBSERVATION : observer ce Moi de la colère en action.

Lorsque quelqu'un s'auto-observe durant une crise de colère, il comprend que quelque chose, quelque chose de différent de lui-même, a pénétré dans son Cerveau et s'en est rendu maître. Si quelqu'un a vérifié cette réalité (à l'aide de l'auto-observation), il peut faire un autre pas, qui est celui de l'auto-réflexion évidente et si, grâce à l'auto-réflexion évidente, il est arrivé à la conclusion que c'est un démon de la colère qui s'est emparé de lui, il pourra alors faire le troisième pas : CELUI DE LA MÉDITATION INTÉRIEURE PROFONDE.

Par la méditation vient l'ANALYSE SUPERLATIVE ; il faut réfléchir, il faut clarifier dans le mental ce qui est arrivé pour que la colère surgisse et on arrivera ainsi à découvrir que ce Moi de la colère a d'autres racines : ce peut être l'amour-propre ; il se peut que quelqu'un ait blessé notre amour-propre ; ou peut-être quelqu'un a-t-il blessé notre orgueil ou bien heurté notre mental susceptible ou blessé notre vanité, etc.

Si on arrive à découvrir donc, la cause de cette colère, on comprend alors que cette colère est vaine, et si on comprend que cette colère est vaine, on a alors la possibilité de la désintégrer.

Il suffira seulement d'IMPLORER KUNDALINI SHAKTI pour qu'elle DÉSINTÈGRE cet agrégat psychique. Je suis certain qu'elle vous aidera dans le processus de la désintégration. À l'évidence, c'est le chemin à suivre. Une autre question ?

D. Maître, l'Inspiration joue-t-elle un rôle important dans tout cela ?

M. Eh bien, les plus grands Initiés disent qu'il y a trois échelles qui conduisent à l'Initiation : Imagination, Inspiration et Intuition, est-ce clair ? Tous les frères sont remplis d'Inspiration, il n'y en a pas un qui ne ressente de l'Inspiration, mais une chose est l'Inspiration et autre chose est l'OBJECTIVATION DE LA CONSCIENCE.

Même si quelqu'un ici, se sent très inspiré, s'il n'a pas réussi à détruire ses Mois, sa Conscience n'est pas objective. Et SI SA CONSCIENCE N'EST PAS OBJECTIVE et malgré qu'il se sente toujours inspiré, IL N'ARRIVERA PAS POUR AUTANT À L'ILLUMINATION. Pour atteindre l'Illumination, il faut que les agrégats psychiques disparaissent de [...] ce n'est qu'une fois disparus que surgit en nous l'INSPIRATION OBJECTIVE, authentique, qui nous conduit au degré le plus élevé de l'Intuition.

Il faut désintégrer les agrégats psychiques et ils ne pourront pas se désintégrer si on ne vit pas en état d'Alerte Perception, d'Alerte Nouveauté. Une autre question ?

D. Vénérable Maître, dans le travail psychologique, quel rôle joue la force du Troisième Logos ?

M. Eh bien, il y a une Trimurti très élevée qui est le Père, le Logos et l'Esprit Saint. Sans aucun doute, l'Esprit Saint est la force sexuelle. Cette force sexuelle se développe, croit et agit dans la Forge Ardente de Vulcain.

Si nous invoquons SHAKTI KUNDALINI précisément dans la forge des Cyclopes, ELLE NOUS ASSISTERA, RENFORCÉE PAR LE POUVOIR DU TROISIÈME LOGOS, c'est-à-dire de l'Esprit Saint et elle désintégrera très rapidement l'agrégat psychique qu'il nous intéresse de désintégrer. C'est ainsi que l'Esprit Saint Shiva ou le Troisième Logos (comme tu dis) remplit son rôle dans le travail de la désintégration.

D. Vénérable Maître, comment le grand Maître Ashiata Shiemash était-il arrivé à transformer les Impressions, car vous nous aviez dit que ce Maître n'était pas tombé ?

M. Ashiata Shiemash, le grand Avatar de Babylone, avait indiscutablement obtenu la désintégration totale de tous ses agrégats psychiques. Ainsi donc, il ne s'oubliait pas lui-même. D'instant en instant, de seconde en seconde, il « digérait » les impressions. Grâce à cela, il s'est converti en l'« AIMÉ ESSENTIEL ». C'est tout ! Une autre question ?

D. Maître, je voudrais savoir si le Rappel de soi-même deviendrait alors comme si on parvenait à un état tel que celui-ci provoque en nous la recherche, le désir profond de rencontrer notre Être et qu'on s'y maintienne durant les 24 heures de la journée pour qu'alors le monde mécanique ne nous fascine plus ?

M. Dans le Rappel de soi-même, de son propre Être, il est clair qu'EXISTE LA FORCE DU DÉSIR ARDENT (celui-ci s'exprime vivement à travers l'Intelligence Émotionnelle), cela nous permet donc de ne pas être... NOUS PERMET DE DIGÉRER les Impressions ; c'est tout. Une autre question ?

D. Vénérable Maître, Vous nous parlez de rendre la Personnalité passive pour que l'Essence devienne active, c'est-à-dire [...]

M. La Personnalité va devenir passive à mesure que nous allons éliminer les AGRÉGATS PSYCHIQUES DES 96 LOIS ; il existe certains agrégats très lourds qui contrôlent indiscutablement la Fausse Personnalité.

Ces agrégats, qu'on dit des 96 Lois, sont la VANITÉ, l'ORGUEIL, l'ÉGOÏSME, la VIOLENCE, la COLÈRE, l'AMOUR-PROPRE, la JALOUSIE, l'AUTO-IMPORTANCE, l'INTOLÉRANCE, etc., si nous éliminons de tels agrégats psychiques, la Personnalité devient passive.

Indubitablement, la Personnalité à l'état passif est réceptive ; elle peut recevoir les messages de l'Être qui arrivent par les Centres Supérieurs. Ainsi, de cette manière, nous allons peu à peu apprendre à obéir aux ordres des parties supérieures de l'Être. Mais, il faut rendre la Personnalité passive par l'élimination des agrégats psychiques des 96 Lois.

D. Vénérable Maître, quel est le transformateur de l'Hydrogène 48 en Hydrogène 6 ?

M. LE TRANSFORMATEUR total de l'Hydrogène 48 en Hydrogène 24, 12 et 6 EST LA CONSCIENCE...

D. Une question : lorsqu'une Impression se transforme en Ego, parce qu'on est endormi, que se passe-t-il essentiellement dans le Cerveau, dans le transformateur principal ?

M. Eh bien, il est certain que CE N'EST PAS LE CERVEAU QUI TRANSFORME LES IMPRESSIONS. Le Cerveau n'a pas le pouvoir de transformer les Impressions ; il les laisse sans les transformer ; c'est pourquoi elles se convertissent en Mois, en agrégats psychiques. Seule la Conscience Superlative de l'Être peut transformer les Impressions. Mais, pour que la Conscience fonctionne, il est nécessaire de ne pas nous oublier nous-mêmes, ne pas oublier notre propre Être. Quelle question veut poser notre frère ?

D. Existe-t-il un organe spécial pour que l'Impression se transforme en Moi quelque part dans notre organisme ? Par exemple, si on observe une femme et que cette Impression se transforme en un nouveau Moi de luxure, dans quelle partie de notre organisme cette transformation se produit-elle ?

M. Tu sais très bien, en tant que médecin, que l'épine dorsale, dans les vertèbres du coccyx [...] se termine, à la fin, par une espèce de « petite queue » (on l'appelle aussi en langage populaire « queue de cheval »).

D. « Queue de cheval »...

M. « Queue de cheval »... Ce petit morceau d'os est un résidu de l'abominable Organe Kundartigateur.

Dans le passé, l'humanité possédait l'Organe Kundartigateur complètement développé. Alors, tous les êtres humains, nous le portions... ils le portaient... nous le portions... (Pourquoi serais-je une exception ici, n'est-ce pas ?).

D. [Rires]...

M. Nous portions la fameuse queue qu'ont aujourd'hui les simiens, les gorilles, les singes. Cette queue ou Kundartigateur a donc aussi le pouvoir de transformer les Impressions en de nouveaux « Mois ». Malheureusement, ce fut à cause de cet abominable organe que toutes les Impressions existantes se transformèrent pour devenir les multiples agrégats psychiques qui surgirent à l'existence. Dès lors, la Conscience est restée embouteillée dans de tels agrégats.

Bon, cet organe a disparu grâce à l'activité fébrile de l'Archi-Séraphin Archange Loïsos (Grand Ingénieur Cosmique) ; mais il y eut un résidu qui est resté ici et c'est la « QUEUE DE CHEVAL ». Ce résidu A ENCORE LE POUVOIR DE TRANSFORMER LES IMPRESSIONS EN MOIS, en nouveaux Mois.

Ce fragment osseux peut convertir n'importe quelle impression, aussi insignifiante soit-elle, en de nouveaux « Mois », en de nouveaux agrégats psychiques. C'est tout.

D. Maître, à quoi est-ce dû que ce soit l'homme qui s'intéresse le plus à la Mort Psychologique et non la femme ?

M. Eh bien, cette question est un peu erronée, au fond...

D. Non, Maître, c'est que dans ma relation avec les dames et dans ma relation avec les hommes, j'ai pu constater que c'est toujours l'homme qui prend l'initiative par rapport à la Mort Psychologique et qu'il désire mourir avec plus de ferveur et pas elle.

M. Alors, je vais te dire une grande vérité : la question est un peu erronée, parce que je connais dans le Mouvement Gnostique, CERTAINES DAMES qui SONT VRAIMENT INTÉRESSÉES par le fait de « MOURIR », parce qu'elles se sont adonnées pendant la totalité de leur existence au processus de la désintégration de l'Ego.

Ainsi, ce ne sont donc pas toutes les femmes qui sont comme ça. Qu'il y ait beaucoup de femmes qui ne soient pas intéressées à éliminer l'Ego, je ne le nie pas ; mais cela ne veut pas dire que ce soit toutes les femmes.

Il existe aussi beaucoup d'hommes qui, en écoutant ce Corps de Doctrine, sont intéressés par la désintégration de l'Ego. Cependant, il y a aussi beaucoup d'hommes qui n'ont pas le moindre [intérêt...] qui existe pour la dissolution de l'Ego.

Nous avons beaucoup d'étudiants vivant dans différents pays d'Amérique du Sud qui ne se préoccupent pas le moins du monde de la désintégration de l'Ego, qui ne s'intéressent qu'au développement des chakras, aux initiations, aux grades, aux pouvoirs, mais qui n'ont jamais pensé à désintégrer l'Ego, bien qu'ils aient étudié mon livre intitulé « La Psychologie Révolutionnaire ».

C'est avec une profonde douleur que je dois vous dire que parmi toute la correspondance que je reçois - et j'en reçois pas mal - je n'ai pas lu [...]

Reproduction de 33. Assimilation Intelligente des Impressions (L'aliment des Impressions) : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ssions.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: La Transformation des Impressions

Message le 21 Février 2009, 19:34

34. Protection Psychologique devant les Impressions (La Transformation des Impressions)

[...] je l'étends à tous ceux que vous convoquez pour venir aux réunions.

Notre thème sera relatif à la transformation de soi-même.

Dans notre dernière conférence, nous avons beaucoup parlé de « l'importance de la vie en elle-même ». Nous avons dit aussi : « Un homme est ce qu'est sa vie et celle-ci est comme un film ; en se désincarnant, nous l'emmenons pour la revivre de façon rétrospective dans le Monde Astral ; et en revenant, nous la ramenons pour la projeter à nouveau sur le tapis du Monde Physique ».

Il est clair que la Loi de Récurrence existe et que tous les événements se répètent ; que tout revient réellement pour se reproduire comme c'est arrivé auparavant, avec en plus les bonnes et les mauvaises conséquences, c'est évident.

Or, l'important c'est de RÉUSSIR LA TRANSFORMATION DE SA VIE, et c'est possible si on se le propose profondément...

« Transformation » signifie qu'une chose change en une autre, différente. Il est logique que tout soit susceptible de changements.

Il existe des transformations de la matière qui sont très connues. Personne ne pourrait nier, par exemple, que le sucre se transforme en alcool et que l'alcool, à son tour, se convertit en vinaigre par l'action de ferments (c'est la transformation d'une substance moléculaire en une autre substance moléculaire), vous le savez... Dans la nouvelle chimie des atomes et des éléments, le radium, par exemple, se transforme lentement en plomb.

Les Alchimistes du Moyen Âge parlaient de la « TRANSMUTATION DU PLOMB EN OR ». Cependant, ils ne faisaient pas toujours allusion à la question métallique, purement physique. En général, ils voulaient indiquer par cette expression, la transformation du « plomb » (celui de la personnalité) en « Or de l'Esprit ». Il convient donc de réfléchir à toutes ces choses.

Dans les Évangiles, l'idée de l'HOMME TERRESTRE (que l'on compare à une semence capable de croître) a aussi la même signification que l'idée de Renaissance d'un homme qui « naît une autre fois ». Cependant, il est évident que « si le grain ne meurt pas, la plante ne peut naître ». Dans toute transformation, existent MORT et NAISSANCE ou MORT et RÉSURRECTION, vous le savez...

Dans la Gnose, nous considérons l'homme comme une usine à trois étages qui absorbe normalement trois aliments. L'ALIMENT commun correspond normalement à l'étage inférieur de l'usine (en ce qui concerne l'estomac). L'AIR, naturellement, se trouve au deuxième étage car il est en relation avec les poumons ; et les IMPRESSIONS, indubitablement, sont en relation intime avec le cerveau ou troisième étage (c'est une question d'observation, n'est-ce-pas, mes frères ?).

Les aliments que nous mangeons subissent des transformations successives, c'est indiscutable. Le processus de la vie en lui-même, par lui-même, est la transformation. Chaque créature de l'univers vit grâce à la transformation d'une substance en une autre.

Un végétal, par exemple, transforme l'air, l'eau et les sels de la terre, en de nouvelles substances vitales, en éléments utiles pour nous, comme le sont par exemple les noix, les fruits, les pommes de terre, les citrons, les haricots, les petits pois, etc. Ainsi, tout est donc TRANS-FOR-MA-TION.

Par l'action de la lumière solaire, nous obtenons les ferments variés de la Nature. Il est indiscutable que la pellicule sensible de la vie (qui s'étend normalement sur la surface de la Terre) conduit toute LA FORCE UNIVERSELLE vers l'intérieur même du monde planétaire sur lequel nous vivons.

Mais chaque plante, chaque insecte, chaque créature (même « l'animal intellectuel » erronément appelé « homme ») absorbe, assimile certaines Forces Cosmiques, ensuite les transforme et les retransmet inconsciemment aux couches inférieures de l'organisme planétaire.

Ces Forces transformées sont en intime relation avec toute l'économie de cet organisme planétaire sur lequel nous vivons. Indubitablement, chaque créature, selon son espèce, transforme des Forces déterminées qu'elle retransmet ensuite à l'intérieur de la Terre, pour l'économie du monde. Les autres créatures, les différentes espèces (les plantes, etc.) accomplissent aussi la même fonction.

En effet, en tout, il existe une transformation. Ainsi, l'épiderme de la Terre est un organe de transformation...

Quand nous mangeons un aliment, si nécessaire pour notre subsistance, celui-ci est transformé (par étapes, bien sûr) en tous ces éléments vitaux si indispensables à notre existence même. Qui réalise en nous ce processus de transformation des substances ? Le CENTRE INSTINCTIF.

Comme ce centre est sage ! Réellement, nous sommes étonnés de la sagesse de ce centre ! La digestion en elle-même, mes chers frères, est une transformation.

Tout le monde peut voir que la nourriture prise par l'estomac (c'est-à-dire la partie inférieure de cette usine à trois étages qu'est l'organisme humain) se transforme. Si un aliment, par exemple, passait par l'estomac sans se transformer, l'organisme ne pourrait pas assimiler ses principes (ses vitamines, ses protéines) ; cela provoquerait simplement une indigestion.

Ainsi donc, nous allons peu à peu réfléchir à cette question et nous allons comprendre la nécessité de passer par une transformation.

Il est clair que les aliments physiques se transforment, mais il y a quelque chose qui nous invite beaucoup à la réflexion : il n'existe pas de transformation adéquate, par exemple, pour les impressions ; dans les desseins de la Nature proprement dite, il n'est aucunement nécessaire que « l'animal intellectuel » erronément appelé « homme », transforme réellement les impressions.

Mais, un homme peut transformer lui-même ses impressions s'il possède, naturellement, une Connaissance Esotérique profonde et s'il comprend le pourquoi de cette nécessité (ce serait magnifique de TRANSFORMER LES IMPRESSIONS).

La majorité des gens, comme vous l'avez vu sur le terrain de la vie pratique, croient que ce monde physique va leur donner exactement ce qu'ils désirent et ce qu'ils cherchent ; et voilà, mes chers frères, une terrible erreur. La vie en elle-même pénètre en nous, dans notre organisme, sous forme de simples impressions.

Ce que nous devons comprendre en premier, c'est la signification de ce Travail Esotérique en intime relation avec la question des impressions. Il est vrai que nous devons les transformer ! ET NOUS NE POURRIONS, réellement, TRANSFORMER NOTRE VIE, SI NOUS NE TRANSFORMIONS PAS LES IMPRESSIONS qui parviennent à notre mental. Il est donc urgent que ceux qui écoutent cette cassette réfléchissent à ce que nous sommes en train de dire ici...

Ce que nous appelons la « vie extérieure » n'existe pas réellement ; et vous voyez que nous sommes en train de parler de quelque chose de très révolutionnaire, car tout le monde croit que le physique c'est le réel. Mais si nous approfondissons un petit peu plus, en réalité ce que nous recevons à chaque instant, à chaque moment, ce sont de pures impressions. Lorsque nous voyons une personne qui nous est agréable ou qui nous est désagréable, la première chose que nous captons, ce sont des impressions de cette nature, n'est-ce pas. Cela, nous ne pouvons pas le nier.

LA VIE EST, pour ainsi dire, UNE SUCCESSION D'IMPRESSIONS (et non, comme le croient beaucoup « d'ignorants instruits », une chose solide, physique, de type exclusivement matériel). La réalité de la vie, ce sont ses impressions.

Il est clair que l'idée que nous sommes en train d'émettre par le biais de cet enregistrement est certainement très difficile à saisir, à appréhender ; cela constitue un point crucial très difficile à comprendre.

Il est possible que vous qui êtes en train de m'écouter, vous ayez la certitude que la vie que vous menez existe comme telle et non comme ses impressions. Vous êtes tellement influencés par le monde physique que vous pensez ainsi, évidemment.

La personne que nous voyons assise là, par exemple, sur une chaise (avec tel ou tel vêtement de couleur), celle qui nous sourit plus loin, celle qui est si sérieuse, etc., c'est pour nous quelque chose de réel, n'est-ce pas ? Mais si nous méditons profondément sur tout ce que nous voyons, nous arrivons à la conclusion que le réel, ce sont les impressions.

Celles-ci, comme je l'ai déjà dit, parviennent évidemment au mental par les fenêtres des cinq sens ; si par exemple nous n'avions pas d'yeux pour voir, ni d'oreilles pour entendre, ni le sens tactile pour toucher, ni l'odorat pour sentir, etc., ou ne serait-ce que le goût pour savourer les aliments qui entrent dans notre organisme, ce que nous appelons le monde physique existerait-il seulement pour nous ? Bien sûr que non, absolument pas !

La vie nous parvient donc sous forme d'impressions et c'est ici, et précisément ici, qu'existe la possibilité de travailler sur nous-mêmes.

Avant tout (si nous voulons le faire), il faut donc comprendre le travail que nous devons faire. Si nous ne faisions pas correctement ce travail, comment pourrions-nous obtenir une transformation psychologique en nous-mêmes ?

Il est évident que le travail que nous allons réaliser sur nous-mêmes doit se faire sur les impressions que nous recevons à chaque instant, à chaque moment. Et à moins de le saisir, ou disons de le capter, nous ne comprendrons jamais la signification de ce qu'on appelle, dans le travail, le « PREMIER CHOC CONSCIENT ».

Le « choc » est en relation avec ces impressions qui sont tout ce que nous connaissons du monde extérieur, que nous recevons, que nous prenons comme si c'était les véritables choses, les véritables personnes. Nous devons donc transformer notre vie et celle-ci est interne.

Donc, en voulant transformer les aspects psychologiques de notre existence, nous devons évidemment travailler sur les impressions qui entrent en nous, c'est clair...

Pourquoi appelons-nous le travail sur la transformation des impressions le « Premier Choc Conscient » ? Pour une seule raison, mes chers frères gnostiques, pour une seule raison : parce que simplement c'est une chose qu'en aucune manière nous ne pourrions effectuer de façon purement mécanique. Cela n'arrive jamais mécaniquement, il faut faire un EFFORT AUTO-CONSCIENT.

Il est clair qu'un aspirant gnostique qui commence à comprendre ce type de travail, commence évidemment, pour cette raison, à cesser d'être un homme mécanique servant exclusivement les intérêts de la Nature, une créature absolument endormie qui n'est rien d'autre, simplement, qu'un « employé » de la Nature, au service de son économie à elle, laquelle ne sert réellement, en aucune façon, les intérêts de notre propre Auto-réalisation Intime.

Si vous commencez maintenant à comprendre la signification de tout ce que nous sommes en train d'enseigner dans cette cassette, si vous réfléchissez à présent à la signification de tout ce qu'on vous enseigne à faire par la voie, disons, de l'effort individuel (en commençant par l'OBSERVATION DE SOI-MÊME), vous verrez sans doute, mes chers frères gnostiques, que l'aspect pratique du Travail Ésotérique est totalement en relation avec la transformation des impressions et ce qui, naturellement, résulte de celles-ci.

Le travail, par exemple, sur les ÉMOTIONS NÉGATIVES, sur les états d'irritation, sur cette question de l'IDENTIFICATION, sur l'AUTO-CONSIDÉRATION, sur les « MOIS SUCCESSIFS », sur le MENSONGE, sur l'AUTO-JUSTIFICATION, sur les excuses et sur les ÉTATS D'INCONSCIENCE dans lesquels nous nous trouvons est totalement en relation avec la transformation des impressions et ce qui en résulte.

Il conviendra ainsi, mes chers frères gnostiques, que d'une certaine façon, le travail sur soi-même soit comparé à la DIGESTION (au sens d'une transformation). Je veux que vous réfléchissiez profondément à cela, que vous compreniez donc ce qu'est le « Premier Choc ». Il faut créer un INSTRUMENT DE CHANGEMENT AU LIEU D'ENTRÉE DES IMPRESSIONS (ne l'oubliez pas).

Si grâce à la compréhension du travail, vous pouvez accepter la VIE COMME UN TRAVAIL RÉELLEMENT ÉSOTÉRIQUE, vous serez alors en état constant de RAPPEL DE VOUS-MÊMES.

Cet État de Conscience de soi vous mènera naturellement sur le terrain vivant de la transformation des impressions et, ainsi, normalement (ou pour mieux dire, « supra-normalement ») sur celui d'une vie différente, par rapport à ce qui vous concerne naturellement.

C'est-à-dire que la vie n'agira plus sur vous tous, mes chers frères, comme elle le faisait auparavant : vous commencerez à penser et à comprendre d'une manière nouvelle, ce qui est, bien sûr, le début de votre propre transformation ; parce que tant que vous continuerez à penser de la même manière, à prendre la vie de la même manière, il est clair qu'il n'y aura aucun changement en vous.

Transformer les impressions de la vie, c'est se transformer soi-même, mes chers frères gnostiques, et seule une manière de penser totalement nouvelle peut l'effectuer. Alors, tout ce travail consiste donc exclusivement en une forme, disons, radicale de transformation. Si on ne se transforme pas, on n'obtient rien.

Vous comprendrez que la vie exige, naturellement, que nous réagissions continuellement. Toutes ces réactions forment notre vie, notre vie personnelle. Changer notre vie n'est pas simplement changer les circonstances purement extérieures, c'est changer réellement nos propres réactions.

Mais si nous ne voyons pas que la vie extérieure nous arrive comme de simples impressions qui nous obligent sans cesse à réagir d'une manière, dirons-nous, plus ou moins stéréotypée, nous ne verrons pas où commence le point qui, réellement, rend notre changement possible et où il est possible de travailler.

Si les réactions qui forment notre vie personnelle sont presque toutes de type négatif, alors notre vie sera aussi négative. La vie consiste principalement en une série successive de réactions négatives que l'on donne sans cesse en réponse aux impressions qui parviennent au mental.

Ensuite, notre tâche consiste à transformer les impressions de la vie, afin qu'elles ne provoquent pas ce type de réactions négatives auxquelles nous sommes tant accoutumés. Mais pour y arriver, nous devons nous AUTO-OBSERVER d'instant en instant, de moment en moment. Il est donc urgent d'étudier nos propres impressions.

Ensuite, on peut laisser ou non les impressions parvenir à notre mental d'une manière mécanique, négative ; si on ne les laisse pas faire, cela équivaut à commencer à vivre plus consciemment. C'est-à-dire qu'on peut se permettre, s'offrir le luxe de laisser les impressions nous arriver mécaniquement, mais si on ne commet pas une telle erreur, si on transforme nos impressions, on commence alors à vivre consciemment. C'est pour cela qu'on parle de « Premier Choc Conscient ».

Le Premier Choc Conscient réside précisément dans la transformation des impressions qui parviennent au mental. Si on ne parvient pas à transformer les impressions qui arrivent au mental, au moment même de leur entrée, on peut toujours travailler sur leur résultat et empêcher, c'est clair, qu'elles produisent leurs effets mécaniques qui sont généralement toujours désastreux à l'intérieur de notre psyché.

Tout cela requiert d'avoir un sentiment défini, une vibration définie pour le travail, une valorisation de l'Enseignement. Cela signifie que ce Travail Ésotérique Gnostique doit se faire du point, pour ainsi dire, où entrent les impressions et à partir duquel elles sont réparties mécaniquement, à leur place habituelle dans la Personnalité, pour provoquer les anciennes réactions.

Je veux que vous arriviez à comprendre un petit peu plus. Je vais essayer, disons, de simplifier, afin que vous puissiez comprendre. Je vais prendre un exemple : si nous jetons une pierre dans un lac cristallin, nous voyons qu'elle produit des impressions dans le lac ; et la réponse à ces impressions (provoquées par la pierre), ce sont les réactions. Celles-ci se manifestent sous forme d'ondes qui vont du centre à la périphérie, n'est-ce pas ? Eh bien maintenant, mes chers frères gnostiques, appliquez cet exemple au mental.

Imaginez-le, un moment, comme un lac. Soudain, apparaît l'image d'une personne. Cette image est comme la pierre de notre exemple : elle arrive au lac du mental, alors le mental réagit sous forme de réactions (ce sont les impressions qui produisent l'image qui arrive au mental ; les réactions sont la réponse à ces impressions).

Si vous lancez une balle contre un mur, le mur reçoit l'impression ; et alors vient la réaction qui consiste donc en ce que, inconsciemment, la balle retourne vers celui qui l'a envoyée. Bon, il se peut qu'elle n'y arrive pas directement, mais de toutes manières, la balle rebondit et c'est une réaction, n'est-ce pas ?

Le monde entier est formé par des impressions : par exemple, nous parvient l'image d'une table (c'est une image qui arrive à notre mental à travers les sens) ; nous ne pouvons pas dire que la table est venue, que la table s'est mise dans notre cerveau, ce serait absurde ; mais par contre, l'image de la table nous est parvenue, alors notre mental réagit immédiatement, en disant : « C'est une table et elle est en bois ou elle est en métal », etc. Je crois que vous me comprenez, n'est-ce pas ?

Mais cependant, il y a des impressions qui ne sont pas très agréables. Par exemple, les paroles de quelqu'un qui nous insulte ne sont certes pas tellement belles, à ce qu'on dit, n'est-ce pas ? Pourrions-nous, disons, transformer les paroles d'une personne qui nous insulte ? Non, les paroles sont ce qu'elles sont. Alors que pourrions-nous faire ? Transformer les impressions que nous produisent de telles paroles. C'est possible, en effet, et l'Enseignement Gnostique nous enseigne à cristalliser la SECONDE FORCE (c'est-à-dire le CHRIST en nous), grâce à un postulat qui dit « IL FAUT RECEVOIR DE BONNE GRÂCE LES MANIFESTATIONS DÉSAGRÉABLES DE NOS SEMBLABLES »...

Voilà donc la manière de transformer les impressions que produisent en nous les paroles d'une personne qui nous insulte : « Recevoir de bonne grâce les manifestations désagréables de nos semblables »...

Ce postulat nous conduira naturellement à la cristallisation de la Seconde Force (c'est-à-dire le CHRIST en nous) ; il fera que le Christ vienne en nous. C'est un postulat sublime, ésotérique à cent pour cent.

Or, si nous ne connaissons que les impressions du monde physique, alors le monde physique proprement dit n'est pas aussi externe que les gens le croient. C'est avec juste raison qu'Emmanuel Kant a dit : « L'extérieur est l'intérieur »...

Donc, si c'est l'intérieur qui compte, alors nous devons transformer l'intérieur (les impressions sont intérieures).

Ainsi, tout ce que nous voyons, tous les objets, les choses existent à l'intérieur de nous sous forme d'impressions. Si par exemple nous ne transformons pas les impressions, rien ne changera en nous.

La luxure, la convoitise, la haine, l'orgueil, etc., existent sous forme d'impressions dans notre psychisme et elles vibrent incessamment ; et le RÉSULTAT MÉCANIQUE de ces impressions, ce sont tous ces ÉLÉMENTS INHUMAINS que nous portons en nous, que normalement nous avons appelés Moi ou Mois et qui, dans leur ensemble, constituent le moi-même, le soi-même, n'est-ce pas ?

Supposons qu'un individu, par exemple, voit une femme provocante et qu'il ne transforme pas ses impressions ; le résultat sera que celles-ci (de type naturellement luxurieux) feront naître en lui le désir de la posséder. Ce désir est le résultat mécanique de l'impression reçue ; et ce désir va se cristalliser, va prendre forme dans notre psyché ; il se convertit en un agrégat de plus, c'est-à-dire en un élément inhumain, en un nouveau Moi de type luxurieux qui vient se joindre à la somme (qui existe déjà) des éléments inhumains qui, dans leur totalité, constituent l'EGO, le moi-même, le soi-même.

Mais, nous allons donc continuer à réfléchir... En nous, existent la colère, la convoitise, la luxure, l'envie, l'orgueil, la paresse et la gourmandise...

La COLÈRE. Pourquoi ? Parce que beaucoup d'impressions sont arrivées en nous, à l'intérieur de nous et nous ne les avons jamais transformées. Donc, le résultat mécanique de ces impressions de colère, ce sont les Mois qui existent encore, qui vivent dans notre psyché et qui nous font donc constamment ressentir de l'irritation.

La CONVOITISE. Indubitablement, beaucoup de choses ont éveillé en nous la convoitise : l'argent, les bijoux, les choses matérielles de toutes sortes, etc. Réellement, ces choses, ces objets sont parvenus en nous sous forme d'impressions. Nous avons commis l'erreur de ne pas avoir transformé ces impressions en une chose différente, par exemple, en admiration pour la beauté ou en altruisme ou en joie pour le propriétaire de telle ou telle chose, enfin... Et alors ? Eh bien, ces impressions non transformées se sont converties naturellement en Mois de convoitise que nous portons maintenant en nous.

Quant à la LUXURE, je l'ai déjà dit : différentes formes de luxure sont parvenues en nous sous forme d'impressions ; c'est-à-dire que des images de type dirons-nous érotique, ont surgi à l'intérieur de notre mental et nous y avons réagi par la luxure. Alors, étant donné que nous n'avons pas transformé ces ondes luxurieuses, ces vibrations luxurieuses, ces impressions, ce ressenti luxurieux, cet ÉROTISME MALSAIN, pas bien compris (parce que j'ai déjà dit que l'ÉROTISME bien compris est SAIN), le résultat ne s'est pas fait attendre : il a été complètement mécanique et de nouveaux Mois sont nés dans notre psyché (de type morbide, bien sûr).

Par conséquent, aujourd'hui il nous incombe de travailler sur les impressions que nous avons en nous et sur leurs résultats mécaniques.

Nous avons en nous des impressions de colère, de convoitise, de luxure, d'envie, d'orgueil, de paresse, de gloutonnerie, etc., et j'en passe. Nous avons aussi, en nous, les résultats mécaniques de ces impressions : des tas de Mois querelleurs et criards qu'il nous faut maintenant COMPRENDRE et ÉLIMINER.

Tout le travail sur notre vie porte donc sur le fait de savoir transformer les impressions et aussi de savoir éliminer, disons, les résultats mécaniques des impressions non transformées dans le passé...

Le monde extérieur, à proprement parler, n'existe pas ; ce qui existe, c'est ce qui est interne. Les impressions sont intérieures et les réactions à ces impressions sont de type, disons, complètement intérieur. Personne ne pourrait me dire qu'il est en train de voir un arbre en lui-même ; il verra l'IMAGE DE L'ARBRE, mais non l'arbre. « LA CHOSE EN SOI (comme disait Emmanuel Kant), personne ne la voit » ; on voit l'image de la chose. C'est-à-dire que surgissent en nous des impressions à propos d'un arbre, d'une chose. Celles-ci sont internes ; elles sont en nous ; elles sont dans le mental.

Si par exemple, quelqu'un ne modifie pas ses propres impressions internes, le résultat mécanique ne se fait pas attendre : c'est la NAISSANCE DE NOUVEAUX « MOIS » qui viennent asservir encore plus notre Essence, notre Conscience ; qui viennent intensifier, disons, le rêve dans lequel nous vivons.

Quand on comprend que, réellement, tout ce qui existe au-dedans de nous-mêmes (en relation avec le monde physique) n'est rien d'autre que des impressions, on comprend aussi la nécessité de transformer ces impressions ; et quand on le fait, il se produit une totale transformation de soi-même.

Il n'y a rien de plus douloureux, par exemple, que la calomnie ou les paroles d'une personne qui nous insulte ; mais si on est capable de transformer les impressions que produisent en nous de telles paroles, eh bien celles-ci restent alors sans aucune valeur, c'est-à-dire qu'elles restent comme un chèque sans provision.

Il est certain que les paroles d'une personne qui nous insulte n'ont pas plus de valeur que celle que leur accorde celui qui est insulté. Si la personne qui est insultée n'accorde pas de valeur à de telles paroles, celles-ci restent sans valeur (je répète, même si je suis fatigué : elles restent comme un chèque sans provision). Quand on comprend cela, on transforme alors les impressions occasionnées par ces paroles en quelque chose de différent : en amour, par exemple, en compassion pour la personne qui insulte ; et naturellement, cela signifie « transformation ».

Par conséquent, il nous faut TRANSFORMER sans cesse nos IMPRESSIONS, pas seulement celles du PRÉSENT, mais celles du PASSÉ. Il existe à l'intérieur de nous, de nombreuses impressions (que nous avons commis l'erreur, par le passé, de ne pas avoir transformées) et de nombreux résultats mécaniques provenant de celles-ci, qui sont les fameux Mois que nous devons maintenant désintégrer, annihiler, afin que notre Conscience se libère et s'éveille.

Je veux que vous réfléchissiez plus profondément à ce que je suis en train de vous dire : les choses, les personnes, ne sont rien de plus que des impressions à l'intérieur de vous, à l'intérieur de votre mental. Si vous transformez ces impressions, votre vie se transformera.

Quand il y a, par exemple, de l'ORGUEIL, le fondement en est l'ignorance. De quoi une personne peut-elle se sentir orgueilleuse ? De sa position sociale, de son argent, de quoi ?

Mais, si cette personne pense, par exemple, que sa position sociale est une question purement mentale, que c'est une série d'impressions qui sont arrivées à son mental (des impressions sur son état social ou son argent), quand elle pense que cet état n'est rien de plus qu'une question mentale ou quand elle fait donc une analyse par rapport à l'argent, elle en vient à se rendre compte que celui-ci, en lui-même, existe dans son mental sous forme d'impressions (les impressions que produit l'argent, bien sûr).

Si elle analyse cela à fond, si elle comprend réellement que l'argent et la position sociale et tout le reste ne sont rien de plus que des impressions internes du mental, par le seul fait de comprendre que ce ne sont que des impressions du mental, il y a transformation de celles-ci ; et alors l'orgueil tombe de lui-même, il s'écroule, et c'est l'HUMILITÉ qui naît en nous, d'une manière très naturelle.

Pour continuer ainsi, avec ces processus de transformation des impressions, je poursuivrai avec quelque chose de plus. Si par exemple, l'image d'une femme luxurieuse arrive au mental ou surgit dans le mental (cette image est une impression, évidemment), nous pouvons TRANSFORMER cette impression luxurieuse GRÂCE À LA COMPRÉHENSION.

Il suffirait de penser que cette image est périssable, que cette beauté est, par conséquent, illusoire. Si nous nous souvenions, à cet instant, que cette femme doit mourir et que son corps va devenir poussière dans le tombeau ; si avec l'imagination, nous voyons son corps en état de décomposition à l'intérieur du sépulcre, cela serait plus que suffisant pour transformer cette impression luxurieuse en CHASTETÉ. Ainsi, par cette transformation, il ne surgirait plus (dans la psyché) de Mois de luxure.

Ainsi donc, il convient de transformer les impressions qui surgissent dans le mental, au moyen de la compréhension.

Je crois, mes frères, que vous allez comprendre que le monde extérieur n'est pas aussi extérieur qu'on le croit normalement ; il est intérieur, car tout ce qui nous arrive du monde n'est rien de plus que des impressions internes. Personne ne pourrait mettre un arbre dans son mental, ni une chaise, ni une maison, ni un palais, ni une pierre. Ce qu'il y a dans notre mental, ce ne sont que des impressions, c'est tout ; des impressions d'un monde que nous appelons « extérieur », mais qui en réalité, n'est pas aussi extérieur qu'on le pense.

Il convient donc que nous transformions les impressions par la compréhension. Si quelqu'un nous flatte, nous fait des éloges, par exemple, comment transformer la VANITÉ que cet adulateur pourrait provoquer en nous ? Il est évident que les éloges, les flatteries ne sont rien de plus que des impressions qui arrivent à notre mental et que celui-ci réagit sous forme de vanité. Mais si on transforme ces impressions, la vanité devient impossible.

Alors comment transformer les paroles d'un adulateur, ces impressions causées par la flatterie, de quelle manière ? Grâce à la compréhension !

Quand on comprend réellement qu'on n'est rien de plus qu'une créature infinitésimale qui vit dans un coin de l'Univers, de ce fait, on transforme alors par soi-même de telles impressions de louange ou de flatterie en quelque chose de différent. On convertit ces impressions, disons, en ce qu'elles sont : poussière, nuage de poussière cosmique, parce qu'on comprend sa propre position.

Nous savons bien que notre planète Terre est un grain de sable dans l'espace. Pensons à la Galaxie dans laquelle nous vivons, composée de milliers et de millions de mondes... Qu'est-ce que la Terre ? C'est une misérable particule de poussière dans l'Infini. Et nous ? Des organismes ou quasiment des micro-organismes de cette particule, pour ainsi dire...

Et alors ? Qu'est-ce qui peut surgir en nous avec ces réflexions ? L'HUMILITÉ, bien sûr et celle-ci, évidemment, peut produire une transformation des impressions relatives à la louange, à la flatterie ou à l'éloge, c'est évident ; et comme résultat, nous ne réagirons pas de manière orgueilleuse, n'est-ce pas ? Lorsque nous réfléchissons davantage à cela, nous voyons de plus en plus qu'une complète transformation des impressions est nécessaire.

Tout ce que nous voyons à l'extérieur est à l'intérieur. Mais, si nous ne travaillons pas sur l'intérieur, nous allons sur le chemin de l'erreur parce qu'alors nous ne modifierons pas notre vie. Si nous voulons être différents, nous devons nous transformer intégralement, et si nous voulons nous transformer, nous devons commencer par transformer les impressions.

Voilà la clé de la transformation radicale de l'individu.

Dans la TRANSMUTATION SEXUELLE elle-même, il y a une transformation des impressions. Quand nous transformons les impressions animales, bestiales, en éléments de dévotion, surgit alors (en nous) la transformation sexuelle, la transmutation.

Je crois que vous m'avez compris et, pour aujourd'hui, nous arrêterons donc là cette partie de notre discours. J'espère que ceux qui écouteront cette cassette auront l'amabilité de l'analyser, de la comprendre...

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: La Transformation des Impressions

Message le 7 Juin 2009, 21:41

Les Machines Humaines

Nous avons beaucoup parlé et entendu parlé des trois facteurs fondamentaux de la Révolution de la Conscience, mais il est nécessaire d'effectuer un retour sur tout cela, de faire une profonde réflexion afin de déceler jusqu'à quel point nous avons accompli notre devoir face au Grand-Œuvre.

Combien de fois nous rappelons-nous à nous-mêmes durant la journée ? Combien de fois cessons-nous de nous identifier avec le train de vie que nous menons et observons-nous avec attention et sérénité la bataille des antithèses dans notre mental ?.

Notre devoir cosmique est de ne pas permettre que passent des pensées mécaniques, d'empêcher que des pensées empoisonnées s'emparent de nous et d'abandonner complètement nos instincts animaux.

Il est nécessaire de réaliser à l'intérieur de chacun de nous le premier choc conscient, en travaillant intensément dans la non-identification, et de lutter contre l'imagination négative et l'autoconsidération intérieure.

L'important, c'est de mourir à soi-même, travailler sur soi est indispensable. On doit pour cela traverser de profondes crises émotionnelles. Il nous faut prendre conscience de nos actes, sans quoi nous ne pourrons réaliser l'Œuvre.

Il est primordial de nous diviser entre observateur et observé. Notre tâche fondamentale c'est de nous autodécouvrir dans l'action et de reconnaître nos erreurs, le chemin de la Réalisation intime de l'Etre exige d'abord de mourir en nous-mêmes.

En désintégrant les gens qu'il y a à l'intérieur de nous, la maison sera libérée et seule y habitera la Conscience, l'Etre ; nous serons alors vraiment libres et nous serons devenus des individus supérieurs. Celui qui éveille sa conscience a accès à la Science objective, universelle et pure. C'est pourquoi nous ne devons pas nous laisser fasciner par cette science subjective ultramoderne, la Biologie, la Chimie, la Physique, etc. Au fond, ce que jusqu'à maintenant on a appelé la Science pure, s'avère quelque chose de tout à fait embryonnaire, puisque la Science pure n'est accessible qu'aux hommes à la conscience éveillée.

Cette Science n'a rien à voir avec la pourriture de théories qui existe dans les divers collèges, dans les différentes écoles et universités du monde ; cependant, les scientifiques croient qu'ils ont le mot de la fin, mais ils ne savent rien sur la Science objective de l'Univers. Voyons un fait concret : lorsque les scientifiques, à l'unisson avec les astronautes, ont réussi, à l'aide d'une fusée guidée, à atteindre la lune, ils ont cru, avec leur raison subjective, que cet événement avait été grandiose, ils s'autoexaltèrent et tentèrent de faire voir à l'humanité que grâce à leurs pirouettes de cirque ils avaient déjà conquis le monde, mais ils étaient complètement dans l'erreur et ils le sont encore, car il leur manque la Raison Objective.

Lorsque l'on dit aux scientifiques qu'il existe des êtres extra-terrestres, qu'il y a des vaisseaux qui viennent d'autres mondes, ils le nient carrément. Pour quelle raison ?. Les scientifiques ultramodernes sont des robots qui ne sont pas programmés pour connaître la Science Objective universelle ; ils ne sont programmés que pour connaître la science universitaire officielle et c'est tout. De sorte que ces scientifiques ultramodernes qui sont des êtres à la raison subjective, émettent sur toutes choses des suppositions et ne procèdent toujours que par hypothèses, étant donné qu'il leur manque une connaissance concrète et objective des lois de l'Univers.

Ce sont des robots, préparés avec des matières universitaires pour travailler à l'intérieur de leur programme, et rien d'autre. On ne pourrait donc pas exiger d'eux qu'ils réfléchissent sur des êtres extraterrestres et des vaisseaux interplanétaires, car ils ne sont pas encore programmés pour cela. Ces robots ont été construits dans les universités et ne fonctionnent qu'en vertu de leur propre conditionnement (mécanique).

La raison subjective se nourrit des perceptions extérieures, elle élabore le contenu de ses concepts au moyen des informations recueillies par les sens, formant ses raisonnements à l'aide de ces concepts ; ainsi procède la raison subjective. On ne peut rien savoir du Réel quand tout émane des perceptions sensorielles, cela va de soi, c'est irréfutable.

La raison objective est autre chose, elle est révolutionnaire ; cette raison fonctionne avec les seuls concepts de la Conscience, avec les données qu'elle apporte elle-même. Lorsque l'on parvient à éliminer les éléments inhumains où est emprisonnée, embouteillée la conscience, alors celle-ci peut apporter des données à la raison. Une raison basée sur les données de la conscience est une raison objective.

Les scientifiques au raisonnement subjectif ne savent rien de la conscience. Comment pourraient-ils savoir ?. De quelle manière pourraient-ils investiguer sur cette question ?. Ce sont des robots qui ne sont pas programmés pour quoique ce soit qui dépasse le monde des cinq sens, ce sont de simples machines qui fonctionnent selon ce qu'elles ont appris dans les collèges, les universités, les académies, et qui ne peuvent fonctionner autrement. Croyez-vous qu'un robot puisse fonctionner autrement que de la façon dont il a été programmé ?. Il est évident que non, n'est-ce pas ?. Ainsi donc, ces machines humaines qui s'affublent du titre de scientifiques ne connaissent rien sur la conscience parce qu'elles ne sont pas programmées pour cela.

Seule la psychologie transcendantale enseignée par le petit nombre de sages qui ont pénétré le monde, comme disent les poètes, peut nous orienter, faire que notre conscience s'éveille. Celle-ci s'éveille, indubitablement, quand les éléments infrahumains qui habitent à l'intérieur de nous sont réduits en poussière cosmique.

Une conscience éveillée est une conscience qui peut enquêter objectivement. Dans la conscience se trouvent les données dont nous avons besoin pour notre orientation psychologique, dans la conscience se trouvent les particules de douleur de notre Père qui « est en secret », dans la conscience se trouve la Sagesse ; si nous arrivons à la libérer, elle pourra nous orienter.

Un homme à la conscience éveillée est un homme libre qui peut connaître par lui-même le sentier qui devra le conduire à la libération finale. Vous voyez maintenant pourquoi il est tellement important de mourir d'instant en instant, seconde après seconde.

Il est également indispensable d'étudier en profondeur les livres intitulés Le Mariage Parfait et Le Mystère de la Fleuraison d'Or. Dans ces livres est enseignée la Kriya sexuelle nécessaire pour l'éveil de la conscience. Moi, Samaël Aun Weor, j'ai enseigné dans ces ouvrages comment éveiller sa conscience. J'ai unifié dans ces œuvres la question sexuelle et la question conscience. Il faut donc connaître ces œuvres à fond, méditer profondément sur elles et mettre leurs enseignements en pratique. Ainsi obtiendrons-nous la Libération authentique.

Quant au troisième facteur de la Révolution de la Conscience, lorsque nous voulons avancer fermement sur le sentier de l'autolibération intime, il nous faut imiter le Christ Jésus qui a offert sa vie pour l'humanité souffrante. Nous devons être capables de monter sur l'Autel du sacrifice suprême.

En vérité, si nous travaillons ainsi, avec les trois facteurs de la Révolution de la Conscience, si nous aimons nos semblables, si nous incendions le monde avec la torche du Verbe, nul doute que nous gravirons les différents niveaux de l'Etre jusqu'à nous convertir en Etres véritables, dans le sens le plus complet du mot. Il faut travailler à fond dans les trois facteurs. Il faut étudier en profondeur les livres suivants : Les Trois Montagnes ; Oui il y a l'Enfer, le Diable et le Karma ; La Doctrine Secrète d'Anahuac ; La Psychologie Révolutionnaire et La Grande Rébellion. Dans ces œuvres il y a tous les éléments d'orientation nécessaires pour nous permettre de travailler dans les trois facteurs de la Révolution de la Conscience, travailler en nous-mêmes et œuvrer pour un monde meilleur.

La Personnalité en Relation avec les Impressions

La personnalité, que nous avons tous développée, reçoit les impressions mais ne les transforme pas, parce que, à toutes fins pratiques, elle est quelque chose de mort. Si les impressions arrivaient directement à l'Essence, nul doute qu'elles seraient transformées, car celle-ci les acheminerait en fait exactement aux centres appropriés de la machine humaine. La personnalité est le terme que l'on applique à tout ce que nous acquérons ; il est clair qu'elle traduit toutes les impressions qui nous parviennent de tous côtés d'une façon limitée et pratiquement stéréotypée, conformément à sa nature et à son mode d'évaluation. A ce sujet, on compare la personnalité à une très mauvaise secrétaire qui habite juste en face et qui s'occupe de tout selon ses propres idées, concepts, préjugés, notions établies et opinions.

Elle dispose d'un grand nombre de dictionnaires, d'encyclopédies de tout genre, de livres de référence, etc., et est en communication avec les cinq centres de l'organisme humain, c'est-à-dire, le centre mental, le centre moteur, le centre émotionnel, le centre instinctif et le centre sexuel, conformément à ses idées limitées. Il en résulte qu'elle se met malheureusement presque toujours en communication avec les mauvais centres ; cela signifie, prêtez bien attention à ce que nous sommes en train de dire ici, que les impressions qui nous parviennent sont envoyées aux mauvais endroits, à des centres qui ne leur correspondent pas, produisant, par conséquent, des réactions faussées, des résultats désastreux.

Je prendrai un exemple pour que vous compreniez mieux : supposons qu'une femme éprouve pour un homme beaucoup de considération et d'estime. Il est clair que les impressions que l'homme reçoit dans son mental sont traduites par sa personnalité qui les envoie aux centres inadéquats, le plus souvent au centre sexuel ; cet homme finit alors par croire fermement que la dame en question est amoureuse de lui et naturellement il ne tarde pas longtemps à faire des insinuations amoureuses. Il n'y a pas de doute que si la dame n'a jamais eu cette sorte de préoccupation pour le monsieur, elle ne manquera pas de montrer sa surprise, n'est-il pas vrai ?. Cette situation est le résultat d'une très mauvaise transformation ou, pour mieux dire, traduction des impressions. Vous voyez combien la personnalité est une mauvaise secrétaire.

La vie de n'importe quel homme dépend en général de cette secrétaire qui cherche mécaniquement, dirons-nous, l'information dans ses livres de référence mais sans comprendre, absolument, ce que signifie en réalité la transformation des impressions, qu'elle transmet par conséquent de façon erronée et sans penser à ce qui pourrait arriver, croyant uniquement qu'elle accomplit son devoir. Voilà notre situation intérieure. Ce qu'il importe de comprendre dans cette allégorie, c'est que la personnalité humaine que tous nous acquérons (et devons acquérir) se met à prendre le contrôle de notre vie, et ceci est une chose extrêmement grave. Il est incontestablement ridicule d'imaginer que ça n'arrive qu'à certaines personnes ; cela nous arrive à tous, et nous pouvons nous rendre compte, à travers l'observation de nous-mêmes, que nous avons un nombre réduit de modes caractéristiques de réaction aux multiples impressions de la vie qui entre en nous.

Ces réactions mécaniques malheureusement nous gouvernent. Chacun dans la vie est gouverné par ses propres séries de réactions aux impressions, c'est-à-dire, à la vie même, peu importe qu'il soit libéral ou conservateur, révolutionnaire ou fasciste, bourgeois ou bolchevique, bon ou mauvais, etc. Il est indéniable que ces réactions mécaniques aux impacts du monde extérieur constituent notre propre vie. Nous pouvons affirmer, dans ce sens, que l'humanité est totalement mécanique.

N'importe quel homme, dans la vie, s'est formé, pour ainsi dire, une certaine quantité de réactions aux diverses impressions ; réactions qui deviennent ce qu'ensuite on appelle les expériences pratiques de son existence. Nous savons que toute action produit une réaction ; des actions d'un type déterminé produisent des réactions d'un type déterminé ; et on appelle ces réactions des « expériences ».

Il serait enfin intéressant de connaître nos actions et réactions, de pouvoir relaxer le mental, de travailler sur soi-même sérieusement dans le but de se connaître sous ce rapport.

Cette question de la relaxation mentale est primordiale ; nous devons nous allonger dans notre lit, ou nous asseoir sur une chaise ou dans un fauteuil confortable, puis relaxer patiemment tous nos muscles ; vider ensuite le mental de toute espèce de pensées, désirs, émotions, souvenirs, etc.

Quand le mental est tranquille, quand le mental est silencieux, nous pouvons mieux nous connaître nous-mêmes. C'est en ces instants de quiétude et de silence mental que nous en venons réellement à constater de façon claire et directe la réalité crue de toutes les actions et réactions de la vie pratique. Lorsque le mental se trouve au repos, nous apercevons la multitude d'éléments, sous-éléments, désirs, actions, réactions, émotions, passions, comme quelque chose d'étranger à nous mais qui attend le moment précis pour prendre, dirons-nous, le contrôle de nous-mêmes, de notre personnalité.

De là la raison pour laquelle il vaut la peine d'obtenir la quiétude et le silence du mental ; il n'y a pas de doute que la relaxation de l'entendement est bénéfique dans le sens le plus complet du mot, car elle nous conduit à l'autoconnaissance individuelle de tout ce qui constitue notre vie, c'est-à-dire, notre vie extérieure.

Il est indubitable que ce que nous percevons par les sens, ce que nous voyons et entendons, etc., forme, pour chaque personne, ses impressions, impressions qui émanent de la vie même et qui suscitent en chacun des réactions à ce qui lui parvient du monde physique. C'est, par conséquent, une grande erreur de croire que ce qui est appelé la vie est une chose fixe, solide, immuable, de même en ce qui concerne n'importe quelle personne.

Ainsi donc, les multiples impressions qui, relativement à la vie, existent dans le genre humain, sont infinies. La vie, cela ne fait aucun doute, est composée des impressions qui nous viennent d'elle. Il est clair que nous pouvons, si ainsi nous le voulons, transformer ces impressions et, par le fait même, transformer notre vie. Mais, comme on dit, c'est une tache difficile à entreprendre.

L'hypnotisme collectif est tellement puissant que, bien que cela semble incroyable, tous les êtres humains se trouvent dans un état d'hypnose collective. Cette hypnose est produite par ce qui subsiste de l'abominable organe Kundartiguateur qu'a développé jadis l'être humain ; c'est cet organe résiduel qui a engendré les différents agrégats psychiques ou éléments inhumains qui, dans leur ensemble, constituent le « Moi-Même » (l'Ego). Ces éléments et sous-éléments conditionnent la conscience et la maintiennent en état d'hypnose, donc l'hypnose collective existe bel et bien.

L'humanité est à ce point emprisonnée dans le monde des cinq sens qu'elle ne parvient pas à comprendre comment elle pourrait s'en affranchir. Les gens sont fermement persuadés que leurs sens leur montrent la réalité. Ainsi donc, notre vie intérieure, notre vie mentale et émotionnelle, continue d'être confuse pour nos conceptions rationnelles et intellectuelles. En fait, nous ne savons pas du tout où nous vivons réellement dans notre monde de pensées et de sentiments, c'est quelque chose que personne ne peut nier.

Nous devons apprendre à transformer nos propres impressions. Cependant, il n'est pas possible de transformer quoique ce soit en nous si nous continuons à être collés au monde des sens. Le travail enseigne que si quelqu'un est entouré de circonstances négatives, c'est sa propre faute. Le point de vue sensoriel est que telle ou telle personne que nous percevons dans le monde physique à travers la vue ou l'ouïe est la fautive, et cette personne dira à son tour que nous sommes les coupables, mais la faute se trouve en réalité dans les impressions que nous recevons de la personne. Souvent nous pensons qu'une personne est perverse alors que dans le fond elle est une douce brebis. Il convient donc de transformer toutes les impressions que nous avons sur la vie. Surtout, il est nécessaire d'apprendre à recevoir de bonne grâce les manifestations désagréables de nos semblables.

Si nous examinons scientifiquement cette question des impressions et la manière de les transformer, nous observerons ceci : les impressions qui nous parviennent correspondent à l'H48 (hydrogène 48), qui est l'hydrogène qui gouverne le corps physique ; ainsi donc, toute impression correspond à l'H48, mais elle peut être transformée en H24, qui correspond au corps astral et, beaucoup plus tard, en H12, qui correspond au mental, et même en H6 qui correspond au Causal ou Manas supérieur.

Il n'y a pas de doute que la transformation de l'H48 en H24, ou de l'H24 en H12, ou de l'H12 en H6, n'est possible qu'au moyen d'un secret agent, je veux désigner par là, de façon emphatique, l'Hydrogène sexuel SI-12. Il est certain que si l'on est chaste, si l'on apprend à transformer le sperme sacré en Energie créatrice, la transformation de cet H48 en H24, en H12 et en H6, s'avère alors faisable.

Or donc, si nous pensons au corps physique, nous devrons dire que de même qu'il y a des degrés en ce qui concerne le psychique, des états et des états, il y en a aussi dans le corps physique. Qu'une chair ressemble à une autre, cela n'a rien d'extraordinaire. Mais il y a toutefois des différences entre les différentes chairs. Une chose est la chair du corps physique d'un Maître de la Grande Fraternité Blanche, autre chose celle d'un simple Chela ou disciple de la Loge Blanche, autre encore celle d'un profane, d'un homme commun et courant, et autre également celle d'un Magicien Noir terriblement pervers. Il y a ainsi des différences entre chacune d'elles.

Nous pouvons rendre le corps physique plus subtil, plus raffiné, si nous apprenons à le nourrir avec des hydrogènes supérieurs. Il est clair que si nous transformons l'hydrogène 48, qui correspond aux impressions, en H24, H12 et H6, notre corps physique se nourrira d'hydrogènes supérieurs et acquerra par conséquent un état plus élevé de raffinement spirituel, il se transformera lui-même, dirons-nous, en un véhicule plus apte pour l'Ame, en un corps très différent de celui de nos semblables, plus réceptif, plus « psychique ». C'est, entre autres choses, une des raisons fondamentales pour lesquelles il nous faut comprendre à tout prix la nécessité de transformer les impressions.

Le Premier Choc Conscient

La nature nous a donné les organes nécessaires pour transformer l'air vital, elle nous a aussi donné les organes nécessaires pour transformer les aliments, mais elle ne nous a pas donné le véhicule ou l'organe approprié, nécessaire, pour transformer les impressions qui nous parviennent de la vie, c'est pourquoi celles-ci entrent en nous sans subir aucun changement, sans être transformées, et ceci naturellement fait du dommage. Les impressions nous parviennent à travers les cinq sens, et par l'intermédiaire fâcheux de notre personnalité, qui les reçoit ; celle-ci est une très mauvaise secrétaire qui, en recevant les impressions, les transmet à des centres qui ne leur correspondent pas, conformément à ses idées limitées, produisant donc, malheureusement, des résultats erronés. Si ces impressions pouvaient être transformées correctement, notre façon de vivre serait différente.

Il est nécessaire, avant toutes choses, de travailler sur nous-mêmes, ici et maintenant, d'avoir une continuité de propos. Sinon nous serons toujours pareils ; celui qui veut cesser d'être comme il est, celui qui veut changer vraiment et se transformer, doit commencer par admettre la pluralité intérieure qui se manifeste en chacun de nous, doit cesser d'être un robot, cesser d'être une marionnette ou une machine fonctionnant selon ses idées limitées, selon les concepts et opinions, les connaissances acquises de notre personnalité. L'observation et la prise de conscience de tout ceci provoque le premier choc conscient.

Il est déplorable que la nature ne nous ait pas donné d'organe pour transformer les impressions qui nous arrivent de la vie qui pénètre en nous, mais il est possible de créer cet organe en travaillant sur nous-mêmes dans ce monde tridimensionnel où nous vivons : on l'obtient au moyen du rappel de soi, de l'observation sereine, de la non-fascination, de la non-identification avec les choses du monde intérieur dans lequel nous vivons, car toute personne se voit soumise à des événements psychiques de différent type : émotions négatives, orgueil, haine, paresse, luxure, colère, jalousie, vanité, etc.

Il est nécessaire à présent de nous imaginer une usine à trois étages allant de bas en haut ; cette usine est notre propre corps. A l'étage inférieur on trouve les aliments, le second étage correspond à l'air vital et le troisième aux impressions. Les aliments qui entrent dans le corps reçoivent le choc de l'H192, soit de l'air vital, lequel se transforme en carbone au contact des aliments, et ce choc permet le processus de transformation de l'H768 des aliments. La même chose se produit avec l'air vital qui se transforme en oxygène pour purifier le sang, puis en carbone pour être expulsé, mais il n'en va pas de même en ce qui concerne les impressions. Celles-ci, en pénétrant en nous, ne subissent pas le moindre changement, elles entrent au niveau de DO48, passent à RE48, MI48, FA48, etc., mais elles restent de l'H48. L'intervalle entre les notes de l'échelle musicale doit être comblé ; cet espace entre les notes de la gamme et entre les octaves représente l'énergie nécessaire à la transformation de l'hydrogène 48 des impressions, énergie qui est fournie par le travail sur soi ainsi que par le premier et le deuxième choc conscient.

Ce que nous avons appelé le second choc conscient correspond à la transformation des impressions cristallisées en nous, mais pour cela il est d'abord nécessaire de réaliser et de comprendre qu'avec le premier choc conscient on n'a pas encore terminé le travail, car on a alors simplement créé la mémoire du travail et l'organe transformateur des impressions, lequel correspond au développement de la faculté de l'observation.

Les « Moi » qui vivent en chacun de nous correspondent aux impressions mal digérées, ils résultent de la très mauvaise transformation de ces impressions qui alors se cristallisent en ces Moi. Le but du premier choc conscient est de ne pas créer, ou ne pas permettre la création de nouveaux Moi, et de cesser d'alimenter les Moi déjà existants. Ceux que nous avons nous donnent bien assez de fil à retordre, et leur élimination nous coûte bien trop d'efforts pour que nous continuions d'en créer d'autres.

Celui qui veut réaliser le premier choc conscient doit lutter avec ténacité contre l'imagination négative, c'est-à-dire contre le bavardage ou la divagation intérieure, car c'est elle qui nous conduit à la fascination et qui nous amène finalement à nous identifier avec notre train de vie. En effectuant ce choc conscient, nous cessons d'être des robots et d'être en accord avec la science ultramoderne de type subjectif qui n'est d'aucune utilité pour l'éveil de la conscience. Nous cessons d'être menés par Pierre, Jean, Jacques, par tous et chacun.

Il est donc fondamental, indispensable et urgent de réaliser un choc conscient au moment où une impression pénètre en nous ; nous devons connaître à fond la question de la transformation des impressions et y travailler inlassablement dans le but de transformer la vie qui entre en nous sous la forme des impressions. Le rappel de soi est nécessaire pour effectuer une transformation correcte des impressions, il ne faut pas s'identifier avec ces impressions que nous recevons ou, pour mieux dire, qui surgissent dans notre mental. Il est nécessaire de voir les « choses en soi », comme dit Emmanuel Kant.

Nous savons que transformation signifie changement d'une chose en une autre différente ; or, tout est susceptible de changement, il existe des transformations très connues de la matière : il est indéniable que par l'action de ferments le sucre se transforme en alcool et celui-ci à son tour en vinaigre, en somme, une substance moléculaire se transforme en une autre substance moléculaire.

Le but du premier choc conscient est de transformer tout ce qui nous parvient du monde extérieur dans lequel nous vivons et qui n'est pas aussi extérieur qu'il le semble ; personne ne pourrait s'introduire dans la tête un arbre, une chaise ou une maison, nous pouvons voir l'arbre, la chaise ou la maison et en avoir une idée, mais nous ne pouvons pas les introduire à l'intérieur de nous, des impressions entrent dans notre esprit et c'est tout, des impressions d'un monde que nous appelons extérieur mais qui n'est pas aussi extérieur qu'on le pense.

C'est par le moyen de la compréhension que nous allons transformer les impressions qui parviennent à notre mental. Si, par exemple, quelqu'un nous adule ou nous vante, comment pourrions-nous transformer la vanité que cet adulateur pourrait provoquer en nous ?. Il est indéniable que les louanges, l'adulation, ne sont rien d'autre que des impressions qui surgissent dans le mental, suscitant comme réaction la vanité. Mais si nous transformons ces impressions, la vanité devient par le fait même impossible. Comment peut-on transformer les paroles d'un adulateur, les louanges ou la flatterie ?. Par la compréhension : lorsque nous comprenons réellement que nous ne sommes rien de plus qu'une créature infinitésimale dans un recoin de l'univers, nous transformons alors ces impressions de louange ou de flatterie en quelque chose de différent, nous les convertissons en ce qu'elles sont : de la poussière cosmique. Car nous comprenons notre modeste position dans le Cosmos. Notre planète Terre elle-même n'est, nous le savons, qu'un minuscule grain de sable dans l'espace.

Pensons à la galaxie dans laquelle nous vivons. Elle est composée de millions et de millions de mondes, qu'est donc la Terre ?. Une misérable particule de poussière dans l'infini. Et nous, que sommes-nous ?. Des organismes quasi imperceptibles, des micro-organismes sur cette particule.

Et alors ?. Qu'est-ce que ces réflexions feraient surgir en nous ?. L'humilité. Oui, l'humilité apparaîtrait, de toute évidence, et elle provoquerait une transformation des impressions en relation avec la flatterie, l'adulation, la louange, et nous ne réagirions plus sous la forme de l'orgueil. Plus nous réfléchirons sur tout cela et plus nous verrons la nécessité d'accomplir une transformation complète des impressions qui pénètrent en nous, la nécessité d'abord de produire ce que nous avons appelé le premier choc conscient.

Mais ce premier choc n'est pas tout : nous devons aussi transformer la vie en nous, ou ce que nous sommes en nous-mêmes, ici et maintenant, dans notre monde de pensées et d'émotions. Nous devons, pour cela, connaître notre Niveau d'Etre actuel (étudier les chapitres : Les deux mondes et Le Niveau de l'Etre, du livre La Psychologie Révolutionnaire), c'est-à-dire, ce que nous sommes réellement. Faute de quoi aucun changement ne pourra être réalisé, car si l'on ne connaît pas le niveau d'Etre où l'on se trouve, de quelle façon pourrait-on changer ?. Le travail qui concerne l'élimination des éléments sous-humains ou inhumains en nous, des « Moi » en général, correspond au second choc conscient. Ces agrégats, ces « Moi », sont des impressions mal digérées ou, si l'on préfère, le résultat de leur très mauvaise transformation.

Au moment où est produit le premier choc conscient, l'H48 (DO) se transforme en RE48, passant ensuite à MI24, pour remplir le vide laissé par la nature et parfaire de cette façon le processus de transformation qui, dans les conditions normales de l'existence, ne peut être poursuivi. Nous pouvons ainsi créer une plus grande quantité d'H24, lequel alimente, comme nous l'avons dit plus haut, le corps astral. Puis cet H24 se transforme en H12 et celui-ci à son tour, grâce au second choc conscient (cet H12 constituant le secret agent des Alchimistes) se transforme en H6 et, ultérieurement, en H3.

De cette façon nous obtiendrons donc une plus grande quantité et une meilleure qualité d'hydrogène, lequel transforme notre corps physique, le rendant plus raffiné spirituellement, le convertissant en un corps plus apte pour l'Ame : vous comprenez maintenant, mes frères bien-aimés, pourquoi il est nécessaire de transformer tout type d'impressions. Car l'important c'est d'obtenir la transformation de notre vie, et ceci n'est possible qu'au moyen de la compréhension la plus profonde.

Tout ce que nous voyons au dehors est à l'intérieur ; « l'homme se connaît par ses rêves », dit-on. Par conséquent, si nous ne travaillons pas sur l'intérieur, nous marchons dans la voie de l'erreur, parce qu'alors nous ne modifions pas notre vie. Si nous voulons être différents, nous devons nous transformer complètement, et si nous voulons nous transformer, nous devons commencer par transformer les impressions que nous recevons, voilà la clé pour la transformation de l'individu. Nous devons créer un choc au moment où les impressions entrent en nous, grâce au rappel-de-soi et à la technique de l'observateur et de l'observé. De cette façon sera comblé le vide laissé par la nature entre les notes de l'octave musicale. Voilà en ce qui concerne le travail en relation avec le premier choc conscient.

Le Second Choc Conscient

Dans la transmutation sexuelle, il y a transformation des impressions ; lorsque nous transformons les impressions animales, bestiales, qui hantent notre psychisme, en l'élément de la dévotion et de l'Amour, alors la transformation ultime, la transmutation sexuelle, surgit en nous.

Je crois que vous comprenez mieux tout ce qu'implique cette question cruciale ; nous touchons maintenant au cœur du problème, nous allons au centre, au « grain », c'est-à-dire, à la transformation de la vie même en nous, à partir de la matière première de tout l'Univers, à partir de la substance sexuelle.

Au chapitre précédent, nous avons dit que le premier choc conscient avait pour but de ne pas créer davantage de Moi, d'Egos. Comment certains petits frères gnostiques ont-ils pu croire qu'il était possible de contenir et de réprimer certains Egos tout en travaillant sur un autre : cela apparaît comme quelque chose d'incohérent, incongru, extravagant. Il est bon que vous compreniez que seule la transformation de nous-mêmes sur le terrain de la vie pratique peut empêcher que les impressions ne reprennent vie à l'intérieur de nous. Il faut que les frères comprennent ce que signifie transformer une chose en une autre ; rappelons-nous ce que nous avons dit précédemment au sujet des transformations de la matière, et en ce qui concerne les louanges, les flatteries, l'adulation.

Si l'on ne transmute pas la vie en nous, si l'on ne change pas, si l'on ne commence pas à penser à partir d'un point de vue différent, du point de vue du travail conscient, si l'on ne meurt pas à soi-même, si l'on n'élimine pas ce monde d'éléments indésirables que nous charrions à l'intérieur de nous, rien de nouveau ne sera possible.

C'est pour cela qu'il est primordial et nécessaire de comprendre que nous sommes plusieurs et non un ; ceci n'est possible qu'en travaillant sur nous-mêmes, faute de quoi nous ne cesserons pas d'être les marionnettes que nous avons toujours été. Il est bon que tous vous compreniez qu'il faut éliminer les Moi, mourir d'instant en instant ; pour y arriver, nous devons d'abord commencer par transformer les impressions et se rappeler à soi-même maintenant et à chaque instant : à la maison, au travail, au collège, au bureau, à l'université, au déjeuner, au dîner, en nous levant, en nous couchant, en nous brossant les dents, en montant dans l'autobus, en conduisant notre voiture, à chaque seconde, à chaque instant de notre vie.

Il devient possible de transformer les événements, de changer les circonstances défavorables et d'en créer d'autres meilleures, au moyen de la compréhension et de la correcte transformation de la vie en nous, et en éliminant les émotions négatives, ce qui n'est pas une chose facile.

Les gens croient que la vie c'est les voyages, les affaires, les promenades, les fêtes, les titres, les dossiers, le bureau, le collège, le travail, les voitures, les plaisirs, les soûleries, les orgies, etc. Ils appellent cela vivre !. Que les gens sont imbéciles, ils confondent une chose avec une autre, comment peuvent-ils croire que se vautrer dans un lit d'immondices pour forniquer est la vie ?. Ou que la vie ce peut être de s'asseoir dans un fauteuil, dans le salon d'une maison, pour prendre le thé ou le café au lait et passer son temps à bavarder, médire et critiquer les autres gens ?.

Est-il possible que nous puissions penser qu'entrer dans une taverne pour ingurgiter de la boisson de façon désordonnée, puis se donner en spectacle à ses enfants et à son épouse, ou aux autres gens dans la rue, en étant plongé dans la plus profonde inconscience, ce peut être la vie ?. Les pauvres gens sont inconscients, épais, idiots, insensés, absurdes, ils confondent leur train de vie, la maison, les titres honorifiques, les spectacles, l'argent, l'alcool, les événements de toute espèce, avec ce qui en soi est la vie, comme si celle-ci était quelque chose de solide, de fixe.

Nous savons très bien que tout cela appartient à l'horizontale, c'est par là que tout le monde va, c'est le chemin large que prend tout un chacun, Pierre, Vincent, Jacques et tous les gens. L'horizontale est l'univers des gens communs et courants, à elle appartient la personnalité, avec toutes ses immondices, ses robots, ses fantoches de cirque, ses marionnettes, ses machines humaines, ses homoncules rationnels de toute espèce, ses scientifiques ultramodernes, ses intellectuels, ses ouvriers, ses campagnards, ses maîtres de maison, ses étudiants, docteurs, psychiatres licenciés, etc.

Ces gens qui vivent comme des porcs, dans la boue de ce qu'ils appellent la vie, font pitié ; des gens sans morale, dénués de principes vraiment moraux, des gens qui ne savent rien d'eux-mêmes, ni où ils vont, ni d'où ils viennent, ni quel est le but de leur existence ici en ce monde appelé la civilisation mais qui au fond n'a rien de civilisé, qui est un parfait jardin zoologique.

Tout cela n'est pas la vie, et pour cesser de voir les choses de cette façon, de penser ainsi, il est nécessaire de connaître notre niveau d'Etre en nous plaçant dans la verticale de la vie, ce qui n'est possible qu'à l'aide du second choc conscient, en travaillant intensément sur nous-mêmes pour un monde meilleur, en éliminant les Egos, en mourant en nous-mêmes radicalement. Nous donnerons ci-dessous une didactique précise, laquelle permettra à nos frères du sentier d'éliminer les gens qui habitent à l'intérieur de chacun de nous ; une fois que la maison sera vide, seule la conscience pure habitera en elle. Notre conscience s'éveillera et alors surviendra l'Illumination intérieure, et ainsi sera accomplie une grande partie de l'Œuvre que nous avons à réaliser.

Questions et réponses

(Avant de passer à l'explication de ce travail sur l'élimination des Moi, nous consignerons certains enseignements donnés par le V. M. Samaël Aun Weor, lors d'un cours pour former des instructeurs nationaux et internationaux, au Monastère Gnostique de Guadalajara, au Mexique. Les disciples inscrits à ce cours se réunirent un jour avec le Maître qui apporta des précisions et des explications très intéressantes, en réponse aux questions des assistants, sur l'élimination de l'Ego).

Maître Samaël : un défaut découvert doit être un défaut éliminé. Avant de connaître et d'éliminer notre trait psychologique, nous devons travailler intensément de façon générale sur l'ensemble de nos défauts, puisque ce trait psychologique a des racines très profondes dans nos existences antérieures ; pour le connaître, il est nécessaire d'avoir travaillé inlassablement durant au moins cinq ans.

Question : Maître, vous nous avez enseigné que nous devons avoir de l'ordre et de la précision dans l'élimination des défauts, mais il y a quelque chose que je n'arrive pas à saisir, lorsque vous dites qu'un défaut découvert doit être un défaut compris et éliminé. Mais j'ai cru comprendre qu'il doit y avoir une succession dans le travail. Je vous pose cette question parce que, comme on sait, beaucoup de défauts se manifestent durant une journée : le matin, par exemple, pourrait se manifester la luxure, ensuite quelque chose nous met en évidence et alors surgit l'orgueil, puis quelqu'un nous engueule ou on passe proche de se faire renverser par une auto, et la colère s'empare de nous, etc. Nous voyons alors une succession de faits et de manifestations des défauts, c'est pour cela peut-être que je comprends mal cette question de la recherche d'un trait psychologique. Comment pourrions-nous comprendre cela et sur quoi exactement devrions-nous travailler ?.

Réponse : Il faut avoir de l'ordre dans le travail, c'est certain, mais en tout cas, lorsque, le soir venu, tu relaxes ton corps, tu dois pratiquer l'exercice de rétrospection qui doit s'étendre non seulement sur ta journée mais aussi sur toute ton existence et même tes existences antérieures, à partir des événements qui se sont déroulés durant le jour. Tu devras alors passer en revue, visualiser, reconstruire les événements de la journée, et une fois qu'ils ont été recensés et reconstruits, tu procéderas au travail, d'abord sur un événement auquel tu pourras consacrer peut-être quinze minutes, puis sur un autre événement auquel tu pourras consacrer une demi-heure, puis sur un autre encore auquel tu pourras consacrer dix minutes, tout dépend, en fait, de la gravité des événements ; ainsi donc, en suivant l'ordre dans lequel ils se sont présentés, tu pourras travailler sur eux tranquillement et dans l'ordre.

Question : et les éliminer un après l'autre, ou éliminer toute cette succession ?.

Réponse : on doit aussi procéder par ordre. Dans tout travail sur n'importe quel élément psychologique entrent en jeu divers facteurs : 1) la découverte, 2) le jugement, 3) l'exécution. On applique les trois moments à chaque élément étudié, c'est-à-dire : découverte, ceci concerne les circonstances dans lesquelles tu as découvert un défaut ; jugement ou compréhension profonde du défaut ; exécution, avec l'aide de la Divine Mère Kundalini. C'est ainsi que l'on doit travailler, parce que si tu travailles sur tes défauts en les prenant un par un, pense un peu comment la chose va se présenter. Ce sera très difficile, tu n'en finiras jamais.

Je vais vous donner un exemple pour que vous compreniez tous très bien de quoi je veux parler : supposons qu'un homme quelconque surprend sa femme, son épouse, ou son amie, avec un autre homme ; sans doute ne le supporterait-il pas et il ne pourrait rester calme, et alors surgirait en lui, comme résultat, le Moi de la Jalousie, ensuite, il pourrait se sentir blessé dans son amour-propre, puis viendrait la colère bientôt suivie d'une foule d'insultes et d'injures, résultat de cette très mauvaise transformation.

Il va de soi que si cet homme voulait éliminer ces Moi un par un chaque jour, alors qu'en serait-il des autres ?. Qu'est-ce qu'il en ferait, à quel moment travaillerait-il sur eux ?. Cette façon de procéder s'avère de toute évidence impossible, car on ajournerait le travail sans jamais le terminer, sans aller jusqu'au bout de la démarche entreprise, et tout deviendrait très compliqué et ne pourrait se terminer autrement que par un échec.

Dans ce cas, il nous faut être pratiques, et pour cela nous devons travailler sur le terrain de la vie pratique, sur ce qui arrive chaque jour. Il faut donc cesser de théoriser sur des sottises et de penser à des choses impossibles à réaliser, il ne faut plus perdre de temps si en vérité nous voulons changer radicalement, sinon nous remettons toujours le travail au lendemain, et ce lendemain n'arrivera jamais. Il est nécessaire d'éliminer ce Moi qui laisse tout pour demain, car c'est aujourd'hui même que nous devons le faire. Nous devons travailler avec ténacité afin de créer la mémoire du travail.

Didactique de la dissolution du Moi

Nous donnerons à présent la didactique précise en ce qui concerne la Méditation de la Mort du Moi. Il ne faut pas confondre la divagation avec la Méditation. Au sujet de la Méditation de la Mort du Moi, il est indispensable de travailler avec l'imagination positive, la volonté créatrice et la concentration pour obtenir graduellement l'état de la véritable méditation. Cette pratique comporte diverses étapes, qui peuvent être réduites aux trois mentionnées précédemment : découverte du défaut, revoir les circonstances de sa manifestation ; jugement, ce qui englobe tout le travail de compréhension du défaut ; et enfin, élimination. Assis confortablement par terre ou sur une chaise, nous commençons par relaxer notre corps, pour mieux réaliser la pratique. Deuxièmement, il est nécessaire d'effectuer un exercice de rétrospection, afin de revivre et de reconstituer les différents événements et scènes de la journée, en revivant ces événements dans l'ordre même où ils se sont produits, et en les agençant successivement selon la façon dont nous allons travailler sur eux conformément à la gravité de la faute.

En troisième lieu vient l'observation sereine dans laquelle entre l'analyse réflexive sans identification d'aucune espèce, afin de comprendre la manière d'agir du défaut en question.

La quatrième étape c'est « l'analyse superlative unitotale » qui est en relation avec le bistouri de l'autocritique : on effectue l'incision du défaut, afin d'obtenir l'annihilation complète.

Vient ensuite, en cinquième lieu, le jugement, lors duquel nous devons invoquer le Kaom intérieur, c'est-à-dire, ce que nous avons appelé la « Réflexion superlative de notre Etre ». Cette phase peut aussi être appelée la « Mise en accusation de soi-même », c'est une véritable instruction judiciaire où nous faisons le sommaire de toutes les charges que nous avons contre le défaut, les amertumes, les peines, les malheurs et tout ce qu'il nous a causé, sans rien omettre, nous devons énumérer tout ce que ce défaut nous a fait souffrir, afin qu'au terme de cette instruction il soit bel et bien exécuté.

La sixième étape, enfin, est appelée l'élimination. Nous devons alors invoquer à l'intérieur de chacun de nous la Shakti Kundalini afin de lui demander l'élimination ou l'annihilation totale du coupable, du condamné à mort, de l'Ego incriminé. Nous devons la prier avec notre cœur, et voir à l'aide de notre imagination et sentir au moyen de notre émotion comment elle l'exécute et annihile complètement, sans aucune pitié, car il doit en être ainsi. Nous la voyons clouer sa lance dans le cœur même du monstre, nous voyons ensuite comment, avec son épée flammigère, représentant le sperme sacré, elle décapite et incinère entièrement cet Ego, et nous voyons aussi celui-ci s'amenuiser jusqu'à devenir un petit enfant, pur et innocent, lequel représente la vertu accaparée par le Moi ; de ce petit enfant se libère une flamme de couleur bleue qui se fond dans notre cœur en suscitant à l'intérieur de chacun de nous la vertu même et en rendant une action de grâces. De cette façon, nous verrons, à travers le sens de l'autoobservation, qu'au fur et à mesure que le défaut mourra jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien, notre conscience s'éveillera et se développera.

Il est à noter que les gens mariés doivent effectuer cette pratique durant l'Arcane, durant l'union sacrée du Lingam et de la Yoni, en demandant avec ferveur à leur Mère Divine l'élimination du ou des défauts qu'ils ont préalablement compris. Nos frères célibataires feront cela en réalisant la pratique du Vajroli Mudra.

Tout ceci suppose un processus prolongé et des souffrances volontaires de notre part, ainsi que beaucoup de patience et de ténacité ; il ne faut pas croire que c'est quelque chose de facile, mais il ne faut pas non plus nous mettre à ressasser les difficultés que nous allons avoir, car tous les problèmes seront peu à peu clarifiés et résolus à mesure que nous travaillerons toujours plus sur nous-mêmes. En un mot, le travail même nous donnera progressivement cette faculté de discernement quant à ce que nous devons réaliser et à la façon dont nous devons le réaliser.

C'est ainsi que nous devons, chacun, travailler, et laisser la Divine Mère accomplir aussi son travail. Elle sait ce qu'elle doit faire. Grâce au sens de l'auto-observation, nous verrons peu à peu les résultats. Si nous avons beaucoup de dévotion et faisons beaucoup de prière, « tout le reste viendra par surcroît ».

Voilà donc en ce qui a rapport au premier facteur de la Révolution de la Conscience. Nous espérons que tous nos frères auront compris cela et le mettront en pratique, s'ils veulent vraiment obtenir la Réalisation intime de leur Etre. Chaque fois que vous éprouverez une certaine confusion quant au travail sur vous-mêmes, relisez ce petit livre qui n'a été conçu que dans le but de vous être utile.
passage extrait de la conférence http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... cience.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: La Transformation des Impressions

Message le 6 Septembre 2009, 09:19

Que dirons-nous, ce soir, des Trois Aliments ?

Je vous ai déjà expliqué, la fois précédente, comment on se nourrit du Premier Aliment, l'aliment du corps physique (aujourd'hui, je ne pense rien ajouter sur cela). Nous vous avons aussi déjà parlé du Second Aliment, la respiration, qui est plus important que l'aliment qui va dans l'estomac. Mais, il y a un Troisième Aliment, dont je vous ai parlé, qui est celui des IMPRESSIONS...

Personne ne peut vivre sans [...] impressions ne serait-ce qu'une minute [...]

... Arrivent au moyen des impressions. Vous êtes ici, en train de m'écouter ; je suis en train de vous parler et qu'est-ce qui arrive à votre Mental ? Une série d'impressions. Vous voyez une figure humaine revêtue de « la tunique sacrée de l'Ordre des Chevaliers du Saint Graal », etc. Tout cela vous parvient donc à travers les Impressions ou au moyen des Impressions ; tout cela, ce sont des Impressions pour vous.

Malheureusement, l'être humain sait bien qu'il est [...]

...Il ne sait pas sélectionner ses impressions. Que diriez-vous si, par exemple, maintenant que nous sommes ici, dans cette salle, nous ouvrions la porte à des voleurs pour qu'ils entrent ?

Je vous le demande, à vous qui participez à cet entretien : vous semblerait-il correct que le gardien ouvre la porte, par exemple, à toute une bande de malfaiteurs ? Indubitablement, le gardien commettrait une absurdité et vous lui demanderiez tous...

Cependant, nous faisons la même chose avec les Impressions : nous ouvrons la porte à toutes les Impressions Négatives du monde. Celles-ci pénètrent dans notre psyché et elles y font des dégâts. Elles se transforment en agrégats psychiques et elles développent en nous le Centre Émotionnel Négatif. Et pour conclure, elles nous remplissent de boue. Pourtant, nous leur ouvrons la porte.

Serait-ce correct ? Serait-ce correct qu'une personne qui est, par exemple, remplie d'Impressions Négatives (qui émanent de son Centre Émotionnel Négatif) soit accueillie par nous, que nous ouvrions les portes à toutes les Impressions Négatives de cette personne ?

Il semble que nous ne savons pas SÉLECTIONNER LES IMPRESSIONS ; c'est grave ! Nous devons apprendre à ouvrir et fermer les portes de notre psyché aux Impressions ; ouvrir les portes aux Impressions nobles et pures ; les fermer aux Impressions négatives et absurdes, car les impressions négatives font du tort ; elles développent en nous le Centre Emotionnel Négatif et nous portent préjudice. Pourquoi devrions-nous ouvrir nos portes aux Impressions Négatives ?

Voyez ce qu'on fait lorsqu'on est en groupe, dans une foule. Je vous assure qu'aucun de vous, par exemple, n'oserait sortir tout de suite, dans la rue, pour lancer des pierres contre quelqu'un, n'est-ce pas ? Mais, en groupe, qui sait.

Il se peut que quelqu'un se glisse dans une grande manifestation publique et, excité par l'enthousiasme général, si la foule lance des pierres, lui aussi se retrouve à lancer des pierres, même si après il se demande : « Pourquoi les ai-je lancées, pourquoi ai-je fait ça ? ».

Je me souviens de l'une de ces manifestations, il y a quelques années, lorsque les maîtres d'école se sont soulevés en faisant beaucoup de grèves, de protestations et de manifestations.

Alors, nous avons vu des choses insolites, ici, en plein District Fédéral, il y a dix ou quinze ans... Qu'avons-nous vu ? Des professeurs très décents, très cultivés, très dignes, qui, dans la multitude, ont pris des pierres et les ont lancées avec force contre les vitres, contre les gens, contre tous ceux qu'ils pouvaient. Ces professeurs d'école n'auraient jamais fait ça tout seuls, mais en groupe, si.

En groupe, l'être humain se comporte de façon très différente : il fait des choses qu'il ne ferait jamais seul. À quoi cela est-il dû ? Eh bien, aux Impressions Négatives : il ouvre ses portes aux Impressions Négatives, alors celles-ci le mettent de mauvaise humeur et il finit par faire ce qu'il n'aurait jamais fait seul. C'est pourquoi il est nécessaire que nous apprenions à être attentifs aux Impressions.

Lorsqu'on ouvre les portes aux Impressions Négatives, non seulement on altère l'ordre du Centre Émotionnel (qui est dans le coeur), mais encore on le rend négatif

Si on ouvre ses portes, par exemple, à l'Émotion Négative d'une personne qui arrive remplie de colère parce que quelqu'un lui a fait du tort, alors on finit par s'allier à cette personne contre celui qui lui a fait du tort et on se retrouve plein de colère même si l'on n'a rien à voir avec cette affaire.

Supposons qu'on ouvre ses portes aux Impressions Négatives d'un ivrogne qui se trouve dans un bar et qu'on finisse par accepter de prendre un verre avec l'ivrogne, ensuite deux, puis trois, puis dix... Conclusion : un autre ivrogne !

Supposons qu'on ouvre ses portes aux Impressions Négatives, par exemple, d'une personne du sexe opposé ; on finira également par forniquer et par commettre toutes sortes de délits...

Supposons qu'on ouvre ses portes aux Impressions Négatives d'un toxicomane, on finira aussi par fumer de la marijuana (et avec les graines et tout, on tire une petite bouffée). En conclusion viendra l'échec.

C'est ainsi que les êtres humains se contaminent les uns les autres dans des ambiances négatives. Les ivrognes contaminent les ivrognes. Les voleurs changent les autres en voleurs ; les meurtriers en contaminent d'autres ; les drogués se contaminent entre eux...

Pour finir, les drogués se multiplient, les assassins se multiplient, les voleurs se multiplient, les usuriers... Pourquoi ? Parce que nous commettons toujours l'erreur d'ouvrir nos portes aux Emotions Négatives et ce n'est pas correct.

SÉLECTIONNONS NOS ÉMOTIONS ! Si quelqu'un nous apporte des Émotions Positives de lumière, d'harmonie et de beauté, de sagesse, d'amour, de poésie, de perfection, ouvrons-lui les portes de notre coeur. Mais si quelqu'un nous apporte des Émotions Négatives de haine, de violence, de jalousie, de drogue, d'alcool, de fornication et d'adultère, nous ne devons pas lui ouvrir les portes de notre coeur. Fermons, FERMONS NOS PORTES AUX IMPRESSIONS NÉGATIVES !

Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ntales.php

Messages : 68
Enregistré le : 28 Juin 2009

Re: La Transformation des Impressions

Message le 8 Novembre 2009, 17:26

La transformation des impressions vient de la détermination de ne plus nourrir le moi psychologique.

Lorsque nous prions, méditons et faisons tout sorte de pratique spirituelle ,nous acquérons de l'énergie. Cette énergie nous est donnée par notre être pour nourrir notre conscience. Mais si après une pratique de méditation, qqn vient nous insulter , si nous ne transformons pas cette impression alors nous allons nous mettre dans une colère terrible et toute cette énergie reçue sera gaspillée.

Comme on peut le voir dans cet exemple la transformation des impressions est primordiale. Imaginez un instant qqn qui pratique des exercices pour se dédoubler en astral mais qui est rempli de peur. Si cette personne ne transforme pas cette impression de peur, toute l'énergie générée par les mantras pour sortir en astral sera avalée par le moi de la peur. Cette personne aura de plus en plus peur et un jour quittera la gnose par manque de réussite.

La transformation des impressions est indispensable si on veut fortifier notre conscience.On doit voir tout comme une illusion. Derrière nos peurs, nos défauts, se trouve un tyran: l'ego.

Bonne pratique.

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: La Transformation des Impressions

Message le 25 Septembre 2010, 19:51

16. Le Verbe et le Magistère Sacerdotal (La Parole et les Impressions)


Que les Sacerdotes ne commettent pas l'erreur de parler dans un langage que le pauvre peuple ne comprend pas. S'ils ont envie de parler de sujets ésotériques élevés, qu'ils le fassent dans le cercle ésotérique, qu'ils le fassent en Troisième Chambre ou en Seconde, mais pas devant le peuple. Je crois que le peuple mérite une certaine considération. On doit parler au peuple sans termes techniques d'aucune espèce, parce que le peuple ne comprend pas de pareils termes. On doit lui parler dans un langage très simple, très clair, à la portée de tous.

Jamais, on ne doit utiliser la tribune pour blesser quelqu'un avec la parole. Jamais, on ne doit essayer d'ironiser ou de satiriser d'une certaine manière l'auditoire, le peuple, les fidèles. LA PAROLE DOIT SORTIR DU COEUR, NON DES DIFFÉRENTS AGRÉGATS PSYCHIQUES QUE NOUS PORTONS À L'INTÉRIEUR DE NOUS.

Je me rends compte, avec une profonde douleur, que lorsque quelqu'un parle, la parole ne sort malheureusement pas des profondeurs de l'Être, mais du fond de quelque agrégat psychique inhumain. Si la parole jaillissait exclusivement de l'Essence, il n'y aurait rien à objecter : elle serait pure, parfaite, mais les gens ont des agrégats psychiques très développés.

C'est ainsi que beaucoup de Sacerdotes Gnostiques ou Directeurs de Sanctuaires, en général, quand ils s'adressent à la Congrégation, le font presque toujours dans le but secret de lancer quelque ironie contre quelqu'un, d'humilier quelqu'un, d'insulter quelqu'un, etc. C'est-à-dire que la parole ne naît pas de l'Essence pure, ne jaillit pas de l'Être, elle surgit de chaque bouteille, elle provient du fond de quelque Moi et c'est pourquoi elle n'est pas spontanée, elle n'est pas pure, elle ne produit pas un effet créateur.

Généralement, la parole que les Sacerdotes Gnostiques prononcent a son origine dans les entrailles de tel ou tel agrégat psychique, que ce soit celui de l'envie, que ce soit celui de la haine, que ce soit celui de l'amour-propre, que ce soit celui de l'orgueil, de l'égoïsme, de l'auto-suffisance, de l'auto-importance, des prétentions, de l'ambition, etc. Mais, je vois avec douleur que jamais la parole spontanée ne jaillit des entrailles de l'Être et c'est regrettable.

Quand la parole surgit des profondeurs de l'Être, elle est remplie de plénitude et de beauté intérieure ; mais quand la parole surgit des entrailles de tel ou tel agrégat psychique, elle est conditionnée par lui-même, elle n'a pas d'élasticité, elle n'a pas de ductilité, elle ne jouit pas de plénitude, elle n'est pas intègre et produit dans l'ambiance des discordes, des problèmes de toute sorte.

Les dévots vont au Rite, vont au Lumitial, pour recevoir un baume de réconfort dans leur coeur endolori. Mais si on donne du fiel aux dévots à la place du miel, quel soulagement pourraient-ils avoir ? Comment ferons-nous pour que le Mouvement Gnostique Chrétien Universel progresse, si nous continuons avec cette conduite ? Cette tendance qu'ont les uns et les autres à réagir me paraît horripilante, absurde. Ils ne sont pas maîtres de leurs propres processus psychologiques ; si on les « pique », ils réagissent ; ils réagissent toujours devant tout...

N'oubliez pas que nous vivons dans le monde et qu'il y a TROIS SORTES D'ALIMENTS pour nous. Le premier aliment, vous le connaissez bien : LA NOURRITURE ; c'est le moins important ; cela paraît incroyable, mais c'est ainsi. La preuve qu'il est le moins important, c'est qu'on peut vivre sans manger, de nombreuses fois, jusqu'à un mois. Mahatma Gandhi restait jusqu'à trois mois sans manger. Cet aliment entre par la bouche et va à l'estomac.

La deuxième sorte d'aliment est l'AIR, la respiration. Il est en relation avec les fosses nasales et les poumons. Nous pourrions difficilement vivre, ne serait-ce que trois ou quatre minutes, sans respirer. Les gens restent normalement une minute sans respirer et ensuite vient une syncope. Grâce à un entraînement, par exemple, quelqu'un pourrait arriver à deux ou trois minutes, ou à quatre, ce qui serait déjà le maximum des maximums, mais ceux qui peuvent vivre quatre minutes sans respirer sont rares et peu nombreux. Cela nous indique alors que le deuxième aliment est déjà plus important que le premier aliment.

Enfin vient le troisième aliment, qui est encore plus important. Je veux me référer de manière emphatique, aux IMPRESSIONS. Si la nourriture n'arrivait pas à impressionner l'organisme humain, nous ne pourrions donc jamais nous nourrir, le bol intestinal ne fonctionnerait pas, ni l'estomac en général ; on mourrait. Si l'air ne réussissait pas à impressionner les poumons et le sang, l'air ne servirait à rien.

Ainsi, mes chers frères, ce troisième aliment est le plus important, parce que personne ne pourrait exister, ne serait-ce qu'une seule seconde, sans L'ALIMENT DES IMPRESSIONS. Cela dit, tout aliment à besoin de passer par une TRANSFORMATION. L'aliment en relation avec l'estomac, c'est-à-dire la nourriture, a besoin de passer par une transformation ; cette transformation peut se faire grâce au système digestif. L'aliment en relation avec la respiration a, comme véhicule de transformation, les poumons ; mais, pour le troisième type d'aliment, il n'y a pas d'organe spécial, il n'y a pas d'estomac, ni de poumons qui servent. IL FAUT CRÉER CE TROISIÈME ORGANE.

Tout ce qui arrive au Mental vient sous forme d'impressions. Vous êtes, ici, en train de m'écouter, vous voyez un homme qui vous parle à l'aide d'un microphone et tout ceci est un ensemble d'impressions qui arrivent au Mental. Toutes les aventures de la vie, toutes les émotions et les passions, tout ce qui nous entoure nous arrive sous forme d'impressions.

L'air se transforme au moyen des poumons, la nourriture se transforme au moyen de l'estomac et de l'air, et la nourriture se convertissent en principes vitaux pour l'organisme. Malheureusement, les impressions ne se transforment pas, elles restent dans le Mental sans être digérées.

Les impressions non digérées se convertissent en NOUVEAUX AGRÉGATS PSYCHIQUES, c'est-à-dire en nouveaux Mois et c'est très grave. Il faut « digérer » les impressions. Comment ? Réfléchissons un peu. Grâce à la CONSCIENCE SUPERLATIVE DE L'ÊTRE.

Normalement, les impressions arrivent au Mental et le Mental réagit aux impressions. Si quelqu'un nous insulte, nous réagissons avec des envies de nous venger. Si quelqu'un nous offre une coupe de vin, nous réagissons avec des envies de boire. Si une personne du sexe opposé nous tente, nous ressentons alors des envies de forniquer. Mais, nous réagissons toujours face aux impacts du monde extérieur et c'est très grave.

Dans les assemblées, j'ai vu comment les frères se blessent les uns les autres ; l'un dit une parole et celui qui se sent concerné réagit violemment en disant une parole pire. Quelquefois ce qu'ils disent n'est pas trop grossier, c'est tourné subtilement, très poliment et accompagné d'un sourire, mais, au fond, il y a le poison épouvantable de la réaction violente.

IL N'Y A PAS D'AMOUR ENTRE LES FRÈRES ; ils ont oublié leur propre Être et vivent seulement dans le monde de l'Ego, dans le monde des réactions. Quand quelqu'un oublie son propre Être, il réagit violemment. Si quelqu'un oublie son propre Être en présence d'une bouteille de vin, il devient ivre. Si quelqu'un oublie son propre Être en présence d'une personne du sexe opposé, il se retrouve à forniquer ; si quelqu'un oublie son propre Être Intérieur Profond en présence d'un insulteur, il se retrouve à insulter.

Le plus grave dans la vie est de s'oublier soi-même. Ainsi, il est nécessaire de transformer les impressions et cela n'est possible qu'en INTERPOSANT sa propre Conscience entre les diverses vibrations du monde extérieur et le Mental. Quand quelqu'un interpose ce qu'on appelle la CONSCIENCE entre les impressions et le Mental, il est évident que les impressions se transforment en FORCES ET POUVOIRS D'ORDRE SUPÉRIEUR.

Normalement, les impressions sont constituées par un hydrogène très lourd : l'HYDROGÈNE-48. Quand on interpose sa Conscience entre les impressions et le Mental, l'Hydrogène-48 se transforme en 24 qui sert d'aliment au corps astral. À son tour, l'excédent du 24 se transforme en Hydrogène-12 qui sert d'aliment au corps mental et enfin, l'excédent d'Hydrogène-12 se transforme en Hydrogène-6 qui sert d'aliment au corps causal. Mais, si on ne transforme pas les impressions, celles-ci se convertissent en nouveaux agrégats psychiques, en nouveaux Mois.

C'est pourquoi nous devons transformer les impressions au moyen de la Conscience. Il est très facile d'interposer la Conscience entre le Mental et les impressions, entre les impressions et le Mental. Pour recevoir les impressions avec la Conscience et non avec le Mental, il faut seulement NE PAS S'OUBLIER SOI-MÊME, à un instant donné. Si quelqu'un, à un moment quelconque, est en train de nous blesser avec la parole, nous ne devons pas oublier notre propre Être, nous ne devons pas permettre que le Mental réagisse, nous ne devons pas permettre qu'intervienne le moi-même : l'amour-propre, l'orgueil, la superbe, etc.

À cet instant, seul l'Être doit être en nous ; nous devons être CONCENTRÉS SUR L'ÊTRE, pour que ce soit l'Être, la Conscience superlative de l'Être, qui reçoive les impressions et les digère correctement. Ainsi, on évite ces horripilantes réactions que nous avons tous, les uns et les autres, face aux impacts provenant du monde extérieur. Ainsi, on transforme complètement les impressions et ces impressions transformées en forces supérieures nous développent merveilleusement.

Amis, je le répète : que les Sacerdotes ne commettent pas de nouveau l'erreur de réagir violemment contre le prochain. Que les directeurs, que les missionnaires abandonnent, une fois pour toutes, cette horripilante tendance qu'ils ont à réagir. Si quelqu'un dit quelque chose, qu'il le dise, mais pourquoi le voisin doit-il réagir ? Car chacun est libre de dire ce qu'il veut !

En ce qui me concerne, j'affirme ce que je dois affirmer et si quelqu'un me réfute, s'il dit le contraire dans une conférence donnée sur quelque problème que nous avons, je me limite à garder le silence ; je l'ai dit et c'est tout.

Pourquoi voudrais-je, sur des questions privées, imposer un concept par la force ? C'est absurde ! Vouloir imposer notre opinion « par bravade » n'est que le résultat des réactions ; c'est la réaction même de l'Ego, du Mental. Et ce procédé qui a formé de terribles problèmes dans tout le Mouvement Gnostique International s'avère abominable.

Par ici, par là et là-bas on utilise la chaire pour insulter, pour blesser, pour agresser les autres avec la parole et tout cela est en train de produire de la confusion dans le Mouvement Gnostique International. Ici s'arrêtent mes paroles.

Conférence tirée du 5ème Evangile : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... e-html.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: La Transformation des Impressions (+ Vidéo d'Oscar)

Message le 30 Octobre 2010, 08:07

Pensez à activer le sous-titrage en français de la vidéo avec le petit bouton triangulaire et puis les 2 lignes et la langue

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: La Transformation des Impressions (+ Vidéo d'Oscar)

Message le 14 Novembre 2010, 19:05

D. Vous nous avez dit qu'on crée les Egos parce qu'on ne sait pas digérer les impressions. Pourriez-vous nous expliquer comment digérer ces impressions de manière positive ?

M. Il est clair que n'importe quelle impression non digérée se convertit en Ego. Si quelqu'un vient te dire que ton frère a été abusé, que quelqu'un lui a dérobé son argent et que toi, tu sois envahi par la colère et tu dises : « Je vais partir à la recherche de ce malfaiteur »...

Mais, si tu digères l'impression consciemment, aucun agrégat ne se forme en toi et tu ne pars à la recherche de personne.

Mais, pour digérer cette impression néfaste qu'on t'a occasionnée, tu ne dois pas t'oublier toi-même. Si tu t'oublies toi-même et que tu t'identifies avec ce qu'on est en train de te raconter, tu ne pourras pas digérer l'impression.

Mais, si tu ne t'identifies pas avec ce qu'on est en train de te raconter (du fait que tu ne t'oublies pas toi-même), alors tu digéreras ce qu'on te dit, tu digéreras la nouvelle et en toi ne se formeront pas de nouveaux agrégats. Car il pourrait se former en toi un agrégat de grande colère si tu ne digérais pas cette mauvaise nouvelle. Compris ? Quelle autre question avez-vous par là ?

Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -l-Ame.php

Messages : 26
Enregistré le : 21 Août 2011

Les différents types de nourritures

Message le 29 Septembre 2011, 12:11

Je renouvelle mes salutations ce jour à tous, et continue l'entretien que j'ai engagé hier sur le thème des types de nourritures.

Il existe 3 types de nourritures:

- La nourriture Nr. 1

- La nourriture Nr. 2

- La nourriture Nr. 3

La nourriture Nr.1 correspond à ce que nous cuisinons chaque jour où achetons déjà tout fait au supermarché dans l'intention d'en consommer pour couper ce que dans notre langage faim. Cette nourriture est la moins importante des 3, puisque l'on connaît des cas de personnes qui ont traversé de très longues périodes de temps sans rien consommer, et qui n'en sont malgré tout pas morte.

La nourriture Nr.2 correspond à l'air que nous absorbons au quotidien instant après instant, afin de favoriser la combustion de la nourriture Nr. 1, en terme scientifique, on dit que cette alimentation Nr. 2 permet de combler le premier creux d'octave (oxydation des minéraux que nous absorbons). Sans cette nourriture Nr. 2, nous ne survivrons pas au de là de quelques minutes, et perdrons immédiatement notre vie.

La nourriture Nr.3 est la plus importante de toute, car nous ne tiendrons pas un seul instant, si pour une raison quelconque nous perdrions notre capacité de recevoir les impressions.

La machine humaine, notre machine humaine telle qu'elle est constituée, se suffit simplement des deux premières alimentations, car ces deux permettent à l'organisme d'organiser la production de l'Hydrogène 48 seul indispensable pour maintenir cet organisme vivant, car au de là, il y a le second creux d'octave qui existe. Les animaux intellectuels que nous sommes n'ont pas besoin de franchir ce second creux d'octave pour être animal intellectuel, ce creux d'octave doit être franchi si le besoin se fait sentir en nous de vouloir posséder notre âme, alors pour posséder son âme, il est indispensable de franchir le second creux d'octave, et son franchissement repose sur ce que l'on appelle le "Premier Choc Conscient"

Qu'est ce que le Premier Choc Conscient? Il est ce que tous les Maîtres de Lumière qui ont jalonné notre planète ont appelé "Transformation des Impressions" Cette Transformation des Impressions crée le processus qui conduit à la fabrication des Hydrogènes Supérieurs, nécessaire à tout Homme. Mais je dois préciser que le Premier Choc même s'il est la fondation, n'est pas tout, car il y a aussi ce que l'on appelle le Second Choc Conscient, que le Maître Samael a appelé descente dans la 9ème sphère, ce Second Choc Conscient repose sur la Chasteté Scientifique que nous avons déjà longuement évoqué de fond en comble durant nos échanges sur ce forum, mais le Second Choc Conscient reste sans effet, si auparavant le Premier Choc Conscient n'est pas maîtrisé de fond en comble.

Voila la raison principale pour laquelle la plus part des gnostiques, après des dizaines et des dizaines d'années de travail, restent sur place, et croient pas intérieurement, car ils ne maîtrisent pas le savoir, la connaissance scientifique qui conduit à coup sûrs à la seconde naissance. Cette absence de connaissance est lié à un phénomène que le Maître Samael a évoqué dans son enseignement: la Paresse. Pour posséder son âme, il faut être un investigateur qui ne recule devant rien, aucune barrière, mais qui étudie, investigue, cherche partout ce qui pourrait le conduire vers la Lumière, cependant force est de constater que personne parmi nous n'a cette ambition.

Sur quoi repose le Premier Choc Conscient? Le Rappel de Soi, l'Alerte Nouveauté, l'Alerte Perception, l'instantanéité, le Moment Présent.

Je ne puis terminer ce mail sans exprimer mon voeu de voir les autres intervenir, peu importe la nature de ces interventions, des compléments, des questions, car c'est dans un échange interactif que nous pouvons tous aller au de là de nous même, or dans un monologue, la source a vite fait de se tarir. Je vous remercie profondément pour votre bonne compréhension.

Alpha Omega.

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: La Transformation des Impressions (+ Vidéo d'Oscar)

Message le 30 Septembre 2011, 07:02

Merci Alpha,

Je vais redonner un passage ou Samael fait bien comprendre d'où nous viennent ces impressions :
Nous avons besoin d'exemples et je vais en donner : supposons que, tout à coup, nous soyons jaloux. Par exemple, un homme a découvert que sa femme a un autre homme et ici, bien sûr, le Moi de la jalousie est entré en scène. Que faire ?

Il a découvert le Moi de la jalousie. La Loi de la Récurrence nous dit que dans une existence passée le même triangle a existé et que dans une existence encore plus ancienne le même triangle avait existé. Ainsi donc, cette jalousie que l'on ressent est due à une Impression « non digérée », non transformée.

Si on tente ensuite de « digérer » cette Impression, disons de la transformer en quelque chose de différent ; si par la réflexion, on arrive à la conclusion que la jalousie est absurde, qu'elle n'a pas réellement de sens, on fait alors la « digestion » de cette mauvaise Impression qui nous vient des temps anciens.

Lorsqu'on fait cette digestion, on a donc les meilleures possibilités pour désintégrer l'Ego. Il manque seulement la prière (la supplique à Devi Kundalini Shakti) pour que ce soit elle qui désintègre cet Ego (résultat d'une ancienne Impression « non digérée ») et, à la fin, cet Ego de jalousie se réduit en poussière.

Supposons que nous nous disputions avec une autre personne parce qu'elle ne veut pas nous rendre de l'argent qui nous fait défaut (il s'agit là, sans aucun doute, d'une Impression « non digérée »). Si, au moment où nous sommes allés récupérer cet argent, cet individu n'a pas voulu nous payer et que nous ayons ressenti une grande contrariété ainsi que le désir de nous battre contre cet homme, nous devons alors être suffisamment compréhensif pour méditer en arrivant à la maison, et essayer au moyen de l'introspection, de faire la « digestion » de cette très mauvaise impression.

Il n'y a pas de doute que la Loi de Récurrence a travaillé là aussi ; il n'y a pas de doute que le même cas s'est déjà produit (par Loi de Récurrence) : nous avons déjà prêté une certaine somme d'argent à ce même monsieur et il ne nous l'a pas rendue. Et la fois précédente, il s'était produit la même chose et la fois d'avant pareillement ; et c'est toujours la même chose qui s'est passée ; c'est à cause de cela que nous fabriquons un Moi de haine contre cet homme.

Mais maintenant, il va être nécessaire de « digérer » complètement cette mauvaise Impression (qui vient d'un lointain passé et qui s'est transformée maintenant en un Moi), de la « digérer » par la réflexion, de comprendre que cette histoire d'argent est vaine, illusoire, et qu'à l'heure de notre mort nous n'emporterons même pas un centime avec nous pour l'Éternité.

Lorsque nous serons devenus bien conscients de cela, nous supplierons ensuite Devi Kundalini Shakti de désintégrer cet Ego (qui n'est rien de plus que le résultat d'une série d'Impressions « non digérées ») et il est clair que notre Mère Divine le réduira en poussière et que nous serons libérés de cette mauvaise impression.

Tous nos Mois ne sont que le résultat d'Impressions non transformées, « non digérées ». Une fois que ces Impressions non digérées » sont désintégrées, ces Forces des Impressions [...] se transforment en quelque chose de différent : en Hydrogènes 24, 12 et 6 et on se trouve alors nettoyé.

Ainsi donc, les Impressions passées et présentes doivent être transformées en Forces Cosmiques et Divines et c'est possible en NE NOUS OUBLIANT PAS NOUS-MÊMES, en N'OUBLIANT PAS NOTRE PROPRE ÊTRE... Quand on ne s'oublie pas soi-même, quand on vit en état d'Alerte Perception, d'Alerte Nouveauté, on transforme alors ces Impressions en quelque chose de différent.

Si quelqu'un réussit à transformer la totalité de ses Impressions, il sera un véritable BIENHEUREUX, parce que l'Être demeurera en lui et lui en l'Être, et il aura donc une Existence Réelle ; alors il pourra « faire », puisqu'il possédera l'Être incarné.

Tels que nous nous trouvons, nous ne sommes que des robots programmés. Ces Impressions « non digérées » sont restées déposées dans nos trois Cerveaux et ces mêmes Impressions se répètent d'instant en instant, moment après moment et durant toute notre vie. C'est la mécanique de la Loi de Récurrence : une répétition de vieilles Impressions.
extrait de 33. Assimilation Intelligente des Impressions (L'aliment des Impressions) : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ssions.php

Alpha, je me demandais si quand nous sommes émus... il m'arrive souvent, moins maintenant que j'ai délaissé la télévision, d'être ému en regardant un film, d'avoir les larmes prêtes à couler et justement, il m'est arrivé de faire l'effort de travailler à ce moment-là au moment ou arrive l'envie presque de s'identifier à la scène, de se détacher et de ne pas se laisser submerger par l'émotion. Ce qui me touchait le plus, c'était une histoire, une relation d'un chien avec son Maître... ils s'étaient connu quand le Maître n'était qu'un adolescent... l'adolescent a grandi, il va à l'université et on voit le chien, devenu vieux qui fait des effort pour monter sur le lit de son maître et qui finalement meurt... hé bien juste à l'évocation de cette scène, ça m'est difficile... j'ai recrée l'émotion et c'est difficile de la nier... Se Nier Soi-Même à Chaud - Nuit de Noce : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... =55&t=1239

On me reprochera d'être apparemment plus sensible à la perte d'animaux qu'aux souffrances des hommes... j'ai eu beaucoup de chiens et chats que j'ai perdus et je n'ai pas su sacrifier ma souffrance au moment de les perdre même si Samael dit que c'est normal qu'on éprouve de la souffrance... poèmes à ma chère Hellodee : http://amourerotique.com/Poemes-acces-r ... llodee.php

Il faut travailler sur sa souffrance... Comment Sacrifier la Douleur - Egos : Amour-propre, Jalousie : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... leur#p4076

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6161
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: La Transformation des Impressions (+ Vidéo d'Oscar)

Message le 7 Février 2015, 22:49

À l'intérieur de l'organisme terrestre sont inclus tous les organismes vivants ; CHAQUE TYPE d'ORGANISME A UNE MISSION SPÉCIFIQUE, définie sur la planète Terre. Un groupe d'une famille d'insectes, par exemple, qui vit seulement un après-midi d'été semble ne pas avoir beaucoup d'importance, et, cependant, il en a.

Les êtres de cette catégorie captent un certain type d'ONDES COSMIQUES qu'ils transforment instinctivement pour les retransmettre ensuite aux couches inférieures de l'organisme planétaire sur lequel nous vivons...

Une famille comme celle des tigres, vous allez dire : « Mais, qu'est-ce que cela a à voir avec ce sujet ? » Beaucoup ! C'est un autre type d'énergie que captent ces organismes et qu'ils transforment et retransmettent aux couches inférieures de l'organisme planétaire sur lequel nous vivons.

Les plantes, par exemple, se divisent en familles. Chaque famille végétale capte des types déterminés d'Energie. Il y a des plantes qui captent seulement des Énergies de la planète Terre elle-même, qui les transforment et ensuite les retransmettent aux couches inférieures du monde sur lequel nous vivons ; il y a des plantes qui captent les Énergies Solaires, les transforment et ensuite les retransmettent aux couches inférieures de la Terre ; il y a des plantes, des arbustes, des arbres qui captent les Énergies de tout le Système Solaire et les transforment pour le bien de l'organisme terrestre ; il y a des végétaux qui captent les Énergies de tout le Macrocosme, c'est-à-dire de toute la Galaxie dans laquelle nous vivons, qui transforment ce type d'ondes et les retransmettent aux couches inférieures du monde sur lequel nous vivons ; et, pour finir, il y a des plantes qui captent la totalité des Énergies de tout le Mégalocosmos, c'est-à-dire de tout cet Infini où nous vivons, qui les transforment et les retransmettent aux couches inférieures de la Terre. Je dis « de tout cet Infini où nous vivons » parce qu'il y a plusieurs Infinis (dans la « Pistis Sophia », on parle de plusieurs Infinis).

...

Bien. Mais ne nous éloignons pas trop du thème qui était le nôtre. Vraiment, en réalité (comme nous venons de l'affirmer), les plantes accomplissent aussi leur mission qui est de transformer et de retransmettre l'Énergie à l'intérieur de la Terre.

Toutes les espèces animales accomplissent cette mission et, en fin de compte, l'intérieur de l'organisme planétaire sur lequel nous vivons, se maintient précisément avec cela : avec les Énergies Cosmiques.

Mais, L'HUMANITÉ EST L'ORGANE LE PLUS IMPORTANT de la Nature. Pourquoi le plus important ? Parce qu'il a TROIS CERVEAUX : l'Intellectuel, l'Émotionnel et le Moteur. L'Intellectuel est situé à l'intérieur du cerveau (physique), l'Émotionnel est dans le coeur et le Moteur est dans la partie supérieure de l'épine dorsale. C'est ce qui fait que l'humanité est donc l'organe le plus important parce qu'il peut assimiler certains types d'énergie et ensuite les transformer et les retransmettre aux couches inférieures de la Terre.

Nous devons donc savoir que chaque être humain est une petite machine qui sert à transformer des énergies. C'est pour cela qu'il vit, pour cela qu'il existe sous la lumière du Soleil (il est complètement mécanique et très contrôlé par la Lune).

...

Je suis donc en train de vous donner la clé pour que vous cessiez d'être des machines, parce qu'aujourd'hui vous pouvez être absolument certains que vous êtes des machines.

Toutes les énergies qui proviennent des planètes du Système Solaire ne pourraient pas pénétrer directement à l'intérieur de la Terre et si elles y pénétraient, alors il est indiscutable qu'elles ne pourraient rien réaliser, elles ne pourraient générer aucun processus organique, elles ne pourraient donc pas soutenir l'économie de la planète Terre.

Pour que les Ondes Vitales provenant des mondes qui nous entourent puissent jouer leur rôle d'économie vitale dans le monde, il faut des canaux capables de transformer ces Ondes ; ces Forces doivent s'adapter à l'intérieur de la planète Terre, ces Forces doivent se transformer, s'accommoder à l'intérieur de notre monde.

Si ces Forces Cosmiques, provenant de ces mondes, ne passaient pas par des CANAUX DE TRANSFORMATION, elles n'accompliraient pas leur mission à l'intérieur de la planète Terre ; à l'évidence, leur rôle serait nul.

Il faut que les Ondes Cosmiques provenant de toutes les planètes de notre Système Solaire d'ORS entrent, pénètrent à l'intérieur de la Terre par leurs canaux respectifs.

Il y a des canaux dans le végétal, il y a des canaux dans l'animal. Il n'y a pas de doute que les principaux canaux se trouvent dans les Machines Humaines (c'est pour cela qu'elles existent)...

Lorsqu'on essaie de ne plus être une machine, quand on ne veut plus être une machine, la Nature s'y oppose. La Nature a, à l'intérieur de chacun de nous, des éléments, des pouvoirs, des forces qu'elle mobilise pour nous combattre.

Le fait est que ça ne convient pas à la Nature que quelqu'un cesse d'être une machine ! C'est un attentat contre son économie et elle dispose de Pouvoirs redoutables pour rappeler à l'ordre les rebelles qui se sont levés en armes contre elle. C'est la crue réalité des faits.

Ainsi donc, nous n'attendons absolument pas de vous qui m'écoutez, que vous cessiez d'être des machines « comme ça » du jour au lendemain.

Ici, je vous ai observés attentivement. À l'évidence, vous êtes en train de m'écouter et je suis en train de vous parler, mais je vois, ici même, au cours de cet exposé, comment travaille la Nature pour tenter de vous rappeler à l'ordre.

Certains parmi vous, en écoutant cette conférence, s'ils ont été attentifs, verront qu'ils ont ressenti de l'ennui ; il y a ceux qui ont bâillé, il y a ceux qui auraient voulu que, déjà, cette conférence fut terminée, etc. La Nature se sert de tout cela ; ce sont les armes qu'elle utilise pour éviter que quelqu'un cesse d'être une machine.

Vous êtes des machines. Il se peut que ça vous déplaise. Vous pensez peut-être que je suis en train de vous insulter, mais non, je vous donne ma parole que je ne suis pas en train de vous insulter. Ce que je suis en train de dire, à vous autres, est valable pour toute l'humanité.

Vous cesserez d'être des machines le jour où vous vous lèverez en armes contre la Nature, contre le Cosmos, contre vous-mêmes, contre tout et contre tous.

Quand cela arrivera, vous aurez la possibilité de cesser d'être des machines (si vous ne succombez pas avant, parce que la Nature ne va pas baisser la garde « comme ça » ; c'est un attentat contre son économie ; c'est évident).

Ainsi, ce qu'il nous faut en premier, c'est créer une Lune Psychologique, si nous voulons nous rendre indépendants de cette Lune pâle qui tourne autour de la Terre, qui nous pompe notre énergie, qui nous a convertis en créatures mécaniques (parce que tous les êtres humains sont LUNAIRES et ils se meuvent dans l'atmosphère psychologique de la Lune). C'est triste, mais c'est vrai.

passages extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... olaire.php

Avatar du membre
Messages : 161
Enregistré le : 04 Août 2015
Sexe :
Zodiaque : Capricorne

Re: La Transformation des Impressions (+ Vidéo d'Oscar)

Message le 10 Décembre 2016, 08:19

Voila la raison principale pour laquelle la plus part des gnostiques, après des dizaines et des dizaines d'années de travail, restent sur place, et croient pas intérieurement, car ils ne maîtrisent pas le savoir, la connaissance scientifique qui conduit à coup sûrs à la seconde naissance.
Alpha.

Oui plusieurs ont tendance à oublier que Gnosis signifie connaissance. Et que le travail devrait être une progression harmonieuse du développement de l'Être et du Savoir (connaissance).

Je pense même que beaucoup de gnostiques, surtout à leurs débuts, veulent se lancer dans les pratiques de rappel de soi, de transmutation, de ci ou de ça. Mais oublient de former la connaissance en eux. Ils prennent le savoir du maître Samaël, enfin dans la version intellectuelle du lecteur ou de l'étudiant, et le remplissent dans leur centre formateur. Et confondent cela avec leur propre connaissance, qui elle doit être quelque chose de vivant, d'intuitif et de "direct".

Ensuite on s'étonne que la pratique ne donne rien, ou pire, on provoque un fort déséquilibre dans notre psychisme.

On parle bien de machine ? Alors il y a un mode d'emploi. Il doit bien avoir une certaine quantité de précautions à prendre pour travailler sur cette machine. Il faudrait aussi certainement prendre grand soin d'utiliser le matériel adéquat ... Sinon tout ce qu'on va réussir à faire, sera de bousiller la pauvre machine. Et en ce moment, tout ce que je peux nous souhaiter à tous, c'est que Dieu nous préserve de causer dégâts irréparables.

Qui peut bien détenir le mode d'emploi de notre machine ? Comment recevoir l'information ? Et connaître les outils ? Qui va nous guider dans cette démarche au combien délicate ?

En tout cas pas l'orgueil !

Avatar du membre
Messages : 84
Enregistré le : 17 Juin 2015
Sexe :
Zodiaque : Sagittaire

Re: La Transformation des Impressions (+ Vidéo d'Oscar)

Message le 10 Décembre 2016, 12:17

Je suis resté bloqué sur ces questions, ne sachant quoi répondre... Mais de qui il parle, le mode d'emploi? Quels outils? Qui peut nous guider?
J'essayais de chercher dans mes archives ou le centre formateur dont tu parles, mais les mots-clés n'ont pas permis au bibliothécaire de faire une recherche satisfaisante...

Sympa de voir que je sais des choses mais qu'au fond je ne les comprends pas. ;)

Je vais quand même dire ce qui me viens à l'esprit, histoire de nourrir la discussion et, j'espère, comprendre un peu mieux.

Qui peut bien détenir le mode d'emploi de notre machine ?

Nous-même...
mais qui de nous-même, tu dis "pas l'orgueil en tout cas" et sans doute pas plus les autres ego non plus qui usent et abusent de cette machine.

Donc le mode d'emploi, ce n'est pas ces "nous-mêmes" là qui peuvent nous le donner. Cela veut dire qu'il faut faire appel à autre chose en nous-même, trouver cet état, cette perception "autre", "différente".

Comment recevoir l'information ?
En sachant faire la différence entre ce qui vient de l'ego, ce qui vient du "savoir" de nos archives et la perception directe de ce qui se passe en nous?
Comment? J’emploierai bien les mots-concepts comme auto-observation et rappel de soi mais ça ne dit pas vraiment comment...

Pour être plus concret, il me semble qu'il faut apprendre à ressentir son corps, à chaque instant. cela demande de l’entrainement et beaucoup de patience pour petit à petit apprendre à vivre avec ce contact toujours alerte de comment on se sent physiquement au niveau des tensions, et de toutes ces sensations physiologiques.

Un des résultats devrait nous amener à vivre en étant plus décontracté, cela nous apprend à nous détendre à tout moment en fait. ce qui est déjà beaucoup.

Et connaître les outils ?
Le seul outils qui me viens en tête et qui découle de ce que je viens de dire serait notre capacité d'attention.

Sinon j'ai appris que le souffle ou la respiration constitue un mécanisme de transmutation de l'énergie sexuelle qui doit s'allier à l'imagination, un autre outils indispensable. Là on peut effectivement commettre des dégâts si on ne s'en sert pas correctement, c'est à dire si on le fait avec "orgueil" par exemple, ce qui va nous amener à faire des excès ou ne pas tenir compte de certains signes et surtout faire "selon son idée", "selon son ressenti" en contradiction avec les enseignements.

Qui va nous guider dans cette démarche au combien délicate ?
Les enseignements sont déjà un précieux guide et puis il y a l'aide et les éclaircissements de ceux qui ont un peu plus pratiqué que nous qu'il faut aussi savoir écouter.
La logique, la direction du travail reste ce que dit l'enseignement gnostique.

Répondre

Retourner vers « Effigies et impressions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité