De l'Importance de Vivre en Société - Gymnase Psychologique

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

De l'Importance de Vivre en Société - Gymnase Psychologique

Message le 10 décembre 2008, 19:19

MFO22 La Compréhension

En essayant de comprendre fondamentalement n'importe quel défaut de type psychologique, nous devons être sincères avec nous-mêmes. Malheureusement, Pilate, le Démon du mental, se lave toujours les mains, n'est jamais coupable, ne reconnaît jamais ses erreurs.
Sans faux-fuyants d'aucune espèce, sans justifications et sans excuses, nous devons reconnaître nos propres erreurs. Il est indispensable de nous autoexplorer pour nous connaître nous-mêmes en profondeur et partir de la base du zéro radical.

Le Pharisien intérieur est un obstacle pour la compréhension. Se présumer vertueux est absurde.

Une fois, je posais à mon Gourou la question suivante : « Existe-t-il une différence entre votre Monade Divine et la mienne ? ». Le Maître répondit : « Aucune, parce que toi et moi et chacun de nous n'est rien d'autre qu'un mauvais escargot dans le sein du Père ».

Juger les autres et les qualifier de magiciens noirs s'avère incongru, car toute créature humaine, tant qu'elle n'a pas dissous le Moi Pluralisé, est plus ou moins noire.

S'autoexplorer intimement est certainement quelque chose de très sérieux ; l'Ego est, réellement, un livre à plusieurs tomes.

Au lieu de rendre un culte à l'exécrable Démon Algol, il convient de boire le vin de la méditation dans la coupe de la parfaite concentration.

La pleine attention, naturelle et spontanée, sans aucun artifice, à quelque chose qui nous intéresse est, en vérité, une concentration parfaite.

N'importe quelle erreur comporte une multitude de facettes et se répercute fatalement dans les quarante-neuf étages du subconscient.

Le gymnase psychologique est indispensable et, heureusement, nous l'avons, c'est la vie même !.

Le sentier du foyer domestique avec son infinité de circonstances souvent douloureuses est la meilleure salle du « gymnase ». Le travail fécond et créateur au moyen duquel nous gagnons le pain de chaque jour est une autre salle merveilleuse.

Beaucoup d'aspirants à la vie supérieure désirent désespérément s'évader de l'endroit où ils travaillent, ne plus circuler dans les rues de leur agglomération, se réfugier dans la forêt dans le but de chercher la libération finale.

Ces pauvres gens sont semblables aux jeunes sots qui s'enfuient de l'école, qui n'assistent pas aux classes, qui cherchent des échappatoires.

Vivre d'instant en instant, en état de perception alerte, d'alerte-nouveauté, comme la sentinelle en temps de guerre, est urgent, indispensable si, en réalité, nous voulons dissoudre le Moi Pluralisé.

Dans l'interrelation humaine, dans la vie en commun avec nos semblables, il existe d'infinies possibilités d'autodécouverte. Il est indiscutable, et tout le monde le sait, que dans l'interrelation, les multiples défauts que nous portons cachés dans les profondeurs inconnues du subconscient affleurent toujours naturellement, spontanément, et si nous sommes vigilants, alors nous les voyons, nous les découvrons.

Cependant, il est évident que l'autovigilance doit toujours se poursuivre seconde après seconde.

Un défaut psychologique qui a été découvert doit être intégralement compris dans les divers replis du mental. La compréhension en profondeur ne serait pas possible sans la pratique de la méditation. N'importe quel défaut intime comporte de multiples facettes et diverses connexions et racines que nous devons étudier attentivement.

Une autorévélation est possible lorsqu'il existe une compréhension intégrale du défaut que nous voulons sincèrement éliminer.

De nouvelles autodéterminations surgissent de la conscience lorsque la compréhension est « unitotale ».

Une analyse superlative est utile si on la combine avec la méditation profonde : alors jaillit la flamme de la compréhension.

La dissolution de tous ces agrégats psychiques qui constituent l'Ego est accélérée si nous savons profiter au maximum des pires adversités. Les difficiles « gymnases psychologiques » du foyer, de la rue ou du travail, nous offrent toujours les meilleures occasions.

Convoiter des vertus s'avère absurde, mieux vaut effectuer des changements radicaux.

Le contrôle des défauts intimes est superficiel et est condamné à l'échec. Changer en profondeur est la chose fondamentale, et cela n'est possible qu'en comprenant intégralement chaque erreur.

En éliminant les agrégats psychiques qui constituent le Moi-Même, le Soi-Même, nous établissons dans notre conscience les fondations adéquates pour l'action droite.

Les changements superficiels ne servent à rien, il nous faut de toute urgence, sans tarder, des changements en profondeur.

La compréhension vient en premier, après quoi vient l'élimination.

Extrait du livre http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/MFO.html

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

De l'Importance de Vivre en Société - Gymnase Psychologique

Message le 22 août 2010, 08:56

Après que le Bouddha se fut désincarné, un groupe de sectaires décida de créer un monastère au Tibet, ils émigrèrent de l'Inde et allèrent s'établir dans les Himalayas ; chacun des aspirants émigra avec sa femme ; l'agglomération était un véritable village de mystiques, d'anachorètes.

Lorsqu'ils furent établis, installés dans leurs bâtiments respectifs, tous ces groupes de mystiques qui aspiraient à la dissolution de l'Ego et qui interprétaient la doctrine du Bouddha Gautama de façon négative et erronée, suscitèrent la protestation des femmes. Elles protestèrent quand elles virent ces ermitages où leurs maris allaient s'enfermer. La moitié des bâtiments était réservée à ces ermitages et l'autre moitié était destinée aux habitations et aux services généraux.

L'aspect de ces étranges ermitages, de ces atroces cachots où chaque anachorète allait s'enfermer, avait quelque chose d'effrayant. Il s'agissait de pièces minuscules qui ne communiquaient avec l'extérieur que par une petite ouverture par où les serviteurs de ces monastères introduisaient les aliments qu'ils apportaient de temps à autre aux pénitents. Ces moines se trouvaient donc pratiquement emmurés, situation qui ressemblait fort à ce qui se produisit à l'époque de la colonie où tellement de gens furent emmurés vivants, enfermés entre quatre murs sans pouvoir en ressortir.

Il est indubitable que beaucoup de femmes protestèrent contre cette attitude insolite de leur mari, ce qui n'empêcha pas certains d'aller se reclure dans leur ermitage. D'autres par contre, obéissant à leur femme, s'éloignèrent, renonçant à cette tentative de suicide volontaire. Plusieurs parmi ceux-ci, fermes dans leur dessein, émigrèrent un peu plus loin et construisirent d'autres monastères.

En toute franchise, je dois vous dire qu'à cette époque furent établis deux types de monastères : d'une part, ceux que nous pourrions appeler orthodoxes, et d'autre part, des monastères un peu plus libéraux.

Les monastères orthodoxes devinrent insupportables. Chaque moine qui entrait dans l'un de leurs ermitages était un condamné à mort ; sa seule nourriture consistait en du pain et de l'eau, rien d'autre, qui étaient introduits dans sa cellule par une étroite ouverture, jusqu'à ce qu'il meure. Celui qui apportait aux cloîtrés leurs aliments, celui qui s'occupait des ermitages, aspirait naturellement à prendre leur place dans l'un des cloîtres, l'une des geôles inhumaines. Lorsqu'un ermite mourrait, on le sortait de sa cellule, on lui donnait une sépulture ou l'on incinérait son corps, puis celui qui était chargé d'apporter la nourriture allait tout heureux le remplacer.

C'était donc quelque chose d'abominable ; l'objectif était de dissoudre le Moi, mais de quelle façon ?.

Quant à nous, mes chers frères, jamais nous ne pourrions accepter une vie monacale aussi absurde, car ce n'est pas le chemin. Le plus grave c'est que ces cloîtrés qui aspiraient à mourir à eux-mêmes pour s'immerger dans le Nirvana, abandonnaient leur épouse et le monde. Il va sans dire que c'est une très mauvaise interprétation de la doctrine de Gautama le Sublime. Pourquoi fuir la femme, alors que c'est grâce à elle que l'on peut obtenir la Réalisation intime de l'Etre : il n'y a pas d'autre chemin pour l'homme.

Pourquoi fuir le monde, la société, si c'est dans l'interrelation sociale, dans le contact avec l'humanité, que nos défauts affleurent en nous-mêmes : c'est ainsi que nous en venons à découvrir les défauts que nous portons à l'intérieur de nous.

En ce qui concerne la Sexualité, l'union sexuelle est le seul moyen qui permette de créer les Corps Existentiels Supérieurs de l'Etre, comme nous l'avons dit et redit maintes fois. Dès lors, pourquoi fuir le sexe opposé, si la Sexualité est le chemin : celui qui fuit le Sexe fuit le chemin.

Beaucoup de moines et d'ermites du Moyen-Age commirent la même erreur et tombèrent dans des pratiques aussi aberrantes que les moines bouddhistes dont nous avons parlé. Aujourd'hui, à la fin de notre vingtième siècle, nous avons commencé l'Ere du Verseau, et la manière d'agir, les mœurs de cette ère nouvelle sont différentes.

L'ascétisme de cette ère nouvelle n'est plus du tout le même ; l'ère précédente fuyait le Sexe, celle du Verseau recherche le Sexe parce que c'est là que se trouve la clé merveilleuse du pouvoir de la création.

La solitude est uniquement pour ceux qui sont parvenus à l'élimination de l'Ego et à la cristallisation au moins de la troisième force. Mais ceux qui ne possèdent pas les Corps Existentiels Supérieurs de l'Etre, ceux qui n'ont pas encore fabriqué leurs Corps Solaires, ceux qui n'en ont pas fini avec le Moi-même, avec le Soi-même, que cherchent-ils dans la solitude ?. Pourquoi veulent-ils suivre le chemin du célibat, pourquoi désirent-ils vivre une vie absurde, insensée, comme celle de ces moines fourvoyés des Himalayas ?.

extrait de http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/TR03.html

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: De l'Importance de Vivre en Société - Gymnase Psychologi

Message le 8 mai 2011, 11:00

Si nous disons que « Le Moi est un livre à plusieurs tomes », nous affirmons une grande vérité ; de même, si nous affirmons que « L'Ego vient de beaucoup d'hiers », c'est certain. Alors, l'EGO EST TEMPS ; les Mois personnifient le temps : ce sont nos propres défauts, nos propres erreurs contenus dans l'horloge du temps ; ils sont la poussière des siècles au fond même de notre psyché.

Quand on connaît la didactique précise pour la dissolution de ces éléments indésirables que nous portons en nous, on obtient d'insolites progrès. Il est indispensable, urgent, de connaître, sans délai, avec exactitude, la didactique. C'est seulement ainsi que peut se faire la désintégration de ces éléments indésirables qui se trouvent en nous.

Un jour, naquit un Initié dans l'Atlantide. Cet homme évolua dans un délicieux foyer, où ne régnaient que l'harmonie, l'amitié, la sagesse, la richesse, la perfection, l'amour. Mais, arriva le moment où cet homme, par moyen de diverses techniques et disciplines du mental, parvint à l'auto-découverte. Alors, il se rendit compte, avec horreur, qu'il avait en lui des éléments abominables. Il comprit qu'il avait besoin d'un « gymnase spécial », d'un GYMNASE PSYCHOLOGIQUE et, bien sûr, dans une ambiance aussi parfaite, ce « gymnase » n'existait pas.

Il ne lui resta pas d'autre solution que d'abandonner la maison de ses parents et de s'installer dans les faubourgs d'une ville atlante. (Il se créa lui-même le Gymnase Psychologique, un « gymnase » qui lui permit l'auto-découverte de ses propres défauts). Il désintégra, bien sûr, ses agrégats psychiques et se libéra.

Il est vrai, mes chers frères, que les pires adversités nous offrent les meilleures opportunités. Il m'arrive constamment des lettres de nombreux petits frères du Mouvement Gnostique International ; les uns se plaignent de leur famille, de leur papa, de leur maman, de leurs petits frères ; d'autres protestent contre leur femme, contre leurs enfants ; celles-là parlent avec horreur de leur mari, etc., et ils demandent, naturellement, un baume pour consoler leur coeur endolori.

Jusqu'à maintenant, parmi toutes ces lettres, je n'en ai pas vu une seule venant de quelqu'un qui soit content de vivre ces situations aussi adverses. Tous protestent et c'est regrettable. Ils ne veulent pas de Gymnase Psychologique ; au contraire, ils veulent le fuir. Et moi (comme instructeur), je ne peux ressentir rien moins que de la douleur ; je me dis : « Pauvres gens, ils ne savent pas profiter du gymnase psychologique, ils veulent un paradis ; ils ne veulent pas comprendre que les adversités sont nécessaires ; ils ne veulent pas tirer profit des pires opportunités ; en vérité, ils ne désirent pas s'auto-découvrir ».

Quand on veut s'auto-connaître, on a besoin, évidemment, de RUDES GYMNASES. Parce que c'est dans ces GYMNASES DE DOULEUR que les défauts que nous portons en nous et qui sont cachés affleurent inévitablement. Un défaut découvert lors de telles situations doit être travaillé profondément et dans tous les niveaux du mental. En réalité, quand on a vraiment compris telle ou telle erreur de type psychologique, on est prêt pour la désintégration.

Quant aux célibataires, étant donné qu'ils ne possèdent pas de Vase Hermétique, il est évident qu'ils ne pourront pas, non plus, travailler dans la Neuvième Sphère. Mais, par contre, il peuvent, de toutes manières, faire appel au DIEU-MÈRE, à STELLA MARIS (la Vierge de la Mer), à ce feu vivant et philosophal, latent dans toute matière organique et inorganique (en Inde, on l'appelle « Kundalini »).

Si on fait appel à ce type d'Energie, si on concentre son coeur, son mental et ses sentiments les plus profonds sur elle, on sera assisté. Je suis sûr que ce POUVOIR IGNÉ pourra RÉDUIRE EN CENDRES, en poussière cosmique, l'AGRÉGAT PSYCHIQUE en question.

Maintenant, il convient de savoir que le Pouvoir Serpentin Annulaire qui se développe dans le corps de l'ascète gnostique, multiplie son pouvoir au moyen de la Force Électro-Sexuelle, précisément dans la FORGE DES CYCLOPES.

Pour tous ces motifs, la femme qui a un époux, ou l'homme qui a une prêtresse ou une femme, pourront réellement travailler à fond précisément durant la Copulation Chimique. Alors, il leur suffit seulement d'avoir la concentration requise sur Devi Kundalini. Elle est le Cobra Sacré des anciens mystères et il est clair que, renforcée par le Pouvoir Électrique du Sexe, par l'Électricité Sexuelle transcendante, elle peut vraiment annihiler, pulvériser, réduire en cendres, de façon très rapide, n'importe quel agrégat psychique inhumain que nous aurons préalablement compris.

En tout cas, mes chers frères, il faut avant tout découvrir le défaut que nous allons réduire en poussière. Ce défaut ne pourra pas être découvert si nous n'utilisons pas le sens de l'AUTO-OBSERVATION PSYCHOLOGIQUE.

N'importe quelle situation adverse nous offre de très riches opportunités. Malheureusement, les gens veulent fuir les situations adverses ; ils protestent alors au lieu de dire merci au Père pour de si brillantes occasions. Il y a des Gymnases Psychologiques qui sont durs, très durs, très difficiles (impossibles ou quasi impossibles) ; cependant, PLUS DIFFICILE SERA LE GYMNASE, MIEUX CE SERA POUR L'AUTO-DÉCOUVERTE.

Passage extrait de http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/CONF5EV039.html

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: De l'Importance de Vivre en Société - Gymnase Psychologi

Message le 4 septembre 2013, 06:55

Quand on s'auto-observe soi-même, on voit à quel point les expériences sont utiles. Si nous nous retirions dans une caverne solitaire sans nous être auto-découverts, sans nous être connus nous-mêmes, sans avoir dissous l'Ego, le résultat serait l'échec le plus complet. Dans l'Himalaya, beaucoup d'anachorètes vécurent dans des cavernes et développèrent même quelques « SIDDHIS », c'est-à-dire des pouvoirs. Ces ermites, à force de disciplines ésotériques rigoureuses, réussirent à atteindre le SAMADHI et en jouirent alors, pénétrant dans l'ALAYA de l'Univers et se perdant même, pendant quelques instants, dans le SUPRÊME PARABRAHATMA.

Ce qui arriva réellement, c'est que, entraînés aux plus diverses disciplines du mental, ces cénobites réussirent à désembouteiller l'Essence, la Conscience et celle-ci, en l'absence de l'Ego, en vint à expérimenter CELA qui n'appartient pas au temps, Cela qui est bien au-delà du corps, des sentiments et du Mental.

Alors, enivrés par le SOMA du Samadhi, ils se crurent des Mahatmas ; ils ne travaillèrent jamais sur l'Ego ; ils ne se préoccupèrent jamais de désintégrer les différents agrégats psychologiques ; ils se spécialisèrent seulement dans le YOGA DE LA MÉDITATION.

Une fois désincarnés et étant donné qu'ils étaient indubitablement devenus des athlètes de la Science du Dyani, ou Méditation, l'Essence put momentanément pénétrer jusque dans les « PLANÈTES DU CHRIST », flotter dans l'atmosphère de ces planètes (qui sont de nature spirituelle), sans pouvoir, malheureusement, retourner dans les Corporations de ces mondes...

Passée l'extase, l'Essence retourna une fois de plus dans l'Ego, à l'intérieur du moi-même. Ensuite, ils revinrent, ils retournèrent, ils se réincorporèrent et, à l'heure actuelle, ils sont dans le monde occidental, des personnes vulgaires, communes et ordinaires, et, cependant, tant en Orient qu'au Tibet, on continue encore à les vénérer comme des Saints...

Il faut comprendre la nécessité de désintégrer l'Ego et cela ne sera pas possible si nous ne profitons pas des dures expériences de la vie...

Passage extrait de La Saveur Travail et la Saveur Vie : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ur-Vie.php que je vous invite à lire dans son intégralité.

L'un des grands intérêts de la Méditation passive, c'est aussi de nous faire connaître l'expérience du grand vide illuminateur qui doit être très convaincante.


Ces ermites du temps jadis, qui s'enfermaient dans les cavernes pour méditer, se nourrissant d'herbes, de racines de la forêt, réussirent à devenir des athlètes du Samadhi ; quelques-uns parvinrent même jusqu'au Satori ; le Vide Illuminateur fit irruption dans leur mental, mais ils ne purent jamais réaliser en eux-mêmes le Vide Illuminateur (mes chers frères, expérimenter le Vide Illuminateur est une chose et autre chose est, en vérité, je vous le dis, réaliser en nous-mêmes le Vide Illuminateur).

En Orient, il y eut des saints, des mystiques, des ermites, qui expérimentèrent le Vide Illuminateur ; mais, étant donné qu'ils ne travaillaient pas sur eux-mêmes, étant donné qu'ils n'éliminaient pas les agrégats psychiques, ils ne purent réaliser en eux-mêmes le Vide Illuminateur.

Expérimenter la nature du Vide Illuminateur est utile, mes chers frères, très utile ; mais si nous restons seulement dans cet état de l'Être, si nous N'AUTO-RÉALISONS PAS INTÉRIEUREMENT LE VIDE ILLUMINATEUR, nous aurons perdu notre temps lamentablement ; nous ne pourrons pas véritablement réaliser en nous-mêmes le Vide Illuminateur si, auparavant, nous ne travaillons pas à la désintégration de l'Ego, du moi-même, du soi-même. Ainsi donc, il vaut la peine de réfléchir profondément à toutes ces choses...

À mesure que nous désintégrerons en nous-mêmes l'Ego, la Conscience se libérera peu à peu ; et lorsque nous serons vraiment parvenus à la désintégration absolue du moi-même, la Conscience sera totalement libérée ; dès lors, le Vide Illuminateur aura été réalisé en chacun de nous...

Seuls ceux qui ont réalisé en eux-mêmes le Vide Illuminateur peuvent vivre dans les Planètes du Christ. Sachez qu'autour de chaque soleil qui nous illumine gravitent les Planètes du Christ ; elles sont de nature spirituelle, pas matérielle.

IL Y A DEUX NATURES : L'UNE EST INSTABLE, passagère, périssable (c'est la nature du MONDE PHYSIQUE) ; mais il y a une autre nature : LA NATURE DES « PLANÈTES DU CHRIST » qui est immortelle, IMMUABLE, impérissable, terriblement divine ; sur ces Planètes vivent les Humanités Divines et dans chaque créature de ces planètes demeure le Christ (le Christ resplendit en chaque créature).

Mais, essayer de se convertir en habitant des « Planètes du Seigneur » sans avoir éliminé l'Ego est absurde ; vouloir éliminer l'Ego en renonçant aux expériences de la vie ou en protestant contre celles-ci ou en se désespérant ou en s'identifiant à chaque événement est stupide, parce que le matériel didactique pour l'Autoréalisation ne vient de nulle part, sinon des expériences de la vie.

Ainsi donc, prenons chaque expérience, aussi douloureuse soit-elle, avec joie ; pensons qu'elle nous donne le matériel didactique suffisant pour l'Auto-réalisation. Ne commettons pas l'erreur de nous identifier à un quelconque événement. Ne commettons pas non plus l'erreur de refuser un événement quelconque. Chaque expérience de la vie est utile...

Lorsque nous aurons dissous la totalité de l'Ego, notre Mental Intérieur se sera ouvert...

Passage extrait de La Saveur Travail et la Saveur Vie : http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/CONF5EV038.html que je vous invite à lire dans son intégralité.

Répondre

Retourner vers « Manifestation et gestion des égos dans le rapport à l'autre »