Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 2 juillet 2011, 11:59

68°) Vénérable Maître, que pensez-vous d'une personne qui, bien qu'elle ait la sagesse gnostique, ne l'a pas appliquée sur chacun de ses défauts pour les désintégrer ?

Frère ; avant tout, je veux que tu saches une chose : nous avons commencé cette chaire en disant que si quelqu'un possède la connaissance, les règles précises du gnosticisme Universel pour le travail direct sur soi-même, indubitablement, donc (et ceci est évident), il doit se les appliquer pour changer sa manière de penser.

Nous avons également dit que si quelqu'un ne change pas sa manière de penser, malgré vraiment malgré qu'il ait reçu les instructions précises, il est tout simplement en train de perdre son temps misérablement, parce que, pour pouvoir provoquer véritablement un changement, il doit avant tout changer sa manière de penser ; on doit introduire ces enseignements, ces idées, dans son mental et son cerveau, et penser en accord avec les enseignements, avec le corps de doctrine ; car, si on ne pense pas en accord avec le corps de doctrine, mais avec les systèmes déjà révolus, qu'on utilisait avant d'entrer dans la doctrine, alors, on est en train de perdre son temps, on est en train de ne rien faire, on s'auto-leurre, et donc, on va par le chemin de 1'échec. C'est tout ! Une autre question ?

passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... n-Weor.php

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 22 novembre 2012, 21:36

142. Le fondement alchimique du Grand Oeuvre

Chers frères, qu'est-ce que le « Grand Oeuvre » ? Beaucoup peuvent écouter cela, mais (car il y a un « mais »), s'ils ne réalisent pas le Grand Oeuvre, ils perdent leur temps.

Il ne suffit pas simplement d'avoir la Foi ; il est clair que « La Foi sans les oeuvres est une Foi morte ». L'Oeuvre se justifie avec la Foi, et LA FOI AVEC L'OEUVRE. L'important, c'est le Grand Oeuvre. Si quelqu'un nous écoute et a foi en nos paroles, mais qu'il ne réalise pas le Grand Oeuvre, il ressemble à un homme qui se regarde dans un miroir, tourne le dos, et s'en va (il ne fait rien, il perd son temps). La Foi est merveilleuse, mais sans l'Oeuvre, elle est morte. Il est nécessaire que la Foi soit soutenue par l'Oeuvre.

En ce qui concerne le travail dans le Grand Oeuvre, il faut penser à beaucoup de choses. Avant tout, nous devons CONTRÔLER LA LANGUE. Nous ne devons absolument pas nous intéresser aux « on-dit », aux médisances, à ce que les autres disent de nous, etc. Souvenons-nous de cette phrase que j'ai écrite dans l'un de mes livres dans une ancienne existence : « Je ne suis pas meilleur parce qu'on me louange, ni pire parce qu'on vitupère contre moi, parce que je suis toujours ce que je suis »...

Je portais alors le nom de Thomas de Kempis et j'ai écrit « L'IMITATION DE JÉSUS-CHRIST ». J'ai appartenu à une Société ésotérique (j'étais un moine), et pourtant, dans le monastère où je vivais, cela était ignoré. Habituellement, dans les Monastères du Moyen Âge vivaient également de grands Initiés, quelques-uns étaient même très sympathiques. Il suffit de se souvenir du fameux Rabelais qui écrivit des oeuvres très intéressantes, un peu drôles. Quiconque les lit « au pied de la lettre » pourrait supposer que Rabelais était un clown.

On ne peut que rire en lisant « Gargantua et Pantagruel », et tout gnostique, s'il lit ces livres, peut s'apercevoir qu'ils sont comiques. Cependant, quand on sait capter leur profonde signification, on parvient à se rendre compte que Rabelais fut assurément un grand Initié. Il a écrit dans ce style pour essayer de se sauver du bûcher de l'Inquisition, et, par miracle, il se sauva, par miracle. Un jour, à l'intérieur de l'Église, il occupa la place de saint François (là, il avait l'air d'une statue). Quand il était dans les rangs, il faisait un peu le clown. Une fois, il s'est fait sortir en compagnie d'autres moines, et il s'est fait mettre en prison pour quelques jours, au pain sec et à l'eau ; cependant, il continuait, car il devait toujours rester un humoriste [...] pour être le Pape et ce jeu lui a presque coûté le bûcher.

En tous cas, beaucoup d'Initiés qui se dédiaient au Grand Oeuvre ont travaillé intensément au Moyen Âge et ils ont même vécu dans les propres monastères du catholicisme romain, en s'identifiant, en se confondant avec le clergé. Et, secrètement, en silence, et à certaines heures de la nuit, ils faisaient leurs réunions ésotériques. Tout ceci est assez intéressant, n'est-ce pas ?

passage extrait de la conférence 142. Le fondement alchimique du Grand Oeuvre : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... oeuvre.php

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 2 mars 2013, 18:54

Que ceux qui écoutent cette cassette pèsent bien mes paroles, qu'ils y réfléchissent. Il ne suffit pas d'écouter simplement : il faut savoir écouter, et ça, c'est différent.

Mais « celui qui écoute la parole et ne la met pas en pratique », dit l'apôtre saint Jacques dans l'Épître Universelle « ressemble à un homme qui se regarde dans un miroir, puis tourne le dos et s'en va »...

Il faut accomplir la parole à l'intérieur de nous-mêmes ! Il ne suffit pas d'écouter cette cassette, il faut la transformer en chair, en sang et en vie si nous voulons vraiment une transformation radicale. Il faut persévérer !

Ici s'achève mon propos. Paix Invérentielle !

passage extrait de la conférence 176. La Conquête du vide illuminateur (Le vide illuminateur)

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 3 mars 2013, 12:39

Il existe, dans le plan astral, sept Sanctuaires Initiatiques, et si le disciple veut progresser sur ce sentier, il doit se chercher un Maître : « quand le disciple est prêt, le Maître apparaît ».

« Prenez garde aux faux prophètes ». N'acceptez pas des Maîtres extérieurs appartenant au monde physique. Apprenez à sortir en corps astral, et quand vous aurez une bonne expérience pratique de l'Astral, choisissez un authentique Maître des Mystères Majeurs de la Fraternité Blanche et consacrez lui la plus absolue dévotion et le plus profond respect.

Vous devrez marcher, dans le monde physique, avec beaucoup de prudence, car il y a de nombreux faux prophètes. N'acceptez d'ordres extérieurs de personne ; vous ne devez obéir qu'aux ordres que nous, les Maîtres de la Loge Blanche, vous donnons dans le plan astral.

Il y a, dans le monde physique, beaucoup d'Initiés des Mystères Mineurs, bons et sincères, mais comme ils ne se sont pas encore fusionnés avec leur Maître Intérieur, ils sont toujours des « morts vivants » et, par conséquent, ils peuvent faire de très graves erreurs qui peuvent égarer l'étudiant et même le faire tomber dans l'Abîme.

Lorsque nous voulons nous faire reconnaître de quelque étudiant, dans le plan physique, nous commençons par lui donner des signes et des preuves dans le plan astral, mais prenez garde ; vivez en état d'alerte et vigilants comme la sentinelle en temps de guerre, car, à notre époque, l'Antéchrist produit des signes et des prodiges trompeurs.

« Soyez simples comme la colombe et rusés comme le serpent ».

« Soyez doux et humbles, mais lorsqu'il s'agit de la vérité, soyez forts en pensée, en parole et en oeuvre ».

Plus haut vous êtes, plus terrible serait la chute.

Attention, donc, à ne pas tomber, parce que le disciple qui se laisse tomber doit ensuite beaucoup lutter pour récupérer ce qu'il a perdu.

Ces règles sont très simples, mais d'une importance capitale.

J'ai connu un grand nombre d'Initiés des Mystères Mineurs qui ont rencontré et suivi les faux prophètes du plan physique, et alors ils sont tombés dans l'effroyable Abîme.

J'enseigne à l'étudiant à voyager en corps astral afin qu'il ne se laisse pas tromper. Celui qui se laisse tromper, celui qui se fait avoir, c'est qu'il ne sait pas sortir en corps astral.

Quiconque essaie de ridiculiser nos Temples sacrés et nos saintes Initiations est encore un « mort-vivant » ; ne l'écoutez pas, il est dangereux.

Il y a des gens qui pensent que l'on peut atteindre le Nirvana sans passer par aucune Initiation ; ces gens sont des « morts-vivants », ils suivent la voie spirale de la vie et ils ne rejoindront le Nirvana qu'au terme de millions de naissances et de morts, il n'y a pas de doute là-dessus. Mais il y a aussi d'autres « morts-vivants » qui aspirent à se fusionner rapidement avec leur Intime et qui, cependant, tentent de tourner en dérision nos Initiations sacrées. Les « morts-vivants » de cette sorte sont les plus dangereux, car ils foulent le sentier tout en se moquant du sentier. Ce sont les « insulteurs » de Victor Hugo ; ce sont les profanateurs du Temple.

Vouloir fusionner rapidement avec l'Intime sans être passé par les neuf Initiations des Mystères Mineurs et les Initiations des Mystères Majeurs, c'est comme vouloir acquérir un doctorat en Médecine sans avoir suivi tous les cours réglementaires des études universitaires, ou comme vouloir être un général, sans être passé par tous les grades militaires.

Toutes les Initiations sont reçues dans les Temples du plan astral, mais l'école, c'est la vie même.

passage extrait de CZ05 Le Lion

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 6 mars 2013, 20:50

« Prenez garde aux faux prophètes ». N'acceptez pas des Maîtres extérieurs appartenant au monde physique. Apprenez à sortir en corps astral, et quand vous aurez une bonne expérience pratique de l'Astral, choisissez un authentique Maître des Mystères Majeurs de la Fraternité Blanche et consacrez lui la plus absolue dévotion et le plus profond respect.

Mais le Maître Interne...

http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/MM31.html
Le Maître interne est un composé parfait, c'est un Intime et une âme divine déjà fusionnés intégralement

http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/TA06.html
21 Le Maître interne est l'authentique Maître des Transmutations métalliques.

http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/RB03.html
Le Maître Interne du "Théurge" est son "Intime"

etc. pour voir plus de références
http://www.google.fr/custom?domains=gno ... %3A1&hl=fr

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 6 septembre 2013, 21:24

M. Bon, avant tout, je veux que vous sachiez une chose. Nous avons commencé cette conférence en disant que si quelqu'un possède la connaissance, les règles précises du Gnosticisme Universel pour travailler directement sur lui-même, eh bien, il doit indubitablement (et c'est clair) les appliquer pour changer sa façon de penser.

Nous vous avons dit aussi que si on ne change pas sa façon de penser, bien qu'on ait reçu des instructions précises pour le faire, eh bien, simplement, ON EST EN TRAIN DE PERDRE MISÉRABLEMENT SON TEMPS, parce que pour pouvoir vraiment provoquer un changement, il faut, avant tout, changer sa façon de penser. On doit introduire ces enseignements, ces idées dans son mental et dans son cerveau, et penser conformément à ces idées, à ces enseignements, penser conformément au Corps de Doctrine.

Car si on ne pense pas selon le Corps de Doctrine, mais selon les systèmes déjà révolus qu'on utilisait avant d'entrer dans la doctrine, on est en train de perdre son temps, on ne fait rien, on s'auto-trompe soi-même et, par conséquent, on est sur le chemin de l'échec. C'est tout. Une autre question ? Oui, frère...

passage extrait de la CONFÉRENCE N°197 : ÉCHELONS VERS L'OMNISCIENCE : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 140&t=3200

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 14 octobre 2013, 06:57

Il y a deux sortes de sagesse : la doctrine de l'oeil et la doctrine du coeur. La doctrine de l'oeil est pour ceux qui se contentent des théories spiritualistes, et la doctrine du coeur est pour les authentiques Initiés. Appartiennent à la doctrine de l'oeil tous les membres des écoles dites spiritualistes ; les conceptions de ces écoles varient autant que les opinions de ceux qui en ont élaboré les théories. Appartiennent à la doctrine du coeur tous les Maîtres de la Fraternité Blanche Universelle ; cette doctrine du coeur renferme les vérités primordiales de la Sagesse unique.

La doctrine de l'oeil est acquise au moyen de la déduction, et la doctrine du coeur, au moyen de l'Intuition ; la première provient de l'intellect, et la seconde procède du Maître Interne ; la première est humaine, l'autre est divine.

La doctrine de l'oeil renforce le mental, et le mental-matière est la demeure du désir : il pense, raisonne, analyse, tire des conclusions et conduit à l'action erronée ; il veut tout résoudre par lui-même, sans tenir compte le moindrement de la voix du Maître Interne. Le Maître Intérieur n'analyse pas, ni ne raisonne, ni ne discourt, car sa voix est la voix de l'Intuition. La doctrine du coeur ouvre les portes du sanctuaire de la Sagesse.

extrait de : Dédicace de son livre : le cours Zodiacal

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 15 mai 2014, 21:39

Sur ce chemin, mes chers frères, il y a des processus douloureux, très douloureux. Celui qui désire COMMENCER AVEC SUCCÈS doit commencer PAR QUELQUES SACRIFICES PHYSIQUES, DISCIPLINAIRES...

J'ai commencé, dans mon existence actuelle, en parcourant quelques pays entiers à pied, sans le moindre centime en poche, en dormant dans les montagnes, enveloppé dans mes propres « chiffons » pour panser mes plaies, arrivant dans des villages sans argent ou bien me couchant là, sous les auvents des maisons (lorsque les maisons possédaient de tels toits ou auvents, car, à l'heure actuelle, les constructions sont devenues si cruelles que si quelqu'un se trouve sous la pluie, il n'a pas d'autre solution que de la supporter ; voilà la cruauté de notre époque !)...

Et je ne regrette pas d'avoir parcouru des pays entiers sans argent ; je ne regrette pas d'avoir souffert la tourmente et les ouragans ; je ne regrette pas d'être arrivé dans des villages où personne ne me connaissait, sans un centime en poche...

C'est ainsi que j'ai commencé et ça m'a beaucoup servi. J'ai commencé d'une manière naturelle ; mon père qui est en secret a voulu que je commence ainsi et ainsi j'ai commencé. À d'autres, il leur est arrivé de commencer ainsi, car leur gourou l'avait établi ainsi pour leur bien...

Je connais le cas d'un gourou aux yeux noirs pénétrants et à la moustache noire, qui a organisé une caravane avec ses disciples. Il a parcouru des pays entiers pour arriver en Perse depuis la Russie ; hommes et femmes cheminaient dans la neige, quelques-uns avec les pieds nus, ensanglantés, dormant dans les montagnes, exposés aux loups, mais fermes dans la discipline. Et, ils sont arrivés comme ça, dans ce pays de Perse, simplement pour trouver une maison inoccupée où vivre...

« Sottises », me direz-vous ! « Comment est-il possible de voyager à travers les montagnes et dans le froid avec un groupe de personnes qui souffrent, en dormant la nuit dans les forêts, exposées aux loups et à l'hiver ? Dans quel but (cela peut sembler incongru) ? Pour arriver finalement dans une maison qu'ils ont louée ? Pour faire cela, on n'a pas besoin de tout ceci ; pour ça, le voyage aurait pu se faire dans une merveilleuse automobile ou en avion »...

Le gourou savait ce qu'il faisait : si le disciple virait à droite, le gourou tirait à gauche ; et si le disciple tirait à gauche, le gourou lui tirait les rennes, comme à un cheval, pour qu'il vire vers la droite... Et, en souffrant un peu, ses disciples se forgèrent, dès le début, dans la dure discipline, et ils s'avérèrent remarquables...

À moi aussi, il m'appartint de me forger, au début, dans cette dure discipline ; mon Père qui est en secret le voulut ainsi. Je ne l'avais pas compris ; j'ai compris bien plus tard, avec le temps, qu'il avait suivi avec moi le même processus qu'ont suivi tous les « Gurujis » des temps jadis qui, avant tout, soumettaient les étudiants à ces dures épreuves ; et il ne fait aucun doute que les étudiants qui sont passés par ces mêmes épreuves ont été remarquables...

Ainsi, mes chers frères, nous devons peu à peu éliminer de nous-mêmes beaucoup de coutumes désastreuses (habitudes acquises) dont nous ignorons nous-mêmes l'existence : des mouvements mécaniques sans signification, etc. Nous devons devenir conscients de tous nos gestes et attitudes et éliminer ce qui ne sert pas ; tout cela requiert une observation très rigoureuse de nous-mêmes.

Au début, il est bon d'appliquer CETTE DURE DISCIPLINE des voyages douloureux et sanglants, des tortures du chemin, AFIN DE SE FORGER dès le début COMME ON DOIT SE FORGER : DANS LA LUTTE !...

Nous ne devons donc pas nous décourager sur ce point de l'Auto-Observation Psychologique. À mesure qu'on s'auto-observe, on découvre peu à peu combien de Mois on possède, des Mois dont on ignorait l'existence (on reste soi-même étonné lorsqu'on s'auto-découvre).

extrait de la conférence : 38. La Saveur Travail et la Saveur Vie

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 5 mars 2015, 05:40

Surveillons nos propres actes. D'où naissent les affections et que sont les marques d'affection ? Les marques d'affection ont pour base la luxure, ce sont des vices. Le coeur est aussi un centre érotique qui conduit inévitablement à l'abus sexuel ; tous ces sentimentalismes d'hommes et de femmes dégénèrent en fornication, en luxure, en morbidité. De sorte que les marques d'affection sont le résultat, le produit de la luxure. L'amour est plus beau, plus pur, c'est comme un nouveau-né, il ne cherche rien pour lui mais tout pour l'être aimé ; il n'inclut pas l'affection, mais il sait accomplir son devoir. Il se démontre par des faits et pas simplement avec les vaines paroles insipides d'un bavardage ambigu.

Celui qui promet à la pauvre dame de ses rêves toutes les richesses du monde alors qu'il n'en a pas, qui lui promet de mettre le ciel à ses pieds, s'avère, en général, totalement fourbe ; par contre, ces hommes qui ne promettent pas beaucoup de choses aux femmes, mais qui les accomplissent, qui veillent sur elles, qui ne les abandonnent pas, s'avèrent évidemment, admirables.

La même chose se produit par rapport à la femme. Celles qui sont très câlines, très cajoleuses, et enfin, qui donnent beaucoup de marques d'affection font presque toujours porter de belles cornes à leur mari. Les femmes qui ne sont pas câlines, qui accomplissent leurs devoirs, qui font quotidiennement toutes leurs tâches ménagères avec beaucoup de diligence, qui veillent sur leurs enfants, qui prennent soin de leur mari, sont indubitablement de magnifiques épouses, fidèles et sincères, incapables de trahir ; mais celles qui sont très cajoleuses, sentimentales, prodigues en marques d'affection finissent par faire porter une belle paire de cornes au pauvre homme.

extrait de 20. Les Rigueurs de l'Ethique Supérieure (Vertu de la Tolérance)

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 13 mars 2015, 06:56

Nous devons alors nous sacrifier pour cette immense famille avec un véritable Amour. Si c'est ce que nous faisons, nous avançons totalement avec le Troisième Facteur de la Révolution de la Conscience.

En TRAVAILLANT POUR LES AUTRES, on est aussi récompensé. Bien qu'on renonce aux fruits de l'action, on est toujours récompensé. En travaillant pour les autres, nous POUVONS ANNULER LE VIEUX KARMA que nous ramenons de nos vies précédentes.

J'ai connu beaucoup de personnes malades qui vivent auto-enfermées sur elles-mêmes, en se plaignant toujours de leurs douleurs. On ne peut pas parler avec ces gens, parce que maintes et maintes fois, ils sortent toujours leur même chanson psychologique...

Ils veulent être guéris, mais il n'y a pas de médecin pour les soigner, pas même de médecin chinois, pourquoi ? Parce qu'ils n'ont jamais pensé à rendre service à quelqu'un ; ils n'ont jamais pensé à en soigner d'autres ou à coopérer ne serait-ce que pour les remèdes d'un certain patient qui n'a pas de moyens ou à tendre un verre d'eau à l'assoiffé ou un plat de nourriture à l'affamé. Toutefois, ils veulent guérir et ils ne pensent pas à autre chose qu'à leurs inévitables maladies.

J'en ai vu beaucoup qui souffrent de divers problèmes de la vie, économiques, par exemple. Ceux qui ont des problèmes économiques ont indiscutablement causé des dommages économiques à beaucoup de gens (dans le passé) et ils récoltent maintenant la même chose qu'ils ont semée, « ils prennent de leur propre chocolat ».

Mais, cependant, ils se plaignent et protestent et blasphèment, et ils veulent améliorer leur situation économique, mais ils ne remédient pas au mal qu'ils ont fait, ils ne font pas partie d'une coopérative, ils ne sont pas capables de partager leur pain pour en donner la moitié à celui qui a faim ; ils ne sont pas capables d'enlever leur chemise pour vêtir quelqu'un qui est nu ; ils ne sont pas capables de donner du réconfort à une personne, mais ils veulent s'améliorer sur le plan économique et ils nous demandent des services : que nous les aidions, dans leur travail, à changer de situation, mais ils ne se soucient de servir personne, ce sont des parasites qui existent sous le soleil.

De cette manière, comment pourraient-ils s'améliorer au niveau économique ? Toute cause apporte son effet. Le Karma, c'est l'effet d'une cause précédente. Si on veut annuler l'effet, il faut commencer par annuler la cause qui l'a produit. Et on annule intelligemment la cause en sachant l'annuler.

Vous allez trouver beaucoup de ces choses sur le chemin : beaucoup veulent que vous les soigniez, mais ils ne se soucient jamais de soigner quelqu'un ; beaucoup ont de très graves problèmes économiques, mais ils ne pensent jamais à coopérer d'une certaine manière avec quelqu'un, etc.

Chacun a ses problèmes. LES PROBLÈMES, C'EST L'EGO QUI LES CRÉE, et rien de plus que l'Ego, malheureusement. On peut annuler tous les problèmes si on n'a pas d'Ego ; si on n'a pas d'Ego, on n'a pas de problèmes. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a personne qui réagisse dans notre mental, il n'y a pas de revanchard qui complique la situation, il n'y a personne qui haïsse en nous ou à travers nous.

Alors, il n'y a pas de problèmes ; c'est l'Ego qui crée les problèmes et rien de plus que l'Ego. En travaillant en faveur des autres, on annule donc de vieux Karmas. Parce qu'en servant les autres, on se sert soi-même. « Celui qui donne reçoit, et plus il donne, plus il reçoit » ; c'est la Loi. « On combat le Lion de la Loi avec la Balance »...

Si, sur un plateau de la Balance nous mettons nos mauvaises actions et sur un autre les bonnes, et si les mauvaises actions pèsent plus, le plateau s'inclinera contre nous, mais nous pourrions mettre de bonnes oeuvres sur le plateau du Bien et faire incliner alors la Balance en notre faveur ; le Karma serait ainsi annulé.

De sorte que le Lion de la Loi, il faut le frapper fort avec la Balance. Voilà la clé pour se défendre contre le Karma. Comme disent les Seigneurs de la Loi : « Fais de bonnes oeuvres pour payer tes dettes »... « Celui qui a de quoi payer, il paye et s'en sort bien dans ses affaires ; mais celui qui n'a pas de quoi payer doit aller en prison, perdre tous ses biens »...

Il faut donc FAIRE BEAUCOUP DE BIEN pour payer nos vieilles dettes. Avec le capital de nos bonnes oeuvres, nous pouvons payer le vieux Karma sans avoir besoin de souffrir ; il n'est pas nécessaire de nous gâcher la vie.

Je connais un individu X. Il souffre l'indicible : il est toujours dans une mauvaise situation économique, toujours dans la misère. Dès qu'il fait des affaires, il échoue ; il n'y a pas d'affaires qu'il fasse où il n'échoue pas. Il a une femme, il a des enfants, il se querelle sans cesse avec eux. Il est du signe du Lion ; elle aussi. Ils ne devraient pas se quereller, mais il paraît que les lions se battent sans cesse entre eux, ils ne sont pas heureux. Je les ai vus dans le Jardin Zoologique de Chapultepec ; là, ils gesticulent les uns contre les autres, ils ne cessent pas de se combattre, lion contre lion, parce qu'ils ne s'entendent pas...

Bon, ce qui est curieux dans le cas de cet individu X dont je ne mentionnerai pas le nom, c'est qu'il demande toujours qu'on l'aide au niveau économique, que nous travaillons pour lui dans le Monde de Cause à Effet, mais je ne l'ai jamais rien vu faire en faveur de ses semblables. Il demande, mais ne donne pas. Il demande, demande et demande, mais il ne donne jamais, jamais, jamais, mais il demande. Mais, de quel droit demande-t-il, s'il ne donne pas ? C'est comme vouloir qu'on nous pardonne nos dettes alors qu'on n'est pas capable de pardonner à nos semblables.

On dit, dans la prière du Notre Père : « Pardonne-nous nos dettes, comme nous pardonnons à ceux qui nous doivent »... Si on ne pardonne pas à ceux qui nous doivent, à nos ennemis, de quel droit demande-t-on au Père de nous pardonner ? De quel droit se réclame t-on pour demander pardon, alors qu'on n'est pas capable de pardonner ? De quel droit demande-t-on de la pitié, alors qu'on n'est pas capable de donner de la pitié ? De quel droit demander de la charité, si on n'est pas capable d'en donner ? Et ils sont tous ainsi : ils demandent, mais ne donnent pas et c'est très grave.

Le Missionnaire gnostique doit donner. Que va-t-il donner ? SAGESSE et AMOUR à ses semblables. Il va donner cela, il va assister, il va aider, mais avec Amour.

Au moyen des CHAÎNES MAGIQUES, on peut aider nos semblables. Les Chaînes sont merveilleuses, soit pour IRRADIER de l'AMOUR, soit pour GUÉRIR DES MALADES. Avec les Chaînes, on peut INVOQUER LES MAÎTRES DE LA SCIENCE pour qu'ils aident les malades. Avec les Chaînes, on peut invoquer, par exemple, Raphaël, qui est un grand guérisseur universel (c'est lui-même qui a soigné le Patriarche Job, c'est lui-même qui a guéri Tobie) [...] le grand guérisseur mondial ou universel, grand médecin...

Avec les Chaînes, on peut aussi invoquer des médecins comme Harpocrate, Galien, Philippe Theophraste Bombast Von Hohenheim (Auréole Paracelse), etc.

Avec les Chaînes, on peut invoquer des PUISSANCES de LUMIÈRE pour qu'elles nous aident à un moment donné, conjurer les Puissances des Ténèbres pour qu'elles nous laissent en paix, etc. Les Chaînes Magiques sont formidables. Avec la main gauche on reçoit, avec la droite on donne. La Chaîne forme des circuits de force magnétique extraordinaire. Avec les Chaînes, on peut faire de grandes oeuvres de Haute Magie.

extrait de CONF. 200 : TROIS FACTEURS DE LA RÉVOLUTION DE LA CONSCIENCE

Avatar du membre
Messages : 81
Enregistré le : 13 avril 2009

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 13 mai 2015, 20:40

Je voudrais partager avec vous cette lecture issue du livre " Psychologie Révolutionnaire" du Maître SAW.
Elle traite d'un principe fondamental : la verticalité
.


"2. L’échelle merveilleuse

Nous devons désirer ardemment un changement véritable, sortir de cette routine abrutissante, de cette vie purement mécanique, fastidieuse…
Ce que nous devons d’abord comprendre bien clairement, c’est que chacun de nous, qu’il soit bourgeois ou prolétaire, très à l’aise ou de la classe moyenne, riche ou misérable, se trouve en réalité à tel ou tel niveau d’Être…
Le niveau d’Être de l’alcoolique est différent de celui de l’abstinent et celui de la prostituée très distinct de celui de la jeune fille vierge. Ce que nous disons ici est irréfutable, indiscutable…
Avant de poursuivre plus avant notre chapitre, nous n’avons rien à perdre à nous imaginer une échelle qui va de bas en haut, verticalement, avec un très grand nombre d’échelons…
Sans aucun doute possibles, nous nous trouvons sur l’un quelconques de ces échelons. Sur les échelons inférieurs se trouveront des individus pires que nous, sur les échelons au-dessus seront les personnes meilleures que nous…
Dans cette verticale extraordinaire, dans cette échelle merveilleuse, il est évident que nous rencontrons tous les niveaux d’Être… Chaque personne est différente et cela personne ne peut le réfuter…
Indubitablement, nous ne parlons pas ici des visages laids ou beaux, il ne s’agit pas non plus d’une affaire d’âge. Il y a des gens jeunes, d’autres vieux ; des vieillards qui sont sur le point de mourir, et des enfants qui viennent à peine de naitre…
La question du temps et des années : naitre, croitre, se développer, se marier, se reproduire, vieillir et mourir, relève exclusivement de la dimension horizontale…
Dans l’échelle merveilleuse, dans la verticale, le concept de temps n’existe pas. Sur les degrés de cette échelle se trouvent seulement des niveaux d’Être…
L’espérance mécanique des gens ne sert à rien ; ils croient qu’avec le temps les choses vont s’améliorer ; ainsi pensaient nos aïeuls et bisaïeuls ; les faits sont venus précisément nous démontrer le contraire…
Ce qui compte c’est le niveau d’Être, et cela est vertical. Nous nous trouvons sur un échelon, mais nous pouvons monter à un autre échelon…
L’échelle merveilleuse dont nous parlons et qui renvoie aux différents niveaux d’Être n’a certainement rien à voir avec le temps linéaire…
D’instant en instant, immédiatement au-dessus de nous, il y a un niveau d’Être plus élevé…
Ce niveau n’existe pas dans un quelconque futur horizontal lointain, mais ici et maintenant, au-dedans de nous-mêmes, dans la verticale…
Il est ostensible, et n’importe qui peut le comprendre, que les deux voies, l’horizontale et la verticale, se rencontrent de moment en moment dans notre intérieur psychologique et forment une croix…
La personnalité se développe et se manifeste dans la perspective horizontale de la vie. Elle nait et meurt dans le cours linéaire du temps, elle est périssable ; il n’existe aucun lendemain pour la personnalité du mort ; elle n’est pas l’Être…
Les niveaux d’Être, l’Être lui-même, ne relève pas du temps, il n’a rien à voir avec la ligne horizontale ; il se trouve à l’intérieur de nous-mêmes. Maintenant, dans la verticale…
Il serait manifestement absurde de chercher notre propre Être en dehors de nous-mêmes…
Il n’est pas superflu de bien établir le corolaire suivant : diplômes, promotions, avancements, etc., ne peuvent d’aucune façon, dans le monde physique extérieur, provenir une exaltation authentique, une réévaluation de l’Être, un passage à un échelon supérieur dans les niveaux d’Être…"
L'un aime bien, l'autre aime mieux...tel est "el matrimonio perfecto"

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 29 mai 2015, 20:36

Tout gourou reconnaissant se prosterne humblement devant le premier créateur de son Etre authentique.

Lorsqu'après beaucoup de travaux conscients et de souffrances volontaires se révèle, devant nos yeux inondés de larmes, l'absolue perfection réalisée dans le fonctionnement de toutes les parties spiritualisées, isolées, de notre présence commune, l'impulsion de gratitude de l'Etre envers le premier éducateur surgit en nous.

Incontestablement, la perfection absolue de toutes et chacune des parties isolées de l'Etre est possible seulement en mourant radicalement en soi-même, ici et maintenant.

Il existe divers états d'autoréalisation intime : certains Initiés ont obtenu la perfection de certaines parties isolées de l'Etre, cependant ils ont encore beaucoup de travail à faire avant de parvenir à l'absolue perfection de toutes les parties.

Il serait absolument impossible de dessiner l'Etre. Il ressemble à une foule d'enfants innocents, chacun d'eux exerçant des fonctions déterminées. Parvenir à l'intégration totale est l'aspiration la plus ardente de tout Initié.

Quand on atteint l'autoréalisation intime de la partie la plus élevée de l'Etre, on reçoit alors le grade initiatique d'Ishmesch.
passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ardien.php

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 14 juin 2015, 08:39

Elles sont certes très rares, de nos jours, ces âmes qui arrivent à pénétrer dans le Devachan, comme disent les théosophes, c’est-à-dire dans le Causal.

Je veux que vous tous compreniez le fait concret suivant lequel ces âmes, certes bien rares aujourd’hui, qui peuvent jouir pour un temps de vacances si heureuses entre la mort et une nouvelle naissance, sont celles que nous pourrions appeler, en ce monde, de très bonnes gens. La Grande Loi, pour cette raison, les récompense après la mort. D’accord ?

Q — Maitre, ces âmes qui parviennent à s’échapper de l’ego pour profiter de quelques vacances doivent-elles se réembouteiller dans l’ego, en revenant à une autre matrice ?

R — Mes amis, l’ego ne peut être détruit, annihilé, que de deux manières ; premièrement au moyen du travail conscient en nous-mêmes et à l’intérieur de nous-mêmes, ici et maintenant. Deuxièmement, dans les Mondes infernaux, moyennant l’involution submergée, en passant par d’épouvantables souffrances.

Indiscutablement, les vacances célestes ne dissolvent pas l’ego ; une fois que l’Essence, l’âme, a épuisé les fruits de sa récompense, elle doit, en revenant dans cette vallée de larmes, rester préalablement embouteillée dans son ego, le moi, le moi-même.

Q — Maitre, quand l’Essence revient à une nouvelle matrice, embouteillée dans l’ego après ces vacances, n’apporte-t-elle pas l’aspiration à se libérer pour s’autoréaliser ?

R — Chère madame, votre question est magnifique. Je veux vous dire ceci, en insistant : l’ascension aux Mondes supérieurs nous réconforte et nous aide.

Quand l’Essence revient de vacances dans les Mondes supérieurs de la conscience cosmique, elle est fortifiée et montre un meilleur enthousiasme. Elle lutte alors inlassablement pour obtenir sa libération totale. Pourtant, tout effort serait inutile, si ne s’accomplissait pas le pacte de Magie sexuelle contenu dans le sacrement du baptême.

extrait de 5. Premier Cercle infernal ou de la Lune

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 15 juin 2015, 21:08

La confusion, le problème de l'Humanité, se trouve chez les hommes 1, 2 et 3, ceux de la « Tour de Babel », ceux des problèmes. Ce sont eux qui ont causé véritablement beaucoup de dommages ; je crois que les Hiérarchies Divines devraient séparer les hommes 1, 2 et 3, et laisser en paix les Hommes 4, 5, 6 et 7, parce que les hommes 1, 2 et 3 causent beaucoup de problèmes depuis de nombreux siècles et ils ne se comprennent pas entre eux.

Il est évident qu'une GRANDE CATASTROPHE s'en vient et elle se chargera de faire cette opération chirurgicale sur l'humanité : séparer les « brebis » des « chevreaux » (c'est ce qui est écrit).

Qui est l'HOMME NUMÉRO 4 ? L'Homme Numéro 4 est l'Homme qui a déjà équilibré les centres de sa machine organique, c'est un Homme qui possède déjà une Lune qu'il a lui-même fabriquée, une Lune psychologique ; c'est celui-là même qui a créé le Centre de Gravité Conscient ; ce type d'Homme est prêt à entrer dans les activités du Royaume.

On sait que pour créer une Lune en nous, c'est-à-dire un Centre de Gravité Conscient, un Centre de Gravité Permanent, il faut faire appel à une Troisième Force, c'est évident ; cette Troisième Force est le Travail Ésotérique Gnostique.

Nous allons ici vous donner les Enseignements dont vous avez besoin pour que vous puissiez créer en vous-mêmes un Centre de Gravité Conscient. Évidemment, celui qui veut créer ce Centre doit commencer par ABANDONNER LES AUTO-CONSIDÉRATIONS, L'AUTO-SENTIMENTALISME.

Lorsqu'on s'aime beaucoup soi-même, lorsqu'on se considère trop soi-même, lorsqu'on est plein d'auto-sentimentalisme, de soupirs, d'angoisses, de tristesses, etc., on haït généralement ses semblables ; c'est-à-dire, plus on s'aime soi-même, plus on ressent de la pitié pour soi-même, plus on haïra tous ceux qui nous entourent.

Les démons les plus vindicatifs, les hommes les plus pervers, sont ceux qui s'aiment trop eux-mêmes, qui s'auto-valorisent, qui sont remplis, je le répète, d'auto-sentimentalisme, d'auto-compassion ; mais si on se déteste soi-même, alors on aimera ses semblables.

Je ne veux pas dire qu'on doit devenir masochiste ; non, je n'irai pas jusque là dans ce discours, il ne faut pas être masochiste ; mais je veux dire qu'on doit reconnaître ses propres imperfections, on doit accepter qu'on est une créature mécanique, que notre vie avance sur les rails des habitudes, des coutumes acquises ; on doit accepter qu'on est rempli de jalousies, de rancoeurs, d'épouvantables ressentiments.

Évidemment, quand on l'accepte, quand on accepte qu'on est un vil ver de la boue de la terre, quand on accepte qu'on est une créature mécanique, quand on se déteste soi-même, on commence alors à former, on commence à créer à l'intérieur de soi, un Centre de Gravité Conscient.

Donc, on passe du Centre de Gravité Mécanique au Centre de Gravité Conscient, au moyen du Travail sur soi-même ; c'est ça la Troisième Force.

Il n'est pas superflu de vous déclarer, ce soir, que nous, dans notre Institution, nous allons vous enseigner à travailler sur vous-mêmes, pour que vous puissiez créer, en vous-mêmes, un Centre de Gravité Conscient.

Lorsque vous aurez formé ce Centre, vous cesserez d'être des individus mécaniques, vous deviendrez des créatures conscientes, vous aurez formé en vous-mêmes une LUNE PSYCHOLOGIQUE CONSCIENTE.

extrait de CONFÉRENCE N°118 : LES SEPT CATÉGORIES HUMAINES (Sept Types)

Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 28 juin 2015, 13:17

La trente-et-unième chambre correspond à l'Arcane Trente-et-Un du Tarot : les Empêchements.

Les deux enfants qui figurent sur cette lame symbolisent deux chemins qui s'ouvrent devant toi, comme le grand « V » de la Victoire.

Tu te trouves devant deux chemins.

L'un de ces chemins est le chemin Logoïque, le chemin des cieux étoilés, le chemin spiral du firmament.

L'autre est le sentier du devoir long et amer, qui nous conduit jusqu'à l'entrée même de l'Absolu..

Le Swami Vivekananda a affirmé un jour que lorsque l'Initié essaie de pénétrer dans l'Absolu, des Dieux tentateurs surgissent alors, lesquels lui offrent de le faire roi de zones déterminées de l'univers, pour qu'il ne se libère pas.

Ces Dieux tentateurs n'ont pas su se libérer et, jaloux de leur propre Hiérarchie, ils tentent le voyageur afin de l'empêcher d'entrer à l'Absolu.

Ces Êtres sont mille fois plus dangereux que les humains.

Un grand Hiérarque divin vient à ta rencontre lorsque tu parviens au point de départ des deux chemins.

Cet Être à l'apparence terrible te montre les deux chemins.

Le chemin nirvanique, c'est un bon travail, mais le chemin de l'Absolu est un travail supérieur.

Le chemin nirvanique suit la spirale de la vie.

Le chemin de l'Absolu est le sentier du devoir long et amer.

Le chemin nirvanique est rempli de paradis.

Le chemin de l'Absolu est le désert des Dieux.

Le chemin nirvanique est un chemin de félicité et, à travers de nombreux Mahamanvantaras, les Dieux finissent par se libérer de leurs masses planétaires, pour entrer dans le bonheur ineffable de l'Absolu.

Mais il y a des Logos, comme le Dieu de Sirius qui gouverne dix-huit millions de constellations, qui n'ont pas encore réussi à se libérer du Cosmos, pour entrer dans l'Absolu.

Tu te trouves, mon frère, devant un gardien jaloux du Cosmos ; décide-toi ici et maintenant pour l'un ou l'autre de ces deux chemins, définis-toi, n'y penses plus, parce qu'il n'y a plus de temps pour penser.

Ce grand Hiérarque t'offre les merveilles de l'Infini et, jaloux de sa propre Hiérarchie, il t'invite à entrer sur le chemin nirvanique ; et il t'avertit des dangers du sentier du devoir long et amer qui mène directement à l'Absolu.

Décide-toi à cet instant même et avance !

Je dis à mes Arhats qu'il vaut mieux prendre le sentier du devoir long et amer.

Je leur dis que le chemin nirvanique, Logoïque, nous offre de nombreux paradis, mais qu'il est dangereux.

Il se comptent par millions les Dieux ayant contracté de très graves engagements karmiques.

Il y a des millions de Dieux qui n'ont pas pu entrer dans le bonheur ineffable de l'Absolu.

Le sentier du devoir long et amer nous conduit directement à la Lumière incréée de l'Absolu.

Le sentier du devoir long et amer nous conduit à la béatitude ineffable du Non-Être, lequel est véritablement l'Être Réel.

Le sentier du devoir long et amer nous conduit aux ténèbres profondes du Non-Être.

Dans ces ténèbres profondes resplendit la Lumière incréée.

Sur le sentier du devoir long et amer, nous éveillons graduellement notre conscience, plan après plan, jusqu'à l'éveiller totalement dans l'Absolu.

Celui qui éveille la Conscience absolue cesse d'exister, pour ÊTRE.

Celui qui éveille la Conscience absolue entre dans le bonheur ineffable du Paranishpana le plus pur.

Celui qui éveille la Conscience absolue est un Paramartasatya, lequel est au-delà de la conscience.

L'Absolu contient le connaisseur, la connaissance et ce qui est connu, dans une unité totale.

L'Absolu est au-delà de la lumière et des ténèbres.

L'Absolu est au-delà de l'Esprit et de la matière.

L'Absolu est au-delà de la raison et au-delà du silence et du son, et des oreilles pour les percevoir. L'Absolu est au-delà de la conscience.

Les « aspects » de l'Absolu sont au nombre de trois : Espace abstrait, Éternité et Mouvement.

Le vide, les ténèbres et le Non-Moi forment l'unité absolue.

Ce vide est plénitude, ces ténèbres sont Lumière incréée et ce Non-Moi de la philosophie est l'Être, est le Moi Réel, est l'Intime libéré.

Lorsque sonna l'heure suprême du premier instant, les brillants Fils de l'aurore du Mahamanvantara sont sortis des entrailles de l'Absolu, parce qu'ils n'avaient pas éveillé la Conscience absolue, et l'Absolu sans la Conscience absolue n'est pas la félicité.

Paranishpana (la félicité de l'Absolu) sans Paramarta (la Conscience éveillée) n'est pas la félicité.

Si, après sa désincarnation, nous mettions un homme commun et ordinaire dans l'Absolu, cet homme serait rempli d'horreur devant les ténèbres profondes du Non-Être et devant le vide horrible du Non-Moi, et il supplierait qu'on le sorte de l'Absolu et qu'on le ramène dans le monde.

L'Absolu n'est félicité absolue que pour les Paramartasatyas, pour ceux qui se sont libérés du Cosmos et qui ont éveillé la Conscience absolue.

Le Feu féconde la matière chaotique et fait jaillir la vie cosmique après chaque Nuit profonde (Mahapralaya).

Le Feu et l'Eau sont le Père et la Mère de l'univers.

Le Feu est le pôle masculin et l'Eau est le principe féminin.

Le Feu est représenté par le Phallus vertical et l'Eau par la ligne horizontale : les deux forment une croix.

Le Feu fécondant l'Eau est symbolisé par l'emblème de la croix.

Le Feu est le Père et l'Eau est la Mère de l'univers, et les deux ensemble forment une croix..

L'univers est le fils qui pend à la croix.

Au milieu des eaux du Chaos se dresse la croix, sur laquelle est crucifié le Christ.

Le Christ est un Paramartasatya.

Le Christ est l'unique engendré.

Le Christ a une Conscience absolue.

Le Christ est un habitant de l'Absolu.

Le Christ est sorti de l'Absolu afin de gouverner le Cosmos tout entier.

Le Père, de qui le Christ parle, est l'Ancien, l'Être.

Le Christ est un médiateur entre les Hommes et l'Ancien des Jours.

Et celui-ci a dit au Christ : « Tu es mon fils, moi je t'ai engendré aujourd'hui. »

« Tu es prêtre éternellement, conformément à l'Ordre de Melchisédech. »

« Après avoir, à maintes reprises et sous maintes formes, parlé jadis aux Pères par les prophètes, Dieu, en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par qui aussi il a fait l'univers.

« Étant le resplendissement de sa gloire et l'image même de sa substance, ce Fils qui soutient toutes choses parla parole de sa puissance, ayant accompli la purification de nos péchés, s'est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs, devenu d'autant supérieur aux Anges qui le nom qu'il a reçu en héritage est incomparablement plus élevé que le leur. En effet, auquel des Anges Dieu a-t-il jamais dit : « Tu es mon Fils, aujourd'hui moi je t'ai engendré ? » Et encore : « Je serai pour lui le Père et lui sera pour moi un fils ? » Et de nouveau, lorsqu'il introduit le Premier-né dans le monde, il dit : « Que tous les Anges de Dieu l'adorent ! »

« Tandis que des Anges il dit : « Il fait de ses Anges des Esprits et des ministres une flamme ardente », il s'adresse ainsi à son Fils : « Ton trône, ô Dieu, subsiste dans les siècles des siècles » ; et encore : « Le sceptre d'équité est le sceptre de ta royauté. Tu as aimé la Justice et tu as haï la méchanceté. C'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a oint d'une huile d'allégresse de préférence à tes compagnons. »

« Et ceci encore : « C'est toi, Seigneur, qui au commencement fondas la terre, et les cieux sont l'oeuvre de tes mains. Eux périront, mais toi tu demeures. Et eux tous vieilliront comme un vêtement. Et comme un vêtement tu les rouleras, et ils seront changés. Mais toi, tu es le même et tes années ne s'achèveront pas. »

« Et auquel des Anges a-t-il jamais dit : « Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je place tes ennemis comme un escabeau sous tes pieds ? »

« Est-ce que tous ne sont pas des Esprits administrateurs, envoyés en service, pour ceux qui devront hériter du salut ? » (Paul, Épître aux Hébreux, chap. I).

Répondre

Retourner vers « Citations inscrites au fil d'or »