Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 24 Mai 2009, 06:50

Répéter intentionnellement le rêve, c'est le premier pas vers l'éveil de la conscience ; se séparer à volonté du rêve en plein milieu de la scène qui se déroule, c'est le deuxième pas. La force manque à certains aspirants pour réaliser le second pas, même s'ils réussissent la première étape ; ces personnes peuvent et doivent s'aider elles-mêmes par la technique de la méditation. Prenant des décisions très sérieuses, ces dévots pratiqueront la méditation avant de s'engager dans le sommeil.

Dans ce cas, leur problème intime sera le thème de concentration et d'autoréflexion dans leur méditation intérieure profonde.

Durant cette pratique, le mystique fervent, rempli d'émotion sincère, invoquera sa Divine Mère Tonantzin (Devi Kundalini). Versant des larmes de douleur, l'ascète gnostique se lamente sur l'état d'inconscience dans lequel il se trouve et implore de l'aide, suppliant sa Mère de lui donner les forces intérieures nécessaires pour se déprendre de n'importe quel rêve à volonté.

L'objectif que poursuit toute cette discipline du sommeil tantrique est de préparer le disciple à reconnaître clairement les Quatre Béatitudes qui se présentent au cours de l'expérience onirique.

Cette discipline ésotérique n'est assurément que pour les personnes très sérieuses, car elle exige une patience infinie et d'énormes surefforts intimes.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... itudes.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 25 Mai 2009, 20:57

Si nous pensons, ne serait-ce qu'un instant, à la Cité des dieux de Teotihuacan, au Mexique, et aux cryptes et passages secrets de cet endroit sacré, inconnus des touristes, nous ne devons jamais oublier non plus les constructions colossales sous le temple d'Hercule. Il est certain que sous la façade postérieure du temple, un portique royal s'ouvrait, avec douze statues des dieux zodiacaux qui symbolisaient clairement les douze facultés de l'homme et les douze sauveurs dont le grand Kabire Jésus parla si sagement.

Les vieilles traditions disent que ce portique était semblable à la Maison du nain du grand Teocalli, aussi appelée Maison du mage, ou à la Maison de Dieu, à Mexico.

Les initiés entraient sous ce portique terrible, remplis de révérence et de frayeur, ils passaient sous les colonnes d'Hercule. Ces colonnes étaient d'or pur, et les mots Adam Kadmon étaient gravés sur elles en caractères sacrés ; les hommes connaissent très bien le J et le B, le nec plus ultra.

L'initié descendait sept marches d'or qui le conduisaient à une grande enceinte rectangulaire. Cet endroit mystérieux se trouvait entièrement revêtu d'or pur et correspondait exactement à la nef supérieure qui était toujours ouverte aux prières du monde profane : c'était la Chambre du soleil.

Il y avait quatre autres chambres, et les mystères resplendissaient dans chacune d'elles.

La deuxième crypte était ineffable ; on y arrivait en descendant cinq paliers d'étain plaqué argent, le métal sacré de Brihaspati, Jupiter ou Io.

Dans la troisième crypte, les planètes Mars et Vénus brillaient. La couleur rouge de l'une et la blancheur d'écume de l'autre donnaient à l'atmosphère une teinte rosacée et splendide.

Des sept palais solaires, le troisième est celui de Vénus-Lucifer, celui-là même que la Kabbale chrétienne et la Kabbale hébraïque ont désigné comme la demeure de Samaël.
Passage du chapitre http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ercule.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 26 Mai 2009, 19:47

TAS04 Le Four et le Récipient

1 Aristote dit, dans « Lumière des Lumières » que le Mercure doit être cuit dans un triple récipient de verre très dur.

2 Le récipient doit être rond, avec un petit col.

3 Le récipient est le membre viril. A l'intérieur de nos organes sexuels se trouve le Semen, qui est la matière première du Grand-OEuvre.

4 Le récipient doit être hermétiquement fermé, avec un bouchon, c'est-à-dire, qu'il faut bien fermer nos organes sexuels pour empêcher que la matière du Grand-OEuvre ne se répande.

5 Notre vase doit être placé dans un autre récipient, fermé aussi hermétiquement que le premier, de telle manière que la chaleur agisse sur la matière du Grand-OEuvre par en haut, par en bas, et par tous les côtés.

6 Ceci est la formule : Introduire le membre viril dans le vagin de la femme, sans éjaculer le Semen.

7 Ainsi donc, le Phallus qui est le récipient contenant la matière première du Grand-OEuvre, reste enveloppé par les parois du vagin et soumis à une chaleur égale de tous côtés.

8 Nos disciples comprendront maintenant pourquoi Aristote dit, dans « Lumière des Lumières » que le Mercure doit être cuit dans un triple récipient de verre très dur.

9 La Nature cuit les métaux dans les mines à l'aide du feu, elle a besoin de récipients adéquats à la cuisson.

10 Dans les mines, on observe une chaleur toujours constante ; les montagnes, pleines de mines, sont totalement fermées afin que la chaleur ne s'échappe pas, car, sans le feu, les métaux de la Terre ne pourraient pas s'élaborer.

11 Nous devons faire de même avec le Phallus et l'Utérus, les deux, homme et femme, doivent se retirer sans même éjaculer une seule goutte de Semen.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ipient.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 27 Mai 2009, 07:14

Je voulais vous dire qu'il n'appartient pas seulement à Elanka ou a moi de citer ici Samael, que si l'envie saine, vous en prend, collez-vous y!

En fin d'après-midi, si je vois qu'aucune citation n'a été donnée, je le ferai moi-même.

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 28 Mai 2009, 18:46

Les quatre règles alchimiques sont les suivantes :

1) « Domine la nature animale ». Rappelle-toi que les bêtes intellectuelles, faibles et lâches, dépourvues de Thelema (de volonté), échouent dans le Grand-OEuvre.

2) « Connais d'abord, agis ensuite ». Rappelle-toi que la connaissance réelle ne s'acquiert que par la méditation profonde.

3) « N'utilise pas de procédés communs ; n'utilise qu'un seul vase, qu'un seul feu, qu'un seul instrument ». Rappelle-toi que cela signifie qu'il n'est permis de pratiquer le Maïthuna, le yoga sexuel, qu'entre époux et épouse, dans des foyers légitimement constitués.

Ceux qui utilisent le Maïthuna pour commettre l'adultère entrent dans l'involution submergée des mondes infernaux.

4) « Garde le feu toujours ardent ». Je veux que tu te rappelles, bon disciple, que celui qui éjacule la liqueur séminale perd le feu sacré.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... du-Feu.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 29 Mai 2009, 20:16

Dans l'Abîme, Oramammé rencontra des horreurs indicibles, des choses impossibles à décrire avec des mots. Dans ces régions infernales, le vieil initié fut attaqué par des bêtes monstrueuses. Là il comprit qu'il aurait à lutter contre le monde, contre le démon et contre la chair, s'il voulait parvenir un jour à l'Initiation Vénuste. En vérité, le Mariage Parfait, le travail avec la croix Tau, est le quatrième chemin, le sentier des Arhats gnostiques.

Là-bas, dans les profondeurs de l'Abîme, le vieux mystique pénétra dans une horrible zone sépulcrale, dans un cimetière épouvantable et fatal. C'était le cimetière de ses souvenirs, le cimetière du passé, rempli de pourriture et de tombes. Les tombes des souvenirs. Réellement, ce qu'on appelle le Moi, le Moi-Même, l'Ego, n'est autre qu'un amas de souvenirs.

Le vieillard erra au milieu des cercueils du passé, et sur chaque dalle sépulcrale, il vit un feu follet, une flamme fiévreuse qui brûlait, la flamme de la pensée. Assurément, la pensée est une fonction de la mémoire. La Vérité ne nous advient que lorsque nous en finissons avec le douloureux processus de la pensée. Le solitaire comprit tout cela, et lorsqu'il voulut sortir de cet affreux cimetière, il aperçut, à la porte grillagée de ce lieu funeste, un groupe de gigantesques spectres qui lui barraient le passage. Il vit aussi une pauvre âme qui souffrait l'indicible et ne pouvait sortir du cimetière, à cause des spectres du passé qui lui barraient le chemin. Cette âme souffrait atrocement.

Quelques Chelas qui marchaient près du mystique s'approchèrent de la pauvre victime et la bénirent. S'approchant à son tour, le mystique comprit que c'était sa pauvre âme esclave du passé, captive de la Némésis, du Karma, prisonnière de l'horrible roue du Samsara.

Le vieil homme se déplaçait à l'intérieur de son propre Etre interne, à l'intérieur de son Intime. Rempli d'extase, il se rapprocha encore de sa pauvre âme et, plein d'amour, il la bénit. Et alors, cette âme s'écria : « Comment se fait-il que je vois sur ta tête une lumière bleue si divine, si différente de celle de tes compagnons ? ».

« Ah !, s'exclama le vieux mystique, c'est la lumière de mon amour, mon âme !, viens, suis-moi ! ». Et affrontant les gigantesques spectres funéraires qui barraient le chemin, il fit sortir sa pauvre âme qui souffrait tellement.

Oramammé éleva son âme aux mondes de la Lumière, puis, empruntant un étroit et tortueux sentier, il parvint avec elle à la porte resserrée du Sanctum de la Grande Lumière.

Là, à la porte du Sanctum ineffable de la Grande Lumière, son saint Gourou l'attendait. Le mystique aimait son Gourou. Tout ce que le vieil homme avait appris, il le devait à son Gourou.

Le Gourou d'Oramammé était un Lémurien, un habitant de Mu. Ce Lémurien détenait l'Elixir de Longue Vie. Il était né en Lémurie et il conservait son corps lémurien grâce au merveilleux Elixir de Longue Vie.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -Monde.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 31 Mai 2009, 17:14

Lorsque nous fûmes à une profondeur de quelque huit ou neuf cents mètres, le Maître dit : « Nous arrivons à l'endroit où il y a un grand Temple en état de Jinas, voyons si notre frère Efraïn Villegas Quintero le découvrira ».

Tout en continuant à marcher, je scrutais, en vain, les belles formations rocheuses, et après un moment le Maître, voyant bien que je n'avais aucune capacité pour reconnaître ce Temple en quatrième dimension, finit par me dire :

« Voilà, ici nous sommes en face du Temple, là nous voyons le Gardien debout devant la porte, avec une épée flammigère dans sa main ; à l'intérieur il y a beaucoup de bancs, de chaque côté, avec un passage au centre et, tout au fond, nous pouvons voir l'Autel, le voyez-vous ? ».

Je secouais négativement la tête, avec un air désolé, jamais je ne m'étais senti aussi bouché. Le Maître déplora que nous fussions si endormis et si aveugles à toutes les merveilles qu'il pouvait contempler, lui, avec son œil de diamant ; en effet, le Grand Avatar pouvait voir les gnomes, les Deva, les Temples en état de Jinas, entendre ce que les Deva disaient, etc., car il est clairvoyant, clairaudient, polyvoyant. Mais nous qui sommes seulement une légion de Moi, que pouvons-nous voir ?. Des roches, rien que des roches !.

Nous ne cessions de nous enfoncer dans les profondeurs de la Terre. Une question me traversa l'esprit : Maître, quand on va dans les mondes infernaux, est-ce que c'est pareil qu'ici, dans ces profondeurs obscures ?. Le Maître Samaël répondit :

« Il faudrait aller plus loin, plus profondément, le spectacle y serait plus effrayant. Ici nous n'avons qu'une pâle idée de ce que sont en réalité les mondes infernaux. La lumière, dans ces régions infernales, est infrarouge, elle appartient à la gamme de l'infrarouge.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... amilpa.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 1 Juin 2009, 09:59

La causa causorum du cas de Marna Coleta fut une épidémie psychique. Les prisons sont remplies de délinquants mentalement malades. Les microbes ultrasensibles rendent le mental malade et conduisent l'homme au délit.

Des millions de délinquants se sentent innocents et il n'existe pas encore de prophylaxie mentale, ni de cliniques de santé mentale. On parle beaucoup de culture physique, mais il manque d'instituts de culture psychique. On admet que les courants d'air puissent être porteurs de bacilles infectieux, mais on ignore que les courants mentaux sont également transmetteurs de microbes ultrasensibles capables de faire du mal, de rendre malade et de tuer.

Le cas de Marna Coleta est celui d'une infection mentale transmise par les courants mentaux d'un sorcier. Les victimes ont fini en prison ou sont mortes lors de l'éclatement du drame, mais l'assassin secret est demeuré impuni, il n'a pas été touché, il s'en est sauvé en se dissimulant derrière le scepticisme des juges.

Les cas d'obsession psychique doivent être étudiés par la psychiatrie judiciaire. Les prisons sont pleines de malades mentaux. Le médecin a le devoir de se pencher sérieusement sur le cas de ces malheureux. Des milliers de délinquants sont innocents. La psychiatrie judiciaire doit s'ouvrir davantage.

Pour toute maladie il y a un antidote spécifique. Les sorciers ne peuvent être réformés par une culture extérieure. Aucun malade ne peut être guéri avec un remède incompatible, inadéquat. Nous ne pourrions pas soigner le typhus avec des remèdes pour la rougeole. Chaque maladie nécessite son antidote particulier. L'antidote, dans le cas présent, c'est la Sagesse occulte, la Gnose, le Yoga, la Théosophie, le Rosicrucisme, etc.

Il va de soi que lorsque l'on veut condamner un délinquant, on doit présenter le corps du délit. Il faut aussi justifier le corps du délit conformément à toutes les formes légales établies par les codes de procédure pénale. On ne peut condamner un homme pour le délit de magie noire si l'on ne connaît pas le corps du délit. On ne pourra pas non plus le condamner si le corps du délit (dans l'éventualité où il est connu) n'a pas été dûment justifié conformément aux formes établies par les codes de procédure pénale.

Lorsqu'on accuse un citoyen du délit de magie noire, lorsqu'on signale un citoyen comme magicien noir, on doit présenter le corps du délit, lequel doit avoir été dûment justifié, conformément aux procédures pénales.

Lorsqu'on accuse un citoyen, lorsqu'on le signale comme magicien noir sans le corps du délit, sans antécédent criminel, ni plus ni moins sans preuve judiciaire, l'accusateur commet alors le délit de calomnie et de diffamation de l'honneur.

Les gens qui se consacrent à ces études d'Occultisme - théosophes, rosicruciens, gnostiques et yogis - tombent fréquemment dans les délits de calomnie, d'injure publique, de diffamation de l'honneur, etc. Ces frères doivent surveiller davantage leur langue parce qu'ils tombent souvent dans ce genre de délit. Dire que tel frère ou telle soeur est un magicien noir est un délit de calomnie et d'injure, ainsi qu'une diffamation de l'honneur. Les frères spirituels doivent apprendre à réfréner leur langue.

"Vous les reconnaîtrez à leurs fruits". On connaît chaque personne à ses oeuvres. Un citoyen sans antécédent criminel ne peut être un magicien noir, pas plus qu'un homme ou une femme qui accomplit son devoir de père ou de mère, qui paie ses dettes et qui n'a tué, volé ou injurié personne...
Je prends les derniers mots dans les dents !

Passage extrait de http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/NFEC24.html

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 2 Juin 2009, 20:00

Extraordinaire et légitime concordance linguistique, explicable seulement grâce au tronc atlante commun aux peuples américains et méditerranéo-sémitiques. Ceux-ci et ceux-là ont incontestablement leur racine dans la terre enchantée d'Olisis, l'Atlantide, submergée à présent dans la mer des ténèbres, dans l'obscur brouillard des légendes d'horreur, de naufrages effrayants et de voyages sans retour.

Mer immense, tu étends au-delà des Colonnes d'Hercule, de Gibraltar, le ventre orageux de ton onde infinie, aux mystères indéchiffrables pour les navigateurs.

La légende tragique remplit ton étendue avec le pouvoir collectif des générations qui t'ont ainsi contemplée, et le poète écoute dans la voix de tes vagues immenses la rumeur de tes tragédies et la clameur de tes mondes ensevelis !.

L'Atlantide, ce vaste continent disparu qu'on a considéré comme une rêverie de poète, comme une création du mental divin de Platon, l'Initié, et rien de plus, a existé réellement.

L'intuition du poète est la vision du génie ; celui qui le nie, c'est parce qu'en fait, il ne peut voir avec le pouvoir immense du poète. Les sages ne sont grands que lorsqu'ils parviennent à être poètes, lorsque, se mettant au-dessus des menus détails de la vie, ils sentent les harmonies qui gisent latentes au fond de tout ce qui existe, et qu'ils nous emportent à des sphères supérieures.

C'est ainsi que l'auteur des Métamorphoses des Plantes a pu écrire son Faust, et celui de la Philogénie donner son Credo ; ainsi encore que Humboldt a pu réaliser son Cosmos, et le divin Platon son Timée et son Critias, et Poe son Eurêka, tous poètes de la Vie Universelle qui n'est autre que le Souffle de ce qui est caché.
Passage extrait du chapitre http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... antide.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 3 Juin 2009, 21:26

Il est incontestable que Mammon et Dionysos, par leur incompatibilité, aussi bien de contenant que de contenu, ne pourront jamais se concilier.

De façon axiomatique, irréfutable, nous pouvons et même devons définir Mammon par deux mots :

a) L'intellectualisme ;

b) L'argent (l'or, les richesses).

Il est urgent de définir Dionysos correctement, de manière frappante et définitive de la façon suivante :

a) Transmutation volontaire de la libido sexuelle ;

b) Extase mystique transcendantale.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... siaque.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 4 Juin 2009, 20:35

Sachez, mon cher ami, que le feu est peuplé de créatures élémentales ; comprenez que l'air est aussi densément peuplé de ce genre de créatures, et qu'elles peuplent aussi l'eau et la terre.

Depuis les temps les plus reculés, on connaît les créatures du feu sous le nom de salamandres ; on désigne les élémentaux de l'air du nom de sylphes ; on nomme les êtres de l'eau ondines, néréides, sirènes, etc. ; les créatures qui vivent entre les roches de la terre sont connues sous le nom de pygmées, gnomes... Bien sûr, la forme de ces créatures varie beaucoup.

Les créatures du feu sont maigres et sèches, très semblables à la sauterelle ou au grillon, mais beaucoup plus grosses. Les créatures de l'air ressemblent à de petits enfants très beaux, au visage rose comme l'aurore. Les élémentaux de l'eau prennent plusieurs formes : certains ressemblent à des femmes heureuses, ineffables, entre les vagues de la mer immense ; d'autres ont des formes de sirènes, ces poissons à tête de femme ; finalement, il y a les ondines, qui jouent avec les nuages, qui habitent les lacs et les rivières et se précipitent sur leurs lits de roches. Les gnomes de la terre, les pygmées, ressemblent à des vieillards avec leur longue barbe blanche et leur attitude noble. Ils vivent habituellement dans des mines sous la terre, ou bien ils gardent les trésors qui y sont enfouis.

Tous ces élémentaux de la nature ont un rôle dans la grande Création : ceux-ci animent le feu, ceux-là poussent l'air pour former les vents, d'autres animent les eaux, d'autres encore travaillent dans l'alchimie des métaux, dans les entrailles de la terre.

Il existe beaucoup d'autres créatures qui peuplent les bois, les déserts, les montagnes. Vous venez de nous parler de la "Patasola", un élémental bien particulier de cette région enneigée de votre pays. Il s'agit de toute évidence d'une sorte de créature élémentale très forte et très puissante ; l'événement que vous nous avez conté nous indique clairement qu'elle a un pouvoir suffisant pour se manifester dans le monde des trois dimensions, dans le monde physique. Ce récit nous prouve qu'il y a bel et bien eu lutte entre les chiens et l'être inconnu ; je peux vous affirmer sans erreur que sans les chiens, les deux hommes en question seraient morts.
Passage extrait de http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/ERM02.html

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 5 Juin 2009, 20:27

Il est difficile de fixer le temps précis qui est nécessaire pour la seconde naissance, tout dépend de la qualité du travail. Certains peuvent atteindre la seconde naissance en quinze ou vingt ans de travail intense dans la neuvième sphère ; d'autres peuvent y mettre beaucoup plus longtemps.

Rappelez-vous, frères gnostiques, que notre grande devise est Thelema (la volonté). L'autoréalisation intime est uniquement réservée aux hommes et aux femmes qui ont Thelema.

Deux chemins s'ouvrent devant le deux fois né : celui de droite et celui de gauche.

Le chemin de droite est pour ceux qui travaillent dans la dissolution du moi ; le sentier de gauche est pour ceux qui commettent l'erreur de ne pas travailler dans la dissolution du moi.

Le deux fois né qui ne réduit pas son ego lunaire en poussière cosmique se transforme en un avorton de la Mère cosmique, en un Marut : il y a des milliers de sortes de ceux-ci. Certaines sectes orientales et quelques tribus musulmanes commettent l'erreur regrettable de rendre un culte à toutes ces familles de Maruts.

Tout Marut, tout Hanasmussen (prononcez le h aspiré), a de fait deux personnalités, la blanche et la noire, la solaire et la lunaire. L'Intime, l'Etre, habillé des corps électroniques solaires, est la personnalité blanche du Hanasmussen ; le moi pluralisé, habillé des corps protoplasmiques lunaires, est la personnalité noire du Hanasmussen. Ces Maruts ont donc un double centre de gravité.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ssance.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 6 Juin 2009, 22:15

Le Cancer produit la maladie qui porte son nom : le cancer est le karma des fornicateurs.

La Lune est le symbole d'une planète secrète qui se trouve derrière elle.

Les hiérarchies violettes du Temple-Coeur de la Lune ont donné à l'homme le corps vital.

La Lune est habitée, dans la partie qu'on ne voit pas, dans sa partie cachée. Les Sélénites sont les êtres les plus vulgaires et les plus retardés de notre planète Terre : il a fallu les enfermer là-bas, sur la Lune. Ces êtres ne sont ni bons ni mauvais, mais seulement retardés. Au fur et à mesure qu'ils évoluent, on leur redonne un corps, ici, sur notre Terre, et tous finiront par ravoir un corps.

Il existe aussi une autre Lune, toute petite, que les astronomes appellent Lilith. Lilith, c'est la Lune noire. C'est là que vont les Ames qui se sont totalement séparées de leur réalité supérieure formée d'Atman-Bouddhi-Manas. Ces Ames sont d'une perversité indescriptible et elles doivent passer par la Deuxième Mort dont parle l'Apocalypse.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... Cancer.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 7 Juin 2009, 22:22

Question : Maître, vous nous avez enseigné que nous devons avoir de l'ordre et de la précision dans l'élimination des défauts, mais il y a quelque chose que je n'arrive pas à saisir, lorsque vous dites qu'un défaut découvert doit être un défaut compris et éliminé. Mais j'ai cru comprendre qu'il doit y avoir une succession dans le travail. Je vous pose cette question parce que, comme on sait, beaucoup de défauts se manifestent durant une journée : le matin, par exemple, pourrait se manifester la luxure, ensuite quelque chose nous met en évidence et alors surgit l'orgueil, puis quelqu'un nous engueule ou on passe proche de se faire renverser par une auto, et la colère s'empare de nous, etc. Nous voyons alors une succession de faits et de manifestations des défauts, c'est pour cela peut-être que je comprends mal cette question de la recherche d'un trait psychologique. Comment pourrions-nous comprendre cela et sur quoi exactement devrions-nous travailler ?.

Réponse : Il faut avoir de l'ordre dans le travail, c'est certain, mais en tout cas, lorsque, le soir venu, tu relaxes ton corps, tu dois pratiquer l'exercice de rétrospection qui doit s'étendre non seulement sur ta journée mais aussi sur toute ton existence et même tes existences antérieures, à partir des événements qui se sont déroulés durant le jour. Tu devras alors passer en revue, visualiser, reconstruire les événements de la journée, et une fois qu'ils ont été recensés et reconstruits, tu procéderas au travail, d'abord sur un événement auquel tu pourras consacrer peut-être quinze minutes, puis sur un autre événement auquel tu pourras consacrer une demi-heure, puis sur un autre encore auquel tu pourras consacrer dix minutes, tout dépend, en fait, de la gravité des événements ; ainsi donc, en suivant l'ordre dans lequel ils se sont présentés, tu pourras travailler sur eux tranquillement et dans l'ordre.

Question : et les éliminer un après l'autre, ou éliminer toute cette succession ?.

Réponse : on doit aussi procéder par ordre. Dans tout travail sur n'importe quel élément psychologique entrent en jeu divers facteurs : 1) la découverte, 2) le jugement, 3) l'exécution. On applique les trois moments à chaque élément étudié, c'est-à-dire : découverte, ceci concerne les circonstances dans lesquelles tu as découvert un défaut ; jugement ou compréhension profonde du défaut ; exécution, avec l'aide de la Divine Mère Kundalini. C'est ainsi que l'on doit travailler, parce que si tu travailles sur tes défauts en les prenant un par un, pense un peu comment la chose va se présenter. Ce sera très difficile, tu n'en finiras jamais.

Je vais vous donner un exemple pour que vous compreniez tous très bien de quoi je veux parler : supposons qu'un homme quelconque surprend sa femme, son épouse, ou son amie, avec un autre homme ; sans doute ne le supporterait-il pas et il ne pourrait rester calme, et alors surgirait en lui, comme résultat, le Moi de la Jalousie, ensuite, il pourrait se sentir blessé dans son amour-propre, puis viendrait la colère bientôt suivie d'une foule d'insultes et d'injures, résultat de cette très mauvaise transformation.
Passage extrait de la conférence http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... cience.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6131
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Samael Aun Weor : La pensée du Jour

Message le 8 Juin 2009, 20:41

Didactique de la dissolution du Moi

Nous donnerons à présent la didactique précise en ce qui concerne la Méditation de la Mort du Moi. Il ne faut pas confondre la divagation avec la Méditation. Au sujet de la Méditation de la Mort du Moi, il est indispensable de travailler avec l'imagination positive, la volonté créatrice et la concentration pour obtenir graduellement l'état de la véritable méditation. Cette pratique comporte diverses étapes, qui peuvent être réduites aux trois mentionnées précédemment : découverte du défaut, revoir les circonstances de sa manifestation ; jugement, ce qui englobe tout le travail de compréhension du défaut ; et enfin, élimination. Assis confortablement par terre ou sur une chaise, nous commençons par relaxer notre corps, pour mieux réaliser la pratique. Deuxièmement, il est nécessaire d'effectuer un exercice de rétrospection, afin de revivre et de reconstituer les différents événements et scènes de la journée, en revivant ces événements dans l'ordre même où ils se sont produits, et en les agençant successivement selon la façon dont nous allons travailler sur eux conformément à la gravité de la faute.

En troisième lieu vient l'observation sereine dans laquelle entre l'analyse réflexive sans identification d'aucune espèce, afin de comprendre la manière d'agir du défaut en question.

La quatrième étape c'est « l'analyse superlative unitotale » qui est en relation avec le bistouri de l'autocritique : on effectue l'incision du défaut, afin d'obtenir l'annihilation complète.

Vient ensuite, en cinquième lieu, le jugement, lors duquel nous devons invoquer le Kaom intérieur, c'est-à-dire, ce que nous avons appelé la « Réflexion superlative de notre Etre ». Cette phase peut aussi être appelée la « Mise en accusation de soi-même », c'est une véritable instruction judiciaire où nous faisons le sommaire de toutes les charges que nous avons contre le défaut, les amertumes, les peines, les malheurs et tout ce qu'il nous a causé, sans rien omettre, nous devons énumérer tout ce que ce défaut nous a fait souffrir, afin qu'au terme de cette instruction il soit bel et bien exécuté.

La sixième étape, enfin, est appelée l'élimination. Nous devons alors invoquer à l'intérieur de chacun de nous la Shakti Kundalini afin de lui demander l'élimination ou l'annihilation totale du coupable, du condamné à mort, de l'Ego incriminé. Nous devons la prier avec notre cœur, et voir à l'aide de notre imagination et sentir au moyen de notre émotion comment elle l'exécute et annihile complètement, sans aucune pitié, car il doit en être ainsi. Nous la voyons clouer sa lance dans le cœur même du monstre, nous voyons ensuite comment, avec son épée flammigère, représentant le sperme sacré, elle décapite et incinère entièrement cet Ego, et nous voyons aussi celui-ci s'amenuiser jusqu'à devenir un petit enfant, pur et innocent, lequel représente la vertu accaparée par le Moi ; de ce petit enfant se libère une flamme de couleur bleue qui se fond dans notre cœur en suscitant à l'intérieur de chacun de nous la vertu même et en rendant une action de grâces. De cette façon, nous verrons, à travers le sens de l'autoobservation, qu'au fur et à mesure que le défaut mourra jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien, notre conscience s'éveillera et se développera.
Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... cience.php

Répondre

Retourner vers « Citations inscrites au fil d'or »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité