Gurdjieff et la 4ème Voie

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 8 juin 2009, 15:01

Démarches pratiques vers l'état de Conscience Supérieure en 4 parties

[commentaire de JF : les liens ne fonctionnent que si vous êtes inscrit chez gnosis_fr et que vous avez ouvert votre session.
Les non-inscrits n'ont plus accés aux messages de gnosis_fr. Pour vous permettre de lire le contenu de ces messages :
descendez dans la page et lisez leur contenu... il s'agit des messages commençant par le titre ci-dessus.]

1/4
http://fr.groups.yahoo.com/group/gnosis_fr/message/7122

2/4
http://fr.groups.yahoo.com/group/gnosis_fr/message/7123

3/4
http://fr.groups.yahoo.com/group/gnosis_fr/message/7124

4/4
http://fr.groups.yahoo.com/group/gnosis_fr/message/7128
Fichiers joints
Gurdjieff et la 4ème Voie.jpg
Gurdjieff et la 4ème Voie.jpg (43.47 Kio) Vu 4502 fois

Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 19 juin 2009, 17:54

Je complèterai par l'avis de Samael sur Gurdjieff, gros travail de collecte de Pascal, dont je reprends le travail pour le conserver :
Pascal a écrit :Merci Clovis.

Il me semble que tous devraient lire à tête reposée ce que dit exactement le Maître Samaël sur Gurdjieff afin de se faire une opinion impartiale.

Voici la récolte dans les écrits actuellement en ma possession, vous pouvez ensuite aller vérifier vous-mêmes :


Si nous analysons à fond ces calculs mathématiques du Maître G., nous devons comprendre que le monde de 96 lois est le 1er plan submergé de l'Abîme et que le monde de 192 lois correspond au 2ème plan submergé de l'Abîme. ( 1965MNSM / SM03 La Loi du 3. ) 21



Nous regrettons de devoir être en désaccord avec le Maître G. sur la fameuse question de la Lune. Le Maître G. croit que le Rayon de la Création commence dans l'Absolu et se termine dans la Lune. ( 1965MNSM / SM03 La Loi du 3. ) 31



Le Maître G. suppose que la Lune est un fragment qui s'est détaché de la Terre dans un passé très lointain. ( 1965MNSM / SM03 La Loi du 3. ) 32


Le Maître G. croit que la Lune est un monde qui est en train de naître et qui se nourrit de la vitalité terrestre. ( 1965MNSM / SM03 La Loi du 3. ) 33


Le Maître G. disait : "Vous devez comprendre que le "Corps Astral" naît du même matériel, de la même substance, de la même matière que le corps physique. La seule chose qui diffère est le procédé. Tout le corps physique, toutes ses cellules restent, pour ainsi dire, imprégnées par les émanations de la matière qui est SI-12. Et, quand ces cellules sont assez saturées, la matière SI-12 commence à se cristalliser". Ledit maître ajoute : "La cristallisation de cette matière constitue la formation du "Corps Astral". La transition de la matière SI-12 à la condition d'émanations est ce que l'alchimie appelle la "Transmutation", ou la transformation. ( 1969MNRT / RT32 Les Mutants ) 11



Et le Maître G. continue en disant : "Précisément, cette transformation du corps physique en astral est ce que l'alchimie appelait la transformation des métaux grossiers en métaux fins, c'est-à-dire l'obtention d'or à partir des métaux ordinaires" (La clé scientifique de la transmutation sexuelle est le Sahaja Maïthuna enseigné dans le chapitre 26 de ce livre). ( 1969MNRT / RT32 Les Mutants ) 12



Le Maître G., cependant, oublia quelque chose : je veux m'en référer instamment au démon Apopi des Mystères égyptiens ; c'est en soi le corps de désirs. Il est évident que les pseudo-ésotéristes et pseudo-occultistes confondent ce démon avec le précieux corps astral. Il se révèle indiscutable que l'horrible démon Apopi, siège de toute bestialité passionnelle, se trouve en intime relation avec le système nerveux grand sympathique. Approfondissons un peu plus ce thème tellement important ; allons au fond, au mental. ( 1969MNRT / RT32 Les Mutants ) 15



Le Maître G. commit l'erreur profonde de confondre la Kundalini avec le feu luciférien de l'abominable organe Kundartigateur, et attribue même au 1er tous les aspects sinistres du 2ème. Il est évident que nous avons besoin de comprendre et d'éliminer, cela a déjà été dit dans de précédents chapitres. Il est ostensible que la Kundalini, le serpent igné de nos pouvoirs magiques, est une vérité védantine et jéhovistique terriblement divine. Le feu ascendant de la Kundalini ouvre, victorieux, les 7 sceaux de l'Apocalypse de Saint-Jean dans l'épine dorsale de l'homme. Devi-Kundalini, notre Mère Divine Adorable, est le Serpent ascendant du canal médullaire spinal. Elle, la Divine Couleuvre, a le pouvoir d'éliminer les démons rouges de Seth. ( 1969MNRT / RT42 Lucifer ) 47


Le Maître G., parlant des substances et des forces, dit ceci : "Nous devons revenir à la loi du 3 afin d'apprendre à trouver les manifestations de cette loi dans tout ce que nous faisons et dans tout ce que nous étudions. Si nous appliquions cette loi dans n'importe quel milieu, à n'importe quel fait, nous verrions qu'elle nous révèle beaucoup de choses nouvelles que nous ne voyions pas auparavant". ( 1969MNRT / RT44 Substances, Atomes, Forces ) 2



Bon, voilà ce que disait le Maître G., allons maintenant au fond de cet ensemble de formules alchimiques. ( 1969MNRT / RT44 Substances, Atomes, Forces ) 10



Vénérable Maître, selon ce dont j'ai pu me rendre compte, le Maître G. place le monde à 96 lois dans la Lune ; par contre, vous affirmez que cette région se trouve sous l'épiderme de l'organisme planétaire où nous vivons. Pourriez-vous m'expliquer la raison de cette divergence de concept ? ( 1973MNEDK / EDK03 Les 7 Cosmos. ) 91



Je m'empresse, monsieur, de répondre à votre question. Le Maître G. pense certainement que le rayon se termine dans la Lune, et moi, j'affirme avec insistance que celui-ci se termine dans les mondes submergés, dans l'Enfer. ( 1973MNEDK / EDK03 Les 7 Cosmos. ) 92



Les voyages des astronautes vers notre satellite sont venus démontrer de manière irréfutable et définitive le fait, irréfutable lui aussi, que la Lune est un monde mort. Je ne sais pas comment le Maître G. se trompa dans ses calculs. N'importe quelle lune de l'espace infini est toujours un cadavre. Malheureusement, le Maître G. crut fermement que, dans notre système, la Lune était un monde nouveau qui surgissait du chaos, qui naissait. ( 1973MNEDK / EDK03 Les 7 Cosmos. ) 94



Cher Maître, selon le Maître G. notre satellite, la Lune, fut engendré par une séparation de matière terrestre due à des forces magnétiques d'attraction terribles, à l'intérieur des lois de gravité, en formant un monde nouveau où entrent sûrement les âmes perdues pour souffrir dans ces régions infradimensionnelles de l'Averne. Ceci veut-il dire, Maître Samaël, que le Maître G. parvint à cette conclusion par pauvreté de ses facultés cognitives ? ( 1973MNEDK / EDK03 Les 7 Cosmos. ) 96



J'ai écouté la question de monsieur et j'aurai bien sûr plaisir à lui répondre. Je ne veux en aucune manière sous-estimer les facultés psychiques du Maître G. qui accomplit une mission merveilleuse, et son oeuvre est splendide ; pourtant, l'homme a le droit de se tromper ; il est possible qu'il ait trouvé cette information liée à Séléné dans quelque légende, quelque source, quelque allégorie, etc., etc. Nous affirmons, en tout cas, de manière insistante, ce qui nous touche, ce que nous avons pu vérifier par nous-mêmes directement, sans mépriser le travail d'aucun autre Maître. ( 1973MNEDK / EDK03 Les 7 Cosmos. ) 97



Que nous dit le Maître G. à ce sujet ? ( 1973MNEDK / EDK13 9ème cercle dantesque ou cercle de Neptune. ) 32



Le Maître G. dit qu'il y a beaucoup de gens dans les rues, avec une personnalité seulement, sans Essence, c'est-à-dire qui marchent vivants mais sont pourtant morts. ( 1973MNEDK / EDK13 9ème cercle dantesque ou cercle de Neptune. ) 33



Indubitablement, le docteur Maurice Nicoll et Ouspensky, le grand Initié, ont accepté cette erreur du Maître G. Ce Maître considérait que sa Mère Cosmique était le Prana sacré. ( 1974MNDSA / DSA14 Le Binaire Serpentin. ) 13



Maître, que pensez-vous de Gurdjieff ? L'enseignement de Gurdjieff est magnifique, mais il comporte, malheureusement, de très graves erreurs. Gurdjieff rejette, par exemple, tout ce qui se rapporte à la Divine Mère Kundalini Shakti, il se prononce même contre elle, laissant ses disciples dans l'impossibilité de travailler sur eux-mêmes. En effet, si l'on enlève ses armes à un soldat, que pourra-t-il faire sur le champ de bataille ? De la même façon, si l'on enlève à l'étudiant la Divine Mère, comment va-t-il se défendre ? Et comment va-t-il désintégrer les agrégats psychiques ? Comprendre les défauts n'est pas tout, encore faut-il les désintégrer. Or, seul le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques a plein pouvoir pour désintégrer les agrégats psychiques inhumains que nous charrions à l'intérieur de nous ! Gurdjieff a confondu la Kundalini avec l'abominable organe Kundartigateur. Il y a 2 serpents celui qui monte et celui qui descend. Celui qui monte est celui qui s'enroule autour du bâton d'Esculape, le Dieu de la Médecine ; qui s'enroulait aussi sur le Tau générateur à l'aide duquel Moïse guérissait les Israélites dans le désert (Le Christ Jésus s'est lui-même comparé au serpent d'airain de Moïse lorsqu'il a dit : De même que Moïse a élevé le serpent dans le désert, ainsi le Fils de l'homme doit-il être élevé, Jean,3,14). Celui descend, c'est l'horrible serpent Python, aux 7 têtes, qui rampait dans le limon de la terre et qu'Apollon, furieux, transperça de ses traits ; c'est aussi le serpent tentateur de l'Eden. Ce dernier se projette depuis le coccyx vers les enfers atomiques de l'homme. Gurdjieff a commis l'erreur d'attribuer au serpent d'airain, les pouvoirs sinistres, hypnotiques et ténébreux du serpent qui descend, du serpent tentateur... Ainsi donc, en réalité et en vérité, l'erreur de Gurdjieff est impardonnable, et cela explique l'échec de son école. ( 1977RL / RL Questions Réponses ) 51



Maître, vous avez parlé tout à l'heure de la personnalité et vous avez dit qu'elle doit être dissoute. Mais, dans quelques-unes de vos oeuvres, vous dites que la personnalité doit être mise au service de l'Etre. Considérez-vous qu'il soit nécessaire d'éliminer la personnalité ? Il y a peu de temps encore, je défendais la personnalité, mais maintenant que j'ai dissous l'Ego, que je l'ai réduit en cendres, je me rends compte que la personnalité constitue un élément gênant, un écran, un obstacle, entre l'Etre et nous. Actuellement, donc, je suis à mettre en pièces la personnalité elle-même, parce que je sais que la présence de l'Etre peut parfaitement suppléer à cet instrument. La présence de l'Etre est une chose suffisamment puissante pour que la personnalité soit tout à fait superflue. La personnalité est le véhicule du Karma et il y a en elle beaucoup de choses qui nous lient au Karma. Il est bon de savoir que la personnalité est multiple et pernicieuse, qu'elle n'est pas individuelle. Gurdjieff et d'autres savants ésotéristes rendent un culte à la personnalité, parce qu'ils la considèrent nécessaire, mais j'affirme catégoriquement qu'elle ne l'est pas et qu'il faut donc la dissoudre. ( 1977RL / RL Questions Réponses ) 57



Pour ce qui est de l'Ecole de la 4ème voie, nous constatons que Gurdjieff, Ouspensky et Nicoll ont révélé ce qu'ils savaient, mais cette révélation souffre de nombreux défauts. Par exemple, Gurdjieff commet l'erreur de confondre la Kundalini avec l'abominable organe Kundartigateur, et Ouspensky commet la même erreur. Nous ne pouvons pas nier que cette force fohatique aveugle existe et qu'elle maintient les gens hypnotisés, mais elle n'a rien à voir avec la Kundalini ; le Kundartigateur est le feu lunaire. La Bible parle des 44 feux, mais on ne peut parler que de 2 grands feux : Kundalini et Kundartigateur. Le 1er est le feu de la Pentecôte, la foudre de Vulcain qui s'élève par l'épine dorsale, le feu positif qui se cristallise en ondes et en soleils. Son antithèse est le Kundartigateur, le feu négatif qui se cristallise en agrégats psychologiques, ces Moi criards et querelleurs que nous portons à l'intérieur ; ce sont des cristallisations négatives qui maintiennent les gens enfoncés dans l'inconscience. ( 1978TK / TK26 L'Arcane 4. ) 3



Gurdjieff commet aussi l'erreur de ne rien dire sur les corps lunaires que tous possèdent, il dit seulement qu'il faut transformer l'Etre et fabriquer les corps solaires. Ouspensky parle de la 2ème naissance, mais ses enseignements sont incomplets. Il faut d'abord fabriquer les corps solaires dans la 9ème Sphère pour parvenir à la 2ème naissance ; mais ni Gurdjieff, ni Ouspensky n'en donnent la clé. ( 1978TK / TK26 L'Arcane 4. ) 4



Les connaissances de Gurdjieff sont naissantes. ( 1980PPN / PPN01 Pour le Petit Nombre. ) 50



La personnalité est énergétique, elle naît avec les habitudes, les coutumes, les idées, etc., pendant l'enfance, et se fortifie avec les expériences de la vie. La personnalité, comme le Moi, doit être désintégrée. Nous sommes plus révolutionnaires dans les enseignements psychologiques que Gurdjieff et Ouspensky. ( 1985RD / RD0118 Ahimsa, la Non-Violence. ) 8



Gurdjieff a une connaissance naissante. Krishnamurti a ses autoconcepts parce qu'il n'a jamais lu personne. ( 1985RD / RD0141 Les Cadavres de l'Ego. ) 8



La 2ème Guerre Mondiale fut un duel entre les enseignements de Gurdjieff et ceux des Gelugpas. Ce duel fut importé du Tibet et fut une vraie lutte entre les mages blancs et les mages noirs du Tibet. ( 1985RD / RD0601 Un Pari avec le Diable. ) 12



Nous voici arrivés à un point critique, épineux de cette causerie : en effet, Gurdjieff, Ouspensky, Nicoll, et plusieurs autres auteurs de la " 4ème Voie ", des gnostiques tout comme nous - car, entre parenthèses, nous sommes de la " 4ème Voie " ou du " 4ème Chemin " - ont cru sincèrement que l'on pouvait désintégrer n'importe quel agrégat psychique inhumain, c'est-à-dire n'importe quel défaut, n'importe quel Moi, à travers la simple compréhension créatrice, sans plus. Gurdjieff a commis en outre une erreur impardonnable pour laquelle, cela va sans dire, il a contracté un grave karma, et cette erreur fut de s'être prononcé contre la Divine Mère Kundalini. L'a-t-il fait par ignorance ? Sans doute. Mais l'ignorance de la Loi n'empêche pas son application. Gurdjieff, donc, a confondu le Serpent sacré Kundalini avec l'abominable organe Kundartigateur ; il a attribué à Devi Kundalini les défauts sinistres et ténébreux de l'abominable organe Kundartigateur. ( CONF014TFRC / CONFÉRENCE Les 3 Facteurs de la Révolution de la Conscience ) 44



Ainsi donc, le Serpent qui monte est sacré : c'est la Kundalini. Celui qui descend, c'est le Kundartigateur. L'erreur de Gurdjieff a été, donc, d'attribuer au Serpent ascendant les effets hypnotiques, ténébreux et abominables du Serpent descendant. C'est là que Gurdjieff s'est trompé. ( CONF014TFRC / CONFÉRENCE Les 3 Facteurs de la Révolution de la Conscience ) 46



Il existe ici, au Mexique, un " Institut pour le développement harmonieux de l'Homme " : c'est l'école de Gurdjieff. Mais je me demande quel étudiant de cette école a réussi à éliminer ses Moi. Lequel est parvenu à libérer radicalement sa conscience ? Lequel des membres de cette école a atteint l'illumination objective ? Aucun ! Pourquoi ? Parce que le mental, par lui-même, ne peut altérer fondamentalement aucun défaut. Il peut, certes, l'étiqueter de différents noms, le justifier, le condamner, lui chercher des justifications ou des échappatoires, afin de l'éluder ; il peut le cacher à lui-même et aux autres, mais jamais le désintégrer. Nous avons besoin d'un pouvoir supérieur au mental, et Gurdjieff n'a pas appliqué ce principe sur lui-même. Je déplore que Gurdjieff ait dévié le sens de l'enseignement que je lui avais moi-même transmis, car Gurdjieff a été mon disciple. Je déplore, dis-je, qu'il ait commis cette grave erreur. Il s'est laissé influencer par d'autres conceptions et c'est infiniment regrettable. ( CONF014TFRC / CONFÉRENCE Les 3 Facteurs de la Révolution de la Conscience ) 47



Seul le penser psychologique ouvrira le Mental Intérieur (cela est évident), ce qui nous fera monter les échelons de l'inspiration et de l'intuition. Indubitablement, lorsque les merveilleuses portes du Mental Intérieur sont ouvertes, les intuitions surgissent alors de l'intérieur et s'expriment à travers le Mental Intérieur ; c'est-à-dire que le Mental Intérieur sert de véhicule aux intuitions ; ce Mental Intérieur est la raison objective même qui fut clairement définie par un Gurdjieff ou par un Ouspensky ou un Nicoll. Posséder la Raison Objective, c'est avoir ouvert le Mental Intérieur, et le Mental Intérieur fonctionne exclusivement à l'aide des intuitions, des données de l'Être, de la Conscience, du Superlatif, de ce qui est transcendantal et transcendant en nous et pas autrement... ( CONF021PPMI / CONFÉRENCE Le Penser Psychologique et le Mental Intérieur ) 33



Q - Le Maître Gurdjieff dit qu'il y a des Moi qui aiment le travail sur soi et d'autres Moi qui n'aiment pas ce travail. Qu'en pensez-vous ? ( CONF027TIN / CONFÉRENCE La Transformation Intérieure ) 66



Le défaut découvert doit être JUGÉ analytiquement et par la suite ÉLIMINÉ [...] chez les Maîtres Gurdjieff, Ouspensky, Nicoll, etc., nous avons découvert, avec une profonde douleur, une GRAVE ERREUR : il se trouve que GURDJIEFF S'EST PRONONCÉ CONTRE LE SERPENT IGNÉ de nos pouvoirs magiques et qu'il a laissé ses disciples sans armes. ( CONFPAC010 / CONFÉRENCE N°10 : PRODIGES DE LA CONSCIENCE ÉVEILLÉE ) 74



L' " Institut pour le Développement Harmonieux de l'Homme " à Paris a, de ce fait, échoué. Gurdjieff a fait connaître la DOCTRINE DES MULTIPLES MOIS (il l'a rapportée du Tibet ; elle ne lui est pas propre ; la Doctrine des Multiples vient du Tibet et ceux qui ont approfondi le Bouddhisme Tantrique le savent) ; en plus, il a commis une erreur ! : Il s'est prononcé contre la Kundalini... ( CONFPAC010 / CONFÉRENCE N°10 : PRODIGES DE LA CONSCIENCE ÉVEILLÉE ) 75



C'est pour ce motif que le très respectable et très vénérable Maître Gurdjieff a commis une très grave erreur : il enseigna la Doctrine des Multiples telle que les Lamas l'enseignent dans les terres de Tsongkhapa ; cependant, il ne donna pas " l'armement " aux pauvres disciples. S'ils ignorent les armes, avec quoi vont-ils détruire les agrégats psychiques, les Mois ? Le Mental ne peut pas le faire. Même Krishnamurti le reconnaît ; et alors ? ( CONFPAC010 / CONFÉRENCE N°10 : PRODIGES DE LA CONSCIENCE ÉVEILLÉE ) 83



J'en appelai aux systèmes de Krishnamurti et de Gurdjieff : COMPRÉHENSION DE FOND profonde à travers la Méditation Intérieure. Essayer, au moyen de la Méditation, de comprendre le processus de la lascivité, de la luxure. ( CONFPAC010 / CONFÉRENCE N°10 : PRODIGES DE LA CONSCIENCE ÉVEILLÉE ) 87



Une fois, je me trouvais en profonde Méditation, essayant de discerner le processus de la luxure, essayant de comprendre ce qu'est ce Moi (selon les systèmes de Gurdjieff, de Nicoll, de Krishnamurti et de beaucoup d'autres), quand, pour mon malheur, il m'arriva un phénomène insolite : étant donné que la Concentration était très pénétrante, j'abandonnai le corps physique, et j'entrai alors dans ce monde que nous appellerons " Astral ". ( CONFPAC010 / CONFÉRENCE N°10 : PRODIGES DE LA CONSCIENCE ÉVEILLÉE ) 89



En retournant une nouvelle fois au corps physique, une fois l'Extase passée, je me sentis déçu. Je compris que le système de Krishnamurti (à base de pure Compréhension) et celui de Gurdjieff, d'Ouspensky, de Collins, de Nicoll et de 50000 autres auteurs ne servaient pas ; dans la pratique, j'avais échoué... ( CONFPAC010 / CONFÉRENCE N°10 : PRODIGES DE LA CONSCIENCE ÉVEILLÉE ) 91



M. Bon, ça c'est là-bas ! Ici nous sommes au Mexique. De sorte que si, sur les cornes, apparaît, par exemple, un seul TRIDENT, cela indique que la personne est un Libéré de la Raison Objective (pour le moment) du 1er Degré ; mais si apparaissent 2 Tridents, cette personne sera dans le 2ème Degré de la Raison Objective ; si apparaissent 3 Tridents : dans le 3ème Degré de la Raison objective ; si 4 Tridents apparaissent : dans le 4ème Degré de la Raison Objective ; si 5 Tridents apparaissent : elle est très vénérable dans tout le Mégalocosmos ; mais si apparaissent 6 Tridents : Oh ! Elle a atteint le degré de Anklad, comme dit Gurdjieff ; elle a atteint L'ANKLAD SACRÉ. ( CONFPAC017 / CONFÉRENCE N°17 : CONSÉQUENCES GNOSTIQUES DE L'IMMOLATION DE LA DOULEUR ) 45



Cependant, un Maître aussi excellent, aussi grandiose qu'Héléna Petrovna Blavatsky (qui a étudié aux pieds du vénérable Grand Maître K.H. au Shangri-la), on ne peut pas dire qu'elle ait 100% de Conscience éveillée ; elle a 50% mais pas 100%. Seuls Ouspensky et Gurdjieff sont arrivés à un certain pourcentage de Conscience ; mais dire qu'ils sont arrivés à 100% est difficile. Si Gurdjieff a eu 60 ou 70%, c'est tout, mais seuls des Maîtres comme K.H., comme Morya, comme Jésus de Nazareth, comme Hilarion (celui qu'on appellera " Paul de Tarse "), Maître immortel qui conserve un corps physique parfait [...] en ont eu 100%. ( CONFPAC037 / CONFÉRENCE N°37 : PÉDAGOGIE DU SAVOIR VIVRE (La Nécessité d'Apprendre à Vivre) ) 82



Gurdjieff commit l'erreur de confondre la " Kundalini " avec le " Kundartigateur ", le serpent qui monte avec celui qui descend et il attribua à celui qui monte tous les sinistres pouvoirs ténébreux du serpent qui descend. Voilà son erreur et voilà la raison pour laquelle ses disciples ne réussirent pas à dissoudre les Mois ; ce fut une grande erreur !... ( CONFPAC038 / CONFÉRENCE N°38 : LA SAVEUR TRAVAIL ET LA SAVEUR VIE ) 83



Disciple. Vénérable, on appelle Gurdjieff " Maître ". A-t-il travaillé dans la 9ème Sphère ou a-t-il seulement travaillé dans la dissolution de l'Ego au moyen de la compréhension ? ( CONFPAC038 / CONFÉRENCE N°38 : LA SAVEUR TRAVAIL ET LA SAVEUR VIE ) 92



D. Maître, pourquoi Gurdjieff, étant l'un de vos disciples, ne savait-il pas que l'unique chemin pour la dissolution de l'Ego est celui de la Divine Mère Kundalini ? ( CONFPAC038 / CONFÉRENCE N°38 : LA SAVEUR TRAVAIL ET LA SAVEUR VIE ) 94



Mais, comment se tisse et se détisse notre propre destin ? Gurdjieff a beaucoup parlé de la LOI DE RÉCURRENCE. Ouspensky, Collins, Nicoll, etc., ont commenté ces affirmations. Mais nous, sur le terrain de l'investigation, nous sommes allés plus loin. Nous connaissons à fond la mécanique vivante de la Loi de Récurrence et c'est très important. ( CONFPAC039 / CONFÉRENCE N°39 : DIDACTIQUE POUR L'ANNIHILATION BOUDDHIQUE (Didactique pour la Dissolution de l'Ego) ) 30



D. Maître, vous nous avez aussi parlé du " désordre de la maison ", mais le Maître Gurdjieff parle aussi du " désordre de la maison " et il parle d'un " Majordome Intérimaire ", d'un maître, n'est-ce pas ? Il dit qu'il existe des Mois qui aiment le travail et d'autres Mois qui n'aiment pas le travail. Pour former un Centre de Gravité Permanent, comment pourrions-nous comprendre cela ? ( CONFPAC039 / CONFÉRENCE N°39 : DIDACTIQUE POUR L'ANNIHILATION BOUDDHIQUE (Didactique pour la Dissolution de l'Ego) ) 144



M. Alors franchement, ce GRAND MAJORDOME tant cité par Nicoll, par Gurdjieff et Ous-pensky [...] comme Collins et d'autres, eh bien, il me semble être une sottise. IL N'A AUCUNE VALEUR. Jamais, moi, pour ma part, ou pour mieux dire, celui qui est ici, à l'intérieur de moi (celui qui a dissous l'Ego et l'a réduit en poussière), n'a jamais utilisé, c'est certain (et je le dis avec sincérité), ce système du GRAND MAJORDOME. ( CONFPAC039 / CONFÉRENCE N°39 : DIDACTIQUE POUR L'ANNIHILATION BOUDDHIQUE (Didactique pour la Dissolution de l'Ego) ) 145



Gurdjieff commit l'erreur de confondre la Kundalini avec le Kundartigateur, le serpent qui monte avec celui qui descend et il attribua à celui qui monte tous les sinistres pouvoirs ténébreux du serpent qui descend. Voilà son erreur et voilà la raison pour laquelle ses disciples ne réussirent pas à dissoudre les Mois ; ce fut sa grande erreur. À partir de la simple compréhension, il n'est pas possible de dissoudre les Mois. Je ne nie pas qu'avec le couteau de la Conscience, en comprenant réellement n'importe quel Moi, nous puissions le séparer de nous-mêmes, de notre psyché ; mais cela, mes chers frères, n'est pas suffisant. ( CONFPAC049 / CONFÉRENCE N°49 : LE POUVOIR LIBÉRATEUR DE LA KUNDALINI ) 8



Disciple. Vénérable, on appelle Gurdjieff " Maître ". A-t-il travaillé dans la 9ème Sphère ou a-t-il seulement travaillé dans la dissolution de l'Ego ? ( CONFPAC049 / CONFÉRENCE N°49 : LE POUVOIR LIBÉRATEUR DE LA KUNDALINI ) 17



D. Maître, pourquoi Gurdjieff, étant l'un de vos disciples, ne savait-il pas que l'unique chemin pour la dissolution de l'Ego est celui de la Divine Mère Kundalini ? ( CONFPAC049 / CONFÉRENCE N°49 : LE POUVOIR LIBÉRATEUR DE LA KUNDALINI ) 19



De toute évidence, mes chers frères, nous devons comprendre la " Doctrine des Multiples ". Certains ont dit que j'ai emprunté la " Doctrine du Moi Pluralisé " à Monsieur Gurdjieff et ils se demandent " comment est-il possible que moi, l'Avatar de l'Ère du Verseau, je lui ai emprunté sa Doctrine "... Ils se trompent ; je n'ai pas emprunté cette Doctrine à Gurdjieff et Gurdjieff n'est pas, non plus, l'auteur de cette Doctrine. Gurdjieff l'a empruntée au Tibet ; c'est une Doctrine Tibétaine et moi je l'ai empruntée à l'Egypte des Pharaons ; je l'ai connue en Egypte (je l'ai connue aussi dans beaucoup d'écoles très anciennes). Les 1ers qui l'ont enseignée furent les Avatars de la Lémurie. Ainsi donc, Gurdjieff l'a empruntée au Tibet et moi je l'ai empruntée à l'Egypte ; je ne crois pas que ce soit un délit de l'avoir empruntée à l'Egypte ; seulement, dans l'Egypte Ancienne des Pharaons, le Moi ne s'appelait pas Ego (" Ego " est un terme latin) ; le Moi pluralisé s'appelait " Seth " ; tous les agrégats psychiques cités par les Tibétains (pas exclusivement par " Mister Gurdjieff ") s'appelaient les " DÉMONS ROUGES DE SETH "... ( CONFPAC051 / CONFÉRENCE N°51 : LE SÉRIEUX DANS LE TRAVAIL ÉSOTÉRIQUE (Le Sérieux dans le Travail Ésotérique et l'Anormalité de la Psyché) ) 17



Au Tibet, la " Doctrine des Multiples " est le fondement du Lamaïsme. Il n'y a pas de doute que Monsieur Gurdjieff, qui était au Tibet en tant que Lama, a sorti de là la Doctrine pour la préconiser dans le Monde Occidental. Cela ne veut pas dire que la Doctrine ait été sa propriété exclusive. La " Doctrine des Multiples " est très connue au Tibet et quand on dit " qu'il faut détruire les agrégats psychiques qui personnifient nos erreurs ", les Tibétains l'expriment sous la forme suivante : " LE BOUDDHA INTÉRIEUR DOIT DÉTRUIRE LA DOCTRINE DES MULTIPLES EN LUI-MÊME " (voyez cette façon de parler), c'est-à-dire " en finir avec les éléments inhumains que nous avons en nous ". ( CONFPAC051 / CONFÉRENCE N°51 : LE SÉRIEUX DANS LE TRAVAIL ÉSOTÉRIQUE (Le Sérieux dans le Travail Ésotérique et l'Anormalité de la Psyché) ) 19



En finir avec la Doctrine des Multiples en soi-même n'est pas facile (c'est ce que nous pensions, nous les anciens Egyptiens et nous continuons à penser de façon identique). Il faut tuer les " Démons Rouges de Seth " ; c'est en eux que se trouve embouteillée l'Essence... Chez les dévots du Chang et du Zen, l'Essence reçoit un autre nom : on l'appelle la " Bouddhata " (vous voyez ainsi que cette Doctrine n'est la propriété exclusive ni de Monsieur Gurdjieff, ni de personne ; elle est d'ordre général). Cette " Bouddhata " ou " matériel psychique " que nous portons à l'intérieur de nous est importante ; c'est l'Essence qui est embouteillée parmi les " Démons Rouges de Seth ", parmi les " agrégats psychiques ". Il est nécessaire de briser chacun de ces " éléments indésirables " que nous portons à l'intérieur de nous, pour libérer l'Essence ; c'est ainsi seulement que nous parviendrons à retrouver notre intégralité et à nous convertir réellement en Individus Sacrés. ( CONFPAC051 / CONFÉRENCE N°51 : LE SÉRIEUX DANS LE TRAVAIL ÉSOTÉRIQUE (Le Sérieux dans le Travail Ésotérique et l'Anormalité de la Psyché) ) 21



M. LA COMPRÉHENSION CRÉATRICE VA SE DÉVELOPPER À PARTIR DU PUR DISCERNEMENT ; il ne peut y avoir de compréhension si on n'établit pas un parfait ÉQUILIBRE ENTRE L'ÊTRE ET LE SAVOIR. Quand l'Être est plus grand que le Savoir, on devient comme le disait Gurdjieff, un " saint stupide ". Quand le Savoir est plus grand que l'Être, on devient, comme je le dis, " un fripon de l'Intellect ". ( CONFPAC056 / CONFÉRENCE N°56 : FONDEMENTS PSYCHOLOGIQUES DE LA FAUSSE PERSONNALITÉ (La Fausse Personnalité) ) 116



Il s'agit donc d'ORGANISER LA PSYCHÉ (qui est désordonnée), pour créer l'Homme Psychologique, qui est l'Homme véritable, au sens le plus complet du terme. Le Maître Gurdjieff disait que " la machine non organique n'a aucune psychologie ". Je dois me démarquer pas mal de lui sur cette question. S'il existe une psychologie dans toute machine organique appelée " Homme " (à tort, c'est certain), ce qui se passe, c'est qu'elle est désorganisée, et c'est différent. ( CONFPAC062 / CONFÉRENCE N°62 : LE POUVOIR INTUITIONNEL DE L'HOMME PSYCHOLOGIQUE (L'Organisation de la Psyché et l'Intuition) ) 20



Ce Mental Intérieur est la RAISON OBJECTIVE même qui a été clairement définie par un Gurdjieff, par un Ouspensky ou un Nicoll. ( CONFPAC064 / CONFÉRENCE N°64 : FONCTIONNEMENTS SECRETS DU MENTAL ILLUMINÉ (Le Penser Psychologique et le Mental Intérieur) ) 124



En ce qui concerne l'Enseignement, il y en a beaucoup qui restent embouteillés dans Gurdjieff et Ouspensky et qui ne veulent plus sortir de là. Et ils sont en train de devenir plus Gurdjieffistes que Gurdjieff, comme si Gurdjieff était le seul à avoir parlé. Mais, Gurdjieff n'est rien de plus qu'un débutant dans ces études. La doctrine de Gurdjieff est une ébauche, uniquement une ébauche, et si vous y restez embouteillés vous n'avancerez jamais. ( CONFPAC084 / CONFÉRENCE N°84 : L'IMPORTANCE DE L'ANTHROPOLOGIE GNOSTIQUE ) 18



Rendez-vous compte que maintenant nous allons vous remettre la PISTIS SOPHIA, et c'est là où vous allez vous rendre compte que Gurdjieff est seulement un enfant. Ne restez donc pas embouteillés dans Gurdjieff. C'est bien pour se documenter, mais pas pour y rester embouteillé. ( CONFPAC084 / CONFÉRENCE N°84 : L'IMPORTANCE DE L'ANTHROPOLOGIE GNOSTIQUE ) 19



Notre Enseignement est plus grandiose ! Nous allons vous remettre la Pistis Sophia, et là, il y a tout le Corps de Doctrine de Jésus de Nazareth tel qu'il l'a remis sur le Mont des Oliviers. Je suis en train de terminer ce travail. Au cours du 1er semestre de l'année prochaine, je vous remettrai la Pistis Sophia, pour qu'au lieu de rester embouteillés dans Gurdjieff, vous étudiiez Jésus de Nazareth, qui est plus profond, plus pratique et plus transcendantal. ( CONFPAC084 / CONFÉRENCE N°84 : L'IMPORTANCE DE L'ANTHROPOLOGIE GNOSTIQUE ) 20



Ainsi, mes frères, réfléchissez un peu : il faut DONNER AUX GENS UN ENSEIGNEMENT VARIÉ, et pas toujours le même parce qu'ils ne reviennent plus. Souvenez-vous que l'École de Gurdjieff n'a que de petits groupes de 3, 4, 8 personnes, 10, 12 au maximum, pourquoi ? Parce qu'étant donné qu'ils parlent toujours de la même chose et du même aspect psychologique, les gens s'ennuient, s'en vont et ne reviennent plus... ( CONFPAC084 / CONFÉRENCE N°84 : L'IMPORTANCE DE L'ANTHROPOLOGIE GNOSTIQUE ) 22



Ici, dans notre Institution, il y a quelques frères et des Instructeurs qui sont en train de commettre cette erreur et, comme conséquence, il y a un groupe qui est en train de partir ; il y a quelques personnes qui sont parties. Elles disent : « Depuis que nous sommes rentrées en Première Chambre, en 2ème Chambre, c'est la même chose, la même chose : l'histoire de la Psychologie et le Travail sur soi-même. Ils n'enseignent rien de plus. Il y a un programme mais on ne nous apprend rien ». Il y a déjà des plaintes. Et si on continue comme ça, dans le style de Gurdjieff, personne ne reviendra, les gens s'en iront. ( CONFPAC084 / CONFÉRENCE N°84 : L'IMPORTANCE DE L'ANTHROPOLOGIE GNOSTIQUE ) 23

Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 21 juin 2009, 09:57

Ricardo Agesta a écrit :
Bonjour a TOUS.

Je voudrais vous dire:

1) Le Maitre G a de nouveu corps phisyque.

2) Il est dedans les Ecoles Gnostiques.

3) Il suive les enseignements du Venerable Maitre SAMAEL AUN WEOR.

4) Il n'y a plus de problème.

Bonne journee , aujurd'hui solstice le jour avec plus de lumiere dans l'année.

RA
Hé bien, si c'est vrai, ne perdons plus de temps à lire les ouvrages de Gurdjieff puisqu'il a trouvé son maître en Samael... Faut dire qu'ils se connaissent depuis plusieurs vies ! Enfin, il me semble.

Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 7 juillet 2011, 07:07

Un Frère nous offre pour une durée limitée 6 CD de musique de Gurdjieff et de Hartmann, interprétés par Alain Kremski.

Il y a un PDF avec tous les livrets et les jaquettes des CD.

Ne tardez pas à les récupérer si ça vous intéresse, c'est en téléchargement provisoire ici

http://dl.free.fr/b5VR9MXo8
Format : MP3, 192 kb/s
Taille fichier : 522 Mo

P. nous dit : "Tu peux transmettre le lien à qui tu veux, de ma part c'est sans restriction".

Merci beaucoup.

Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 15 octobre 2011, 09:01

Copies des messages de gnosis-fr (du premier post de ce sujet) parce qu'ils ne vous sont plus accessibles de par la volonté de ses modérateurs :

Démarches pratiques vers l'état de Conscience Supérieure (1/4)

Il faut toujours payer pour ce qu'on reçoit, et le prix de ce qui suit est votre ATTENTION.

Section I. Indications préliminaires.

1. Les vrais Instructeurs et ceux qu'on peut véritablement désigner par le nom de « Maître de la Sagesse » sont très peu nombreux, et se situent très loin l'un de l'autre dans l'espace et le temps. Même les groupes élémentaires et préparatoires affiliés aux organisations vraiment rattachées à une École ésotérique authentique, sont rares et difficiles à trouver. Il s'ensuit que commencer un développement-de-soi conscient est très dur, surtout parce que les faux « instructeurs » et (soi-disant) « maîtres » sont au contraire très nombreux.

2. Mais il est bien dit que « si l'élève est prêt, l'instructeur apparaîtra sûrement ». La responsabilité d'être prêt est celle de l'élève. Le Maître n'a aucune obligation avant que l'élève ne soit préparé par ses propres efforts. Il est bien clair, par conséquent, que tout individu qui éprouve le besoin intérieur de chercher un moyen d'agrandir son Conscient, doit se préparer de son mieux par lui-même (ou elle-même). Une telle préparation est en effet possible, et à la portée de tous, bien qu'elle ne soit pas du tout facile, surtout sans aucune aide. Et le départ au début de la poursuite doit toujours être entrepris seul et par soi-même.

Section II. Préparations.

1. Lisez cette section et toutes les autres sections qui suivent jusqu'à la fin avant de vous engager dans les exercices et pratiques décrits. Si alors vous constatez que cette méthode n'est pas ce que vous cherchez - n'étant composée que d'un labeur pénible sans l'espoir d'aucune garantie ni d'aucun divertissement (par exemple, des cérémonies rituelles pittoresques ou des promesses de pouvoirs psychiques) - alors n'essayez pas de suivre les conseils donnés et surtout gardez-vous bien de commencer un des exercices ou pratiques : même ce qui est décrit dans le paragraphe suivant - mais montrez cet article à une personne amie ou non qui s'intéresse à de telles matières.

2. Sans regarder votre montre, « devinez » l'heure qu'il est MAINTENANT ! Regardez et vérifiez de combien vous vous êtes trompé. Faites ceci chaque fois que vous désirez connaître l'heure. Continuez cette pratique jusqu'à ce qu'elle devienne une habitude, une « seconde nature », et jusqu'à ce que vous sachiez toujours l'heure juste ou presque, à une ou deux minutes près, que ce soit de jour ou de nuit. Une telle réussite vous sera de grande valeur plus tard pour les divers exercices à faire, sans parler de son utilité et de son avantage dans la vie ordinaire. Il y a quand même quelques personnes qui malheureusement sont incapables de développer ce sens de l'heure exacte.

Si après quelque six mois d'application quotidienne, ce que vous « devinez » continue à rester le plus souvent loin d'être l'heure juste, alors ne persistez pas dans cette pratique. Ceci est le seul, parmi les processus que nous décrivons ici, qu'il soit permis de révéler à n'importe qui, que ce soit un autre chercheur ou simplement une personne de votre connaissance ou de votre bureau, et de discuter avec autrui.

3. Ne dites à personne (pas même à votre femme ou mari, ni à votre meilleur[e] ami[e], à moins qu'ils ne se mettent à suivre cette voie en même temps que vous) que vous avez décidé de commencer un tel entraînement. Ceci s'applique à n'importe quelle méthode de travail visant au développement-de-soi. Votre pratique doit être privée et secrète (vrai sens ésotérique du mot « occulte »).

4. Achetez quatre cahiers ordinaires, tels que ceux dont on fait usage dans les écoles, réglés comme vous le préférez. Ces cahiers peuvent être de n'importe quelles dimensions, mais il faut qu'ils soient ce qu'on nomme traditionnellement « vierge ». C'est-à-dire qu'ils aient été acquis spécialement à cette intention, n'aient jamais été employés par vous ni par quelqu'un d'autre pour autre chose et qu'ils aient été achetés sans marchander.

5. Jeûnez pendant 24 heures. Cela veut dire qu'il ne faut prendre rien d'autre que de l'eau pure ou des jus de fruits naturels et frais (sans additifs). Aucun aliment solide ou demi-solide ; pas de soupe, potage, bouillon ou autre aliment préparé à partir d'une nourriture solide, que ce soit par cuisson ou autrement. Pas de café, thé, cacao, chocolat, viandox ou n'importe quel autre extrait ou boisson préparée ; pas de lait ; pas de sucre ou autres assaisonnements (si votre jus de fruit choisi est le jus de tomate), excepté un minimum de miel pur, si vous n'êtes pas capable de vous passer d'un agent d'adoucissement pour votre boisson - eau ou jus de fruit.

6. Après ce jeûne, prenez un des cahiers et écrivez sur sa couverture son titre, qui est :

Le livre des Buts

A. Sur la première page écrivez ce qui suit :

Sans faux-fuyant, sans tergiversation, sans restriction mentale ni arrière-pensée d'aucune sorte, JE soussigné (ici mettez votre nom au grand complet, y inclus tous noms d'enfance ou d'affection, tous surnoms ou alias, et votre « nom en magie ») DECIDE, AFFIRME, PROMETS ET JURE

1. Que je me dirai toujours la vérité à moi-même, toute la vérité et rien que la vérité, si désagréable qu'elle puisse être ;

2. De participer volontairement et de m'engager intentionnellement dans tout événement, condition ou état d'esprit si et seulement si cela aide à mon progrès et m'avance vers le but ultime que je me suis donné, mais inversement de décourager et d'abandonner toute activité ou affaire, que j'ai le moyen de diriger, si cette activité ou affaire m'éloignent de mes buts ou peuvent leur nuire ;

3. Que, sans relâche et avec diligence, je ferai de mon mieux pour atteindre mon but ultime, en accord avec les commandements de ma conscience morale, et que je ferai constamment, consciencieusement, continuellement, conséquemment et consciemment, dans ma vie présente et dans chaque vie qui me sera octroyée, tout ce qui est nécessaire pour cela, jusqu'à ce que je réalise mon but ultime.

Signez cette solennelle promesse de votre signature ordinaire, suivie du lieu, de la date et de l'heure, mais ceci seulement lorsque vous serez sûr de bien comprendre la gravité de cette très sérieuse entreprise.

B. Comme en-tête de la deuxième page écrivez son titre : But ultime.
L'en-tête de la troisième page est : But intermédiaire.
De la quatrième : But à longue échéance.
De la cinquième : But à courte échéance.
Et de la sixième et dernière page : But immédiat.

C. Pendant toute la journée suivante, ou même pendant plusieurs jours, si vous le jugez nécessaire, réfléchissez très sérieusement au but ultime qui vous oblige à entrer dans cette voie du développement-de-soi. À la fin de ce temps de réflexion, consignez ce but par écrit sur la page spécialement consacrée, et n'oubliez pas de noter la date et l'heure.

D. Les deux ou plusieurs jours suivants, pensez bien au but intermédiaire que vous avez pour cette vie, ainsi qu'aux buts à longue et courte échéances, et à votre but le plus immédiat. Notez-les tous sur la page appropriée, toujours avec le jour et l'heure quand vous le faites.

E. Chaque fois que, plus tard, vous trouverez un but supplémentaire, que ce soit dans l'immédiat ou à échéance, notez-le dans votre Livre des Buts le plus tôt possible, après en avoir décidé. Ajoutez toujours la date et l'heure de la consignation par écrit. Cette pratique devrait continuer jusqu'à la réalisation de votre but intermédiaire, ce qui, pour la plupart des gens, équivaut à le faire pour le reste de la vie.

à suivre... Le Livre de la Mémoire

passage extrait de extrait de http://fr.groups.yahoo.com/group/gnosis_fr/message/7122

Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 15 octobre 2011, 09:02

Démarches pratiques vers l'état de Conscience Supérieure (2/4)

7. Si possible, jeûnez une autre journée complète, mais cette fois « intégralement », c'est-à-dire ne prenez rien que de l'eau pure. Si ce n'est pas possible, reposez-vous un jour entier et ne faites rien avant la fin de cette période de repos.

8. Le soir suivant, prenez le deuxième cahier acheté spécialement, et appelez-le :

Le livre de la Mémoire

Sur sa première page, écrivez au grand complet la même promesse que vous avez déjà faites à vous-même, telle qu'elle est écrite dans votre Livre des Buts.

En vous éveillant le matin suivant, ne bougez pas et n'ouvrez pas les yeux, mais faites de votre mieux pour vous rappeler vos rêves de la nuit et faites l'effort d'exprimer en mots tout ce dont vous vous souvenez sur ce ou ces rêves.

Si vous ne vous souvenez pas d'un rêve entier, essayez de saisir votre pensée ou votre sentiment tels qu'ils étaient juste avant le réveil ou au moment de vous éveiller. C'est-à-dire, rappelez-vous la pensée, l'idée, l'image ou l'émotion que vous ressentiez au moment-même de votre réveil.

Ne vous pressez pas à déclarer que vous ne vous souvenez de rien. Quand vous êtes tout à fait sûr que vous n'allez pas vous souvenir de détails supplémentaires, notez tout le rêve en son moindre détail dans votre Livre de la Mémoire, et n'oubliez pas la date et l'heure de ce compte rendu.

Si vraiment vous ne vous rappelez de rien, déclarez-le par écrit (toujours avec l'heure et la date).

Si pendant le jour vous vous souvenez soudainement d'un épisode de rêve, notez ce souvenir ainsi que l'heure où il vous est revenu, et le même soir portez-le dans votre Livre de la Mémoire, en mentionnant l'instant exact où le souvenir du rêve est venu.

Ces comptes-rendus des rêves ne doivent être montrés à personne pendant au moins un an. Il faut continuer ce processus chaque jour pendant trois mois au moins et six mois au plus (à moins que vous ne décidiez alors de continuer à noter vos rêves, ce qui est permis pour aussi longtemps que vous le désirez).

Si vous manquez, ne serait-ce qu'un seul jour et quelle qu'en soit la raison, la période minima de trois mois recommence à partir du jour où vous faites le premier compte-rendu après le jour ou les jours manqués.

Le temps minimum absolu de la période obligatoire de cet exercice quotidien de noter vos rêves de nuit dans le Livre de la Mémoire ne doit en aucun cas être moins de 91 jours consécutifs.

à suivre... Le Livre des efforts

extrait de http://fr.groups.yahoo.com/group/gnosis_fr/message/7123

Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 15 octobre 2011, 09:04

Démarches pratiques vers l'état de Conscience Supérieure (3/4)

9. Le soir du jour où vous avez fait le compte rendu de votre premier rêve, vous devez inscrire le titre du troisième cahier, à savoir :

Le Livre des Efforts

et sur sa première page vous écrivez de nouveau la promesse et l'engagement que vous avez déjà écrit dans vos livres des buts et de la mémoire.

Dans ce troisième livre vous inscrivez, quand le moment sera venu pour cela, la date, l'heure et (quand c'est applicable) la durée de l'accomplissement de tous les exercices à faire dans les temps futurs, excepté l'observation-de-soi (voir Section III) et les comptes-rendus des rêves (puisque ces deux ont déjà leurs propres livres).

Section III. Premier pas : Observation-de-soi

1. Immédiatement après avoir écrit le compte rendu de votre troisième rêve, commencez, pendant quelques minutes par heure, à vous décrire vous-même à vous-même en des mots aussi précis que possible, c'est-à-dire, exprimez aussi exactement que possible ce dont, à ce moment, vous êtes conscient.

Commencez chaque phrase par les mots « ici et maintenant », ou bien par « à ce moment précis ». Laissez votre attention se déplacer d'un objet ou d'une persone vers d'autres objets ou personnes, à votre gré, notant bien la nature de ce que vous regardez vraiment, c'est-à-dire, de ce qui a retenu votre attention.

Mais voyez aussi son arrière-plan, et formulez (à haute voix ou mentalement, à votre choix) chaque expérience consciente, sans aucune exception, en vous disant : « Ici et maintenant je suis conscient de... » et/ou « Ici et maintenant je suis conscient que... », c'est-à-dire, notez en même temps vos sentiments/émotions/pensées au sujet de la personne ou objet qui a attiré votre attention et dont vous êtes par conséquent conscient. Faites-en une formulation exacte, par exemple comme suit : « Cela/il/elle me plaît/déplaît » ou bien « Je ressens une telle émotion/ pensée au sujet de ceci/elle/lui ».

Faites la différence entre les diverses parties de vos sentiments au sujet de ce que vous examinez couramment : « C'est ceci, en lui/elle ou dans cette chose qui me procure un tel plaisir/déplaisir ou autre sentiment à son sujet ».

2. Au début, essayez d'observer et de faire attention aux événements externes perçus par tous vos sens physiques (la vue, l'ouïe, l'odorat, le toucher, le goût), mais sans pour cela supprimer les autres expériences.

Puis, plus tard, concentrez-vous sur l'observation des événements de vos propres processus intérieurs : sentiments, pensées, associations, sensations du corps, tensions musculaires, rêveries, etc.

Distinguez ces différents processus internes un par un et l'un des autres en vous concentrant aussi exclusivement que possible sur chacun à son tour ; par exemple, sur les sentiments/émotions d'abord, puis sur les pensées, ensuite sur les tensions musculaires ou autres réactions corporelles, etc.

Suivez chacun des événements externes et des événements internes qui y sont associés en reconnaissant dans le plus grand détail possible les divers objets et événements. Et, quand cela est possible, devenez conscient aussi de la trame entière de l'événement ou des événements dramatiques dont des réactions plus personnelles (en dedans de vous-mêmes) sont des parties composantes.

3. Maintenez pour aussi longtemps que possible la présence de cette sensation « d'ici et maintenant, je suis conscient de, et j'observe activement », la sensation d'actualité, la sensation que votre conscience existe en effet ou, en tout cas, peut exister ici et maintenant, et que par conséquent vous existez aussi.

Assurez-vous que vous êtes certain que c'est bien vous qui êtes en train de vivre cette expérience, que vous la subissez, que vous y réagissez (peut-être en résistant ou peut-être en l'acceptant), que vous faites l'effort de la loger dans votre mémoire.

Faites bien attention à toutes les expériences observées et suivez leur développement aussi bien que celles qui sont abstraites et mentales, les sentiments émotionnels ainsi que les sensations corporelles, ce qui vous tire vers le passé ainsi que ce qui vous pousse vers l'avenir, ce que vous désirez voir arriver, ou ce qui doit arriver, ce qui arrive spontanément, ce que vous invitez volontairement et, par conséquent, en provoquez la réalisation, et ce à quoi vous essayez de vous échapper.

4. Les observations que l'on vient de proposer ne sont que la préparation pour le premier pas ou exercice vraiment pratique. Continuez avec cette préparation que nous venons de décrire pendant une semaine ou davantage, jusqu'à ce que vous compreniez exactement ce qu'il faut faire et comment cela se passe.

5. Maintenant nous sommes prêts à nous engager sur la première étape, en commençant par le premier exercice lui-même. Il s'appelle « observation-de-soi ». C'est la pratique qui permet de suivre le vieux conseil : « Connais-toi toi-même ». S'observer soi-même veut dire faire attention à ce que l'on pense, sent, dit ; à la manière dont on parle, bouge ; à la façon dont on est assis, dont on reste debout, mange, dont on se repose, etc.

Faites l'effort de séparer de votre moi ordinaire de chaque jour un « observateur impartial » qui vous surveille à chaque instant, chaque jour et tout le jour (quand vous n'avez pas oublié de le faire). Il ne faut faire aucun commentaire, qu'il soit favorable ou non, au sujet de ce dont vous - l'observateur ou témoin - devenez conscient.

Par-dessus tout, n'essayez pas (même en pensée) de vous conduire différemment de votre comportement ordinaire. Cet exercice doit se continuer jusqu'à la fin de votre vie, à moins que vous ne trouviez votre Maître et qu'il vous dise de cesser.

6. Avant de vous coucher, le jour où vous avez commencé cet exercice pour la première fois, prenez votre quatrième et dernier cahier et nommez-le :

Le Livre du Savoir

Sur sa première page, écrivez votre promesse, maintenant si bien connue.

Chaque soir, avant de vous coucher, notez dans ce livre quels sont les nouveaux faits que vous avez découvert au sujet de vous-même par cet exercice de l'observation-de-soi.

Notez bien que ce n'est PAS un journal dans lequel vous devez décrire tout ce que vous avez fait et les autres événements du jour passé, mais seulement le compte-rendu de ce que vous avez observé sur la manière dont vous exécutez vos diverses fonctions, de vos attitudes (externes et internes) envers les différents événements, en bref, la révélation de votre façon de vous comporter, telle qu'elle est devenue évidente à travers l'observation-de-soi.

Soyez complètement véridique envers et avec vous-même et ne fardez pas (ne cachez pas ou ne voilez pas la vérité) ce que vous avez découvert, même si c'est quelque chose d'affreusement révoltant.

Cet exercice met en marche la construction du « centre magnétique de gravité » de votre Être.

à suivre 4ème et dernière partie...
Section IV. Deuxième pas : Détente Disciplinée
Section V. Troisième pas : Attention Contrôlée
Section VI. Quatrième pas : Sensation du corps
Section VII Explications et notes complémentaires

extrait du post http://fr.groups.yahoo.com/group/gnosis_fr/message/7124

Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 15 octobre 2011, 09:06

Démarches pratiques vers l'état de Conscience Supérieure (4/4)

Section IV. Deuxième pas : Détente Disciplinée

1. Cet exercice peut être commencé n'importe quand dès que les quatre cahiers ont reçu leur nom et que la promesse jurée a été inscrite dans chacun d'eux.

2. Le premier des exercices dont le compte-rendu doit être fait dans le Livre des Efforts est un exercice très difficile. Il sépare immédiatement « les hommes des enfants » et, si vous trouvez que vous n'êtes pas capable de l'exécuter, c'est que cette voie d'auto-développement conscient ne vous convient pas ; et il vaudrait mieux que vous fassiez la part du feu, que vous suiviez le conseil donné (au paragraphe 1, Section II) et que vous oubliiez ce type de développement-de-soi. Ceci est beaucoup plus sûr que de s'avancer en boitant et d'être forcé plus tard de s'arrêter. À ce stade, il n'y a absolument aucun danger ou inconvénient à cesser, tandis que plus tard il est possible qu'il y ait des conséquences fâcheuses.

3. Cet exercice se fait plus facilement à deux, et n'importe quel nombre de couples participant peut s'y engager en même temps dans la même pièce. Si vous allez pratiquer cet exercice tout seul, vous devez agir un peu différemment de ce qui se fait quand on le pratique avec un ami qui est sur la même voie de développement. Les instructions seront données d'abord (au paragraphe suivant) pour le cas de deux personnes agissant ensemble. Si vous faites l'exercice tout seul, les points de différence dans le processus sont expliqués au paragraphe 5 de cette section. Cet exercice peut se faire à n'importe quelle heure de la journée, quand on dispose du temps voulu et du secret.

4. Placez face à face deux chaises dures au dos droit, à peu près à un mètre de distance l'une de l'autre ; les participants s'assoient chacun dans une de ces chaises. L'un d'eux est « le répétiteur » et l'autre « l'exécutant ». Les deux sont assis bien droit, les pieds reposant fermement sur le sol, talons touchant, les paumes des deux mains à plat sur les cuisses, aussi près des genoux que possible, pourvu que ce soit confortable. Les doigts sont dirigés vers l'avant, mais ne doivent pas être raides, le majeur étant parallèle à la cuisse et les autres doigts placés sans tension de chaque côté. La tête doit être bien en équilibre sur une colonne vertébrale droite, mais sans raideur ni tension. Quand on commence cet exercice, un coussin placé entre le dos de la personne et le dos de la chaise aide à soutenir la colonne vertébrale bien droite. Le corps doit être aussi détendu que possible, sans tomber de la chaise, et l'esprit lui aussi doit être tranquille (mais non pas vide - il y a une différence). Cette position s'appelle la « position égyptienne » ou « Position du Pharaon ».

L'exécutant doit rester assis sans aucun mouvement, les yeux ouverts sans cligner les paupières, le regard dirigé en avant. Aucun muscle ne doit mouvoir volontairement, et si l'esprit de la personne ne peut s'arrêter de penser, les seules pensées permises sont celles concernant les buts de l'exécutant. Toute autre matière doit être fermement exclue de la pensée. Le répétiteur ou surveillant se tient dans la même position, en face de l'exécutant et le regarde attentivement. S'il perçoit un mouvement musculaire (autre que celui de la respiration, naturellement), si petit qu'il soit, il dit tout haut : « gaspillage d'énergie ! » et place un doigt à l'endroit où il a perçu le mouvement. Si ce mouvement a déplacé une partie du corps ou a produit un changement de position, le répétiteur corrige ce changement en replaçant ce qui a bougé à sa place originelle. Les yeux doivent être tenus aussi immobiles que possible et il faut éviter de les rouler. Ils doivent être fixés sur un point imaginaire (ou peut-être, pour commencer, un point réel) à leur niveau, éloigné d'environ deux mètres.

La première fois cet exercice doit durer cinq minutes entières. Cette durée doit être absolument exacte, et mesurée avec un compte-minutes et non pas estimée. Continuez l'exercice chaque jour pour cinq minutes jusqu'à ce qu'aucune correction par le surveillant ne soit plus nécessaire. Alors, chaque jour augmentez la durée de la période d'immobilité de deux ou trois minutes (ou même d'une seule minute, si vous voulez), mais en aucun cas cette augmentation ne doit excéder cinq minutes à la fois. Faites ceci jusqu'à ce que vous soyiez capable de rester assis sans faire aucun mouvement pendant une heure entière sans être corrigé, même une seule fois, par le répétiteur. Quand vous avez réussi à le faire, cessez l'exercice. À chaque séance, l'exécutant, une fois son temps d'exercice terminé, devient le surveillant-répétiteur à son tour, et vice versa.

Si on ne peut trouver le temps pour que tous les deux complètent l'exercice d'une seule traite (surtout quand la durée de l'exercice est de près d'une heure pour chacun), il est permis de la diviser en deux séances, en deux fois différentes, mais il est essentiel que chaque partenaire joue les deux rôles chaque jour. Un jour seulement sauté de temps en temps par l'un ou l'autre (ou même les deux) ne compte pas, mais si l'on saute deux jours de suite, il faut recommencer l'exercice au stade de cinq minutes d'immobilité intérieure et extérieure. Il est clair que le nombre minimum de jours nécessaires pour compléter cet exercice est de douze.

5. Si vous allez faire cet exercice tout seul, placez votre chaise à deux mètres environ d'un grand miroir, si vous en avez un, ou face à un mur blanc ou, en tout cas, sans ornementation. Il est permis et même désirable, de placer, sur le miroir ou sur le mur, un petit rond de papier coloré au niveau des yeux, pour leur donner un point à fixer, faute de quoi ils tendent à errer au hasard. Il faut réussir à diviser votre attention entre la nécessité de rester assis sans mouvement, et l'obligation de surveiller votre corps pour percevoir tout mouvement, si petit soit-il. Si vous avez conscience d'un mouvement quelconque, dites-vous à vous-même, mentalement et sans bouger les lèvres, « gaspillage d'énergie ! ». Si cela est nécessaire, c'est-à-dire s'il y a un changement de position, reprenez la position obligatoire. La durée chaque jour et la période totale de l'exercice sont exactement les mêmes que dans le cas des instructions données au paragraphe précédent.

6. Il est plus facile de faire cet exercice quand on est complètement nu, surtout quand on le fait à deux. La température de la salle doit être agréable pour les deux partenaires. Il est particulièrement important de ne pas avoir les mains ou les pieds froids. À moins que cet exercice ne soit pratiqué par un couple mari/femme, il est mieux que les deux personnes soient du même sexe. Et si plusieurs couples font l'exercice en même temps (c'est-à-dire, quand tout un groupe commence la pratique de ce système ensemble), il vaut mieux que les groupes de deux hommes soient dans une autre chambre que les groupes de deux femmes.

7. Il ne faut pas oublier de faire le compte-rendu de l'exercice, y compris la durée de chaque séance et le nombre de corrections qui ont été nécessaires (s'il y en avait), dans votre Livre des Efforts. Indiquez toujours la date et l'heure, ainsi que le nom du partenaire.
Cet exercice, si simple (quoique difficile) qu'il paraisse, éveille effectivement l'Essence de la personne qui le pratique.

Section V. Troisième pas : Attention Contrôlée

1. Idéalement, l'exercice suivant (et beaucoup d'autres exercices) devrait être fait seul, au lever du soleil (face à l'Est) et de nouveau au coucher du soleil (face à l'Ouest), en plein air, près d'un ruisseau, sous un arbre, nu, et debout ou assis (cela dépend de l'exercice), sur une peau animale ou un tapis de laine (non coloré artificiellement).

Pratiquement, dans notre mode de vie principalement urbaine, il est bien rare que ce soit possible. Il faut donc faire de son mieux pour remplir autant de ces conditions désirables que l'on peut. Mais il faut au minimum que ce soit dans une partie privée de votre domicile, seul et lorsque vous êtes absolument sûr de ne pas être interrompu.

2. Asseyez-vous, soit dans la position égyptienne ou en lotus (c'est-à-dire, les jambes croisées), si vous pouvez supporter cette position (souvent très désagréable pour un Occidental) sans efforts. Décidez que vous avez choisi de votre propre libre arbitre et volonté de faire cet exercice, et que vous ne le faites pas pour plaire à une autre personne ou par curiosité, ou parce que quelqu'un vous a persuadé de le faire, ou bien parce que vous en attendez un avantage ou en espérez un profit matériel en vous conduisant de la sorte. Soyez absolument sûr que vous faites ce que vous allez faire parce que c'est vous-même qui voulez l'exécuter comme tel. La soumission à la volonté d'un autre ne conduit jamais à rien.

3. Regardez droit devant vous. Si c'est à l'intérieur, regardez un objet ou un point donné sur un mur. Si c'est en plein air, regardez un arbre ou autre objet naturel, mais sans y prêter attention et sans fixer forcément le regard sur la place ou l'objet ; regardez sans voir, pour ainsi dire. La raison pour laquelle il faut regarder vers quelque chose de bien défini, c'est que, si on ne le fait pas, les yeux ont une tendance à rouler involontairement.

4. Détendez votre corps et votre esprit. Notez comment vous respirez, mais n'essayez en aucune manière d'en changer le rythme ou de régler votre respiration d'une façon quelconque. Il faut seulement surveiller votre respiration consciemment. Devenez conscient de votre mécanisme respiratoire - comment il prend l'air et le fait pénétrer à l'intérieur (phase respiratoire) et comment il le rejette (phase expiratoire). Si vous êtes habitué de respirer avec la bouche ouverte mais êtes capable de respirer sans difficulté avec la bouche fermée, respirez par le nez. C'est la seule modification permise et conseillée à votre mécanisme respiratoire habituel, mais seulement si cela ne vous demande aucun effort supplémentaire et ne vous cause aucune gêne.

5. Ne prêtez aucune attention aux pensées, sensations ou sentiments qui peuvent s'introduire et vous distraire. Laissez les associations d'idées se poursuivre sans votre participation. Dites-leur, dans le silence de votre for intérieur : « Laissez-moi faire mon travail maintenant et vous ferez le vôtre plus tard ». Concentrez toute votre attention et toute votre conscience sur la détente du corps physique et sur l'observation du processus de votre respiration, tel qu'il se déroule naturellement.

6. Soyez conscient de la façon dont l'air pénètre dans votre nez. Est-ce qu'il entre par les deux narines par quantités égales et de la même manière ? Ou bien, est-ce qu'une des narines est plus active, plus ouverte, que l'autre ? Suivez avec attention l'air inspiré dans son parcours à travers le nez et les poumons sur une distance aussi longue que possible. Faites la même chose avec l'air expiré. Notez où, dans votre appareil respiratoire, vous perdez de vue l'air que vous venez d'inspirer, et où vous devenez de nouveau conscient de l'air que vous expirez. Mais notez soigneusement qu'il faut seulement observer, sans essayer de les modifier, le rythme ou la profondeur de votre respiration normale.

7. Avant de commencer chaque séance de cet exercice, matin et soir, prenez note de l'heure et essayez de rester calme physiquement, mentalement et émotionnellement pendant au moins trois minutes pour commencer, tandis que vous observez votre respiration. Pendant ce temps, soyez conscient exclusivement de votre respiration, tout autre processus étant fermement exclu du champ de votre attention.

Augmentez graduellement ce temps d'observation d'une ou deux minutes par jour, pas plus, jusqu'à ce que vous soyez en mesure de continuer cette observation impartiale de votre respiration normale pendant quinze minutes au moins. Il ne faut jamais prolonger cet exercice pendant plus de trente minutes au plus par séance.

8. Pratiquez cet exercice deux fois par jour, aussi près du coucher et du lever du soleil que possible, et chaque jour pour un mois lunaire complet (c'est-à-dire pour 28 jours consécutifs) avant d'entreprendre l'étape suivante. Les puristes conseillent de commencer cet exercice pour la première fois le jour-même de la nouvelle lune.

9. N'oubliez pas le compte-rendu journalier de chaque séance dans votre Livre des Efforts. Notez particulièrement les difficultés que vous avez rencontrées. Conjointement avec le premier pas pris sur cette voie (Section III), cet exercice forme, dresse et instruit l'outil indispensable qu'est l'ATTENTION.

Section VI. Quatrième pas : Sensation du corps

1. Avant de vous lever le matin, concentrez-vous sur la sensation de votre corps comme un tout. Laissez votre attention se promener partout, sur chaque partie du corps, du haut de la tête jusqu'au bout des orteils. Quelle proportion de votre corps sentez-vous ? Avec quelle clarté et intensité et à quel degré votre corps existe-t-il ? Notez toutes démangeaisons, tout lancinement, les places qui semblent être chaudes ou froides, les petites douleurs. De quelles tensions musculaires inutiles êtes-vous concients ? Quand vous vous en apercevez, laissez-les tranquilles pour le moment, n'essayez pas de vous détendre prématurément. D'abord faites de votre mieux pour devenir conscient de leurs limites précises. Notez les sensations de votre peau. Avez-vous une sensation nette de tout le corps ? Est-ce qu'il y a des parties qui manquent ? Savez-vous vraiment à travers la seule sensation où est votre tête en ce moment, relativement à votre poitrine ? Où sont vos organes sexuels ? Sont-ils présents ? Où sont vos oreilles ? Les autres parties du corps ?

2. Levez-vous, et continuez pendant votre toilette d'être conscient des sensations spontanées du corps. Est-il plus facile d'éprouver la sensation d'une partie du corps en mouvement ou quand elle est en repos ? À mesure que vous devenez de plus en plus conscient des différentes sensations et motions du corps (respiration, contraction du ventre, serrement des mains, froncement des sourcils, etc.), commencez à noter si vous trouvez des combinaisons, c'est-à-dire, des événements qui semblent former un tout, être sentis en même temps, parmi les différentes sensations et tensions. Notez que, de temps en temps, vous retenez votre souffle, par exemple ; peut-être même vous cessez de respirer pendant un temps plus ou moins court. Est-ce accompagné par quelque sensation ou tension spéciale de vos doigts ? De vos pieds ? Ou des contractions du ventre ? Du sexe ? Y a-t-il une relation entre les modifications du souffle et le regard ? Vous arrêtez-vous de respirer quand vous vous efforcez d'écouter, d'entendre mieux ? Ou quand vous éprouvez quelque sensation insolite de la peau ? Quelles autres combinaisons et parentés découvrez-vous ?

3. Vous pouvez commencer ce processus d'observation des sensations du corps dès que vous avez noté votre première observation-de-soi dans votre Livre du Savoir. Ceci n'est qu'une préparation à l'exercice qui est la quatrième étape proprement dite, la dernière donnée dans le présent article. Cette préparation est aussi essentielle et importante que la préparation à la première étape (décrite au paragraphe III. 1-4).

4. L'exercice que l'on va expliquer dans le paragraphe qui suit, s'appelle « sensation-du-corps » ou « sensation-de-soi » (à ne pas confondre avec la « sensation-du-Moi » qui en sera le résultat et dont il est le but). L'exercice doit être fait deux fois par jour : aussitôt que possible après le réveil et, en tout dernier lieu, avant de vous endormir. Ne commencez pas cet exercice avant d'avoir complètement réussi les deuxième et troisième étapes.

5. Asseyez-vous dans la position du pharaon. Enlevez vos lunettes, si vous en portez. Fermez les yeux. Détendez tous vos muscles autant que possible, en commençant par les petits muscles du visage autour des yeux et de la bouche. Il est plus facile de le faire si les yeux derrière les paupières fermées regardent vers le sol. Quand vous êtes sûr que tous les muscles du corps - autres que ceux qui doivent travailler pour vous tenir fermement assis, sans danger de tomber - sont complètement détendus, vérifiez encore une fois les muscles du visage, du cou, autour des épaules et de toutes les autres articulations.

6. Maintenant dirigez toute votre attention sur votre bras droit - devenez conscient du bras entier, du bout des doigts (sans oublier les ongles) jusqu'à l'épaule (sans oublier l'aisselle). Sachez que vous avez un bras droit, par sa sensation. Quand vous êtes conscient de votre bras droit aussi fortement que vous en êtes capable, retirez votre attention soudainement et complètement et placez-la sur votre jambe droite : soyez bien conscient de la jambe entière, du bout des orteils à la hanche (sans oublier l'aine) et la fesse droite. Autant que possible, devenez votre jambe droite - ne permettez à rien d'autre de co-exister dans votre conscience. Quand vous êtes complètement et entièrement conscient de cette jambe, retirez votre attention et placez-la de la même manière sur la jambe gauche. Puis, quand vous avez retiré votre attention de la jambe gauche, portez-la sur le bras gauche. Quand vous avez réussi ce premier tour, dites à vous-même silencieusement et avec conviction : JE SAIS QUE JE SUIS ICI.

7. Répétez le tout une seconde fois, mais, cette fois-ci, essayez de conserver la sensation dans chaque membre aussi longtemps que possible. Dès que la sensation commence à diminuer, retirez votre attention entièrement et délibérément. Ne permettez pas à la sensation de disparaître d'elle-même, contre votre volonté. Ce deuxième tour est d'habitude plus facile que le premier, et vous devez être bien conscient cette fois-ci d'une sensation certaine dans chaque membre et chaque partie du corps. La sensation éprouvée est décrite de façon différente d'une personne à l'autre. Faites le parcours complet du cycle - c'est-à-dire : bras droit, jambe droite, jambe gauche, bras gauche - et alors portez votre attention sur tout le reste du corps, à partir des organes sexuels jusqu'au sommet de la tête. Maintenez cette sensation aussi longtemps que vous pouvez, puis retirez-la complètement avant qu'elle ne disparaisse d'elle-même. Quand vous avez réussi ce second tour, dites-vous intérieurement et avec une grande foi : JE SENS QUE JE SUIS MAINTENANT.

8. Dans les deux tours précédents, en passant d'une partie du corps à la suivante, vous avez retiré votre attention de la partie sentie et avez donc cessé de la « sentir ». Dans le troisième tour, il vous faut faire l'effort de ne pas perdre complètement la sensation du corps. C'est-à-dire, quand vous passez d'une partie à l'autre, vous ne retirez pas toute l'attention, mais gardez une partie de votre attention et continuez à éprouver la sensation. De cette façon, quand vous avez fait le tour complet du corps, vous serez conscient en même temps de la sensation de chaque partie, c'est-à-dire du corps tout entier. Gardez cette sensation aussi longtemps que possible avant de la retirer.

9. Le troisième tour s'effectue de la manière suivante : dirigez votre attention sur le pouce droit, puis l'index, et, l'un après l'autre, les autres doigts (majeur, annulaire, auriculaire). Laissez une partie de l'attention dans les doigts et passez à la paume, puis au dos de la main ; et de là au poignet. Continuez à laisser une partie de votre attention dans la main et le poignet et laissez votre attention circuler dans l'avant-bras du poignet au coude. Continuez et sentez le coude, le bras et l'épaule. Vous devriez maintenant être conscient du bras entier. Retirez votre attention du bras progressivement en sens inverse de votre parcours, c'est-à-dire, en commençant par l'épaule et en finissant par le bout des doigts. Dès que vous avez retiré complètement votre attention, replacez-la d'un coup dans le bras droit entier et continuez à être conscient de la sensation dans ce bras tandis que vous continuez l'exercice en faisant la même chose à la jambe droite, la jambe gauche et le bras gauche. Continuez à éprouver la sensation dans les quatre membres, et placez votre attention sur les organes sexuels externes, puis sur le périnée, l'anus et le coccyx. Avancez maintenant de bas en haut sur votre corps, et en montant le long de la colonne vertébrale, laissez à votre attention sentir les niveaux successifs du tronc - dos, côtés, ventre, puis poitrine, cou et enfin la tête. Pour cette dernière, commencez avec la sensation du menton, la lèvre inférieure, les gencives, les dents de la mâchoire inférieure, la langue, le palais et l'intérieur de la bouche, les gencives et les dents de la mâchoire supérieure, la lèvre supérieure, la joue droite, la joue gauche, le nez, l'oeil droit, l'oeil gauche, le front. À ce point, sentez votre visage entier comme un « masque ». Alors passez aux tempes, au cuir chevelu, à l'oreille droite, à l'oreille gauche et à la nuque. Retenez la sensation dans les membres, le tronc et la tête, c'est-à-dire, le corps tout entier à la fois, pendant aussi longtemps que vous le pouvez. Avant de retirer votre attention du corps, dites-vous, de la même façon que précédemment : ICI - MAINTENANT - JE SUIS !

10. Ayant achevé l'exercice de la sensation du corps, devenez bien conscient que c'est bien vous qui avez fait ce travail de diriger votre attention par un effort de votre propre volonté. Vous devez être très sûr et vous rappeler toujours que personne d'autre ne peut éprouver à votre place la sensation de votre corps. Ce n'est que vous-mêmes, votre JE réel ou votre MOI véritable qui est capable de le faire. Cet état de savoir et de ressentir que c'est JE-MOI qui agis, quand on commence vraiment de l'éprouver, s'appelle « présence-à-soi » ou « conscience-de-soi » ou « rappel-de-soi » ou « sensation-du-Moi ». C'est un état très spécial et très important et, quand on a réussi à l'éprouver, à le « sentir » et le « ressentir », il peut être reconnu par son « goût » particulier. Faites l'effort de vous rappeler ce goût, pour être capable de le déclencher à volonté toutes les fois que vous n'oubliez pas de vouloir être dans cet état, même si ce n'est que pour une fraction de seconde !

11. Dès que vous referez l'exercice de la sensation du corps, essayez d'être en même temps dans l'état de rappel-de-soi pendant toute la durée de l'exercice. Cet état d'avoir conscience-de-soi en même temps que la conscience de la sensation du corps, s'appelle l'état de « recueillement » ; gardez-le le plus longtemps possible, ne laissez pas la sensation s'effriter et disparaître contre votre volonté. Dès que vous remarquez que la sensation du corps commence à s'affaiblir, retirez votre attention par votre propre décision et de votre propre choix. Ne permettez jamais à la « volonté » de quiconque de prévaloir sur votre Volonté. Soumission à la volonté d'un autre ne conduit qu'à la perdition et PAS à la Conscience. La seule exception, si on peut l'appeler exception, est de se « soumettre » d'une manière intentionnelle et volontaire, pendant un temps strictement limité, et avec un but bien défini - votre propre but, jamais celui d'un autre, fut-il « dieu ».

12. Quand vous commencez à avoir le « goût » du « rappel-de-soi », de temps en temps gardez vos yeux ouverts pendant l'exercice de la sensation du corps. Faites-le de plus en plus souvent, jusqu'à la réussite de l'exercice complet les yeux ouverts. Comme l'observation-de-soi, l'exercice de la sensation du corps doit être continué jusqu'à la fin de votre vie corporelle.

Section VII Explications et notes complémentaires

0. Il y a plusieurs autres manières de commencer possibles, mais elles ne sont pas sans péril et peuvent égarer. Les quatre « étapes » indiquées ici sont celles qui conviennent le mieux pour initier l'entraînement « ésotérique », car elles s'accordent avec toutes les « écoles » que vous pourrez trouver par la suite et ne sont jamais en conflit avec une des vraies écoles. Si par hasard le « maître » que vous pensez avoir trouvé vous dit le contraire, méfiez-vous : son système n'est sûrement pas en contact avec une École Ésotérique authentique.

Dans les plus mauvaises conditions, ces quatre exercices n'auront aucun effet sur vous. Au mieux, ils peuvent faire de vous un candidat possédant déjà une préparation satisfaisante. Certainement ils ne gâchent pas la possibilité de trouver un véritable « Maître-Instructeur » sur l'une ou l'autre des voies possibles, n'étant en opposition avec aucune d'elles.

1. Cette section a un double but : elle essaie de répondre à quelques-unes des questions que vous vous posez au sujet des conseils et exercices donnés, et, en même temps, elle tente de donner une base théorique élémentaire mais ferme, pour vous aider à avoir une compréhension des mesures proposées. Le nombre double en tête de la plupart des paragraphes qui suivent, renvoie au paragraphe qu'il explique ou commente. Ainsi, par exemple, le paragraphe que vous êtes en train de lire est le VII.1.

2. 1.4. L'ordre dans lequel les livres conseillés devraient être lus n'est pas d'une grande importance. Mais, en général, il vaut mieux lire les livres plus courts et élémentaires avant les livres plus longs et plus difficiles. De ce point de vue, un ordre possible est : II, I, VII, III, V, VI et enfin IV (pour les livres en français) et e, a, d, c et b (pour les livres en anglais).

3. II.3. La raison de ce silence est très bien donnée dans un livre par K. Graf von Durckheim appelé HARA, et je le cite (en abrégé) : « Une des conditions nécessaires quand on entreprend le travail pratique, est la capacité de garder le silence. C'est tout à fait naturel pour un débutant de vouloir parler de son entreprise et des nouvelles expériences acquises par sa pratique. Mais s'il en parle, il détruit tout et empêche le développement du nouvel homme. Le travail pratique permet à un corps nouveau de se développer secrètement, et ce corps ne prospère pas si l'on en parle. Le NOUVEAU qui se développe ne peut croître que dans le silence. La seule discussion permise, la seule qui n'affaiblit pas, est celle entre le Maître et son disciple ». Le Grand Maître français du dernier siècle, Eliphaz Levi Zahed, nous apprend que : « Les quatre mots du Mage sont : SAVOIR - OSER - VOULOIR - SE TAIRE ».

4. II.5. Du point de vue ésotérique, le « jour » commence avec le coucher (et non pas le lever) du soleil, et finit au coucher suivant (voir Genèse I : 5, 8, 13, 19, 23 et 31). Donc si vous désirez être un puriste, suivez cette pratique. Le jeûne conseillé n'a aucune signification mystique. Son but principal est de faire savoir à votre corps qu'une nouvelle phase de votre vie ensemble commence. C'est aussi une petite mise à l'épreuve de votre volonté. Enfin, c'est un « choc » mineur et sans danger pour tout votre organisme.

Naturellement, si vous souffrez d'une condition quelconque pour laquelle jeûner est nuisible, sinon dangereux (tel le diabète), n'essayez pas de jeûner. Tout le monde n'est pas d'accord sur le fait de savoir si quelqu'un qui n'est pas complètement sain de corps et d'esprit doit s'embarquer dans une des voies qui conduisent aux expériences occultes. Si l'on jeûne, il ne faut pas jeûner ouvertement, et, si quelqu'un s'en aperçoit, il ne faut faire aucune insinuation quant à son but. Le mieux est que personne ne sache que vous jeûnez. Si vous le désirez, vous pouvez jeûner plus d'un jour, mais, à moins d'avoir déjà une grande expérience du jeûne, il ne faut jamais rester plus de 72 heures sans manger. En tout cas, pas la première fois.

5. Saisissons ici l'occasion de parler de la question de l'alimentation. Le régime carnassier n'est ni condamné, ni conseillé. Le régime végétarien non plus. Mais il se peut qu'un végétarien qui doit passer toute sa vie parmi les mangeurs de viande soit plus intoxiqué par leurs émanations que les autres mangeurs de viande. Dans son livre « Le Centre du Cyclone », John C. LILLY, conseille un régime avec beaucoup de protéines animales pour faciliter l'acquisition d'un état de Conscience Supérieure. Ce que vous mangez et comment vous le mangez est votre affaire, et les exercices que l'on vient de vous proposer vous aideront à faire le meilleur usage possible des énergies nécessaires à un développement-de-soi conscient, dans la mesure où ces énergies sont présentes dans votre alimentation.

L'alcool est une autre substance à discuter. La tradition occulte le considère comme anathème (excepté dans ce qu'on appelle la « magie noire » ou le « sentier de la main gauche »). Mais plus d'un occultiste contemporain ne l'interdit pas, et plusieurs même en font usage. De la même façon que pour la viande, ce système ne conseille ni ne condamne l'usage de l'alcool. Ce qui est conseillé, pourtant, c'est la modération.

Fumer du tabac est également non interdit, pourvu que chaque cigarette, cigare ou pipe soit fumé consciemment, c'est-à-dire, avec une pleine appréciation de tous les effets immédiats et à longue portée qu'ils ont sur le corps physique. Il est important que fumer soit une action intentionnelle chaque fois qu'on va fumer. Elle doit être délibérée, volontaire, et non pas une action mécanique, accompagnant quelque autre activité (telle que lire, écouter de la musique, converser ou manger).

Mais il faut bien comprendre que toutes les drogues auxquelles on s'adonne ou qui deviennent une habitude, sont tout à fait incompatibles avec le développement de la volonté personnelle et du rappel-de-soi, donc avec la présence d'un état de Conscience Supérieure. La même chose s'applique à la soumission à l'hypnose, même pour des buts dits « thérapeutiques ». Il n'y a rien de plus nuisible que l'hypnose et ceux qui la pratiquent commettent ce que la Bible appelle « Je péché contre le Saint-Esprit » qui est la seule transgression qui ne peut être pardonnée.

6. II.6 (A). L'homme n'est pas encore une « Unité » et dans chacun de nous il y a un grand nombre de petits « moi » qui aiment tous agir à leur gré. Chacun de ces « moi » ou « je » évanescents se conduit pendant un temps plus ou moins long comme s'il était le seul « roi » permanent et prend des engagements au nom de l'homme. Le mieux, quand on commence une entreprise nouvelle, surtout si elle est importante, c'est d'impliquer dès son commencement le plus grand nombre possible de ces petits « moi-je » pour obtenir leur co-opération, ou tout au moins pour qu'ils ne s'empressent pas de s'y opposer. C'est pourquoi votre nom légal, tel qu'il est sur votre acte de naissance et de baptême, sur votre carte d'identité et passeport, etc., doit être employé le premier, suivi des surnoms d'enfance, d'école ou de régiment, du nom par lequel on vous connaît dans votre profession ou le monde des affaires, et de toute autre appellation dont vous avez fait usage dans la vie, même si vous ne l'utilisez plus depuis très longtemps. Le dernier nom est le « nom-en-magie » que vous avez choisi ou reçu en devenant membre d'un ordre fraternel ou initiatique, même si vous n'en êtes plus un membre actif. Si vous avez un tel nom, vous savez déjà qu'il ne doit jamais être révélé aux « profanes » et qu'on ne doit en faire usage que d'après les règles de la société à travers laquelle vous l'avez acquis et auxquelles vous avez promis d'obéir. Il ne faut pas inventer un tel nom en vue du travail dont il s'agit ici. Faites-en l'usage seulement si vous le possédez déjà.

7. II.6 (A) 3. Ne perdez pas de temps à penser à la signification des mots « dans ma vie présente et dans chaque vie qui me serait octroyée ». Au stade présent toute réflexion à ce sujet ne conduit à rien d'utile et il importe peu que vous croyiez ou non à la réincarnation, à la résurrection, à la récurrence, etc. Il est tout à fait inconséquent de s'en occuper, car vos pensées ne changeront rien à la réalité, quelle qu'elle soit.

8. II.6 (C). Le but ultime est très important et vous devez faire le plus grand effort possible pour le déterminer de façon aussi précise que possible. Si un jour seul ne vous suffit pas, n'hésitez pas à vous en occuper pendant autant de jours qu'il le faut pour bien cerner ce but. Assurez-vous non seulement que c'est bien ce que vous désirez obtenir plus que tout autre chose, mais que votre formulation de ce but est absolument claire et sans équivoque. C'est un but qui ne peut changer, quelles que soient les circonstances de votre vie à venir, et qui ne doit pas dépendre de l'humeur du moment. Évidemment, ce n'est pas une chose aisément accessible et à la portée de la main dans la vie courante.

9. II.6 (D). Le but « intermédiaire » est celui qui conduit vers le but ultime et qu'il vous semble possible d'atteindre dans la vie présente, tenant compte de votre âge, état de santé, etc. Le but « à longue portée » ou « à longue échéance » est celui que vous êtes raisonnablement sûr de pouvoir atteindre par un travail soutenu dans un avenir qui n'est pas trop éloigné. Le but « à courte échéance » est celui que, tenant compte des circonstances de votre vie actuelle, vous pouvez compter atteindre dans un temps prévisible et assez proche. Il doit, naturellement, être en accord avec votre but à longue échéance et y conduire, en route vers le but intermédiaire.

Le but « immédiat » est celui que vous visez à atteindre aussitôt que possible et pour lequel vous faites tous les efforts nécessaires en vous concentrant sur ce but. Il doit, évidemment, être un but qu'il est possible d'atteindre dans votre état présent et sans une difficulté excessive. Il doit aussi être quelque chose qui conduit vers votre but à courte échéance. Par exemple, votre but immédiat peut être de vous lever le matin avant le soleil pour être en mesure d'exécuter un exercice spécial qui doit être fait exactement au lever du soleil. Un autre nom pour le but immédiat est « l'obstacle » le plus proche qu'il faut surmonter (par un sur-effort, si cela est nécessaire) pour pouvoir progresser sur la voie de l'auto-développement conscient. Chacun de ces buts immédiats, même s'il est « tout petit » et facile à exécuter en comparaison avec les autres buts plus éloignés, peut très bien paraître « grand » et difficile à surmonter, étant si près, et vaincre cet obstacle, atteindre le but fixé, peut représenter souvent un triomphe de belle envergure.

10. Un grand nombre des écoles et des sociétés secrètes ou occultes font usage de l'allégorie comme artifice d'explication des mystères qu'elles enseignent. Notons que même notre Grand Maître, le Seigneur JESUS-CHRIST, se servait de « paraboles ». La série des buts peut-être exprimée allégoriquement de la manière suivante :

Vous désirez faire l'ascension du plus haut pic de la plus grande chaîne de montagnes connue. La route, quoique raide, semble être faite de marches inégales, avec ici et là des plates-formes plus ou moins grandes où l'on peut se reposer sur l'herbe - peut-être même parmi de belles fleurs. Il y a aussi sur le chemin des cafés et des restaurants où on peut se désaltérer et manger, et il y a même plusieurs auberges où il est possible de passer la nuit.

Nous pouvons comparer les marches successives inégales à nos buts immédiats, chaque petit plateau à un but de courte échéance, les restaurants aux buts à longue échéance, et chaque auberge au but intermédiaire. Il est clair que le sommet est notre but ultime.

11. II.8. En faisant cet exercice « religieusement » chaque jour, vous trouverez que vous vous rappelez, de plus en plus facilement et en plus grand détail, vos rêves, qui semblent non seulement devenir plus nombreux, mais aussi plus frappants, en couleurs éclatantes et pleins de sons quadriphoniques, sans parler de l'odorat, du toucher et du goût, qui deviennent de plus en plus perceptibles et sont accompagnés de réactions émotionnelles de plus en plus fortes et mémorables. C'est un entraînement excellent de vos pouvoirs d'observation externe et interne, ainsi que de votre mémoire. De plus, cet entraînement précieux n'empiète nullement sur votre temps de travail ou de distraction.

12. II 1.5. Il y a sept conditions indispensables pour une observation-de-soi correcte et profitable. L'auto-observation doit être exécutée :
(1) Sans critique ni commentaire ;
(2) Sans essai de changement ni de contrôle ;
(3) Sans analyse ;
(4) Au moment présent ;
(5) Avec l'auto-présence ou le rappel-de-soi ;
(6) Avec tous les organes des sens possibles ;
(7) Tout le temps et partout.

13. III.6. Un exemple éclaircira la différence entre un journal ordinaire et le compte rendu de l'auto-observation. Si vous observez que chaque fois que vous voyez un mendiant dans la rue, votre corps se raidit, vous devenez tendu, vos yeux cherchent à regarder ailleurs et vous vous trouvez décidé à n'entendre aucune demande d'aumône, cela est une observation-de-soi à noter comme telle, sans détails descriptifs de l'événement. Dans un journal, au contraire, vous noterez plutôt combien de fois vous avez vu un mendiant, à quel endroit, quelle était son apparence, et vos raisons pour ne rien lui donner.

14. IV.4. Cet exercice est aussi appelé quelquefois « confrontation ».

15. Il est tout à fait légitime de prendre note immédiatement soit d'une observation qui vient d'être faite, soit d'un nouveau but immédiat qui se présente ou bien d'un changement ou d'une addition à vos buts à courte ou même longue échéances. Toute note rapide de ce genre doit être inscrite le même jour dans le Livre approprié, avec l'heure et la date où cette observation, modification ou addition a été faite. Notez bien que, pour que votre auto-développement conscient soit d'un bon profit, il faut absolument avoir un but précis avant de commencer l'étude-de-soi, qui serait moins, utile si vous ne conservez pas la trace de vos auto-observations. Une telle étude n'est utile qu'en proportion de l'intensité de vos efforts et de votre assiduité dans le travail vers un état de conscience supérieure.

16. V.1. Ne vous faites aucun souci de ne pas être en état de remplir toutes les conditions idéales et désirables. Faites vos exercices n'importe où et n'importe quand, pourvu que l'endroit et l'heure vous permettent de les faire de votre mieux pendant la durée voulue sans crainte d'être dérangé ou interrompu. Habillez-vous convenablement, c'est-à-dire, de façon à ne pas avoir fâcheusement froid ou chaud. Les habits ne devraient pas être trop collants ou serrés, ce qui attirerait votre attention sur une partie gênée du corps au lieu de la porter exclusivement sur l'exercice à faire. Ne vous laissez pas aller à penser ou sentir qu'il y a insuffisance ou imperfection de votre part, et ne vous permettez pas d'être peu sûr de vous ou de rester dans un état d'incertitude sans immédiatement prendre les démarches nécessaires pour vous guérir de cette ignorance. Et la première mesure à prendre est d'observer que vous êtes dans un tel état de manque sans lui permettre de vous précipiter dans quelque émotion négative.

17. V.4. La plupart des gens ne savent pas que l'état d'activité des muscles ou autres organes (c'est-à-dire, leur usage pour ce qui est nécessaire en ce moment) peut être un état d'activité calme et relâchée, tandis que très souvent un muscle ou organe apparemment en repos (c'est-à-dire, qui ne participe pas à ce qu'il faut faire), peut au contraire être dans un état de tension tout à fait inutile.

18. V.7. Si vous êtes tout à fait sûr d'avoir acquis le sens de l'heure exacte (voir II.2), un compte-minutes n'est pas nécessaire. Mais si vous n'en êtes pas sûr, si vous avez le moindre doute à ce sujet, il est bien mieux de faire usage d'un compte-minutes ou autre appareil à mesurer le temps.

19. V.9. C'est une partie essentielle de tous les exercices.
Si les Livres des Buts, de la Mémoire, du Savoir et des Efforts ne sont pas proprement entretenus et ne sont pas à jour, vous risquez de perdre votre temps inutilement, ainsi que votre énergie, sans rien acquérir, pas même une auto-discipline. Chaque fois que vous inscrivez une note dans l'un des Livres, relisez votre dernier but immédiat et le but à courte échéance, avant de faire votre compte-rendu. Si vous le désirez, relisez tous vos buts aussi souvent que vous voulez.

20. VI.4. L'effort de faire l'exercice visant à obtenir la sensation du corps chaque matin et chaque soir pendant au moins cinq minutes, procure un bénéfice inestimable dont la valeur est indicible et multiple. D'abord, il n'est pas possible d'obtenir la sensation sans un effort conscient. La sensation « normale » n'est jamais mécanique (comme l'est la douleur ou autre gêne, c'est-à-dire, les sensations anormales). Tant que vous êtes dans l'état de recueillement, vous êtes aussi près de votre MOI véritable qu'il est possible de l'être. Et puis, cela vous permet d'acquérir la Volonté par la discipline du corps. Et cela aide à construire le corps Astral. De plus, quand vous êtes dans cet état, personne ne peut vous hypnotiser.

21. VI.6. Une des difficultés de cet exercice est qu'on s'égare constamment et inconsciemment dans une rêverie. Naturellement, cela nous empêche de faire l'exercice correctement, c'est-à-dire, consciemment, car dès que notre attention a été captée par la rêverie, nous commençons à imaginer que nous travaillons, quant en fait, il n'en est rien. La rêverie inconsciente est un processus tout à fait inutile et ne conduit pas au développement-de-soi. L'essentiel de cet exercice est de ne pas se permettre de penser à autre chose qu'à l'expérience propre de la sensation du corps.

22. VI.7. Éprouver une sensation n'est pas du tout la même chose que de ressentir un sentiment ou penser ou savoir. Nous pensons et connaissons avec notre intellect, nous ressentons avec nos émotions et sentiments, mais nous sentons avec les organes des sens de notre corps physique. On peut dire que ces trois types différents d'expérience ont lieu et se font apprécier à l'aide de trois centres ou cerveaux différents : le centre ou cerveau Actif (ou Moteur-Instinctif, physiquement situé dans la moelle épinière), le centre Penseur (physiquement situé dans le cerveau crânien), et le centre Émotionnel ou Sentimental (dont le « cerveau » est la partie de notre système nerveux appelé « autonome », les nerfs, ganglions et plexus sympathiques et parasympathiques).

23. VI.9. En faisant l'effort de sentir, il faut que vous soyez complètement au repos et détendu, sans raidir aucune partie du corps. Si vous le désirez, vous pouvez, silencieusement et intérieurement, répéter en vous-même l'ordre dans lequel vous placez votre attention sur les différentes parties du corps. Pour beaucoup de gens, cela rend plus facile - au commencement - de garder l'ordre correct de l'exercice et empêche l'état de rêverie de s'insinuer. Si vous vous apercevez que vous allez vous endormir ou rêvasser, levez-vous immédiatement, marchez autour de votre siège, asseyez-vous de nouveau et reprenez l'exercice à son début, c'est-à-dire, le premier tour (VI.6).

24. Quelques personnes sentent leur corps plus facilement si elles dirigent leurs yeux vers la partie qu'on doit sentir, ou en imaginant (visualisant) cette partie. C'est permis, surtout quand on commence l'exercice pour la première fois, pourvu que la tête ne bouge ni ne s'incline pas et qu'il soit bien compris que le but de l'exercice est de devenir conscient de la sensation qui est toujours dans notre corps, mais que nous ignorons et ne percevons pas en un état ordinaire de conscience. L'exercice n'est certainement pas un exercice de visualisation (imagination) et on ne doit pas en faire usage comme tel.

25. VI.10. La présence-à-soi et la conscience-de-soi commencent par l'emploi intentionnel de notre faculté d'attention dirigée pour sentir le corps, savoir que je suis ici pour faire cela et que ce qui est fait est fait par moi-même, maintenant, actuellement et volontairement. Quand on a atteint cet état complètement, même une seule fois (nous parlons de l'état d'être présent et conscient de soi), c'est le commencement de la possibilité de sentir, de ressentir et de se rappeler-de-soi à n'importe quel moment et n'importe où ; qu'on soit seul ou non. Quand cela devient possible, c'est une indication de la présence du corps Astral.

26. VI.11. Quand vous êtes dans l'état de « recueillement », c'est un temps propice, sinon le meilleur, de vous rappeler votre but le plus immédiat ou bien de décider sur un but particulier à atteindre ce jour même. Il n'est pas besoin qu'un tel but soit particulièrement difficile. Vous pouvez, par exemple, décider de penser au Soleil, et de le saluer, précisément à midi juste.

27. VI 1.5. Si vous désirez en connaître davantage sur les effets de la consommation de la viande et comment remédier aux conséquences nuisibles de ces effets, vous pouvez lire un ouvrage très difficile : « Récits de Belzébuth à son petit-fils », par G.I. GURDJIEFF. Toute la question de l'hygiène sexuelle nécessaire à l'aspirant au développement-de-soi conscient est aussi pleinement expliquée dans cet ouvrage, mais les informations sont distribuées en divers endroits du texte, ce qui nécessite un travail très ardu pour les trouver et ramener ensemble tout le savoir de grande valeur qui est dissimulé dans ce livre. Le chapitre qui contient le plus d'indications utiles au sujet de l'alimentation est peut-être le chapitre 42.

28. VII.10. L'allégorie, les paraboles, les contes de fées et les mythes souvent contiennent des enseignements ésotériques très importants, qui ne pourraient pas être exprimés autrement. Le plus souvent il est nécessaire de comprendre le sens des symboles dont la fable fait usage, pour arriver au véritable sens caché à l'intérieur du conte. Le sens premier du mot « symbolisme » est « mettre ensemble » et c'est le vrai opposé du mot « diabolisme » qui signifie « diviser et disperser ».

29. VII.15. Un des Sept Péchés Cardinaux et mortels est l'Accidie, qui veut dire : « être sans but ».

30. VII.24. La capacité de bien imaginer ou visualiser est très précieuse et la pratique de la visualisation est d'une grande utilité à l'occultiste, mais il est important de ne pas mélanger les exercices dont les bases et les buts sont différents et qui sont préparés pour produire des effets différents. Si vous voulez améliorer votre faculté de visualisation, n'hésitez pas à vous y exercer aussi souvent et autant que vous voulez, mais pas pendant la période de temps consacrée à un autre exercice déterminé. Relisez aussi très attentivement l'instruction préliminaire et vitale qui commence la deuxième partie de cet article, et suivez le conseil donné. Un des moyens les plus efficaces d'exercer l'imagination, est l'étude du Tarot.

31. Trouver un Maître véritable est très difficile. Même un simple Instructeur averti, avisé et authentique ne peut se trouver sans grands efforts. Méfiez-vous de ceux qui proclament à haute voix qu'ils sont des « maîtres » et offrent à vous instruire moyennant paiement. Méfiez-vous trois fois plus des soi-disant « maîtres » qui exigent non seulement votre argent, mais aussi votre complète obéissance aveugle.

32. Le dernier, mais pas le moindre, conseil et avertissement.

Plus que tout, n'oubliez jamais qu'un esclave, un singe, un lapin hypnotisé, un chien servile, un serviteur qui obéit sans raisonner, une machine, un robot ou une marionnette NE PEUVENT PAS atteindre un vrai et durable état de Conscience Supérieure. Ils ne sont que des outils inconscients, sans volonté et sans âme, dans les mains d'un manipulateur sans scrupules qui en fait usage à ses propres fins égoïstes et basses, sans aucun souci du salut physique, moral, psychique ou spirituel de la pauvre dupe victime. L'exigence d'une soumission entière et l'abandon de ses principes moraux pour obéir sans question et sans condition, ne profite jamais à celui qui est ainsi contrôlé, dominé, manipulé et régi, et qui en fait est le plus souvent irrémédiablement mutilé par le processus, devenant quelque chose qui n'est plus humain : un zombie dément.

Ce qui conduit à la Conscience Supérieure dans les meilleures conditions et le plus rapidement, c'est l'exercice de sa propre Volonté, son Individualité et la Discipline-de-Soi imposée par soi-même et non pas par un autre. La soumission aux ordres, le plus souvent « secrets », d'un chef quelconque ne conduit pas à une amélioration de l'état de conscience, ni à la Liberté Intérieure. NE vous LIVREZ JAMAIS à la volonté de celui qui désire vous imposer l'abandon de votre propre Individualité ou « moi », en vue de le remodeler d'après ses idées sur ce que vous devrez être, pour lui être plus utile, et qui vous impose la façon dont vous devez conduire votre vie et ceux que vous devez « aimer ».

De plus, soyez très méfiant d'un soi-disant « maître » qui vous impose sous serment le secret absolu et pour toujours sur son enseignement et vous ordonne de dissimuler en toutes circonstances ce que vous et votre groupe faites sous sa direction. RAPPELEZ-VOUS ce que le Seigneur BOUDDHA disait à ses disciples : « Le désir de faire des choses en secret, Ô Chelas ! est une caractéristique de trois choses : les amours illicites, les mensonges des prêtres et toute aberration qui conduit à sortir de la Voie de la Vérité. Les amoureux clandestins et adultères cherchent le secret et évitent la publicité ; les prêtres qui prétendent recevoir des révélations et posséder des pouvoirs spéciaux, cherchent le secret et évitent la publicité ; et tous ceux qui s'égarent et quittent la Voie de la Vérité, Ô Disciples ! Cherchent le secret et évitent la publicité. »

Il est vrai que le SILENCE sur votre Travail Intérieur est absolument nécessaire, tout au moins pour un temps. Il est également vrai que celui qui par ses efforts conscients parvient à connaître certaines vérités, doit les partager avec d'autres êtres qui le méritent, et la décision quand et à qui parler reste avec lui seul, et ne doit être ni imposée ni interdite par un autre. Surtout ne vous inclinez pas aux exigences qui violent les principes de votre propre Conscience Morale.

Le mot d'ordre est : HALTE ! Cessez d'être un singe - veuillez votre propre Vie, votre Volonté et votre véritable MOI-JE, mais, plus que tout, RAPPELEZ-VOUS vous-même et devenez ainsi un INDIVIDU INDEPENDANT ici et maintenant. Il n'y a aucune autre voie menant à la suprême CONSCIENCE OBJECTIVE ET COSMIQUE ET A LA VIE REELLE que d'être JE SUIS - ne l'oubliez jamais et continuez toujours de vous RAPPELER votre ETRE.

passage extrait de http://fr.groups.yahoo.com/group/gnosis_fr/message/7128

Avatar du membre
Messages : 6374
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Gurdjieff et la 4ème Voie

Message le 4 novembre 2013, 20:45


Répondre

Retourner vers « Samaël Aun Weor vous guide à travers les enseignements »