Danger du Cinéma, de la Télévision et se Protéger des Acteurs

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Danger du Cinéma, de la Télévision et se Protéger des Acteurs

Message le 7 décembre 2016, 21:11

LE THÉÂTRE, LE CINÉMA, c'est quelque chose qui cause de graves dommages chez l'être humain. Autrefois, par exemple en Babylonie, le théâtre était complètement objectif ; il avait comme unique objet l'ÉTUDE DU KARMA et l'instruction qui devait être donnée aux assistants. Les acteurs n'apprenaient aucun rôle par coeur ; quelqu'un entrait en scène sans avoir étudié aucun rôle ; il s'auto-explorait sincèrement lui-même dans le but de savoir ce à quoi il aspirait le plus ; et ce qu'il désirait le plus était ce dont il parlait. Supposons qu'il ait voulu boire, alors il s'exclamait sincèrement :

- « J'ai envie de boire ! »

Un autre apparaissait ; il écoutait cette phrase et s'auto-explorait lui-même pour voir ce qu'il ressentait en lui et il répondait selon ce qu'il ressentait :

- « Moi, je ne veux pas boire ; à cause de l'alcool, je suis allé en prison, à cause de l'alcool, je suis dans la misère ».

C'était ce qui lui était réellement arrivé, car il n'allait pas affirmer quelque chose de faux.

Un troisième (car pour ça il y avait toujours un groupe d'acteurs) apparaissait ipso facto ; pareillement, il n'allait pas dire autre chose que ce qu'il ressentait au fond de sa Conscience : quelque chose qu'il avait vécu, qui était en relation avec ce que les deux autres étaient en train de dire :

- « Moi, (supposons) j'ai eu beaucoup d'argent, un beau foyer, une femme, des enfants, mais à cause du vin, voyez ce que je suis devenu, messieurs ! »

Plus loin apparaissait une pauvre femme, une autre artiste :

- « J'ai perdu mon fils à cause de la boisson ; j'ai perdu mon fils à cause de cette liqueur maudite ! »

Et ainsi commençait à se dérouler un drame, une scène improvisée qui pouvait souvent finir de la manière la plus dramatique.

Les scribes écrivaient avec beaucoup de rigueur, non seulement le déroulement du drame en soi, mais même le résultat final ; ensuite, ils sélectionnaient toujours le meilleur de cette pièce et, de cette manière, ils parvenaient à connaître les résultats karmiques de telle ou telle scène.

Il y avait beaucoup de scènes : des scènes d'amour, des scènes de guerre ; mais toutes exprimaient toujours la spontanéité, le naturel, et non quelque chose que l'Intellect inventait artificiellement ; non, ce qui surgissait, c'est ce que chacun des acteurs avait vécu ; voilà l'ART OBJECTIF de la Babylonie.

À cette époque, mes chers frères, les acteurs étaient réellement très différents ; la musique utilisée instruisait adéquatement le CERVEAU ÉMOTIONNEL ; c'était une musique spéciale.

Ils savaient parfaitement que dans l'organisme humain existent, dirons-nous, certains ganglions qui se sont formés avec les sons de l'Univers et ils savaient manipuler tous ces ganglions, toutes ces parties de l'Être, grâce aux différentes combinaisons musicales ; ainsi, grâce à la musique, ils instruisaient le Cerveau Émotionnel.

Vous savez qu'une marche guerrière nous donne envie de marcher ; qu'une musique funèbre nous invite à méditer, à réfléchir; qu'une musique dite romantique nous ramène des souvenirs des temps anciens, etc., avec leurs nuits d'amour...

Ils combinaient intelligemment les sons pour instruire sagement le Cerveau Émotionnel. Voyez comme c'est intéressant !...

LE CENTRE DU MOUVEMENT recevait aussi généralement des enseignements, grâce aux Danses Sacrées ; ces danses étaient extrêmement importantes en Babylonie. Chaque mouvement équivalait à une lettre et l'ensemble des lettres contenait certaines prières, certaines thèses, certaines antithèses, certaines instructions ; ainsi, tout l'auditoire recevait une culture extrêmement riche.

C'était un autre type de théâtre ; les artistes n'étaient pas appelés « artistes » mais « ORPHÉISTES », dont l'interprétation signifie : « sujets qui ressentent de manière très précise les activités de l'Essence, de la Conscience ».

Mais, après la culture gréco-romaine, le théâtre dégénéra ; les orphéistes disparurent et alors surgirent ceux qu'on appelle les « artistes comiques », les acteurs...

Je me rappelle très bien qu'il y a encore environ cinquante ans, plus ou moins, on appelait vulgairement les acteurs des « comédiens » et on les regardait avec beaucoup de mépris. Au Moyen Âge, on avait promulgué une loi qui obligeait les acteurs à se raser, à s'enlever tout signe de masculinité. Dans quel but ?

Celui-ci : en premier lieu, ils devaient, bien sûr, se maquiller selon le drame qu'ils devaient jouer ; deuxièmement, eh bien, on voulait avant tout faire en sorte qu'ils se différencient des autres personnes ; on savait que ces acteurs modernes émettaient, disons, une IRRADIATION dangereuse, infectieuse, hautement HANASMUSSIENNE ; et comme ils se rasaient et ôtaient les signes de leur masculinité, chacun pouvait éviter de passer près d'eux ou de leur serrer la main.

Si vous observez attentivement la vie de ceux qu'on appelle « artistes de théâtre », vous sentirez et vous pourrez capter, si vous êtes un petit peu sensitif, le type de radiations hanasmussiennes qu'ils émettent et qui infectent le Mental des gens.

Aujourd'hui, cette coutume est dépassée ; il n'y a plus aucune loi promulguée en ce sens à leur encontre ; on leur serre la main, on les traite d'égal à égal et on veut même les imiter ; ils peuvent ainsi distiller pernicieusement leurs Ondes d'Hanasmussens dans le Mental de toutes les personnes.

Ça fait un peu mal de devoir dire cela, parce qu'il y a beaucoup de gens qui vivent de l'art dramatique, de la scène, enfin, qui sont acteurs ; mais nous devons nous placer sur le plan des réalités concrètes.

Les personnes qui ont plus de cinquante ans se souviendront précisément qu'il y a encore un demi siècle, on les regardait avec dédain, on les traitait comme de simples comiques ou comédiens, etc.

Bien sûr, ils se sont frayés un passage et, à présent, on les considère d'égal à égal, mais ils ne cessent pas pour autant d'émettre leurs ondes terriblement dangereuses.

Naturellement, ils apprennent par coeur des rôles absolument subjectifs, de choses qui ont existé ou qui n'ont jamais existé ; des comédies, des drames qui peuvent avoir une réalité ou n'en avoir aucune, qui sont uniquement des productions de leur Mental, et l'honorable public, devant les planches de la scène, « DORT » terriblement...

Quand je dis « DORT », je le mets entre guillemets, car je veux affirmer, de manière emphatique, que la Conscience de ceux qui y assistent entre dans la somnolence la plus profonde à cause du rêve.

Indiscutablement, ce type d'Art Subjectif met réellement fin à la nécessité des Perceptions Réelles... Qu'est-ce qu'un « TURIYA » ? Un « Turiya » est un homme qui peut parler face à face avec son propre Dieu Interne. Eh bien, cet Art de type Subjectif nous empêche réellement d'arriver à l'Etat de Turiya ; c'est pourquoi il est pernicieux.

Au nom de la vérité, je vous dis que, personnellement, le cinéma et la télévision ne me plaisent absolument pas. Lorsque, par curiosité, j'ai regardé parfois quelque chose à la télévision, j'ai eu ensuite un terrible remords de Conscience ; j'ai du procéder au nettoyage de tous les ÉLÉMENTAIRES qui s'étaient formés dans mon AURA et je n'ai pu retrouver à nouveau mon calme qu'après avoir désintégré jusqu'au dernier d'entre eux.

Car ce qui arrive, c'est qu'en voyant ces scènes, on répète mentalement, de manière automatique, ce qu'on regarde et alors la scène prend forme dans le mental ; avec la scène du mental (comme dirait monsieur Leadbeater) des Élémentaires se forment, des Élémentaires semblables à ceux qu'on a vus sur l'écran, qui volent une partie de notre Conscience, qui viennent vampiriser notre propre Conscience. Ceux-là, une fois établis dans le mental, causent beaucoup de dommages : ils dérobent, je le répète, une partie de notre Conscience ; ils se convertissent en créatures vivantes à l'intérieur de nous.

Quand j'ai regardé, je le répète, la télévision ou un film, j'ai dû ensuite souffrir beaucoup pour désintégrer les Elémentaires qui s'étaient forgés dans mon Mental... qui s'étaient formés... Et je suis parvenu enfin à les désintégrer, à force de travaux conscients et de souffrances volontaires. C'est pour cette raison que j'ai définitivement renoncé à la télévision, au cinéma, à tout.

Je vous explique cela pour que vous sachiez vous orienter, parce que si on veut véritablement arriver à s'éveiller, on doit savoir vivre ; si on veut se développer consciemment dans les Mondes Internes, se convertir en chercheur compétent de la vie des Mondes Supérieurs, on doit évidemment promouvoir ses propres « associations ».

extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -Eveil.php

voir également sujet de Pascal : télévision ou méditation : http://forum.don-et-compassion.com/view ... ?f=6&t=440

Répondre

Retourner vers « Activités et lieux ténébreux »