Position du Corps - Respiration - Présence Pensées Parasites

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Position du Corps - Respiration - Présence Pensées Parasites

Message le 2 mars 2013, 18:21

Avant tout, le plus important, c'est de savoir méditer. Il faut apprendre la technique correcte. Dans le monde oriental, on insiste beaucoup sur les positions de padmasana avec les jambes croisées, mais nous, nous ne sommes pas des orientaux et nous pouvons méditer selon nos coutumes et nos manières. De plus, les Orientaux ne méditent pas tous avec les jambes croisées. En tout cas, chacun doit adopter la position qui lui convient le mieux. Celui qui veut méditer avec les jambes croisées, eh bien, qu'il le fasse, nous n'allons pas le lui interdire, bien que ce ne soit pas la seule asana pratique pour la méditation. Pour une méditation correcte, nous pouvons aussi nous asseoir dans un fauteuil confortable, avec les bras et les jambes bien relaxés, le corps en général bien relaxé, sans aucun muscle tendu.

Il y a aussi celui qui veut prendre la position de l'étoile flamboyante à cinq pointes : les deux bras ouverts sur les côtés et les jambes ouvertes aussi sur les côtés, couché en décubitus dorsal sur le sol ou sur le lit, la tête au Nord. Enfin, chacun peut prendre la position ou la figure qu'il veut ou celle qui lui convient le mieux.

Si nous voulons vraiment sortir notre Conscience ou Essence du mental ou des sentiments ou du Moi psychologique, eh bien, peu importe la position que nous prenons ou à laquelle nous souhaitons donner une forme spéciale, n'est-ce pas ? La seule chose intéressante, c'est de savoir méditer, le reste est sans importance.

Quelqu'un peut prendre une position orientale s'il veut. Si un autre veut prendre une position occidentale, eh bien, il peut le faire. Si un autre veut prendre n'importe quelle autre position qui lui semble meilleure, eh bien, il peut le faire. L'important, c'est qu'elle soit confortable et qu'on puisse faire une bonne méditation. Chacun est chacun et la seule chose qu'on doit faire, c'est de chercher la position la plus confortable, sans se limiter à aucune règle ou modèle d'asana ou de système.

Il convient, par contre, de bien relaxer le corps, c'est indispensable quelle que soit la position, afin que le corps soit à l'aise, c'est évident.

Je vous ai très souvent expliqué comment on travaille avec le mantra HAM SAH qui se prononce ainsi : « Ham-Sah ». Ce mantra est le symbole merveilleux qui, en Orient, féconde les eaux chaotiques de la vie, le Troisième Logos.

L'important donc, chers disciples, c'est de savoir comment nous allons vocaliser ces mantras, quels sont leurs pouvoirs. Généralement, les forces sexuelles circulent de l'intérieur vers l'extérieur de manière centrifuge et c'est à cause de ça qu'existent les pollutions nocturnes quand on fait un rêve basé dans le centre sexuel.

Si l'homme organisait ses systèmes vitaux et que, au lieu de favoriser le système centrifuge, il utilisait le système centripète, c'est-à-dire qu'il fasse circuler les forces sexuelles de l'extérieur vers l'intérieur au moyen de la transmutation, même s'il avait un rêve érotique, il n'y aurait pas de pollution. Mais comme l'homme n'a pas organisé cette question sexuelle de manière centripète, eh bien, survient effectivement la pollution, la perte du sperme sacré ou liqueur spermatique.

Si l'on veut éviter les pollutions, on doit savoir organiser nos forces sexuelles. Ces forces sont intimement reliées au souffle, au prana, à la vie, c'est évident. Il existe donc une intense et profonde relation entre les forces sexuelles et la respiration qui, convenablement combinées et harmonisées, génèrent des changements fondamentaux dans l'anatomie physique et psychologique de l'homme.

L'important, c'est de faire refluer ces forces sexuelles vers l'intérieur et vers le haut de manière centripète. C'est ainsi seulement qu'il est possible d'effectuer un changement spécifique dans l'office et les fonctions que peut accomplir la force créatrice sexuelle. Il est nécessaire d'imaginer l'énergie créatrice en action durant la méditation, de la faire monter de manière rythmique et naturelle jusqu'au cerveau au moyen de la vocalisation du mantra que nous avons déjà expliquée dans ce chapitre, durant cette pratique de méditation, en n'oubliant pas les inhalations et exhalations de l'air de manière synchronisée, en parfaite concentration, harmonie et rythme.

Il est nécessaire de préciser que l'inhalation doit être plus profonde que l'exhalation simplement parce que nous avons besoin de faire circuler l'énergie créatrice de l'extérieur vers l'intérieur, c'est-à-dire faire l'exhalation plus courte que l'inhalation. Avec cette pratique, vient l'instant où la totalité de l'énergie s'écoule de l'extérieur vers l'intérieur et vers le haut, de manière centripète. L'énergie créatrice organisée, comme nous l'avons déjà dit, de manière centripète, de plus en plus profondément, de l'extérieur vers l'intérieur, devient évidemment un instrument extraordinaire pour l'Essence, pour éveiller la Conscience.

Je suis en train de vous enseigner le légitime Tantrisme Blanc, c'est la pratique qu'utilisent les écoles tantriques de l'Himalaya et de l'Inde, c'est la pratique grâce à laquelle on peut arriver à l'extase, au Samadhi ou comme vous voulez l'appeler.

Les yeux doivent être fermés durant la pratique. On ne doit penser absolument à rien durant cette méditation. Mais si, malheureusement, un désir arrive au mental, la meilleure chose que nous puissions faire est de l'étudier sans nous identifier à ce désir. Après l'avoir compris de manière intime, profondément, dans toutes ses parties, alors il est prêt à être mis à mort, à être désintégré au moyen de la lance d'Éros.

Mais si le souvenir d'un événement de colère nous assaille, que devons-nous faire ? Suspendre un instant la méditation et essayer de comprendre l'événement qui est arrivé à notre entendement, en faire la dissection, l'étudier et le désintégrer avec le bistouri de l'autocritique, et ensuite l'oublier et continuer la méditation et la respiration.

Si, soudain, le souvenir de n'importe quel événement de notre vie, de dix ou vingt ans en arrière, survient à notre mental, faisons le même usage de l'autocritique et utilisons le même bistouri pour désintégrer ce souvenir, pour voir ce qu'il a de vrai. Une fois que nous sommes sûrs que rien d'autre ne vient au mental, alors nous continuons avec la respiration et la méditation, sans penser à rien, en faisant doucement résonner le mantra HAM-SAH, tel qu'il se prononce, en prolongeant l'inspiration et en écourtant l'expiration.

Nous répétons le mantra : HAAAAAMMMMM-SAH, HAAAAAMMMMM-SAH, etc., avec une profonde quiétude et un silence authentique du mental. C'est ainsi seulement que l'Essence pourra s'échapper, ne serait-ce qu'un instant, pour se plonger dans le Réel.


Extrait de la conférence 175. Enseignements Fondamentaux sur la Méditation (La Science de la Méditation)

Répondre

Retourner vers « Méditation passive »