Sourate 33 Verset 50

Répondre
Messages : 55
Enregistré le : 07 septembre 2014
Sexe :
Zodiaque : Cancer

Sourate 33 Verset 50

Message le 30 octobre 2015, 00:01

Bon , ont en a déjà parler , ont va pas débattre la dessus , Mais Franchement il me torture ce verset !!!

« Ô Prophète ! Nous t'avons rendue licites tes épouses à qui tu as donné leur mahr ( dot ), ce que tu as possédé légalement parmi les captives qu'Allah t'a destinées, les filles de ton oncle paternel, les filles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, et les filles de tes tantes maternelles, - celles qui avaient émigré en ta compagnie, - ainsi que toute femme croyante si elle fait don de sa personne au Prophète, pourvu que le Prophète consente à se marier avec elle : c'est là un privilège pour toi, à l'exclusion des autres croyants. Nous savons certes, ce que nous leur avons imposé au sujet de leurs épouses et des esclaves qu'ils possèdent, afin qu'il n'eût donc point de blâme contre toi. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

je n'arrive pas a comprendre !!! Comment un Maître de la Loge Blanche avec la conscience complément éveillée , a-t'il pu épouser ses cousines , et en plus avec l'autorisation de l'Être Suprême ???????

Encore venant d'un pauvre animal intellectuel , limite j'aurait pu comprendre , Mais la ......

pars qu’en fait le problème , c'est que si c'était des Hadiths , Bon ont aurait peut-être pu prouver que c'était pas authentique , Mais la c'est un verset du Coran !!!!!

si Allah a fait descendre ça , c'est qu'il y'a quand même une raison , et c'est justement ce qui me turlupine !!

et selon ce que j'ai compris , pour comprendre le Coran , il faut connaitre la langue arabe , le contexte historique , et le sens ésotérique .

Alors la je ne vois qu'une solution possible pour résoudre ce problème définitivement : qu'un initié très avancé se dédouble en Astral et qu'il aille parler personnellement avec le Maître Mohamed , ou même , qu'il aille carrément dans les Archives Akashiques pour vérifier dans sa vie . et y'a aussi Yashodara , qui était la Femme du Maître Siddhartha Gautama Bouddha , Mais aussi sa Cousine , selon la Tradition .

la seule façon de savoir si toutes ces histoires sont vraies , c'est d'allez vérifier !!!

Donc , si vous connaissez des gnostiques très avancés , pouvez-vous leur demander s'il vous plait ?

pour ceux qui ne peuvent pas se dédoubler , esque vous pouvez s'il vous plait chercher si le Maître Samaël a parler de ces histoires de Mariage entre cousins ? pour voir ce qu'il en pense .....

ce verset n’arrêtera pas de m'obséder tant que je n'aurait pas trouver la clé !!!!
« Par la sagesse et la bonne exhortation, appelle les gens au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon . » ( Sourate 16 : verset 125 )

Avatar du membre
Messages : 678
Enregistré le : 08 juin 2015
Sexe :
Zodiaque : Taureau

Re: Sourate 33 Verset 50

Message le 30 octobre 2015, 03:34

Bjr christ intime,
Manuelito, nous a fait part une fois, de prendre la bible comme tres symbolique du debut a la fin, je suppose que c est la même chose pour le coran.
ce sont des livres de sagesse pour nous guider mais qui a un sens bien precis à mon avis et que bcp choses il ne faut pas prendre au pied de la lettre. Bcp de sectes et religions chretiennes prennent tout ce qui est dans la bible au pied de la lettre, au point que chacun donne sa version et tous veulent avoir raison. Je n ai pas eté eleve dans la tradition du coran, malheureusement je ne sais pas grand chose et ne peut t aider.

Peut etre c est la l occasion d investiguer par toi meme en pratiquant, bon je ne connais pas ton niveau de pratique, maitre Samael donne la priorité plus a la pratique qu à l intellectualisme.

Cependant tu as raison de demander des infos car il y forcement qqn qui te repondra en tmps et en heure. Comme dit le proverbe frappes et on t ouvrira.

Courage et paix a toi.
Wa-kanda soph.

Avatar du membre
Messages : 678
Enregistré le : 08 juin 2015
Sexe :
Zodiaque : Taureau

Re: Sourate 33 Verset 50

Message le 30 octobre 2015, 04:09

Voila ci dessous ce que manuelito nous avez repondu :
Selon les différentes ères, les choses changent, ce qui est verticale aujourd'hui, dans le passé aurait pu être horizontale.... Par exemple le maître nous parle des vestales des temples, avec qui les initiés pouvaient pratiquer l'arcane, ce qui n'est plus possible aujourd'hui. Mais l'inceste reste une faute, de la luxure. Et quand dans les écritures saintes, on nous dit qu'un prophète a épousé sa sœur, il ne faut pas le prendre littéralement.
Et pour finir, l'inceste est un péché contre l'Esprit-Saint.
Je t envois sur le sujet maithuna et inceste, a cet endroit, tu auras certaines reponses.

Ecoutes bien les gens qd ils parlent aujourdhui, à les entendre, tout le monde et freres, soeurs, cousins, cousines de sang etc :
hello cousin !!! ... alors ma soeur ! ! ! ( dans certaines traditions africaines et autres )...
Les pers agees qui ne sont pas nos parents de sang, par respect par ex. Nous les appelons grand pere, papi, mamie... tout change

Apres ne te turlupine pas trop la tete, tu finiras par attraper un mal de tête...mon frere !!!! lol !!!
Wa-kanda soph.

Avatar du membre
Messages : 294
Enregistré le : 01 septembre 2015

Re: Sourate 33 Verset 50

Message le 31 octobre 2015, 08:50

Ne jugeons pas les maîtres !
Notre savoir est incomplet et notre inconscience encore plus grande. :idea:

Pour votre instruction, extrait de "Le Nectar Cacheté" :

La maison prophétique

1. La maison du prophète, celle qu'il avait à la Mecque, avant l'Hégire comprenait : sa propre personne et celle qu'il avait épousée, à savoir Khadija Bint Khouwaylid. Il avait épousé Khadija alors qu'il avait vingt-cinq ans et elle, quarante. C'était son premier mariage. Il n'épousa aucune autre femme du vivant de celle-ci. Il eut d'elle des garçons et des filles. S'agissant des garçons, tous moururent à bas âge. Les filles sont Zaynab, Roukayya, Oumm Koulthoum et Fâtima. Il maria Zaynab au fils de sa tante Abil-As ibn Ar-Rabia et cela, avant l'Hégire, Roukayya et Oumm Koulthoum, furent l'une après l'autre mariées à Othmân ibn Affân, Enfin, Fâtima fut mariée à Ali ibn Abi Tâlib entre les deux batailles de Badir et d'Ohod.
De ce dernier mariage naquirent AI-Hasan, Al- Housayn, Zaynab et Oumm Koulthoum.
On sait que le prophète se distinguait de sa Oumma par le fait d'avoir épousé plus de quatre femmes et cela, pour plusieurs raisons.
Au total, il épousa treize femmes dont neuf lui survécurent, deux moururent de son vivant
, à savoir Khadija et la mère des démunis : Zaynab Bint Khouzayma, deux restées sans époux, après sa mort. Voici les noms des femmes, suivis de quelques précisions.
2. Sawda Bint Zamaa. Le Messager d'Allah l'épousa au mois de Chawwâl de l'an 10 de la prophétie quelques jours après la mort de Khadija. Auparavant, elle avait été mariée à un cousin à elle appelé As-Sakrân ibn Amr qui mourut avant elle.
3. Aicha Bint Abi Bakr As-Siddîk. Il l'épousa dans le courant du mois de Chawwâl de l'an 11 de la prophétie, un an après avoir épousé Sawda, et deux ans et cinq mois avant l'Hégire. Il l'épousa alors que celle-ci avait six ans et la fit rejoindre sa maison conjugale, à Médine, sept mois après l'Hégire. Celle-ci avait à l'époque neuf ans. Elle était vierge. A noter que le prophète n'avait épousé aucune fille vierge exception faite de celle-ci qu'il préférait à tout être. Le Messager d’Allah informa parfaitement les femmes de la Oumma des enseignements de l'Islam.
4. Hafsa Bint Omar ibn Al-Khattâb. Elle était la veuve de Khanis ibn Houthafa As-Sahmi,. mort entre les deux batailles de Badr et d'Ohôd et ensuite fut épousée par le Messager d'Allah, en l'an 3 de l'Hégire.
5. Zaynab bint Khouzayma. Elle se réclamait de Bani Hilal ibn Amir ibn Saasaaa. On l'appelait Oumm Al-Masâkin (la mère des démunis) pour sa clémence et sa compassion à leur égard. Elle était la femme de Abdillah ibn Jahch. Celui-ci tomba en martyr lors de la bataille d'Ohod, et le Messager d'Allah l'épousa en l'an 4 de l'Hégire mais elle mourut deux ou trois mois après le mariage.
6. Oumm Salama Hind Bint Abi Omayya. Elle était la femme d'Abi Salama qui mourut au mois de Joumada Al-Akhira de l'an 4 de l'Hégire. Elle fut alors épousée par le Messager d'Allah au mois de Sawwal de la même année.
7. Zaynab Bint Jahch ibn Rayyâb. De la tribu de Bani Asad ibn Khouzayma, Elle était la fille de la tante paternelle du Messager d'Allah et la femme de Zayd ibn Hâritha que l'on considérait comme le fils adoptif du prophète. Zayd la divorça, et à l'occasion, Allah le Très Haut révéla à Son messager : "Lorsque Zayd l'aura divorcée alors nous te marions avec elle". D'autres versets de la sourate "les coalisés" apportent des précisions sur la question de l'adoption. Nous aurons à les mentionner. Zaynab fut épousée par le Messager d'Allah dans le courant du mois Thil-Qaada de l'an 5 de l'Hégire.
8. Jouwayriyya bint Al-Hârith. Le maître de Banil-Moustalak, une fraction des Khouzâaa. Le Messager d'Allah décida de lui écrire et après quoi de l'épouser au mois de Chaabân de l'an 6 de l'Hégire.
9. Oumm Habîba Ramla bint Abi Soufyân. Elle était la femme de Obaydallah ibn Jahch. Elle avait émigré en Abyssinie en compagnie de son mari. Toutefois, celui-ci apostasia, passa au christianisme et mourut en terre abyssinienne. La femme malgré tout persista dans sa religion et son émigration. Amr ibn Omayya, Ad-Damori, envoyé par le Messager d'Allah remettre une lettre au Négus, Roi d'Abyssinie, dans le courant du mois de Moharram de l'an 7 de l'Hégire, demanda la main d'Oumm Habîba pour le prophète à qui il la maria et ensuite fit parvenir par les soins de Chourahbîl ibn Hasana.
10. Saffïya bint Houyay in Akhtab. C'était une femme juive faisant partie des prisonniers de Khaybar. Le Messager d'Allah la choisit de lui-même, l'affranchit puis l'épousa après la conquête de Khaybar (an 7 de l'Hégire).
11. Maymouna Bint Al-Hârith. C'était la soeur d'Oumm Al-Fadl Loubâba bint Al-Hârith. Le prophète l'épousa dans le courant de Thil-Qaada, à l'occasion de Oumratil-Kada (Oumra de compensation).

Ces onze femmes furent épousées par le Messager d'Allah qui aussi, les firent rejoindre leur domicile conjugal. Deux d'entre elles moururent de son vivant, à savoir Khadija et Zaynab; la mère des démunis. Les neuf autres survécurent au Messager d'Allah. S'agissant des deux femmes qui, pour leur part, ne rejoignirent pas leur maison conjugale, l'une se réclamait de Bani Kilâb et l'autre de Bani Kinda, à savoir celle connue sous le nom d'Al-Jouwairiyya. Là-dessus existent des divergences, toutefois il est inutile de s'étendre sur celles-ci.
En ce qui concerne les captives, on sait qu'il y en avait deux. L'une était Mâria la Copte offerte à lui par Al-Makawkis. Cette femme lui donna Ibrahim qui mourut à bas âge, de son vivant à Médine, le 28 ou le 29 du mois de Chawwal de l'an 10 de l'Hégire (soit le 27 janvier 632 G). La deuxième captive était Rayhâna bint Zayd de la tribu de Nadr ou de celle de Kouraidhah. Elle faisait partie des Kouraidhites faits prisonniers. Elle fut choisie par le prophète lui-même. Certains prétendent au contraire que celle-ci faisait partie des femmes parce que le Messager d'Allah l'avait affranchie et épousée.
Ibn Al-Kayyim pour sa part penche du côté de la première version. A ces captives, Abou Obayda, lui ajoute deux autres : une belle femme choisie parmi des prisonniers et une captive offerte par Zaynab Bint Jahch.
Quiconque observe la vie du Messager d'Allah comprend bien que si celui-ci était amené à épouser ce grand nombre de femmes, vers la fin de sa vie, après avoir passé 30 années de sa jeunesse et de ses meilleurs jours avec une seule femme presque vieille (Khadija et après elle Sawda), ce n'était pas parce qu'il avait brusquement trouvé en lui-même une force impétueuse du libido, force le poussant vers un aussi grand nombre de femmes. Au contraire il y avait là des raisons plus illustres et plus sublimes que celles qui, à l'ordinaire, détermine le contrat de mariage.

En fait, si le Messager d'Allah devint le gendre d'Abi Bakr et de Omar, pour avoir épousé leurs filles respectives Aicha et Hafsa, s'il a été amené à marier sa fille Fâtima à Ali ibn Abi Tâlib, sa fille Roukayya puis sa fille Oumm Koulthoum à Othman ibn Affân, ce n'était que parce qu'il voulait consolider les rapports qu'il entretenait avec les quatre hommes dont on connaît, du reste, l'attachement à l'Islam, au moment des crises qu'eut à traverser le prophète, crises que grâce à Allah l'Islam dépassa sans danger.
Une des traditions chez les arabes était le respect de l'alliance par le mariage. Le gendre était une porte pour le rapprochement des différentes fractions de tribus. Le fait de s'opposer ou de faire la guerre aux gendres ou beaux parents était considéré par les arabes comme une injure et un affront. Aussi; en épousant plusieurs femmes, mères de croyants, le Messager d'Allah voulait-il désarmer les tribus hostiles à l'Islam et dissiper l'intensité de leur haine. Oumm Salama se réclamait de Bani Makhzoum, tribu d'Abi Jahl et de Khalid ibn Al-Walid. Après que le Messager d'Allah l'eût épousée, Khalid cessa d'avoir, à l'égard des musulmans, l'attitude qu'il avait à leur égard lors de la bataille d'Ohod. Mieux, il embrassa l'Islam peu après l'événement et fut bon musulman. De même, Abou Soufyân cessa de faire la guerre au prophète après que celui-ci eût épousé sa fille Oumm Habîba, Les deux tribus Banoul-Moustalak et Banoun An- Nadîr cessèrent aussi tout sabotage et toute hostilité après que le Messager d'Allah eût épousé Jouwayriyya et Safiyya. Mieux, Jouwayriyva était la plus bénie de toutes les femmes de sa tribu. Les compagnons libérèrent les prisonniers de 100 foyers appartenant à sa tribu après son mariage avec le Messager d'Allah. Ses contribules dirent : "Nous sommes les gendres du Messager d'Allah". Cette qualité, évidemment, influa beaucoup sur les intéressés. Le plus remarquable et le plus important de tout cela est que le prophète avait reçu l'ordre de purifier et d'instruire une tribu qui ne savait rien des spécificités de la culture, de la civilisation, des nécessités de la civilité, de la contribution à l'édification et à la consolidation de la société, des principes de bases de l'édification de la société islamique, principes, n'autorisant pas la promiscuité entre hommes et femmes.
L'instruction de ces dernières en considération des principes islamiques n'était pas directement faisable même si la nécessité de leur instruction n'était pas moins impérieuse que celle des hommes, mais plus forte et plus accentuée. En conséquence de ce qui précède, le prophète ne pouvait que choisir, pour les besoins de la cause, un nombre suffisant de femmes différentes par leurs âges et leurs dons, des femmes qu'il purifia, éduqua, informa des principes et des lois ainsi que de la culture islamique de manière à les préparer à éduquer les femmes nomades et sédentaires, les vieilles et les jeunes et de la sorte fonctionner comme instrument de communication en milieu féminin.
Les mères des croyants ont eu le grand mérite de faire connaître aux gens les comportements à domicile du Messager d'Allah, notamment celles d'entre elles ayant longtemps vécu comme Aicha à qui l'on doit le rapport de plusieurs de ses actes et paroles. Il y eut dans la vie du prophète un seul mariage destiné à miner les bases d'une tradition antéislamique bien établie à savoir, la coutume d'adoption.

Messages : 287
Enregistré le : 09 juin 2015

Re: Sourate 33 Verset 50

Message le 31 octobre 2015, 22:17

Comme papillon l'a si bien dit,le mot cousine ou soeur peut ne pas avoir le sens propre qu'on lui connait. en effet j'ai suivi des anthropologues dire que dans les temps réculé lorsqu'on parlais de soeur dans une relation matrimoniale cele ne renvoyait aucunément à de l'inceste.
ensuite pour le grand nombre de femmes c'est vraiment diffile de prendre le sens premier des écrits. Samael dans un de ses livres cite le Coran qui parle des signes annonciateur de la troisième guerre:la lune sera divisée en deux.Samael nous dit que cela veut dire que les deux grandes puissances s'empareront l'une l'autre d'une parcelle de la lune.donc je préfère me réserver de toute conclusion en attendant de pouvoir pénétrer dans les archives akachiques.

Messages : 55
Enregistré le : 07 septembre 2014
Sexe :
Zodiaque : Cancer

Re: Sourate 33 Verset 50

Message le 1 novembre 2015, 01:42

oui mais le problème c'est qu'ont utilise la version française du Coran qui n'est qu'un essai de traduction rapproché des sens !!!! il faudrait voir le sens en Arabe !!

Maintenant , remarqué que dans la traduction , il dit bien " fille de l'oncle paternel " etc , etc !!! donc , ça ne peut pas être " cousine " dans le sens métaphorique comme dans le cas de frères et sœurs......

par exemple ont dit " nos frères et sœurs dans la religion ou la Gnose " mais " nos cousines dans la Religion " ?? Non , ça n'existe pas........

Enfin Bref.......

si les Maîtres Mohamed et Bouddha ont vraiment épouser leurs cousines...... Alors ils ont fait ce qu'ils avait a faire , et c'est tout !!



SUJET CLOS !!
« Par la sagesse et la bonne exhortation, appelle les gens au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon . » ( Sourate 16 : verset 125 )

Avatar du membre
Messages : 172
Enregistré le : 04 août 2015
Sexe :
Zodiaque : Capricorne

Re: Sourate 33 Verset 50

Message le 1 novembre 2015, 11:09

Cherchons l'éveil avant toute chose, et le reste nous paraîtra clairement. Paix Invérentielle !

E et L.

Répondre

Retourner vers « Tantrisme noir ou gris et pratiques nuisibles »