Comment Doit-on Etudier la Gnose, Dépasser la Simple Lecture

Vous cherchez à être guidé dans vos lectures des oeuvres, vous voulez obtenir des infos
Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Comment Doit-on Etudier la Gnose, Dépasser la Simple Lecture

Message le 14 août 2011, 17:27

Nous avons besoin d'étudier la Gnose profondément ; c'est pour cela qu'il y a les livres, c'est pour cela qu'il y a les conférences, etc. ; mais la simple lecture des oeuvres ne suffit pas, il faut aller plus loin, mes frères...

Il n'y a pas de doute qu'au début nous avons besoin de lire, d'écouter les enregistrements, de venir aux cours, de prendre des notes dans nos carnets ou nos cahiers et d'apprendre cela de mémoire ; la mémoire est le principe formatif, mais ce n'est pas tout. Si nous confions toujours tout à la mémoire, à long terme cela ne nous servira à rien, parce que la mémoire n'est pas fidèle à cent pour cent ; ce qui est confié à la mémoire se perd tôt ou tard. Si nous voulons vraiment profiter de ces enseignements, nous devons déposer ces connaissances dans la Conscience, c'est évident. Au début, je ne nie pas que nous ayons besoin de la faculté formative, c'est-à-dire de la mémoire, mais la connaissance ne doit pas en rester là.

Lorsqu'au moyen de la méditation nous essayons de connaître le sens intime de ce que nous avons déposé dans la mémoire, alors ces connaissances qui y sont déposées passent aux parties supérieures du centre intellectuel et si nous essayons d'être plus conscients de l'enseignement, ce qui arrivera, à la fin, c'est que cette connaissance sera définitivement absorbée par le centre émotionnel, qui n'est plus l'intellectuel (nous devons faire la différence entre le centre émotionnel et le centre intellectuel).

Quand la connaissance est devenue émotionnelle, quand elle a été déposée dans le centre émotionnel, elle est absorbée finalement dans l'Essence, c'est-à-dire dans la Conscience, et la connaissance qui retourne à la Conscience n'est jamais perdue, pas même avec le décès du Corps Physique, parce qu'en revenant nous la ramenons à la Conscience. Mais ce qui est déposé exclusivement dans la mémoire est perdu tôt ou tard ; c'est pour ce motif, mes chers frères, qu'il est conseillé de déposer la connaissance dans la Conscience...

Je répète : il faut d'abord étudier ; puis déposer toute l'information dans le centre formatif (la mémoire) ; essayer ensuite de capter, d'appréhender le sens intime de ce que nous avons déposé dans notre mémoire. Quand nous le faisons, nous ressentons pour cette connaissance quelque chose de sentimental, pour ainsi dire, ou d'émotif ou, pour être plus clairs, d'émotionnel, parce qu'elle passe alors à la partie émotionnelle du centre intellectuel, c'est-à-dire qu'elle sort de la mémoire et passe à la partie émotionnelle du centre intellectuel. Mais, si nous insistons en essayant d'appréhender ou de capter l'essentiel de la connaissance, elle deviendra une émotion, une émotion vécue, elle passera, pour ainsi dire, au centre émotionnel et, en faisant de nouvelles méditations, elle deviendra consciente ; cela arrivera lorsque finalement la connaissance émotionnelle sera submergée dans l'Essence, dans la Conscience. C'est donc le processus par lequel doit passer la connaissance, afin qu'elle devienne consciente...

passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ssence.php

Hors ligne Gemani
#2
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Comment Doit-on Etudier la Gnose, Dépasser la Simple Lec

Message le 27 mai 2017, 09:59

Disciple. Maître, vous nous avez expliqué le processus par lequel doit passer la connaissance afin qu'elle devienne consciente. Voici ma question : la nature de la Vérité est-elle de caractère émotionnel ou de caractère instinctif ?

Maître. La Vérité est quelque chose qu'on ne peut pas définir, parce que si on la définit on la déforme. Mais nous pouvons dire que les étapes pour que la connaissance devienne consciente sont tracées de la manière suivante : d'abord on étudie, pour qu'ensuite la connaissance soit déposée dans la mémoire. Seconde étape, on médite dans le but de capter le sens profond de la connaissance déposée dans la mémoire ; quand on y arrive, la connaissance (grâce à la méditation) passe à la partie émotionnelle du centre intellectuel, et ceci, il faut l'expliquer...

Le centre intellectuel a trois parties : la partie intellectuelle supérieure, la partie émotionnelle et la partie motrice. Nous pouvons dire que la connaissance passe à la partie émotionnelle du centre intellectuel ; alors nous commençons à ressentir une certaine saveur par rapport à ce que nous avons déposé dans la mémoire. A un stade plus avancé de la méditation, cette connaissance abandonne définitivement le centre intellectuel, pour être déposée strictement dans le centre émotionnel et, ultérieurement, grâce à la technique de la méditation, nous arriverons enfin à ce que cette connaissance passe du centre émotionnel à l'Essence. C'est dans l'Essence, donc, qu'est déposée cette connaissance, c'est-à-dire la Vérité ou les Vérités que nous pouvons amener à l'Essence ; pour parler plus clairement, elles ont une saveur plutôt émotionnelle (je ne parle pas d'émotions inférieures, mais d'émotions de type supérieur).

L'émotion supérieure permet à toute Vérité de passer à l'Essence où elle finit par rester déposée ; mais l'intellect froid et analytique d'un Aristote, par exemple, est complètement boiteux ; il ne permettrait jamais à la connaissance de devenir consciente ; il resterait déposé strictement dans la mémoire et c'est tout... C'est pourquoi nous disons qu'entre les systèmes aristotéliciens (qui ne sont que des raisonnements purs et froids) et les systèmes platoniciens ou de Porphyre, je préfère Platon. Les méthodes néoplatoniciennes ou les Écoles de Jamblique et de Porphyre sont émotionnelles et elles permettent d'amener la connaissance à la Conscience, c'est-à-dire qu'elles permettent à la connaissance de devenir consciente, ce qui ne serait jamais obtenu avec le froid raisonnement d'un Aristote ; c'est tout !... Y a-t-il une autre question ?

passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ssence.php


Sujet remonté par Gemani le 27 mai 2017, 09:59.

Répondre

Retourner vers « Débutants gnostiques »