CONFÉRENCE N°19 : Solution Gnostique aux Problèmes (L'homme, ses limites et ses possibilités)

Verrouillé
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6733
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

CONFÉRENCE N°19 : Solution Gnostique aux Problèmes (L'homme, ses limites et ses possibilités)

Message le 30 janvier 2019, 05:29

Samaël Aun Weor
Conférence 019 intitulée "SOLUCIÓN GNÓSTICA A LOS PROBLEMAS (Cómo Resolver Problemas)"
Solution Gnostique aux Problèmes (L'homme, ses limites et ses possibilités)

Dans la vie, il est nécessaire d'apprendre à ne pas se forger de problèmes ; il est préférable, plutôt, d'aller à la campagne, de mener une vie qui soit en harmonie avec l'infini.

Les problèmes ne sont rien de plus que des formes mentales, des formes créées par le Mental. Qu'est-ce qu'un problème ? C'est une forme mentale avec deux pôles : l'un positif et l'autre négatif. Ces formes sont maintenues par le Mental et cessent d'exister quand le Mental cesse de les maintenir.

Que devons-nous faire ? Résoudre les problèmes ? Non ! Ce n'est pas nécessaire ! Alors quoi ? Ce qui est nécessaire, c'est de les dissoudre ; comment les dissoudre ? Simplement en les oubliant... Quand quelqu'un a une préoccupation, qu'il aille un peu à la campagne et essaie de se mettre en harmonie avec toutes les choses, avec tout ce qui est, avec tout ce qui a été et avec tout ce qui sera. Oublier les problèmes est fondamental. Vous me direz « qu'il est impossible d'oublier les problèmes », pourtant c'est possible. Quand on veut les oublier, la seule chose que nous devons faire, c'est de faire travailler n'importe quel autre centre de la machine organique.

Rappelez-vous que l'organisme humain a cinq Centres, ou cylindres, très importants. Premièrement : le Centre Intellectuel, situé dans le Cerveau ; deuxièmement : le Centre Émotionnel qui est localisé, naturellement, dans le plexus solaire et les centres nerveux « sympathiques » ; le troisième : le Centre Moteur, se trouve dans la partie supérieure de l'épine dorsale ; le quatrième : le Centre Instinctif se trouve dans la partie inférieure de l'épine dorsale et le cinquième : le Centre Sexuel, est situé, évidemment, dans le sexe. Ces cinq centres sont fondamentaux et indispensables et il faut apprendre à s'en servir.

Faisons une petite synthèse : pensons uniquement au Centre Intellectuel, c'est-à-dire à l'homme purement intellectuel ; pensons à l'homme émotionnel et pensons aussi à l'homme Moteur-Instinctif-Sexuel. Ainsi, en synthétisant, je crois que nous allons comprendre. Maintenant, pour ce qui est de l'homme intellectuel, c'est lui qui crée toutes sortes de problèmes. Si vous avez des problèmes, j'ai déjà dit qu'ils se résolvent quand on les oublie, que l'important, en fin de compte, n'est pas de les résoudre, mais de les dissoudre et, pour cela, il faut les oublier.

Alors, comment procéder ? En faisant travailler le Centre Émotionnel. C'est ce qui est intéressant, parce qu'alors le Centre Intellectuel se repose et ainsi nous oublions le problème. Et si nous voulons travailler avec un autre centre, nous pourrons faire fonctionner le Centre Instinctif-Moteur, et alors ce sera différent.

Ici, dans ce Bois de Xochimilco, nous avons fait travailler le Centre Émotionnel et l'Instinctif- Moteur. L'Émotionnel, nous l'avons fait travailler en échangeant des impressions, des joies ; et l'Instinctif-Moteur, nous l'avons fait travailler en montant à cheval et en allant et venant à travers ce bois qui est si beau... Voilà, je vous ai donné la clé pour dissoudre les problèmes et c'est très important, n'est- ce pas ?

Si vous prétextiez que ce n'est pas ainsi qu'on peut résoudre, par exemple, le règlement d'une traite, empêcher qu'on nous expulse de notre maison pour ne pas avoir payé le loyer, ou pas remboursé une dette, etc., je vous répondrais que les faits sont les faits et que devant les faits on doit s'incliner. Mais un problème est quelque chose de différent ; un problème est quelque chose créé par le Mental ; quand on le dissout, le problème cesse d'exister pour nous.

Les gens ont peur de résoudre un problème ; ils ont peur de l'oublier et c'est très grave. Ils pensent par exemple : « Si je ne paie pas le loyer de la maison, on va me mettre dehors, il va falloir que je parte ; et pour aller où ? » (Voilà la peur). Avant tout, on doit apprendre à ne pas avoir peur, c'est le plus important, ne pas avoir peur. Quand la peur cesse, la vie nous réserve de nombreuses surprises agréables. Quelquefois, ce qui paraissait insoluble se résout très bien ; ce qui semblait être un problème très difficile se révèle plus facile que de prendre un verre d'eau ; de sorte que la préoccupation aurait été superflue, n'est-ce pas ? La préoccupation abîme le Mental, c'est le Mental embouteillé dans le problème qui crée la préoccupation. Il est clair que le problème (avec ses deux pôles, positif et négatif) n'étant rien d'autre qu'une forme mentale, crée un conflit là, à l'intérieur de nous, et alors survient la préoccupation qui abîme le Mental et endommage aussi le Cerveau.

Apprendre à vivre d'instant en instant, de moment en moment, c'est ce que je vous recommande. Apprendre à vivre sans préoccupation d'aucune sorte, sans se créer de problèmes. Quand on apprend à vivre de seconde en seconde, d'instant en instant, sans se projeter dans l'avenir et sans le poids douloureux du passé, on voit la vie sous un autre angle, on la voit différemment, on la voit tout autrement. Faites-en l'expérience, je vous le conseille... S'il m'est venu à l'esprit de vous entretenir de cela, dans ce Bois de Xochimilco, c'est dû au fait que je vois beaucoup de personnes contentes qui vont et viennent, qui montent à cheval, sous tous ces arbres. Ces pauvres gens viennent là pour fuir les problèmes qu'en réalité ils se sont créés eux-mêmes ; mais ils ont beau les fuir, s'ils ne les oublient pas, leurs problèmes continueront à exister.

Voici donc le conseil que je vous donne : n'ayez jamais peur de rien. Maintenant, je ne veux pas dire par là qu'il ne faut rien faire, qu'on ne doit pas travailler, qu'on ne doit pas gagner d'argent pour subsister ou payer ses dettes ; tout cela, il faut le faire, mais sans se créer de problèmes dans le Mental. Apprenez à vous servir des trois Cerveaux (l'Intellectuel, l'Émotionnel et le Moteur) et vous verrez le changement. Si vous avez une préoccupation émotionnelle, changez de Centre : faites travailler le Cerveau Instinctif-Moteur, sortez vous promener, montez à cheval, ou tout au moins marchez un peu, mais faites quelque chose de différent et vous verrez que votre vitalité ne s'épuisera pas, votre corps physique rajeunira merveilleusement, etc. Voilà donc le conseil que je vous donne...

Quelque part en Asie, il y a un monastère bouddhiste très intéressant. Là-bas, les moines vivent de 400 à 500 ans parce qu'ils savent utiliser le Cerveau Intellectuel, le Cerveau Émotionnel et le Cerveau Moteur. Quand ils sont fatigués avec le Cerveau Intellectuel, ils utilisent le Cerveau Émotionnel ; quand ils sont fatigués avec le Cerveau Émotionnel, ils utilisent le Cerveau Moteur et, de cette façon, ils conservent leur énergie, ils n'épuisent pas leurs « valeurs » vitales.

Il y a ceux qui croient que lorsqu'on vient au monde, on le fait à une date et à une heure déterminées (bon, en cela je n'ai rien à redire) ; mais ils pensent, en outre, que l'on doit mourir à une date déterminée et à un âge défini et ceci, par contre, est discutable. Ce qui se passe, c'est que les Seigneurs du Karma remettent à chacun un capital déterminé de « valeurs » vitales qui sont déposées dans les Cerveaux Intellectuel, Émotionnel et Moteur ; si on épuise l'un d'eux, on meurt très rapidement, mais si on conserve ses « valeurs » on peut vivre jusqu'à l'âge de 90 ou 100 ans et même plus. De sorte que ce que l'on doit faire, c'est apprendre à utiliser ses trois Cerveaux ; compris ?

Vous comprenez pourquoi je vous parle de l'homme Intellectuel, de l'homme Émotionnel et de l'homme Instinctif-Moteur.

Apprenez donc à utiliser vos trois Cerveaux selon un parfait équilibre et vous verrez que vous pourrez conserver vos « valeurs » vitales et vivre longtemps. C'est comme l'homme qui part en voyage avec une quantité d'argent déterminée. S'il gaspille son argent, il n'arrivera pas au bout de son voyage ; mais s'il l'économise, non seulement il arrivera à destination, mais il aura en plus de quoi se payer un magnifique hôtel et repartir chez lui en toute tranquillité. Ainsi, je le répète, apprenez à utiliser vos trois Cerveaux. M'avez-vous compris ?

On meurt toujours par fragments. Remarquez que Roosevelt, par exemple, a commencé à mourir quand il s'est retrouvé paralysé, c'est-à-dire que la paralysie de son Cerveau Moteur a été à l'origine de ce qui, plus tard, produisit sa mort. Quant aux autres, il y en a qui meurent à cause du Cerveau Intellectuel : ils abusent tant de l'intellect, ils ont tant de préoccupations, qu'ils épuisent les « valeurs » qui sont dans ce Cerveau, que c'est par là que ça commence, jusqu'à ce que, finalement, ils meurent. Il y en a aussi d'autres, comme les artistes de cinéma, qui abusent du Cerveau Émotionnel. C'est par là qu'ils commencent à mourir jusqu'à ce que finalement leur coeur soit atteint et qu'ils meurent.

Ainsi va l'Humanité. Ne suivez pas ce chemin. Apprenez à utiliser vos trois cerveaux selon un parfait équilibre, ne gaspillez pas vos valeurs vitales et vous vivrez jusqu'à un âge avancé.

Verrouillé

Retourner vers « Tome 1 : psychologie de l'Auto-Connaissance (début) »