Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous parlent

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous parlent

Message le 14 octobre 2008, 10:10

extrait de mes poèmes aux Etoiles : http://amourerotique.com/Poemes-acces-r ... toiles.php

SOUVENEZ-VOUS ! (Jésus Christ)

Où suis-je? Quel est donc ce lieu ?
Pourquoi m'a-t-on cloué à ce pieu ?
Qu'ai-je donc fait pour mériter cela
Qu'ils osent me renvoyer en au-delà ?

Tant de gens autour de moi qui se lamentent
Alors que mon coeur chante
La gloire de mon Père
Et l'amour de ma Mère.

Pour quitter votre repère,
Il faudra vous baigner.
Pour me suivre chez mon père,
Il faudra vous renier.

Mes enfants, ne pleurez pas !
Venez, je vous emmène là-bas.
Je vous ferai boire à la fontaine de vie
Pour que vous franchissiez mon parvis.

Votre vie ne connaîtra pas de fin.
Vous ne saurez plus ce qu'est d'avoir faim.
Dans mon royaume, il y a suffisamment de place
Pour que chacun d'entre vous y construise son palace.

Je vous ferai découvrir les merveilles
Qui n'ont nul pareille.
Je vous inonderai de l'amour qui vous a manqué.
Je vous inviterai au grand banquet

Où mon père vous donnera sa lumière
Pour que vous deveniez lumière,
Où ma mère vous donnera sa chaleur
Pour que vous deveniez chaleur.

Vous pourrez les distribuer à tout vent,
Vous n'en manquerez jamais.
Vous ne croyez pas pouvoir tant aimer ?
Vous serez surpris de prendre les devants.

De donner au miséreux,
De redonner confiance aux malheureux,
d'apporter votre tendresse aux culs-terreux,
Et pas seulement à vos gens qui se disent pieux.

La blanche colombe est entrée dans vos âmes
Et vous agirez en son nom
Pour raviver leur flamme
Et par le mien pour chasser les démons.

Travaillez tous à l'oeuvre de mon père
Et vous recevrez la grâce de ma mère.
Sachez qu'il n'y a pas de demi-mesure :
Soit l'action, soit l'usure.

Si vous renaissez de l'eau et du feu,
Vous brillerez de mille feux
Au dessus de ces eaux
Où je vous remettrais le sceau

Du Très-Haut qui vous ouvrira vos portes
Aux nombreuses cohortes
Qui attendaient à vos seuils
Depuis que vous portiez le deuil

De votre ancienne nature,
De ces trop nombreuses mésaventures,
De ces folles lectures
Alors que vous ne reviez que de la bonne aventure.

Mais, ce temps est déjà loin.
Vous n'avez plus aucun besoin
Si ce n'est celui de soulager votre prochain
Qui a perdu son entrain.

Soyez sa joie, la voie,
Soyez comme moi
Je l'ai été pour vous
Quand j'étais au milieu d'entre vous.



VOLCAN (Jésus Christ)

Mon coeur est comme un volcan de lave
Qui balaie tout sur son passage.
Il a rencontré de vieilles épaves
Qui appartiennent à un autre âge.

Mon amour est comme la cendre.
Il s'infiltre partout
Pour s'étendre dans les coeurs meurtris
Dont je me suis épris.

Ma chaleur est comme la lave écarlate et bleuie.
Elle dispose d'une puissance dévastatrice inouïe
Qui ravale les coeurs de l'intérieur
Et les protège de l'extérieur.

Ma passion est comme l'éruption
Brutale mais définitive,
Qui précède le grand débordement d'évolution
Qui consumera leurs anciennes archives.

Ils se sont montrés aigris
Car leurs coeurs endoloris
Ont refusés de m'accueillir,
Préférant de moi, se prémunir.




COEURS AFFAMES (Jésus Christ)

Je vous ai dit tant de choses.
Je croyais que vous iriez au delà des mots.
Et qu'avez vous fait de mes roses ?
Vous vous êtes écorché la peau

En vous enfonçant les épines
Dont je voulais vous protéger.
Tous ces rites où vous demeurez figés !
Si vous voyiez vos mines !

Quand je vois vos mines déconfites
Après le service et le chant,
Dénués de sens que sont vont rites
Sans ma chair et mon sang !

Toujours entrain de vous lamenter,
C'est comme ça que vous m'aimez !
Mes pauvres coeurs affamés
Qui ne cessez de déchanter,

Combien de fois devrai-je revenir ?
Comment vous le faire comprendre ?
Quand allez vous en finir
De refuser d'entendre ?

Je suis venu abolir vos lois
Et vous en avez érigé en mon nom !
L'amour a-t-il des limites en soi ?
S'arrête-t-il à mon fanion ?

Allons! Ce n'est ni lui, ni ceux qui l'ont précédé
Qui vous feront mériter mes faveurs.
Il ne vous servira à rien de parader
Si je ne vois rien dans vos coeurs.

Vous voulez avoir bonne conscience ?
Tant de démons en présence
Dans vos temples et vos églises,
Dans vos cellules en crise !

Et vous partez libéré,
L'esprit serein ?
Demain, vous recommencerez
Le même refrain !

Je ne reviendrai pas tant
Que vous ne m'aurez pas reçu dans vos coeurs,
Car si je me montre maintenant,
Je vous ferai peur

Bien plus que vous ne l'imaginez
Alors que je veux exploser en vous,
Vous remplir du grand tout
Après vous avoir ruiné

De tous ces faux espoirs
Dont vous vous nourrissez
Au milieu des encensoirs
Où vous croupissez !

Osez répandre votre amour autour de vous.
Refusez vous le droit de condamner,
Mieux vaut-il encore pardonner
Si vous désirez que je vienne en vous.

Si vous êtes épris d'un être merveilleux,
Confondez le avec sa représentation divine.
Faites lui les beaux yeux quand il est odieux
Même si votre coeur chagrine.



UN JOUR PROCHAIN (les Extraterrestres)

Nous nous sommes occupés de vous
Dés le commencement.
Vous vous être rebellés contre nous
Et depuis, souffrez l'isolement.

Nous avons pris contact
A certaines époques
Faisant preuve de tact
Pour ne pas vous causer de choc.

Nous ne voulons pas d'une dépendance infantile,
Mais, d'une amitié fraternelle.
Vous rêvez d'une idylle.
Nous préparons une entraide éternelle.

Nous vous habituons à notre présence
Mais, nous ne sommes qu'un moyen d'évasion.
Vous cherchiez une guidance,
C'est pourquoi, nous fîmes des intrusions.

Des films virent le jour grâce à elles,
Mais il y manque encore l'essentiel.
Il vous faut abandonner vos schémas mentaux,
Ne plus vous réfugier dans vos sinistres châteaux.

Nous attendons que vous régliez vos problèmes
Pour ne pas vous en ajouter encore.
Tant de visages blêmes
Au milieu de si sombres décors !

Défection et vanité
Sur Terre atteignent des sommets.
Compassion et service
Devront maintenant vous animer.

Nous viendrons
Seulement quand nous le déciderons.
Vous aimeriez déjà nous connaître,
Mais nous ne pouvons encore paraître.


COMME L'ETOILE FILANTE (les petits anges rieurs)

Nous vous voyons déambuler dans le néant,
Dans le royaume de vos illusions.
Nous n'avons pas la même vision
Que vos gens affligeants.

Aucune chance de nous atteindre.
Même si vous êtes réduit en cendre,
Vous n'irez pas chez nous
Jouer avec nous.

Nous ne sommes pas limités,
Ni dans votre temps, ni dans votre espace.
Il est vrai que l'on vous a évités
De peur de sombrer dans votre crasse.

Certains d'entre vous y sont pourtant parvenus,
Mais ils sont à vrai dire de chez nous.
Ils ont succombé à l'amour qui tue
En faisant un détour du côté de chez vous.

Ils ne parviennent pas à décrocher
Sauf dans le monde actuel
D'où on parvient à les arracher
Malgré leur démultiplication partielle.

Vous êtes encore trop différent de nous
Pour qu'on puisse vous intégrer facilement
Dans notre ronde, dans nos jeux du moment.
Ce serait dangereux autant pour vous que pour nous.

Tant d'être déjà qui se servent de vous,
Vous détruisant corps et âmes.
Et nous sommes là impuissant devant la trame,
Qui reste à vos yeux toujours aussi floue.

Combien ainsi disparaîtront ?
Nous en voyons fuser comme des étoiles filantes.
Ils ont échappé aux éperons
De l'ignoble vague déferlante.


CONTES A DORMIR DEBOUT (les Dévas)

Nous avons quittés les bois et forêts
Avoisinant vos cités et vos villes,
Préférant nous retirer
Dans des lieux moins hostiles.

Nous ne vous détestons pas,
Mais vous témoignez d'un tel mélange
Que lorsque nous entendons vos pas,
Nous préférons fuir sans demander notre change.

Faibles, il est vrai et pourtant sans âge,
De vos enfants, nous sommes l'apanage.
Eux seuls peuvent nous apercevoir,
Mais les grands ne font que nous décevoir.

Parfois, nous devenons amis de vos enfants.
Vous nous appelez amis imaginaires.
Mais nous sommes vivants
Et habitons comme vous cette Terre.

Nous sommes innombrables de formes
De noms et d'aspects.
Au milieux des cyprès et des ormes,
Nous vivons en paix,

Pendant que vous jouez à la guerre.
Qu'avez vous retenu de nos contes ?
Nous ne vous jetons pas la pierre
Bien que vous nous fassiez honte.

Nous veillons sur vous durant votre jeunesse
Avant que vous nous négligiez pour vos richesses.
Pourtant, nous restons près de vous
Même si vous ne croyez plus en nous.


ELOGE A LA NATURE (Les Dévas)

Nous collaborons chaque saison
Pour aider à la croissance du vert
Et agrémenter votre horizon
Avant que n'apparaisse le tapis de l'hiver.

Si seulement vous nous écoutiez,
Au lieu de simplement brouter,
Vous verriez qu'il y a autre chose
Que de respirer le parfum d'une rose.

Remerciez que l'on vous confectionne
De tels mets délicieux.
Bon sang, regardez avec vos yeux
La nature qui devant vous se déchaîne.

Vous n'y prêtez jamais attention.
Ne dévorez pas la vie inconsciemment.
Gorgez vous de sensations.
Vivez les émotions du moment.

Appréciez les essences,
Les précieux parfums et arômes.
Faites vibrer vos sens
Dans les abris de chaume.

Nous suivons des recettes ancestrales
Conservées dans de précieuses annales
Afin que de nos savants mélanges,
Nous méritions vos louanges.

Vous demander à jouer aux apprentis sorciers,
Faisant éclore de nouvelles espèces
De rosiers et de cerisiers
Pour témoigner de votre largesse !

Ces forces vous dépassent.
Vous courez à votre perte aveuglément
Et cela nous agace
Car nous vous aimons énormément.


AUX COHORTES SUBLIMES (Les anges)

Notre chant est mélodieux
Du haut des cieux.
Notre bonheur est éternel
En plein ciel.

Il vous faudra triompher
De vos mensonges éhontés.
Seuls, obtiennent le trophée
Les êtres emplis de bonté,

De naïveté et de chaleur,
Ceux qui portent leur coeur
En bandoulière
Par delà les frontières.

Vous serez la lumière.
Vous recevrez l'inspiration
Et vous deviendrez une rivière
D'intense révélation.

Vous souhaitez en lire d'autres, par exemple les poèmes gnostiques : http://amourerotique.com/Poemes-acces-r ... tiques.php

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous parlent

Message le 14 octobre 2008, 22:59

Hé bien tu n'aimes peut-être pas ma poésie.

Moi, je trouve qu'il y a quelque chose de beau dans chacun... inspiration égotique ou divine... va savoir

Sur ONCT, le premier sur le Christ avait été apprécié.

Mais peu importe..

Tu me fais penser à SAW ou je ne sais qui quand il dit : brûlez vos livres... Il appelle les ego : les souvenirs... donc en brûlant ses créations... on détruit les souvenirs... on détruit ses egos mais je ne vais pas le faire pour te faire plaisir ou parce que c'est meilleur pour moi et ma connexion avec mon Intime. Peut-être que le jour ou je changerai d'avatar, je serai un homme nouveau...Mais, je ne vais pas supprimer amourerotique.com ce soir ! J'ai déjà supprimé quelque chose enfin tu vois ce que je veux dire....

tu ne connais qu'une portion de moi, tu n'aimes que celle qui porte témoignage de SAW... mais je suis plus vaste que cela même si je ne suis qu'un agrégat d'ego...

Mais faut faire attention à la confiance en soi. Il y en a qui sont si sûr d'eux-même qu'ils se croient irremplaçables.
Ce manque de confiance en moi que j'ai traîné toute ma vie m'a protégé de cela même si ça m'a conduit aussi à des TS. J'ai un ego puissant qui me murmure parfois à l'oreille : le suicide.... et si pour se raccrocher à la vie, on a seulement ses proches... ce n'est pas suffisant.... c'est là où la foi intervient ou la recherche de qqchose de plus grand intervient, tant qu'on est en quête, qu'on a pas abandonné, y a de l'espoir... bien sûr si on a trouvé, on est sauvé.

Peut-être un jour cet Ego gagnera-t-il !? Avant que je le terrasse. Je termine sur une note sombre... ego revanchard !!! :devil:

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous parlent

Message le 15 octobre 2008, 23:19

Désolé, mais j'ai des egos qui ont été bléssés par la critique de ma poésie que tu m'as faite, Elanka...

En disant de laisser s'exprimer autre chose en moi, c'est comme me dire "Tais-toi, ne ramène pas tes anciennes créations." D'ailleurs n'est-ce pas ce que tu dis ?!

Elanka, tu n'as pas critiqué la poésie de Pascal ou de Nombrelle... Pourquoi ? parce qu'elles sont récentes ou à propos ?

Il est facile de chercher à dénicher des egos chez les autres... D'accord, je t'ai demandé un jour quels défauts me trouvais-tu... et tu n'as pas voulu me répondre la dessus me disant ne pas vouloir regarder le côté noir... Tu me donnes l'impression d'agir un peu comme un chef d'orchestre qui dit :

- Toi, tu ferais mieux de ...

- Et toi là, il faudrait que tu...

Penses-tu pas qu'il vaut mieux se regarder soi-même... avant de regarder chez les autres ?
Heureusement, je sais que nos egos ne vont pas entrer en guerre. Mais comprends qu'une telle opinion peut peiner. D'un autre côté, un gnostique doit se montrer fort, inébranlable dans sa quête de lui-même.

Cette critique m'éloigne de toi, c'est la faiblesse d'un ego qui aurait souhaité qu'on ne lui retire pas de l'importance.

Cyrille sur OVDT appréciait bcp mes poèmes à Alexandra et Annabelle, il disait même qu'il entendait mon chant intérieur quand il lisait ces poèmes. Es-tu certain de tes ressentis, que tes estimations "de mieux", "de plus", que ce que tu décèles en moi correspond à ma réalité ou à la manière dont tu me perçois ? Tu ne peux l'être que si tu as laissé ton Intime se prononcer à ce sujet.

Et la confiance, on est en droit de l'afficher seulement quand on fait qu'un avec son Intime.

Tu vois Pascal qu'il n'y a pas tant de proximité entre Elanka et moi... au gré des egos...

Nos intimes respectifs doivent s'en payer une bonne tranche. :rofl: à moins qu'ils se lamentent de nos confrontations !

Pour ce passage (où j'affichais ma médisance) que j'ai supprimé, ce n'était pas pour te faire plaisir, Elanka je te rassure... c'était juste pour être cohérent avec le Notre Père... je ne pouvais continuer de garder rancune contre lui comme contre toi... je sais que ce que tu me dis, tu crois le faire dans un bon esprit.

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous parlent

Message le 16 octobre 2008, 09:24

Merci Pascal

De pointer le doigt sur mon émotivité. Je suis curieusement très attaché à mes imperfections... Je ne travaille pas assez sur moi-même et le travail sur ce site/forum me retarde d'autant plus... de toute façon sans pratiquer la magie sexuelle... on ne doit pas pouvoir aller très loin, peut-être passer les initiation mineures.. c'est tout !

Pour nous aider à y voir plus clair sur nous même, je conseillerai à tous la lecture de la Psychologie Révolutionnaire que je suis entrain de mettre en ligne en version HTML : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -livre.php

il y a bien sûr aussi La Grande Rébellion, la dissolution du Moi...

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous par

Message le 16 octobre 2008, 09:54

Pascal a écrit :
Je devrais avoir mis en ligne toutes les oeuvres du Maître si j'avais suffisamment travaillé sur moi-même.

Voilà le constat ! et on pourrait me dire que je suis encore en train de perdre du temps ici pour essayer de faire passer ce message : "ne fais pas ce que j'ai fait".
tu veux dire que si tu avais travaillé sur ta psychologie, tu aurais pu avancer plus vite !

Oui mais d'un autre côté, ce qu'on fait en mettant ses oeuvres en ligne à la disposition de chacun... c'est beaucoup d'amour donné à l'humanité... il ne faut pas penser qu'au travail sur soi mais apporter aux autres en parallèle, ce que tu as fait avec brio.

Mais c'est vrai que si on était de réels adeptus... on perdrait moins de temps en considérations égotiques... mais peut-être qu'aussi, on semblerait étranges ou difficile à aborder à ceux qui vont venir nous rejoindre ici au fil du temps. SAW se sentait même mal à l'approche d'humains pétris d'ego.

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous parlent

Message le 17 octobre 2008, 00:21

Merci Marie pour cette douceur qui te caractérise.

On va croire que je refuse d'entendre des critiques de mes créations, mais qd on me dit qu'il n'y a pas de musique derrière... bon moi, je n'entends pas de musique derrière quoi que ce soit... ils veulent peut-être dire qu'ils sont touchés au coeur.

Il y a une grande naiveté dans mes poèmes. je n'ai pas le droit de m'exprimer à la place de jésus Christ, des dévas, des anges, des extra-terrestres. Ce que j'en dis est sûrement éloigné du message qu'ils voudraient nous transmettre. On peut tout à fait me critiquer sur le fond ou la forme... mais entendre ou ne pas entendre de musique, c'est très subjectif.

Elanka, je sens que tu veux taire la polémique pour museler mes egos...

hé bien Marie, j'attends tes quatrains en réponse aux miens mais ne m'accorde pas trop d'importance...

Tu sais c'est juste un ego en moi, l'ego du poète oublié du temps passé qui crie : "Ecoutez ce que j'ai écrit" , "c'est beau, n'est-ce pas" , "Quoi ! Hein, Tu n'aimes pas cela" "Mais pourquoi tu ne m'aimes pas" "tout ce qui provient de moi est pourtant magnifique et grandiose"....

...et il va reprendre bientôt, "ha toi tu aimes" , "tu reconnais ma valeur" "ha je me sens mieux" "L'affront est réparé" "Je me sens tout ragaillardi"

Comme dit SAW :
Celui qui accepte la doctrine des multiples « Moi » comprend, sur la base de l'observation, que chaque désir, pensée, action, passion, etc., correspond à un « Ego » différent, distinct.

Quand un homme commence à s'observer lui-même minutieusement, à partir du point de vue qu'il n'est pas Un, mais Plusieurs, assurément il a alors amorcé le travail sérieux sur sa nature intérieure.

Avatar du membre
Messages : 13
Enregistré le : 16 novembre 2012

Re: Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous par

Message le 12 février 2014, 03:30

François Malaval

L'amour de son néant

Mon centre est le néant, c'est un vrai lieu de paix.
L'imposture et l'erreur ne s'y trouvent jamais.
Lorsque je ne veux rien, l'ennemi se retire,
Il ne sait où me prendre, il ne sait que me dire.
Quand il veut raisonner, je ne l'écoute pas,
Quand il flatte mes sens, je sais me tenir bas.
Que ce néant est beau ! qu'il est doux et tranquille.
Ce néant me fait voir que je suis inutile,
Que je n'ai rien de bon, et que je ne puis rien ;
Que je n'ai de mon fonds ni force ni soutien ;
Que tout mon être humain n'est qu'un flux d'inconstance.
Ainsi Dieu parait mieux mon unique assistance.
C'est beaucoup de faveur qu'il me lance un regard.
S'il ne me donne rien, le néant est ma part ;
Souvent de l'oraison toute l'heure est passée,
Que je ne sens en moi ni désir ni pensée ;
S'il m'en vient, c'est un trait de sa bénignité,
Ainsi je vois sa grâce, et mon indignité.
Lorsque je suis, stérile, une retraite entière,
Mon néant me tient lieu d'attrait et de lumière,
Et je me réjouis par un élan de foi
Qu'en Dieu tout bien se trouve, et le néant en moi.
Laissez-moi mon néant, jouissez de votre être,
Seigneur, tout mon repos est de me bien connaître.
Vous n'êtes que grandeur, que gloire et que bonté,
Et moi rien par nature, et rien de volonté.
À vous seul tout hommage, à vous seul toute gloire,
Et moi de mon néant je chéris la mémoire.
Dieu, vivez dans vous-même, et moi dans mon néant
Que je sois toujours bas, et mon Dieu toujours grand. [...]

Moussau

Âme

Une rêverie enlacée d'inutile,
L'espoir sans ancre; création subtile
Formée d'un calvaire. Une rêverie,
Ma vie morte oubliée des amis
Souriant aux beaux jours purs. Ce puits
Profond médité jour et la nuit
Se manifeste ainsi: nostalgie
Est l'accoutrement du matin froid
Emporté d'emblée. Soufflées parois
De mon âme recouverte, foisonnés
Détails existence conditionnée.

Le naturel fuit le trouble,
Une torpeur s'assoie, enduit pensées,
Sentiments, le coeur; ultérieurement
La raison n'est plus. Or maintenant
L'âme durcis je me pose au point
Éphémère, l'animalité. Loin
Les scrupules rongeant la conscience si
Écourtée dont suis-je doté. Soucis
Immuables, une nature abjecte
Et dépendante m'investit. Délecte
Ce repas froid, ton âme infecte.

Soudain je me dis "Ô Dieu est là !"
Il m'a sauvé nombreuses fois ! Sans joie
Puisque coupable le faible, moi,
Le sale l'égocentrique. Alors
Que malheurs médités frappent mon corps,
Mon or, devant un oeil impartial;
Une monnaie équitable. Banal
Pour certains citadins auxquels
Le puits est profond et vide; querelles
À toujours pauvre d'eux ! Leur puis vide
Le mien plein. Ils rêvent sans ancre.

Avatar du membre
Messages : 13
Enregistré le : 16 novembre 2012

Re: Poèmes : Christ, Anges, Dévas, extra-terrestres vous par

Message le 15 mars 2014, 20:09

Gloire à Dieu, le seul, le Très-Haut.
Que la vie s’exalte, brille
Sur toutes âmes inspirées d’eau
Fraiche cristalline qui coule
Sur l’Esprit brulant. Une douceur
À la main, une autre au cœur,
Il vente une brise divine
Accompagnée par la citrine
Ensoleillée. Mon Dieu, mon Dieu,
Tu m’as inspiré. Sans toi mes
Yeux seraient clos, jamais ce lieu
Aux ondes flottantes bleues ait
Pu écrire ma vie. C’est Lui
la joie, la vérité c’est Lui.

Répondre

Retourner vers « Lectures et livres audio »