Les marques d'affection dans le couple sont le produit de la luxure

Spécifiquement selon la définition de Samael
Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Les marques d'affection dans le couple sont le produit de la luxure

Message le 22 juillet 2017, 21:17

Les femmes les moins câlines seraient-elles les plus fidèles ?
Se méfier des hommes qui promettent beaucoup.
le trop plein de marques d'affection
...........................................
D. Maître, que pouvez-vous nous dire sur l'affection ? C'est quelque chose que tous les êtres humains possèdent naturellement. Certains sont même capables de vouer leur vie à un être cher et ils utilisent aussi certains moyens d'expression pour manifester cette affection, cet amour. Ces petites marques d'affection démonstratives entre les enfants ou entre les époux, etc., ont-elles lieu d'exister ?

M. L'amour est grandiose, mais il y a un dicton espagnol qui dit : « Ce sont les actes qui fondent l'amour et non les bonnes intentions ». J'ai connu des foyers très affectueux qui se sont décomposés du jour au lendemain. Il y a peu de temps, j'en ai connu un, apparemment très heureux. Dans ce foyer, tous les enfants étaient affectueux avec leurs parents, mais ce foyer n'existe plus : l'homme et la femme ont divorcé, et les enfants vont les uns d'un côté et les autres de l'autre (et ils étaient très affectueux !).

En général, les marques d'affection dégénèrent en luxure, elles ne servent à rien. N'oubliez pas que le coeur est aussi un centre érotique. Le mieux, c'est l'amour, et l'amour n'accepte pas les marques d'affection. L'amour est pur, merveilleux, beau et désintéressé ; l'amour se démontre dans les faits.

À quoi cela sert-il qu'un homme répète à sa femme : « je t'aime », « je t'adore », s'il ne lui donne rien, pas même pour le quotidien ? À quoi servent tant de baisers, tant d'étreintes et de choses de ce style, si l'homme ne se préoccupe pas de savoir si sa femme a de quoi s'acheter une paire de bas ou a de quoi se vêtir ? C'est ça l'amour? Au lieu de tant de baisers, de tant de caresses, d'étreintes, etc., il vaut mieux qu'il lui donne des vêtements, qu'il lui paie ses factures, c'est-à-dire qu'il lui assure son quotidien, qu'il accomplisse ses devoirs, qu'il ne la traite pas mal, qu'il ne la frappe pas, qu'il ne lui tire pas les cheveux, qu'il ne lui fasse pas de mal… « Ce sont les faits qui comptent et non les bonnes intentions »… Indubitablement, « il est aussi mauvais d'être rigide que d'avoir l'échine en caoutchouc ».

Il est bon que l'homme soit naturel avec sa femme et que la femme soit naturelle avec son mari ; mais tous ces foyers où existent tant et tant de baisers et d'étreintes et de choses de ce genre (en un mot, tant de marques d'affection) finissent mal et ceci nous l'avons constaté dans la pratique.

J'ai vu des foyers où tout était pure affection et qui, aujourd'hui, n'existent plus et j'ai vu des foyers où l'homme n'est pas ainsi. Il n'a pas « une échine en caoutchouc » mais il n'a pas non plus le coeur dur ; il n'est pas affectueux, mais il sait accomplir ses devoirs ; son amour, il le démontre dans les faits, avec simplicité et tact. Ces foyers vont très loin, ils ne meurent jamais ; seule la mort les détruit, ce qui est très naturel.

Surveillons nos propres actes. D'où naissent les affections et que sont les marques d'affection ? Les marques d'affection ont pour base la luxure, ce sont des vices. Le coeur est aussi un centre érotique qui conduit inévitablement à l'abus sexuel ; tous ces sentimentalismes d'hommes et de femmes dégénèrent en fornication, en luxure, en morbidité. De sorte que les marques d'affection sont le résultat, le produit de la luxure. L'amour est plus beau, plus pur, c'est comme un nouveau-né, il ne cherche rien pour lui mais tout pour l'être aimé ; il n'inclut pas l'affection, mais il sait accomplir son devoir. Il se démontre par des faits et pas simplement avec les vaines paroles insipides d'un bavardage ambigu.

Celui qui promet à la pauvre dame de ses rêves toutes les richesses du monde alors qu'il n'en a pas, qui lui promet de mettre le ciel à ses pieds, s'avère, en général, totalement fourbe ; par contre, ces hommes qui ne promettent pas beaucoup de choses aux femmes, mais qui les accomplissent, qui veillent sur elles, qui ne les abandonnent pas, s'avèrent évidemment, admirables.

La même chose se produit par rapport à la femme. Celles qui sont très câlines, très cajoleuses, et enfin, qui donnent beaucoup de marques d'affection font presque toujours porter de belles cornes à leur mari. Les femmes qui ne sont pas câlines, qui accomplissent leurs devoirs, qui font quotidiennement toutes leurs tâches ménagères avec beaucoup de diligence, qui veillent sur leurs enfants, qui prennent soin de leur mari, sont indubitablement de magnifiques épouses, fidèles et sincères, incapables de trahir ; mais celles qui sont très cajoleuses, sentimentales, prodigues en marques d'affection finissent par faire porter une belle paire de cornes au pauvre homme.

Répondre

Retourner vers « Egos mis en lumière »