Délit de Violence contre Nature

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Délit de Violence contre Nature

Message le 6 septembre 2014, 14:23

Maître, pourriez-vous nous expliquer quand nous commettons le délit de violence contre nature ?.

Je m'empresse de donner une réponse à la dame qui pose la question avec le plus grand plaisir. Il existe violence contre nature quand nous violentons les organes sexuels. Il y a un tel délit quand l'homme oblige la femme à la copulation quand elle n'est pas disposée à le faire.

Il existe un tel délit quand la femme oblige l'homme à la copulation quand il n'est pas disposé à le faire.

Il existe un tel délit quand l'homme s'autooblige, se violentant lui-même, à effectuer le coït, son organisme n'étant pas en condition pour cela.

Il existe un tel délit quand la femme s'autooblige à la copulation, son organisme n'étant pas dans des conditions réellement favorables.

Il existe un tel délit chez ceux qui commettent le crime de violation sexuelle, de possession d'une autre personne contre la volonté de cette dernière.

Comme dans les cadences du vers le délit se cache aussi, il n'est donc pas rare que soient commises des violences contre nature, quand on oblige le phallus à entrer en érection, ce dernier ne se trouvant pas dans des conditions réellement favorables pour le coït.

Il existe violence contre nature quand, sous le prétexte de pratiquer la Magie sexuelle ou même avec les meilleures intentions de s'autoréaliser, l'homme s'autooblige à réaliser la copulation chimique, ou oblige sa femme dans cette optique, les organes créateurs n'étant pas dans le moment amoureux adéquat ni en des conditions harmonieuses favorables, indispensables pour la copulation.

Il existe violence contre nature chez ces dames qui, ayant besoin d'Autoréalisation intime, violent leur propre nature en s'autoobligeant impitoyablement à réaliser la copulation alors qu'elles ne se trouvent certainement pas dans les conditions requises pour celle-ci.

Il existe la violence contre nature chez les masturbateurs ou ceux qui réalisent la copulation chimique quand la femme est en période de menstruation.

Il existe la violence contre nature quand les conjoints réalisent l'union sexuelle alors que la femme est enceinte.

Il existe la violence contre nature quand on pratique le Vajroli-Mudra de type fort plusieurs fois par jour ou par nuit, les organes sexuels ne se trouvant pas en conditions réellement favorables et harmonieuses.

Il existe la violence contre nature quand on pratique la Magie sexuelle deux fois de suite, violant ainsi les lois de la pause magnétique créatrice.



Maître, au cas où le conjoint n'a pas la puissance adéquate et pratique la Magie sexuelle, viole-t-il également la nature ?.

Avec grand plaisir, je m'empresse de donner une réponse à ce monsieur qui a posé la question ; il arrive qu'un organe qui ne sert pas s'atrophie ; si un homme restait dans l'abstinence de manière radicale et absolue, il se porterait évidemment préjudice par le fait qu'il deviendrait impuissant.

Evidemment, si l'homme voulait se guérir de ce mal si néfaste, il pourrait y arriver en pratiquant la Magie sexuelle, la connexion du phallus et de l'utérus sans éjaculer le Semen.

En principe, bien sûr, cette connexion serait presque impossible, étant donné précisément le manque d'érection du phallus.

Cependant, en essayant de faire cela, en approchant le phallus de, l'utérus, avec l'échange mutuel de caresses, il n'y a pas de violence contre nature, mais une thérapeutique médicale érotique, indispensable à la réalisation de cette guérison.

Ce type de patients, en principe, peut recourir à un traitement médical clinique, basé sur les conseils du docteur, dans le but, précisément, d'arriver à ces premières connexions sexuelles.

Il est ostensible que si le couple se retire avant l'orgasme pour éviter l'éjaculation du Semen, ce dernier se réabsorbe dans l'organisme en fortifiant extraordinairement le système sexuel et entraînant la guérison.

Dans ce processus, je le répète, il n'y a pas de violence contre nature.

Maître, quand vous parlez de violence contre nature, vous référez vous exclusivement à la violence de l'organisme humain ?.

Cher ami, je voudrais que vous sachiez une fois pour toutes que lorsque nous parlons de violence contre nature, nous nous référons instamment à toute forme de violence sexuelle ; spécifiquement et clairement aux organes sexuels des êtres humains.

Je ne veux pas dire par là qu'il n'existe pas d'autres types de violence contre nature ; si quelqu'un oblige, par exemple, les créatures inférieures de la nature à effectuer des copulations artificielles, en violant le libre arbitre, il y a violence contre nature ; si quelqu'un insémine artificiellement les animaux, comme c'est l'habitude aujourd'hui, il y a violence contre nature.

Il existe violence contre nature dans l'adultère, ou quand nous adultérons les végétaux et les fruits avec les fameuses greffes qu'ont inventées les pédants de cet Age noir du Kali-Yuga.

Il existe violence contre nature quand nous nous castrons ou faisons castrer les bêtes.

Les délits qui entrent dans l'ordre de la violence contre nature sont donc innombrables.

Passage extrait du chapitre : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... aturne.php, sur le forum : sujet 7ème cercle Infernal : Saturne - Les Violents : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... f=72&t=380

Répondre

Retourner vers « Tantrisme noir ou gris et pratiques nuisibles »