Un Côté Fugueur Très Prononcé

Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Un Côté Fugueur Très Prononcé

Message le 13 août 2011, 17:29

Au commencement de la présente : un des grands Maîtres de la Loi du Karma (ces Maîtres qui dirigent le destin des hommes et qui vivent dans les Mondes Supérieurs) s'approcha et me dit :

- Maître Samaël Aun Weor, tout est prêt, suis-moi. Je répondis :

- C'est bien, Vénérable Maître, je vous suis.

Cet adepte se dirigea vers une certaine maison et j'allai derrière lui. Il pénétra dans une maison ancienne avec un vestibule vaste et pavé ; il traversa un patio, arriva dans une petite salle et, pour finir, entra dans une chambre. Là, j'entendis les cris de douleur d'une femme qui souffrait les douleurs de l'enfantement. Je m'observai moi-même et vis qu'un fil très subtil me connecta à cette créature qui allait naître (c'est le Cordon d'Argent dont s'occupa tant Monsieur Mardi Lobsang Rampa. En Orient, on appelle ce cordon « Antahkarana » et on dit qu'il a sept aspects différents)...

À l'instant où naquit l'enfant, au moment où il fit sa première inhalation, il m'arriva ce qui arrive à un homme qui dort et qu'une autre personne arrive et le touche : il s'éveille instantanément.

Il est clair qu'au moment où cet enfant fit sa première inhalation, je me sentis, instantanément, tiré, attiré à l'intérieur de ce corps, dans ce petit corps d'enfant nouveau-né, avec une surprise si grande que le moins que je pus faire fut d'émettre quelques cris et quelques pleurs.

Ils arrangèrent mon cordon ombilical, me couchèrent près de ma mère terrestre ; je vis un géant qui s'approcha de moi et me sourit. Il est clair que j'avais un petit corps et que ce géant, donc, était mon père, mais je le voyais comme un géant (moi qui étais tout petit, je le voyais comme un grand géant). Ce géant souriait doucement ; il me semblait sympathique, et il ne me dérangeait pas le moins du monde.

Ainsi, conscient, je restai à l'intérieur de ce corps ; ce corps grandit peu à peu et à onze mois je me suis dis : « Bon, il est l'heure de commencer à marcher un peu » ; je mis mes mains ainsi, fis quelques pas dans l'intention de me tenir debout pour la première fois avec mon nouveau corps et j'y arrivais.

Je continuais à grandir, mais en Conscience, sans oublier mon existence passée, sans oublier les membres de ma famille, mes amis, sans rien oublier.

J'attendais uniquement le moment où mon corps me servirait pour pouvoir laisser cette maison, ces personnes qui m'ont fourni ce corps. J'ai fait le premier essai à huit ans, mais je remarquai que non, je n'étais pas encore suffisamment mature pour pouvoir me suffire à moi-même ; il me fallait revenir à la maison car il n'y avait pas d'autre remède...

Un peu plus tard, quand j'ai compris que je pouvais me suffire à moi-même, voyez-vous, je leur dis : « je m'en vais », « adieu », « good bye » et, pour finir, je suis ici avec vous.

Bref, je n'ai jamais perdu la Conscience, non ; parce que déjà, dans des existences très anciennes, je m'étais soucié d'éveiller ma Conscience, j'avais déjà travaillé en ce sens ; et il s'avère que je peux vous dire où j'étais avant ma naissance et savoir aussi, où j'irai après la mort.

Mais, si je n'avais pas travaillé sur moi-même, si je n'avais pas atteint l'éveil, je serais complètement inconscient, comme tout le monde.

Aussi, pour qu'on puisse savoir d'où on vient, où on va, comment on s'appelle, et tout ça, il ne nous reste donc pas d'autre remède que d'ÉVEILLER NOTRE CONSCIENCE.

extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... igente.php

Répondre

Retourner vers « Eléments biographiques »