L'Enfer Evoqué dans chaque Religion parcequ'il Existe vraime

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

L'Enfer Evoqué dans chaque Religion parcequ'il Existe vraime

Message le 21 juin 2015, 07:08

Tout autre est le chemin qui attend ceux qui descendent dans les MONDES INFERNAUX ; il s'agit de gens qui ont déjà accompli leur temps, leur cycle de manifestation, ou qui ont été trop pervers ; ces personnes involuent indubitablement dans les entrailles de la Terre.

Dans sa « Divine Comédie », Dante Alighieri nous parle des Neuf Cercles Dantesques et il voit ces Neuf Cercles à l'intérieur de la Terre.

Nos ancêtres d'Anahuac, dans la grande Tenochtitlan, parlent clairement du « MICTLAN » (c'est la Région Infernale qu'ils situent, eux aussi, à l'intérieur même de notre globe terrestre).

À la différence, donc, de certaines autres sectes ou religions, pour nos ancêtres d'Anahuac (comme nous l'avons vu dans leurs Codex), le passage par le Mictlan est obligatoire et ils le considèrent simplement comme un « Monde d'épreuves », où les Âmes sont éprouvées, et si elles arrivent à passer par les Neuf Cercles, elles sont admises indiscutablement dans l'Éden, c'est-à-dire au Paradis Terrestre.

Pour les SOUFIS MAHOMÉTANS, l'Enfer n'est pas non plus un lieu de châtiment, mais d'instruction pour la Conscience et de purification.

Pour le Christianisme, dans tous les recoins du monde, l'Enfer est un lieu de châtiment et de peines éternelles ; cependant, le CERCLE SECRET DU CHRISTIANISME, la partie occulte de la Religion Chrétienne est différente. Dans la partie occulte de tout Mouvement Chrétien, dans la partie intime ou secrète, se trouve la Gnose.

Le GNOSTICISME UNIVERSEL voit l'Enfer, non comme un lieu de peines éternelles et sans fin, mais comme un lieu d'expiation, de purification et d'instruction à la fois pour la Conscience.

Évidemment, il doit y avoir de la douleur dans les Mondes Infernaux, puisque la vie est terriblement dense à l'intérieur de la Terre et surtout dans le Neuvième Cercle (où se trouve ce noyau, disons, concret, d'une matière terriblement dure) ; là on souffre l'indicible...

En tout cas, ceux qui rentrent dans l'INVOLUTION SUBMERGÉE du Règne Minéral doivent passer, tôt ou tard, par ce qu'on appelle, dans l'Évangile Christique, la « SECONDE MORT ».

Nous n'avons jamais envisagé, dans le Gnosticisme Universel, d'étudier cette question de l'Enfer Dantesque où il n'y aurait donc pas de limite au châtiment. Nous considérons que Dieu étant éternellement juste, il ne pourrait faire payer à quelqu'un plus que ce qu'il doit, car toute faute, aussi grave soit-elle, a un prix ; une fois le prix payé, cela nous paraîtrait absurde de continuer à payer.

Ici même, dans notre Justice terrestre (qui n'est qu'une Justice parfaitement subjective), nous voyons que si un prisonnier entre en prison pour tel ou tel délit, une fois qu'il a purgé sa peine, on lui donne le « bon de sortie » de la liberté ; même les autorités terrestres n'accepteraient pas qu'un prisonnier reste en prison après avoir purgé sa peine.

Il y a eu des cas de prisonniers qui s'étaient tellement adaptés à la prison que le jour de leur sortie, ils n'ont pas voulu sortir, il a donc fallu les faire sortir de force.

Ainsi, toute faute, aussi grave soit-elle, a un prix ; si les juges terrestres savent cela, la justice divine le sait encore plus. Aussi grave qu'ait été le délit (ou les délits) que quelqu'un a commis, il a donc un prix ; une fois le prix payé, le « bon de sortie » de la liberté est alors à l'ordre du jour.

S'il n'en était pas ainsi, Dieu serait alors un grand tyran ; et nous savons bien qu'à côté de la justice divine, il ne manque jamais la Miséricorde. Nous ne pourrions donc, en aucune manière, qualifier Dieu de « tyran » ; ce procédé équivaudrait à un blasphème, et nous, franchement, nous n'aimons pas le blasphème.

Ainsi, la Seconde Mort est la limite du châtiment dans l'Enfer Dantesque. Qu'on appelle cet ENFER « TARTARE », en Grèce, ou qu'on l'appelle « L'AVERNE » à Rome, ou «L'AVITCHI » en Inde, ou « LE MICTLAN » dans l'antique Tenochtitlan, peu importe. Chaque pays, chaque Religion, chaque Ère ou chaque culture a connu l'existence de l'Enfer et l'a toujours qualifié d'un nom.

Pour les anciens habitants de la Grande Hespéride (comme nous le voyons en lisant la divine « Énéide » de Virgile, le Poète de Mantoue), l'Enfer est la DEMEURE DE PLUTON, c'est cette région caverneuse où Énée, le Troyen, a rencontré Didon, cette reine qui se tua par amour, car elle était amoureuse de lui, après avoir juré loyauté aux cendres de Sichaeus.

La Seconde Mort, en elle-même, est généralement très douloureuse ; l'Ego sent qu'il est démoli, que ses doigts tombent, qu'il perd ses bras... Il subit un terrible évanouissement ; après un certain temps, l'Essence (ce qu'il y a d'Âme à l'intérieur de l'Ego) a une figure infantile. Alors, on devient comme un GNOME ou un PYGMÉE, pour entrer dans l'Évolution des Élémentaux Minéraux.

Passage extrait de la Conférence CONFÉRENCE N°132 : PROCESSUS DANS LA RÉGION DES MORTS

Répondre

Retourner vers « Abîme et sphères submergées »