1er Cercle : Lune - Limbes, Innocents, Baptême

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

1er Cercle : Lune - Limbes, Innocents, Baptême

Message le 4 décembre 2008, 20:48

nombrelle a écrit :
j'aimerais revenir sur ce mot "limbes et innocent" à qui cela s'adresse t il ?
il y a une vidéo la dessus, les petits enfants vont dans les limbes, la dernière vidéo sur la page : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... deptat.php

sinon ce chapitre là, qui a rapport à ceux qui n'ont pas été baptisé (rapport aux enseignements de Magie sexuelle) :
EDK05 Premier cercle infernal ou cercle de la Lune

Mes amis, nous sommes réunis ici à nouveau et nous allons étudier le premier cercle dantesque des mondes infernaux.

Il est indubitable que cette première région submergée correspond au Limbus, l'Orcus des classiques, cités par Virgile, le poète de Mantoue.

On nous a dit très clairement que cette zone minérale se trouve parfaitement représentée par toutes les cavernes du monde, lesquelles, unies astralement, viennent compléter la première région submergée.

Dante, le vieux Florentin, dit qu'en cette région il rencontra tous les innocents qui moururent sans avoir reçu les eaux du baptême. On doit comprendre tout ceci d'une forme strictement symbolique.

Si nous étudions soigneusement Le Ramayana, le livre sacré des Hindous, avec étonnement mystique, nous pourrons mettre en évidence le fait effrayant et définitif que le sacrement du Baptême est très antérieur à l'ère chrétienne.

Dans Le Ramayana nous pouvons vérifier le cas insolite de Rama qui fut certes baptisé par son Guru.

Indiscutablement, personne, dans les temps anciens, ne recevait le baptême sans avoir été au préalable instruit sur les mystères du sexe car le sacrement du baptême est un pacte de Magie sexuelle.

Il est extraordinaire qu'en entrant dans n'importe quelle école de mystères on reçoive en premier lieu le sacrement du baptême.

Il est indispensable, urgent, de transmuter les eaux pures de vie en vin de lumière de l'alchimiste. Ainsi seulement est-il possible de parvenir à l'Autoréalisation intime de l'Etre.

Dans l'Orcus des classiques, dans les Limbes, nous rencontrons beaucoup d'hommes cultivés qui sont morts sans avoir reçu les eaux du baptême.

Des trompés sincères, emplis de magnifiques intentions, mais trompés. Des gens qui crurent la libération possible sans nécessité de Magie sexuelle.

Ainsi, dans la première région sublunaire, sous l'épiderme de la planète où nous vivons, les défunts demeurent froids et sépulcraux.

On sent une véritable tristesse, une suprême douleur, à contempler tant de millions de désincarnés errant, la conscience endormie, dans la région des morts.

Voyez-les là-bas, tels des ombres froides, avec la conscience profondément endormie, tels des spectres de la nuit !.

Les ombres des morts vont et viennent de toutes parts, dans le premier cercle dantesque ; ils s'occupent avec la même activité qu'il ont eue dans la vie passée ; ils rêvent avec les souvenirs d'hier ; il vivent totalement dans le passé.

Vous nous avez expliqué, Maître, que dans la première région souterraine sublunaire, appelée les Limbes, habitent les âmes qui n'ont pas encore été baptisées, le baptême s'entendant comme un pacte de Magie sexuelle ; ce qui m'amène à poser la question suivante pénètrent-ils dans cette région automatiquement en mourant ?.

Cher ami, votre question s'avère assez intéressante et je m'empresse d'y répondre.

Je veux que vous compreniez que la première région submergée est comme l'antichambre de l'Enfer ; là vivent, évidemment, les ombres de nos êtres chéris, des millions d'êtres humains qui n'ont jamais transmuté les eaux séminales en vin de lumière de l'alchimie.

Elles sont peu, ces Essences, ces âmes, qui, après la mort, parviennent réellement à prendre quelques vacances dans les mondes supérieurs.

Il ne fait aucun doute que la majeure partie des êtres humains retourne immédiatement à un nouvel organisme humain, passant un certain temps dans les Limbes avant de se réincorporer.

Pourtant, en raison de l'état critique dans lequel nous vivons actuellement, d'innombrables défunts se plongent définitivement dans les mondes infernaux en passant par les sphères ténébreuses de la Lune de Mercure, de Vénus, du Soleil, de Mars, de Jupiter, de Saturne, d'Uranus et de Neptune.

La dernière de ces régions est définitive ; les perdus passent par là, pour la désintégration finale, la seconde mort, si indispensable. Grâce à ces épouvantables annihilations, l'Essence, l'âme, arrive à se libérer des régions du Tartarus, pour remonter à la surface planétaire et recommencer une nouvelle évolution qui devra inévitablement recommencer depuis le règne minéral.

Comment doit-on comprendre, Vénérable Maître, ce que dit le langage de l'Eglise romaine, à savoir que dans les Limbes entrent les enfants innocents ?.

Cher ami, il faut comprendre cette expression enfants innocents de manière symbolique, allégorique.

Interprétez le mot innocents non dans sa forme primitive, originale, mais comme ignorance radicale.

Certainement, celui qui ne connaît pas les mystères du sexe est un ignorant, bien qu'il se vante d'être sage et possède une vaste érudition.

Rappelez-vous qu'il y a beaucoup d'ignorants cultivés qui non seulement ignorent, mais en plus ignorent qu'ils ignorent. D'accord ?.

Maître, voulez-vous dire que la personne qui n'a pas fabriqué ses Corps solaires n'a pas été baptisée ?.

Cher jeune homme, votre question me réjouit car elle est la base d'une belle explication. Les Saintes Ecritures parlent clairement de l'habit de noces de l'âme, le To Soma Heliakon, le Corps d'Or de l'Homme solaire, vivante représentation des corps suprasensibles que toute créature humaine doit former.

Nous avons clairement parlé, dans nos livres précédents, du travail lié à la création des Corps existentiels de l'Etre et, pour cette raison, je crois que nos étudiants gnostiques pourront maintenant nous comprendre.

Il est hors de doute que l'animal intellectuel improprement appelé homme ne possède pas de tels véhicules, qu'il doit par conséquent créer en travaillant dans la forge allumée de Vulcain (le sexe). Il me vient à la mémoire, à cet instant même, le cas d'un ami qui se désincarna il y a quelques années. C'était un Gnostique convaincu mais il ne parvint toutefois pas à fabriquer ses Corps existentiels de l'Etre ; ceci, je pus le vérifier dans la région des morts, dans les Limbes.

Hors du corps physique, je le rencontrais ; il avait un aspect gigantesque et son visage spectral était certainement du panthéon ou du cimetière.

J'allai avec lui en différents endroits, dans diverses rues d'une ville. Indiscutablement sous la région tridimensionnelle d'Euclide, dans les Limbes.

« Vous êtes mort, lui dis-je.

Comment ?. Impossible !, Je suis vivant » Telle fut sa réponse.

Comme nous passions près d'une très belle demeure, je le fis entrer dans l'intention de le faire se regarder dans un miroir ; il obéit à ma suggestion et je le vis alors très surpris.

« Essayez de flotter, lui dis-je encore, faites un petit saut pour vous convaincre que vous êtes mort ».

Ce fantôme obéit, il voulut voler, mais, au lieu de s'élever comme les oiseaux, je le vis tomber la tête la première. A ce moment, il prit diverses figures animales.

« Vous avez une forme de cheval, de chien, de chat, de tigre » lui dis-je, suivant les diverses facettes qui ressortaient.

Ce fantôme était certes formé par un ensemble de Moi querelleurs et criards qui se pénétraient et se compénétraient mutuellement sans se confondre. Mes efforts furent inutiles, ce désincarné ne put me comprendre, c'était un habitant de la région des morts. Une somme de Moi personnifiant des défauts psychologiques.

Bien que cet ami connût la Gnose, il n'était pas parvenu à fabriquer son Corps astral, et je n'avais maintenant devant les yeux rien qu'un ensemble de fantômes, donnant l'impression d'une personnalité de façade. Il est évident que ce sujet n'avait pas reçu le sacrement du baptême Nous dirons, en d'autres mots, qu'il n'avait pas transmuté les eaux pures de vie en vin de lumière des alchimistes.

Maître, ceci veut-il dire, alors, que ceux qui habitent dans la région des morts, à savoir les Limbes, auront toujours l'occasion de retourner à une nouvelle matrice ?.

Cher ami, n'oubliez pas que le dieu Mercure, avec son caducée, sort toujours les âmes submergées dans l'Orcus, dans l'intention de les réincorporer à un nouvel organisme ; c'est la seule possibilité pour qu'un jour, nous puissions être réellement baptisés. D'accord ?.

Cher Maître, je comprends qu'aux Limbes entrent l'Essence et les Moi du défunt, mais ce n'est pas une région de souffrances, n'est-ce pas ?.

Cher monsieur, puisque vous parlez d'Essence et de Moi, il est bon que nous mettions cartes sur table, une bonne fois, pour expliquer certains concepts et définir des positions doctrinaires.

Beaucoup croient que l'Ego, le Moi, le Moi-Même, le Soi-Même est quelque chose d'extrêmement individuel ; c'est ce que supposent faussement les multiples faiseurs de traités de psychologie moderne.

Nous, les Gnostiques, allons plus loin ; il nous plaît d'approfondir, de creuser dans tous les mystères, d'enquêter, de rechercher, etc.

Le Moi n'a aucune individualité ; c'est la somme de divers agrégats psychiques qui personnifient nos défauts psychologiques, une série d'erreurs, de passions, de haines, de craintes, de vengeances, de jalousie, de colère, de luxure, de rancune, d'attachements, de convoitises, etc.

Ces divers agrégats ont des formes animales variées dans les régions hypersensibles de la nature.

A la mort, tout cet ensemble de Moi querelleurs et criards, toute cette gamme variée d'agrégats psychiques, continuent au-delà du sépulcre.

Notre Essence animique, le matériau psychique, se trouve embouteillée dans ces valeurs négatives.

Ostensiblement donc, cette matière animique enfermée dans l'Ego se plonge dans l'Orcus, dans les Limbes, pour retourner un peu plus tard à ce monde physique.

Maître, les Limbes, pour une personne endormie et courante seraient-ils la continuation de sa vie ?.

Mon ami, jeune homme, je considère la question que vous posez comme étant erronée ; il est nécessaire de mieux poser la question pour expliquer.

Il n'existe aucun lendemain pour la personnalité du mort, toute personnalité est fille de son temps, naît en son temps, meurt en son temps.

Ce qui va au-delà du sépulcre est l'Ego, somme de divers agrégats psychiques, animalesques et brutaux. Quand j ai regardé l'ami de mon récit, j'ai pu comprendre avec douleur que sa personnalité avait été annihilée ; tout ce qu'il y avait alors devant mes yeux c'était une somme de grotesques figures animales, qui se pénétraient et se compénétraient mutuellement, pour donner une fausse apparence de personnalité sépulcrale, froide, spectrale.

Que s'était-il passé avec mon ami ?. Où était-il ?. Comme il n'avait pas fabriqué le Corps astral, il est évident qu'il avait cessé d'exister ; si mon ami avait fabriqué un Corps astral, au moyen de la transmutation sexuelle, s'il avait réellement pratiqué la Magie sexuelle, il est clair que s'il avait fabriqué le véhicule sidéral, il aurait alors continué avec sa personnalité astrale dans les régions hypersensibles de la nature ; malheureusement, ce n'était pas le cas.

Etre baptisé, donc, implique d'avoir pratiqué la Magie sexuelle ; celui qui n'a pas procédé ainsi, qui n'a pas reçu les eaux sacramentelles, est un habitant des Limbes.

Maître, cette fausse personnalité formée de Moi grotesques, qui fut un temps votre amie, pourrait-elle arriver à être votre ennemie dans cette région sans futur ?.

Jeune ami, il est urgent que vous compreniez que l'Ego est constitué par beaucoup de Moi et que quelques-uns peuvent être nos amis et d'autres nos ennemis. Indubitablement, quelques Moi de ce fantôme auquel je me réfère continuent à être mes amis, mais d'autres, il est évident qu'ils peuvent être ennemis, ou simplement de grotesques fantômes indifférents. En tout cas, c'est l'Ego qui revient de la région des Limbes pour répéter dans ce monde physique tous les drames douloureux des existences passées.

La personnalité, comme je l'ai déjà dit, est périssable, elle ne reviendra jamais, et ceci est quelque chose que vous devrez comprendre clairement ; sachez différencier l'Ego de la personnalité. D'accord ?.

Dois je comprendre, Maître, que le vrai sacrement du baptême, seul peut le recevoir celui qui s'initie dans le sentier du fil du rasoir ?.

Cher monsieur, l'authentique sacrement du baptême, comme je l'ai dit dans cette conférence, est un pacte de Magie sexuelle. Les gens, malheureusement, passent par la cérémonie du baptême mais n'accomplissent jamais le pacte ; et c'est pour cela qu'ils entrent aux Limbes. Si les gens accomplissaient ce pacte religieux, ils entreraient pleinement dans le sentier du fil du rasoir ; c'est ce sentier que citait le Christ, quand il dit : « Etroite est la porte, et étroit est le chemin qui mène à la Lumière, et peu sont ceux que le trouvent ». Il est indispensable de savoir que le chemin secret qui conduit les âmes jusqu'à la libération finale est absolument sexuel.

Maître, alors, les désincarnés qui ont droit à des vacances sont ceux qui ont commencé à pratiquer la Magie sexuelle ?.

Chère madame qui me posez cette question, je vous invite à comprendre que l'Ego ne peut jamais entrer dans les régions célestes. Pour les agrégats psychiques, il n'existe que l'Abîme et la seconde mort. D'accord ?.

Entrons cependant dans les détails, afin de développer et éclairer ce discours. Quand l'Ego n'est pas très fort, quand les agrégats psychiques sont très faibles, l'Essence pure, l'âme, parvient à se libérer pour quelque temps ; elle entre dans les régions célestes et jouit de quelques vacances, avant de retourner dans cette vallée de larmes.

Malheureusement, de nos jours, l'Ego animal est devenu très fort chez beaucoup de personnes et donc les âmes humaines ne connaissent plus la joie de telles vacances.

Elles sont certes très rares, de nos jours, ces âmes qui arrivent à pénétrer dans le Devachan, comme disent les Théosophes, c'est-à-dire dans le Causal.

Je veux que vous tous compreniez le fait concret suivant lequel ces âmes, certes bien rares aujourd'hui, qui peuvent jouir pour un temps de vacances si heureuses entre la mort et une nouvelle naissance, sont celles que nous pourrions appeler, en ce monde, de très bonnes gens. La Grande Loi, pour cette raison, les récompense après la mort. D'accord ?.

Maître, ces âmes qui parviennent à s'échapper de l'Ego pour profiter de quelques vacances doivent-elles se réembouteiller dans l'Ego, en revenant à une autre matrice ?.

Mes amis, l'Ego ne peut être détruit, annihilé, que de deux manières ; premièrement au moyen du travail conscient en nous-mêmes et à l'intérieur de nous-mêmes, ici et maintenant. Deuxièmement, dans les mondes infernaux, moyennant l'involution submergée, en passant

par d'épouvantables souffrances.

Indiscutablement, les vacances célestes ne dissolvent pas l'Ego ; une fois que l'Essence, l'âme, a épuisé les fruits de sa récompense, elle doit, en revenant dans cette vallée de larmes, rester préalablement embouteillée dans son Ego, le Moi, le Moi-Même.

Maître, quand l'Essence revient à une nouvelle matrice, embouteillée dans l'Ego après ces vacances, n'apporte-t-elle pas l'aspiration à se libérer pour s'autoréaliser ?.

Chère madame, votre question est magnifique. Je veux vous dire ceci, en insistant : l'ascension aux mondes supérieurs nous réconforte et nous aide.

Quand l'Essence revient de vacances dans les mondes supérieurs de la Conscience cosmique, elle est fortifiée et montre un meilleur enthousiasme. Elle lutte alors inlassablement pour obtenir sa libération totale. Pourtant, tout effort serait inutile, si ne s'accomplissait pas le pacte de Magie sexuelle contenu dans le sacrement du baptême.

Maître, pourriez-vous nous dire comment sont les régions du premier cercle dantesque, ou cercle de la Lune, comment on y vit, et ce que l'on y fait ?.

Je vais répondre immédiatement au monsieur qui pose la question. Le premier cercle dantesque, sublunaire, représenté par toutes les cavernes de la Terre, vu de manière interne, est assez intéressant.

Nous rencontrons là, la première contrepartie submergée de nos villes, de nos rues, de nos villages, de nos contrées et de nos régions. Il n'est donc pas étrange que, dans cette région, on vive une vie semblable à l'actuelle ; nous ne devons en aucune manière être étonnés par le fait que les défunts visitent les maisons où ils ont vécu, ou marchent dans les lieux qu'ils ont connu auparavant, s'occupant des mêmes métiers ou travaux qu'ils avaient l'habitude d'effectuer.

Je me souviens du cas pathétique d'un pauvre chargeur de fardeaux pesants ; son Ego allait, après la mort, portant sur ses épaules une charge, un paquet ou un fardeau. Quand je voulus lui faire comprendre sa situation, quand je lui donnais à entendre qu'il était bien mort et qu'il n'avait aucune raison de charger sur son corps des fardeaux pesants, il me regarda avec des yeux de somnambule ; il avait la conscience endormie et fut incapable de me comprendre.

Les défunts continuent de vendre dans leurs magasins, d'acheter des marchandises ou de conduire des automobiles, etc., chacun effectuant les travaux dont il était chargé auparavant. Il est étonnant de voir ces tavernes remplies de désincarnés ivres, ces maisons de prostituées, ces dernières forniquant encore après la mort, etc.

Maître, quel processus suivent ceux qui habitent dans les Limbes pour retourner à ce monde tridimensionnel ?.

Ceux qui habitent dans les Limbes doivent récapituler la vie qu'ils achèvent de passer, la revivre lentement.

Ce processus rétrospectif conclu, tous les actes de notre vie antérieure sont simplement réduits à des mathématiques, les Juges du Karma, alors, nous font retourner à cette vallée de larmes avec pour objectif que nous corrigions nos erreurs et que nous cherchions le chemin qui doit nous conduire à la libération finale, c'est tout.

Chapitre extrait du livre : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -livre.php

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Limbes, Innocents, Baptême

Message le 4 décembre 2008, 21:45

samael dit : l'authentique sacrement du baptême est un pacte de Magie sexuelle.

peut-être que la connexion sexuelle est le véritable baptême quand elle est faite avec le désir réfréné.

je crois qu'il y a baptême et baptême...

Revivons :
MM45 Le baptême de Jésus

Le Bouddha Jésus était rempli de majesté ; la seule chose qui lui manquait, c'était le couronnement. Jésus se dirigea vers le Jourdain. Jean demeurait là, il y avait son temple, où il officiait. Jean est un grand Maître de la Loge Blanche. Sur la porte du temple, Jean avait mis une inscription qui disait : « Les danses profanes sont prohibées ». Jean était un homme de taille moyenne, un vénérable vieillard à barbe blanche ; lorsqu'il officiait dans son temple, il revêtait sa splendide tunique sacerdotale. En dehors du temple, il était vêtu simplement, enveloppant son corps dans une peau de chameau ; et ainsi, à demi nu, ce vénérable vieillard était néanmoins imprégné de majesté et tous le respectaient. Son corps puissant et musclé et son front ample reflétaient la majesté de son Etre resplendissant. Jean devait vivre jusqu'à la venue du Messie. Jean devait être le grand initiateur du Bouddha Jésus ; ainsi était-il écrit dans les livres du destin. Jésus entra dans le temple et Jean lui ordonna d'enlever ses vêtements. Jean était revêtu de sa tunique sacerdotale ; Jésus se dépouilla de ses vêtements à l'exception d'un linge blanc dont il couvrait ses organes sexuels, puis il sortit du vestibule et pénétra dans le sanctuaire. Jean oignit le Seigneur avec de l'huile pure et versa de l'eau sur sa tête. A ce moment-là, trois étoiles resplendirent intérieurement dans le ciel de l'Esprit ; la troisième étoile était rouge comme un feu vif ; l'Esprit de Sagesse descendit alors du ciel.

Ce fut l'instant suprême, l'Esprit de Sagesse entra en Jésus par la glande pinéale. Le Père n'entra pas à ce moment-là dans le corps de Jésus, il assista seulement, dans son royal char de feu, visible uniquement par les yeux de l'Esprit. C'est ainsi que se déroula le couronnement du Bouddha Jésus. L'Apocalypse dit : « Sois fidèle jusqu'à la mort et je te donnerai la Couronne de la vie ». Jésus resta fidèle, et ainsi reçut-il la Couronne de la vie, qui est le Souffle éternel, inconnu de lui-même, le Souffle de l'Absolu en nous, ce rayon pur de chaque homme d'où a émané l'Intime lui-même, le fil atmique des Hindous, notre Je suis. « A celui qui sait, la parole donne pouvoir, personne ne l'a prononcée, personne ne la prononcera, sinon celui qui l'a incarnée ». Jésus l'a incarnée lors du baptême.

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par lui et, sans lui, rien de ce qui a été fait ne l'aurait été. Et la lumière resplendit dans les ténèbres, mais les ténèbres ne l'ont pas comprise » (Jean I, 1-5).

Les Orientaux appellent le Christ Cosmique le Crestos, les Egyptiens l'appelaient Osiris, les Hindous Vishnou, les Tibétains Kuan Yin. C'est aussi la Voix mélodieuse, l'Armée de la Voix, le Grand Souffle, le Soleil Central, le Logos Solaire, la Parole de Dieu.

Après le baptême gnostique, le Christ resplendit glorieusement en Jésus d'une lumière blanche immaculée, divine, radieuse comme le soleil.

C'est ainsi que Jésus incarna son resplendissant et lumineux Je suis. A partir de cet instant, le Bouddha Jésus porta le nom de Jésus-Christ.

« Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous, plein de grâce et de vérité. Il était la lumière véritable qui éclaire tout homme venant en ce monde » (Jean I, 14, 9).

En Lui il n'existe pas de différences hiérarchiques, en Lui nous sommes tous un. « Jean lui a rendu témoignage et il clamait : C'est de lui que j'ai dit : celui qui vient derrière moi est passé devant moi, parce qu'il est avant moi.

« Car de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce sur grâce » (Jean I, 15,16).

Quiconque incarnera son Christ interne sera aussi Lui. Beaucoup l'ont incarné dans le passé, plusieurs l'incarneront dans le futur.

Personne ne peut recevoir la Couronne de la vie sans avoir élevé ses sept Serpents sur la verge. Celui qui dit : « J'ai reçu la Couronne de la vie », ment, car celui qui la reçoit ne le dit pas, et on le reconnaît uniquement à ses oeuvres.

La Couronne de la vie est un secret terrible.

Nous devons nous convertir en demeures du Seigneur, et « de même que Moïse éleva le Serpent sur le bâton, dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l'homme » (Jean III, 14).

Nous devons incarner le Christ en nous pour monter au Père. Le Christ n'est pas un individu, c'est l'Armée de la Voix, le Verbe de Dieu. Personne ne parvient au Père si ce n'est par le Fils ; dans le Christ, nous sommes tous un. Dans le Seigneur, il n'existe pas de différence entre un homme et un autre homme, car en Lui nous sommes tous un. En Lui, il n'existe pas d'individualité. Celui qui l'incarne est alors Lui, Lui, Lui. « La diversité est unité ».

Nous devons en finir avec la personnalité et avec le Moi, afin que l'Etre naisse en nous. Nous devons en finir avec l'individualité.

Si un mystique en extase abandonne ses sept corps pour enquêter sur la vie du Christ, il se verra alors représenté lui-même dans le drame de la passion du Seigneur, accomplissant miracles et prodiges, il se verra mort et ressuscité le troisième jour ; ce mystique occupera la place du Christ et, à ce moment-là, il sera Lui, Lui, Lui. Parce que dans le monde du Christ il n'existe pas d'individus ; dans le Christ il n'y a qu'un seul Etre, qui se présente comme s'il était plusieurs. En abolissant le Moi et l'individualité, il ne reste que les valeurs de la conscience, qui sont les attributs de l'éternel espace abstrait absolu. Lui seul peut dire : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie ». Je suis la lumière. Je suis la vie. Je suis le bon pasteur. Je suis la porte. Je suis le pain. Je suis la résurrection.

L'Etre reçoit l'Etre de son Etre, le Je suis, ce Souffle du Grand Souffle en chacun de nous, notre rayon particulier, Lui, Lui, Lui.

Le Je suis est le Christ Interne de tout homme, notre divin Augoïdes, le Logos. Celui qui reçoit la Couronne de la vie a le droit de dire : Je suis Lui, Je suis Lui, Je suis Lui.

Nous disons aux théosophes que Lui n'est pas la Monade, mais que la Monade émane de Lui. Il est notre rayon particulier, ce rayon est une triade parfaite. Lui seul nous libère de la loi du karma. Il est le rayon logoïque de tout homme. Le Christ est la fin de la Loi.

La loi du karma n'est que la marâtre, le guérisseur qui nous soigne, c'est tout. Dans le Christ, nous sommes libres ; le Christ est le Logos, le Verbe. Il nous fait rois et prêtres, libres et puissants. Celui qui reçoit la Couronne de la vie se libère de la loi du karma.

Il est l'Armée de la Voix, notre resplendissant Dragon de Sagesse. Il est la Couronne de la vie, la Foi, le Verbe, la Couronne de la Justice, le Christ. Dans la Loi nous sommes esclaves, dans le Christ nous sommes tous libres parce que le Christ est la fin de la loi du karma.

« Sois fidèle jusqu'à la mort, et je te donnerai la Couronne de la vie ».

Les attributs de l'éternel Je suis sont représentés par l'Armée de la Voix.

Abandonnez toutes vos idolâtries, religions, écoles, sectes, ordres et loges, cherchez votre resplendissant et lumineux Je suis qui demeure au plus profond de votre être. Il est votre unique Sauveur.

Le Christ est l'Armée de la Voix, qui est l'Etre unique, l'Etre de tous les êtres, la somme totale de tous les attributs de l'éternel espace abstrait absolu, le Christ cosmique total, impersonnel, universel, infini. Le Christ est une unité multiple. La lumière vint aux ténèbres, mais les ténèbres ne l'ont pas reconnue.

Le Christ est le Logos Solaire. L'Armée de la Voix est une unité multiple, éternelle, inconditionnée et parfaite. Le Christ est le Logos créateur, Il est le Verbe du premier instant, Il est le Grand Souffle émané des entrailles de l'éternel espace abstrait absolu, Il est l'Armée de la Parole. L'éternel espace abstrait absolu est l'Etre de l'Etre de tous les êtres, l'Absolu, l'Innommable, l'espace illimité.

Quiconque incarne son Christ se christifie et entre dans les bataillons de l'Armée de la Voix. En Egypte, le Christ était appelé Osiris, et celui qui l'incarnait était un « osirifié ». Chez les Aztèques, le Je suis est Quetzalcoatl.

extrait du livre : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -livre.php


Maintenant, Samael a même revécu le fameux baptême de Jésus :

Puisqu'il nous plaît, à nous Gnostiques, de parler de faits concrets clairs et définitifs, je ne verrai maintenant aucun inconvénient à raconter un autre fait insolite, dans le but de vous démontrer que le Moi supérieur n'existe pas.

Un autre jour, alors que j'étais en profonde méditation, selon toutes les règles édictées par le Gnana-Yoga, j'entrais en ce que l'on connaît comme Nirvikalpa-Samadhi ; j'abandonnais alors tous les corps supra sensibles, et pénétrais dans le monde du Logos solaire, converti en Dragon de sagesse.

Dans ces moments logoïques, au-delà du corps, des effets et du mental, je voulus savoir quelque chose sur la vie du Grand Kabire Jésus ; ce fut précisément en cet instant, que je me vis moi-même converti en Jésus de Nazareth, faisant miracles et merveilles en Terre sainte.

Je me rappelle encore ces moments où je fus baptisé par Jean dans le Jourdain ; je me vis dans un temple au bord de ce fleuve. Le Précurseur était vêtu d'une très belle tunique et, comme je m'approchais de lui, il s'exclama en me regardant fixement : « Ote ton vêtement, Jésus, parce que je vais te baptiser ».

J'entrais dans le sanctuaire et il versa sur ma tête l'huile de l'onction, ensuite, un peu d'eau, pria, et je me sentis transformé.

Ce qui suivit fut merveilleux. Assis dans un salon, je vis trois soleils divins ; le premier était le bleu du Père, le deuxième le jaune du Fils, le troisième le rouge du Saint-Esprit.

Les trois Logos Brahma, Vishnu, Shiva. Ma confusion, en sortant de cet état statique, en revenant à mon corps physique, fut terrible. Moi, Jésus de Nazareth ?. Moi, le Christ ?. Que Dieu et Sainte-Marie me protègent !. Un misérable pécheur, un ver de la boue de la terre, qui ne suis même pas digne de dénouer les sandales du Maître, ainsi converti, comme ça, en Jésus de Nazareth ?.

Passablement préoccupé par tout cela, je résolus d'entrer à nouveau en méditation, et de répéter la même expérience mystique, en changeant uniquement son propos ; maintenant, au lieu de vouloir savoir quelque chose de la vie de Jésus, je m'intéressais à Jean et au baptême du Nazaréen.

Vint ensuite l'état mystique antérieur ; j'abandonnais tous les corps suprasensibles et restais à nouveau en état logoïque.

Une fois que je fus revenu à cet état, je fixais mon attention, avec une plus grande intensité sur Jean-Baptiste, et c'est alors que je me vis converti en Jean, faisant ce que faisait le Précurseur, baptisant Jésus, etc.

En perdant l'extase, en revenant à mon corps physique, je compris alors que dans le monde du Logos, dans le monde du Christ, il n'existe aucun type de Moi supérieur ou inférieur.

Il est urgent que tous ceux qui sont ici comprennent que, dans le Christ, nous sommes tous Un et que l'hérésie de la séparativité est la pire de toutes.

Mes amis, tout passe en ce monde où nous vivons ; les idées passent, les personnes passent, les choses passent. La seule chose stable et permanente est l'Etre, et la raison de l'Etre est l'Etre lui-même.

extrait du chapitre : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -l-Ego.php

Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Limbes, Innocents, Baptême

Message le 18 septembre 2018, 20:30

Je ne suis pas si serein que je peux le paraître. Comment peut-on être serein dans cette vallée de larmes, avec les corps lunaires. L'enseignement transmis est solaire, étrange qu'ils résonne chez le ténébreux que je suis. Mon essence, ma Bouddhata doit avoir soif, jamais rassasiée.

CS18 Les Limbes

Bien-aimés frères gnostiques, en cette nuit de Noël 1967, je veux que vous sachiez que toutes les grottes connues et celles qui sont encore à découvrir forment un vaste réseau ininterrompu qui englobe la planète toute entière et qui constitue l'Orcus des classiques, les limbes des Chrétiens, l'autre monde, en bref, où nous vivons après la mort.

Dante Alighieri voit les limbes dans le premier cercle des mondes infernaux ou mondes inférieurs. Assurément, nous pouvons affirmer avec insistance que les limbes sont la région des morts, le monde moléculaire.

Dans les limbes, on n'entend jamais les plaintes et les blasphèmes des condamnés ; on n'entend dans les limbes que les soupirs produits par la peine sans tourment qu'ont une immense multitude d'hommes, de femmes et d'enfants qui n'ont pas pu entrer dans le Royaume.

Il est urgent que vous sachiez, mes bien-aimés frères gnostiques, que les âmes des limbes n'ont pas péché ou bien, si elles ont péché, qu'elles se sont repenties et ont même acquis dans leur vie plusieurs mérites et vertus, de la beauté et de l'innocence, mais cela ne fut pas suffisant pour qu'elles obtiennent l'entrée dans le Royaume, car il leur manquait le principal : il leur manquait le travail avec les eaux spermatiques de l'existence, elles n'ont pas connu l'Arcane AZF, le Sahaja Maïthuna, la magie sexuelle, et si quelqu'un leur en a parlé, elles l'ont rejeté, croyant pouvoir entrer dans le Royaume sans l'eau du baptême.

Il convient d'éclaircir une fois pour toutes, mes chers frères, que le baptême symbolise d'une façon claire et spécifique le travail sexuel avec l'Ens-Seminis, qui renferme dans un état potentiel tout l'Ens-Virtutis du feu.

Les fonts baptismaux, qui contiennent les eaux spermatiques du premier instant, sont le sexe, la pierre philosophale des vieux alchimistes médiévaux, sur laquelle nous devons bâtir le temple intérieur.

Pierre, le grand Maître du sexe, a dit : « Voici que je pose en Sion la pierre principale de l'angle, choisie et précieuse ; celui qui croira en elle ne sera pas déçu.

Pour vous, donc, qui croyez, elle est précieuse ; mais pour ceux qui ne croient pas, la pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la tête de l'angle, pierre d'achoppement et rocher de scandale ».

Quiconque veut monter doit d'abord descendre, telle est la loi. Rappelez-vous que le sexe est la pierre d'achoppement et le rocher de scandale.

Il est urgent de descendre à la neuvième sphère (le sexe) pour y travailler avec l'eau et le feu, origine des mondes, des bêtes, des hommes et des dieux ; toute initiation blanche authentique commence par là.

La descente à la neuvième sphère a été depuis les temps antiques la plus grande épreuve pour démontrer la suprême dignité de l'Hiérophante : Jésus, Hermès, Bouddha, Mahomet, Moïse, le saint Lama, etc., durent subir cette terrible épreuve.

Il est urgent de fabriquer nos corps solaires dans la forge ardente de Vulcain, car il est interdit d'assister au banquet du Seigneur avec des corps lunaires, avec des vêtements de mendiants.

Mars descend à la forge ardente de Vulcain, à la neuvième sphère, pour retremper son épée et conquérir le coeur de Vénus ; Héraclès, pour nettoyer les écuries d'Augias par le feu sacré ; Persée, pour trancher la tête de la Méduse.

Dans les limbes, Dante rencontra de nombreux enfants innocents, des patriarches et des hommes illustres qui ne descendirent jamais à la neuvième sphère ; c'est pour cette faute qu'ils sont condamnés, et leur peine consiste à vivre dans le désir sans espérance.

Des personnes de grande valeur vivent dans les limbes, leur unique crime étant de ne pas avoir fabriqué leurs corps solaires.

Dans les limbes, Dante rencontra des poètes aussi fameux qu'Homère, Horace le satirique et Ovide.

Flottant dans les limbes, Dante parvint au pied d'un château sept fois ceint de hautes murailles et défendu tout autour par un gracieux petit fleuve ; il traversa sept portes et arriva dans une prairie d'une fraîche verdure, où il rencontra des personnages austères, de grande autorité, mais malheureusement vêtus de corps lunaires.

Dans les limbes, Dante rencontra Electre et plusieurs de ses compagnons, parmi lesquels il reconnut Hector et Enée. Dans les limbes, Dante rencontra Camille et Penthésilée, ainsi que le bon roi Latinus qui était assis aux côtés de sa fille Lavinie.

Dans les limbes, Dante vit ce Brutus qui chassa Tarquin de Rome, il vit Lucrèce, et aussi Julia, Marzia et Cornelia, de même que Saladin, qui était seul et à l'écart des autres.

Dante rencontra Socrate dans les limbes, et Démocrite, qui prétend que le monde a pour origine le hasard ; aussi Diogène, Anaxagore, Thalès, Empédocle, Héraclite et Zénon, tous très sages mais vêtus d'habits de mendiants, de corps lunaires.

Et Dante rencontra dans les limbes Dioscoride, l'observateur des vertus des plantes, Sénèque le moraliste, Euclide le géomètre, Ptolémée et plusieurs autres hommes sages de la race lunaire.

Dans les limbes vivent de nombreux hommes justes qui ont travaillé pour l'humanité et qui ont dissous le moi, mais qui ont commis l'erreur de ne pas fabriquer leurs corps solaires.

On est étonné de voir le Mahatma Gandhi, vêtu de corps lunaires, vivre dans les limbes.

Un jour, après avoir constaté que le feu sacré n'était jamais monté par l'épine dorsale du Mahatma, je ne trouvai pas déplacé de lui dire : « Toi, tu n'es pas réalisé ! ». Sa réponse fut : « Je n'ai pas eu le temps pour cela ». « Ce n'est pas une excuse juste », furent mes dernières paroles.

Il est certain que le Mahatma Gandhi aurait pu fabriquer ses corps solaires dans la forge ardente de Vulcain (le sexe), car il avait une épouse magnifique, mais il commit l'erreur de s'abstenir, croyant pouvoir s'autoréaliser en renonçant au sexe ; il fut un sincère dans l'erreur.

Dans un temple des limbes, je rencontrai également Yogananda, vêtu de corps lunaires, il se croyait honnêtement autoréalisé, et quand je lui fis voir son erreur, quand je lui dis : « Toi, tu n'es pas autoréalisé ! », il fut alors rempli d'une grande surprise et voulut se mettre à discuter avec moi. L'intervention du Maître supérieur de ce temple fut nécessaire pour qu'il comprenne sa situation.

Je ne regretterai jamais d'avoir averti le grand yogi, le noble Yogananda, qu'il devra se réincarner pour se marier et travailler dans la neuvième sphère s'il veut fabriquer ses corps solaires afin d'entrer dans le Royaume.

Des millions de saints ermites, de sublimes yogis et de nobles mystiques qui ont senti du dégoût envers le sexe et qui ont cru innocemment qu'il était possible d'entrer dans le Royaume avec des corps lunaires vivent à présent dans les limbes.

Les limbes sont la région des innocents, de ces mystiques, saints, sages et pénitents qui n'ont pas connu le Grand Arcane, la Maïthuna, ou qui l'ont rejeté parce qu'ils ont cru en toute honnêteté qu'ils pourraient se réaliser seulement à force d'abstention sexuelle, de Pranayamas, de pénitences, d'exercices yogiques, etc. ; ce n'est pas pour rien que Pierre a dit que le sexe est la pierre d'achoppement et le rocher de scandale.

Dans les limbes, il existe des milliers d'écoles pseudo-ésotériques et pseudo-occultistes qui ne nuisent à personne et qui font du bien à tout le monde, mais qui malheureusement ne servent jamais à rien pour ce qui est de l'autoréalisation intime, car elles n'enseignent pas l'Evangile de Pierre, le Maïthuna. Seul Mercure, le messager des dieux, l'Archimage, avec le caducée de Mercure qui symbolise l'épine dorsale autour de laquelle s'enlacent les deux serpents nommés Ida et Pingala, lui seul pourra évoquer de nouveau à la vie, à l'aide du Maïthuna, les âmes malheureuses qui ont été précipitées dans les limbes.

L'âme du premier père est sortie des limbes, ainsi que celle d'Abel, son fils ; celle de Noé, celle du législateur Moïse, celle du patriarche Abraham, celle du roi David ; celle d'Israël, de son père et de ses fils, de même que celle de Rachel. Ceux-ci se réincarnèrent tous pour travailler dans la neuvième sphère et fabriquer leurs corps solaires et atteindre la seconde naissance ; ils sont maintenant des anges d'une splendeur indescriptible.

On est rempli d'étonnement lorsque l'on parle avec l'ange Israël ; dans son aura solaire, tous les versets sublimes de l'Ancien Testament résonnent en harmonie.

Chapitre extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -livre.php


Sujet remonté par Gemani le 18 septembre 2018, 20:30.

Répondre

Retourner vers « Abîme et sphères submergées »