Qu'est-ce qui vous motive ? Qu'est-ce qui vous fait avancer jour après jour ?

Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Qu'est-ce qui vous motive ? Qu'est-ce qui vous fait avancer jour après jour ?

Message le 7 décembre 2016, 20:26

Qu'est-ce qui vous motive ?
Qu'est-ce qui vous pousse à faire des efforts jour après jour ?

En fait c'est mon gros problème, quand je suis en période dépressive, j'ai plus envie de rien jusqu'à plus envie de vivre, j'ai peur à l'avance de tout effort...

Quand je suis en période maniaque ou enthousiaste, je règle une grande partie des problèmes que j'ai laissé en plan ou s'envenimer en période dépressive et je cherche aussi à faire plaisir à mon entourage, je suis moins égoïste.

Avatar du membre
Messages : 174
Enregistré le : 04 août 2015
Sexe :
Zodiaque :

Re: Qu'est-ce qui vous motive ? Qu'est-ce qui vous fait avancer jour après jour ?

Message le 7 décembre 2016, 22:32

Déjà je sais qu'à un moment le pendule sera forcément à gauche et qu'ensuite il reviendra à droite. Ceci doit être clair et précis. Ensuite le fait de tomber est l'occasion de voir un type précis d'ego qui ne se manifestent qu'en cette période là.

Ainsi bien qu'étant tombé, on peut s'arranger à tirer un "bon profit" de cette situation. Et bien entendu non identification au bavardage du mental qui dit, "c'est nul, c pathétique...". Ce blabla est un discours aussi creux que lorsqu'il dit que "c'est chouette, quelle avancée, bravo..."

Finalement chaque chute (chaque souci d'ailleurs) aide à travailler et éliminer les défauts du pessimisme, de la colère contre soi-même, du découragement et etc. Il faut avoir un certain courage pour faire ça, car souvent mental dit : "c'est lamentable que tu ne sois pas effondré de ce que tu as fait, ou de ce que tu n'a pas fait, tu es un faux gnostique, tu nourris tes ego, tu te complais dans ta faute et blabla..." C'est tout simplement faux.

Car hors mis certains cas précis (genre remords d'une véritable conscience morale), être pessimiste, broyer du noir, s'identifier à la souffrance engendrée par une chute, nous fait nous décourager, abandonner, baissez les bras, et j'en passe. Et ça c'est un souci. On devrait se relever immédiatement après chaque chute avec une volonté et détermination plus fortes.

Avatar du membre
Messages : 111
Enregistré le : 17 juin 2015
Sexe :
Zodiaque :

Re: Qu'est-ce qui vous motive ? Qu'est-ce qui vous fait avancer jour après jour ?

Message le 8 décembre 2016, 10:51

C'est une très bonne question ça, à laquelle on ne finit jamais de répondre en fait! ^^

Je vais répéter un peu ce qu'à dit Manuelito mais à ma manière... :p

C'est en effet important de se rappeler qu'il est normal de perdre sa motivation et comme l'a dit Manuelito qu'on est soumis à la loi du pendule et donc qu'aux grands élans d'enthousiasme succèdera ceux de la déprime, de la lassitude, du "à quoi bon?" etc.

En général plus on aime et on recherche l'enthousiasme de nos périodes fastes et plus seront lourdes et profondes nos périodes sombres.
Parce que dans l'une comme dans l'autre on ne travaille pas sur nous: on jouit de chaque situation intérieure, en espérant que ça dure pour l'une et que ça passe pour l'autre. On est très passif dans les deux cas.

Je ne sais ce qui est le plus difficile: se servir des "bons moments" pour travailler sur soi ou les "mauvais moments".
Mais en général on ne fait qu'être identifié au bavardage intérieur comme l'a dit Manuelito, ce n'est pas évident d'arriver à se mettre sur "pause" et regarder un peu comment on jouit de ce bavardage.
Là on peut constater qu'on n'arrive même pas à ne pas s'identifier à ce bavardage, ou alors de façon ponctuelle.
Il faut partir de nos constats et renoncer à vouloir faire des choses qui dépassent nos possibilités actuelles.
Et commencer à considérer ces constats avec plus de sérieux, c'est à dire ne pas se contenter de les juger comme on fait d'habitude en disant "je sais" et "mais je sais déjà tout ça".
Oui, on sait, tout le monde sait beaucoup de chose, et on aime le montrer d'ailleurs mais c'est un savoir de surface. Parce que ce que l'on sait n'est pas connecté avec le reste. Notre savoir est une somme de choses qui ne se relient pas à l'ensemble des expériences que l'on vit.
On connait Samaël par cœur mais on ne fait que quelques liens avec notre vécu et on se dit: ha je comprends oui, et puis on s'arrête là, satisfait de nous-même.
C'est là un gros problème d'être satisfait de soi, parce qu'ainsi on perd tout élan pour travailler sur soi, pourquoi on travaillerait plus sur soi puisqu'on se sent déjà satisfait de ce résultat de compréhension?

Et on lit qu'on a l'orgueil et on ne fait pas le lien entre cette auto-satisfaction et cet orgueil, et sait qu'on est identifié mais on ne le voit pas, on ne le sent pas; on l'imagine, on le déduit, ce qui nous donne un certain niveau de compréhension mais on n'arrive pas à aller plus loin.

Samaël parle des 49 niveaux du mental, comprendre dans les 49 niveaux du mental mais franchement qui comprend ça?
Perso, concrètement, je ne comprends pas ce que c'est. Mais je peux me rendre compte que je comprends superficiellement les choses parce que quand je lis tout me semble clair: "ha oui, je ne dois pas m'identifier au bavardage intérieur, houlà, génial, c'est très clair, évident", ... et pouf, le paragraphe suivant, c'est reparti dans la rêverie mentale, les élucubrations, les jugements, commentaires... et je me sens penser, réfléchir et même être intelligent...

Bref, ce qui me motive c'est bizarrement quand je me rends compte que je me fais des films, que je me mens à moi-même, que je ne comprends pas, que je me sens vexé, mal à l'aise, que je vois que je me suis trompé sur toute la ligne, etc.
Là, ça me donne un choc et je me rappelle de mon but ultime et de ce que je me suis proposé de faire pour y arriver et je commence plus sérieusement à reconsidérer mes objectifs, voir ce que j'arrive à faire et ce qui est trop difficile. Et comme je veux quand même y arriver, je réfléchi à comment rendre les choses plus simples, plus facile.
Je n'arrive pas à méditer une heure? Ok, je ne vais le faire que 5 minutes, mais ce sera vraiment 5 minutes intensives... je vois que je n'y arrive plus ou que cela est pénible? Pourquoi? Ok, je ne sais pas bien me détendre et le faire à tel moment n'est pas bon...etc. alors je change,j'adapte et j'apprends sur moi-même...

Le truc que j'ai trouvé c'est de considérer tout ce que je constate comme LE résultat de ma pratique. Ainsi j'évite de me plaindre et de rester dans la déception. Ok, je vois que je suis nulle mais qu'est-ce qui s'est passé réellement? Là est la réponse à prendre en compte.

j'arrête de toujours vouloir comparer ce qu'il faudrait faire (souvent des buts très éloignés ou inaccessibles pour moi) avec ce que je fais.

Parce qu'ainsi j'entretiens l'idée que je ne sais rien faire et que je ne fais rien.

C'est faux, on ne fait jamais rien, tout ce que l'on fait peut nous servir à apprendre non? Mais il faut arriver déjà à penser ainsi et ce n'est pas naturel, il faut l'apprendre aussi pour sortir de cette façon qu'on a de mal se juger et de se condamner avant l'heure.

C'est d'ailleurs assez drôle non? Voir comment on se juge avec un tel sérieux, comme si à ce moment là on était vraiment très lucide sur nous... Et puis qu'est-ce que ça change? ça nous fait avancer, prendre des décisions? Ha oui, de GRANDES décisions, qui seront bafoués dans les jours suivants. :p

Je ne sais si vous voyez les choses ainsi, mais c'est à mon avis le lot de tous les "gnostiques" avec cet idéalisme qui les font décoller de terre et pousser des ailes imaginaires au point où, ensuite, il devient très compliqué de redescendre sur terre: on pense à son Intime, à sa monade, à sa mission sur terre, à ses incarnations, etc...
ça peut prendre des années, beaucoup d'épreuves et de souffrance, pour qu'enfin on arrive à redescendre de son petit nuage fait d'espoirs et de certitudes spirituelles et vraiment commencer à travailler là où on se trouve.

C'est très difficile mais on est tous là pour ça non? Pour s'aider et ne pas laisser son frère continuer à se faire des films.

Répondre

Retourner vers « Sujets Libres »