L'Âme spirituelle ou Âme de Diamant

Plan Boudhique relié à notre corps de la Conscience, l'âme spirituelle de l'Intime, notre merveilleuse Guenièvre., notre belle Hélène...
Répondre
Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

L'Âme spirituelle ou Âme de Diamant

Message le 6 août 2017, 07:44

D. [Un spiritualiste]. Maître, vous nous dites que, dans la Haute Initiation, l'Âme spirituelle s'unit à l'Intime ; une Connaissance Occulte ne serait-elle pas nécessaire pour cette Âme spirituelle ?

M. L'Âme spirituelle ou Âme de Diamant est notre Conscience exaltante et dignifiante, c'est le véhicule des plus divers fonctionnalismes de la Conscience dont l'instrument physique est le cœur, c'est l'intuition divine. Il est nécessaire de préparer et d'actualiser les plus divers fonctionnalismes de la Conscience superlative de l'Être ; cela s'obtient grâce aux pratiques de méditation intérieure sur l'Intime.

Concentration, méditation et adoration sur l'Intime sont les trois échelons qui conduisent à l'actualisation des Pouvoirs superlatifs de l'Âme de Diamant ou Âme spirituelle. Elle est la promise de l'Intime et il faut la préparer pour la « Grande Noce » en pratiquant la méditation intérieure, la Magie Sexuelle et la Sainteté parfaite.

Le disciple, après s'être entraîné en corps astral, doit alors apprendre à fonctionner comme Âme spirituelle, libre des corps de péché. Ces corps de péché sont les véhicules inférieurs de l'Âme animale. Alors, il sera nécessaire que le disciple apprenne à se détacher volontairement de ses corps : astral, mental et de la volonté, pour fonctionner librement comme Âme spirituelle dans les Mondes supérieurs de Conscience.

La clé pour cela est très simple : le disciple, déjà expérimenté, abandonne momentanément son corps physique pour se déplacer dans l'astral ; en corps astral et une fois dans ce plan, il devra abandonner tout désir et se sentir comme un enfant, et ensuite, armé d'une volonté robuste, ordonner ainsi à son corps astral : « corps astral, sors en dehors de moi ».

Cet ordre devra être accompagné de l'action, et le disciple agira énergiquement en se détachant de ce véhicule et en le jetant hors de lui par la colonne vertébrale, c'est-à-dire vers l'arrière, et effectivement, le corps astral sortira hors du disciple par certaines portes atomiques situées dans la colonne vertébrale.

Ce même procédé sera appliqué ensuite au corps mental et ensuite au corps de la volonté. Et ainsi, l'Âme spirituelle, libérée des corps de péché, pourra fonctionner heureuse et consciente dans tous les plans de Conscience, visiter le Nirvana et se préparer rapidement pour la « Grande Noce ».

Le disciple, en plus de ses pratiques ésotériques, devra se soumettre aux plus sévères et successives purifications ; il devra se sanctifier totalement et se sacrifier complètement pour l'humanité, car, dans le cas contraire, il ne ferait aucun progrès.

Ceux qui ont de la difficulté pour voyager en corps astral, qu'ils pratiquent pleinement les exercices de méditation intérieure, jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'Éveil de la Conscience et à l'actualisation des Pouvoirs superlatifs de l'Âme de Diamant et ainsi, ils apprendront aussi à se déplacer à volonté dans leur Âme de Diamant, libres des corps de Péché et de l'Âme animale qui s'exprime en eux.

L'Âme de Diamant doit apprendre à se déplacer dans les cieux étoilés d'Uranie, libérée des corps de péché. OM MASI PADME YOM (« Tu es le joyau du lotus et je demeurerai en toi ». « Je suis en toi et tu es en moi »). C'est le mantra de l'intuition, c'est le mantra de l'Âme de Diamant, c'est le mantra de la méditation intérieure de l'Être.

L'Âme spirituelle est la belle Sulamite que nous devons éveiller et revêtir pour la « Grande Noce Nuptiale » de la Haute Initiation dans laquelle l'Âme fusionne avec l'Intime.

L'Âme de Diamant est l'épouse de l'Intime, c'est la belle Sulamite du Cantique des Cantiques, c'est l'éternelle Promise, et l'Intime l'aime et l'adore et la loue de la manière suivante :

« Tu es belle, mon amie, comme Tirça, charmante comme Jérusalem, imposante comme des troupes en ordre ».

« Détourne de moi tes yeux, car ils me fascinent. Tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres que l'on voit à Galaad ».

« Tes dents sont comme un troupeau de brebis, qui remontent de l'abreuvoir ; toutes portent des jumeaux, aucune d'elles n'est stérile ».

« Tes tempes sont comme des moitiés de grenade, derrière tes mèches ».

« Il y a soixante reines, quatre-vingt concubines, et des jeunes filles sans nombre ».

« Mais une seule est ma colombe, ma parfaite ; elle est l'unique de sa mère, la préférée de celle qui lui donna le jour ».

« Les jeunes filles l'ont vue, et l'ont dite bienheureuse ; les reines et les concubines aussi et elles l'ont louangée ».

« Qui est celle qui apparaît comme l'aurore, belle comme la lune, lumineuse comme le soleil, imposante comme des troupes en ordre de bataille ? ».

« Au jardin des noyers je suis descendu, pour voir les fruits de la vallée, pour voir si la vigne bourgeonne, si fleurissent les grenadiers ».

« Je ne le savais pas, mais mon désir m'a jeté sur les chars d'Amminadab ».

« Reviens, reviens Sulamite ! Reviens, reviens, et nous te regarderons ! ».

« Qu'avez-vous à regarder la Sulamite comme la réunion de deux campements ? » (Cantique des Cantiques, Ch. 6 : V : 4-13).

C'est ainsi que l'Intime célèbre sa promise et que celle-ci, à son tour, remplie d'amour, loue son bien-aimé (l'Intime) par les versets suivants :

« Mon bien-aimé est descendu à son jardin, aux parterres d'aromates, pour faire paître son troupeau dans les jardins, et pour cueillir des lys ».

« Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi ». (Cantique des Cantiques, ch. 6 : V : 2-3).

Et la belle Sulamite (l'Âme spirituelle ou Âme de diamant) continue en louant l'Intime (son bien-aimé) dans les versets suivants :

« Mon bien-aimé est blanc et vermeil ; il se distingue entre dix mille ».

« Sa tête est comme de l'or très pur ; ses boucles crépues, noires comme le corbeau ».

« Ses yeux sont comme des colombes au bord des ruisseaux, se baignant dans le lait, et disposés avec perfection ».

« Ses joues sont comme un parterre d'aromates, comme des plantes odorantes ; ses lèvres sont comme des lys, d'où découle la myrrhe ».

« Ses mains sont des anneaux d'or, sertis de chrysolithes ; son ventre est de l'ivoire poli, recouvert de saphirs ».

« Ses jambes sont des colonnes de marbre, posées sur des bases d'or pur. Son aspect est celui du Liban ; choisi comme les cèdres ».

« Son palais n'est que douceur, et tout en Lui n'est que charme. Tel est mon bien-aimé, tel est mon ami, ô, filles de Jérusalem ! ». (Cantique des Cantiques, Ch. 5 : V : 10-16).

Le Cantique des Cantiques tout entier parle des amours de l'Âme spirituelle ou Âme de Diamant avec son Intime. Salomon est l'Intime de chaque être humain et la belle Sulamite est l'Âme spirituelle, l'Âme de Diamant ; c'est pourquoi le Sage dit : « Unique est ma colombe, ma parfaite ». Et le Maître termina en demandant aux auditeurs : ne vous semble-t-il pas, messieurs, que nous, les spiritualistes, allons par un meilleur chemin ?

Nous cultivons l'Âme spirituelle et les intellectuels cultivent l'Âme animale. Tous les intellectuels sont grandement fornicateurs et passionnels et très souvent ils tombent dans les vices les plus répugnants, parce qu'ils ont seulement développé l'Âme animale avec toutes ses capacités intellectuelles et bestiales, puisque tant la fornication que l'intellect appartiennent à l'Âme animale. La culture de l'Âme spirituelle est l'œuvre la plus grande que nous puissions réaliser dans notre vie.

L'Intime est la Voix du Silence qui appelle son Âme de Diamant pour la « Grande Noce » : « Ouvre-moi, ma sœur, mon amie, ma colombe, ma parfaite, car ma tête est couverte de rosée, mes boucles, des gouttes de la nuit ». (Cantique des Cantiques, Ch. 5 : V : 2).

Mais l'Âme des êtres humains n'a pas voulu écouter la voix de l'aimé, ni ne veut ouvrir les portes de sa chambre ; sa réponse est toujours dure :

« J'ai ôté ma tunique ; comment la remettrais-je ? J'ai lavé mes pieds ; comment les salirais-je ? ». (Cantique des Cantiques, Ch. 5 : V : 3).

Et ainsi les Âmes, emmêlées dans les religions, écoles, croyances, etc., n'ouvrent pas la porte au bien-aimé, ni n'écoutent la Voix du Silence...

extrait de la CONFÉRENCE N°238 : (2) INTERROGATIONS GNOSTIQUES DÉVOILÉES : viewtopic.php?f=259&t=3598

Répondre

Retourner vers « La Bouddhi »