Pauvre Bouddhata

Plan Boudhique relié à notre corps de la Conscience, l'âme spirituelle de l'Intime, notre merveilleuse Guenièvre., notre belle Hélène...
Répondre
Avatar du membre
Messages : 6379
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Pauvre Bouddhata

Message le 11 mai 2011, 19:50

RT27 Le Sahu Egyptien

Des nuages dorés baignent la muraille. Les corbeaux noirs que le travail alchimiste n'a pas encore blanchis, croassent au-dessus de leurs nids où ils veulent encore se reposer.

Tandis que la fiancée, l'âme, seule et jeune, enfermée dans la bouteille de l'Ego, soupire, mélancolique, et dirige ses yeux sur le bleu rideau du ciel qui l'isole du monde… ses mains abandonnent un moment la tapisserie sur laquelle elle tisse et défait un destin.

Pauvre Bouddhata, âme malheureuse ; elle est certes bien seule. Le fiancé, l'éternel aimé, l'esprit, parcourt des terres lointaines. Seule, la solitude, chaque nuit dans son alcôve, opprime son coeur et ses larmes coulent et tombent comme une pluie légère, fécondant la terre. La Lune s'en est allée mais les Pléiades ne s'en vont pas, il est minuit ; le temps s'écoule tandis qu'elle est étendue sur le lit... Oh tellement seule…

Comme le vent du bois fouette impitoyablement les chênes corpulents, Eros secoue et agite la pauvre solitaire. Ah ! pouvoir revêtir l'habit de noces... pouvoir épouser le bien-aimé... L'infortunée, malheureusement, est vêtue de fripes lunaires, en habit du désir et mental animal.

Si elle connaissait le secret de la Pierre philosophale ! Si elle le comprenait, si elle ne le rejetait point ! Ô pierre sans âge, vieille comme le monde. Pourquoi les gens te détestent-ils autant ? Il est écrit en lettres d'or que Nahilla, fille de Nadir, aime Shebbun, le plus intrépide des guerriers, tu le sais...

Dans le sexe est la clé, le secret de la Pierre Philosophale (voir le chapitre 26 de ce Message de Noël 1969-1970).

L'âme ne peut élaborer le To Soma Heliakon si ce n'est à base d'incessantes transmutations sexuelles, en travaillant avec le Sahaja Maïthuna : l'habit de noces, le Sahu égyptien. Pauvre âme solitaire, revêts l'habit nuptial, épouse le bien-aimé afin de pouvoir t'asseoir à la table des convives.

Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... yptien.php

Répondre

Retourner vers « La Bouddhi »