La Belle Hélène du Docteur Faust

Plan Boudhique relié à notre corps de la Conscience, l'âme spirituelle de l'Intime, notre merveilleuse Guenièvre., notre belle Hélène...
Répondre
Avatar du membre
Messages : 6362
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

La Belle Hélène du Docteur Faust

Message le 30 mai 2017, 07:05

Pour ne pas aller trop loin, car dans tout ce domaine de la Littérature, la nuit n'y suffirait pas, si nous nous mettions à parler de la littérature de Virgile et d'Homère... nous nous cantonnerons donc au problème de la Belle Hélène.

Je dis que, bien sûr, elle a existé en tant que femme en chair et en os, mais que au niveau ésotérique, elle est symbolique. Et bien sûr, tout cela mérite une explication.

FAUST, par exemple, fit apparaître un jour la Belle Hélène. Quelques jeunes gens de cette époque, très curieux, exprimèrent le désir de connaître la Belle Hélène ; ils en eurent envie, d'un coup, ils voulaient la voir, la voir physiquement. Rendez-vous compte : ils voulaient la voir, alors qu'elle était morte depuis si longtemps ! Bon, Faust était un Grand Mage et il n'eut aucune difficulté à invoquer la Belle Hélène.

On raconte qu'il sortit de la pièce et que lorsqu'il fut de retour, les jeunes qui attendaient furent surpris de le voir au bras de la Belle Hélène de Troie. Elle était là, matérialisée physiquement ; elle avait l'apparence d'une femme en chair et en os. Ils la décrivirent d'une beauté ineffable, inconcevable. On affirme que la Belle Hélène apparut devant les jeunes gens (et qu'elle fut invoquée par le Dr. Faust) ; elle était tout à fait ravissante : elle avait une chevelure blonde qui tombait jusqu'à ses pieds telle une cascade d'or, un front ample, le nez droit, des lèvres fines et délicates, des yeux bleus qui semblaient contempler l'infini, le teint rosé comme l'aurore ; elle avait une allure svelte et délicate et sa taille était moyenne.

Elle regarda les jeunes et, bien sûr, ceux-ci sentirent leur petit coeur « fondre » ; ils auraient bien voulu qu'elle soit réellement en chair et en os.

Le Dr. Faust la présenta aux jeunes gens et, ensuite, il sortit de nouveau de la salle avec elle à son bras. Bien sûr, ils demandèrent au Dr. Faust (étant donné qu'il n'y avait pas d'appareils photographiques à cette époque) de la laisser peindre par certains qui savaient peindre. Le Dr. Faust le leur refusa, mais il leur promit que plus tard ils en auraient une « photographie ». Et, bien sûr, il tint parole.

Le Dr. Faust était donc un Grand Ésotériste. Quelque temps auparavant, il avait réalisé un autre prodige semblable : devant rien moins que Charles Quint, il avait invoqué l'Empereur Charlemagne et son épouse, et tous deux étaient apparus physiquement, visibles et tangibles. Faust était donc, de toute évidence, un Grand Théurge, il possédait des pouvoirs extraordinaires.

Ainsi, comme je l'ai dit, le symbolisme de la Belle Hélène revêt les versions les plus diverses. Car nous avons le cas de SIMON le MAGICIEN. Celui-ci, malgré qu'il fut Gnostique et que beaucoup le considéraient comme le « Père des Gnostiques », ce qui n'est pas vrai, dévia sur le chemin de la Magie Noire. Simon le Magicien affirmait qu'il était marié avec la Belle Hélène ; mais bien sûr, la compagne de Simon le Magicien n'était pas la Belle Hélène : c'était une prostituée très belle et d'apparence majestueuse qu'il avait rencontrée par-là ; elle s'appelait Hélène et le Mage affirmait que c'était la Belle Hélène...

Vous voyez tous ces symbolismes à son propos. Les Grecs disaient que la Belle Hélène était la fille de Zeus Tempétueux (« celui qui amoncelle les nuages ») et de Léda, la beauté grecque. Nous ne pouvons pas nier cela... En examinant alors ce sujet à la lumière de la Mythologie grecque, nous découvrons que ZEUS Tempétueux (« celui qui amoncelle les nuages ») n'est autre que notre PÈRE qui est en secret, et que LÉDA, la beauté grecque, n'est autre que notre DIVINE MÈRE KUNDALINI. Quant à la BELLE HÉLÈNE, elle est assurément l'ÂME SPIRITUELLE de tout homme qui vient au monde.

Mais, en ce qui concerne les POLARITÉS, c'est une terrible réalité. La Bouddhi, par rapport à nous, est donc polarisée sous la forme de la Belle Hélène. Mais en ce qui concerne les femmes, les choses changent : pour elles, c'est le BIEN-AIMÉ. En tous cas, la BOUDDHI est l'ÂME SPIRITUELLE, c'est évident. La Belle Hélène de Troie symbolise donc l'ÂME ESPRIT et il nous faut lutter pour conquérir cette Âme Esprit, cette Bouddhi théosophique, cette ÂME IMMORTELLE, cette WALKYRIE.

On est étonné, dans les Mondes Internes, de trouver non pas une seule Belle Hélène, mais bon nombre de « Belle Hélène » dans les temples ; ce sont les Walkyries. On sait bien que chacune de ces Walkyries correspond à un Maître. Chaque Maître est donc double : car s'il a son ÂME HUMAINE qui est masculine, il a aussi son ÂME SPIRITUELLE qui est féminine, sa Walkyrie. C'est la Belle Hélène.

Le Dr. Faust lui-même était donc marié avec la Belle Hélène. Les gens ont pris cela « à la lettre ». Mais du point de vue ésotérique, cela veut dire que le Dr. Faust était donc parvenu à épouser sa Walkyrie. Par contre, nous voyons chez Simon le Magicien une profanation de la Belle Hélène. Il avait trouvé une prostituée à Ninive et il disait d'elle que « c'était la Belle Hélène ». Avec cela, nous voyons parfaitement, chez Simon le Magicien, la profanation, la Magie Noire ; car la Belle Hélène, en elle-même, n'est autre que la fille de Zeus Tempétueux (« celui qui amoncelle les nuages »), et de Léda, la beauté grecque.

Zoroastre épousa la Belle Hélène, le jour de la Résurrection. NIETZSCHE, dans son oeuvre intitulée « Ainsi Parlait Zarathoustra », le mentionne. Et Zarathoustra ou Zoroastre, c'est la même chose. Je me rappelle comment Nietzsche commençait cette oeuvre en parlant de Zarathoustra, il disait:« Aux abords de la ville se trouve la Vache Multicolore », et ainsi commence le récit de Zarathoustra disant : « Je viens vous parler du Surhomme »... et ce fut l'erreur de Nietzsche : croire que l'Âge du Surhomme était déjà arrivé alors que l'on n'a pas encore atteint l'état humain, l'état d'Homme Véritable ; c'est ce qui est grave.

passage extrait de la CONFÉRENCE N°104 : LE MYSTÈRE GNOSTIQUE DE LA BELLE HÉLÈNE : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... Helene.php


Sujet remonté par Gemani le 30 mai 2017, 07:05.

Répondre

Retourner vers « La Bouddhi »