Si vous Mangez de ce Fruit, vous Mourrez

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6120
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Si vous Mangez de ce Fruit, vous Mourrez

Message le 10 Février 2010, 20:53

La Rédemption de l'homme réside dans le Serpent, mais nous devons être en garde contre l'astuce du Serpent. On doit contempler le fruit défendu et aspirer son arôme, mais rappelez-vous ce qu'a dit le Seigneur Jéhovah : « Si vous mangez de ce fruit, vous mourrez ». Nous devons jouir du bonheur de l'amour et adorer la femme. Un beau tableau nous ravit, une belle pièce de musique nous mène jusqu'à l'extase, mais une belle et adorable femme nous donne envie de la posséder dans l'acte. Elle est la vive représentation de Dieu-Mère. L'acte sexuel avec l'adorée procure des délices indiscutables. La jouissance sexuelle est un droit légitime de l'homme. Jouissez du bonheur de l'amour mais ne répandez pas le Semen. Ne commettez pas de sacrilège. Ne soyez pas fornicateur. La chasteté nous convertit en Dieux. La fornication nous convertit en démons.

Krumm-Heller a dit : « Les Séthiens adoraient la Grande Lumière et ils disaient que le Soleil dans ses émanations forme un nid en nous et constitue le Serpent ». Les Naasséniens disaient : « Vous tous serez des Dieux si vous sortez d'Egypte et passez la Mer Rouge ». Krumm-Heller nous raconte, dans son Eglise Gnostique, que cette secte gnostique avait, comme objet sacré, un Calice dans lequel ils prenaient le Semen de Benjamin ; ce Semen, selon le Maître Huiracocha, était composé de vin et d'eau. Le Grand Maître Krumm-Heller dit que sur les autels des Naasséniens figurait toujours le symbole sacré du Serpent sexuel. Réellement, « le pouvoir, la force qui a accompagné Moïse dans son pèlerinage, c'est le Serpent sur le Bâton, qui s'est ensuite transformé en le Bâton lui-même. C'est ce Serpent qui a dévoré les autres serpents et qui a tenté Eve ».

Le sage Huiracocha, dans un autre passage de son oeuvre immortelle intitulée L'Eglise Gnostique, dit encore : « Moïse dans le désert a montré à son peuple le Serpent sur le Bâton et leur a dit que celui qui profiterait de ce Serpent, ne subirait aucun mal durant le trajet ». Le merveilleux pouvoir de Moïse résidait entièrement dans le Serpent sacré de la Kundalini. Moïse a beaucoup pratiqué la Magie Sexuelle afin d'élever le Serpent sur le Bâton. Moïse avait une femme.

Dans la nuit atterrante des siècles passés, les sublimes et austères Hiérophantes des Grands Mystères furent les gardiens jaloux et vigilants du Grand Arcane. Les Grands Sacerdotes avaient juré le silence, et la clé de l'Arche de la Science était cachée aux yeux du peuple. Seuls les Grands Prêtres connaissaient et pratiquaient la Magie Sexuelle. La Sagesse du Serpent est la base des grands Mystères ; elle était cultivée dans les Ecoles de Mystères d'Egypte, de Grèce, de Rome, de l'Inde, de la Perse, de Troie, du Mexique aztèque et du Pérou des Incas, etc.

Krumm-Heller rapporte que « dans le chant d'Homère à Déméter, trouvé dans une bibliothèque russe et en relation avec d'autres papyrus, on voit que tout tournait autour de l'acte sexuel et que dans ces Mystères on décrivait un fait physiologico-cosmique d'une grande transcendance ». Le chant archaïque de cet Homme-Dieu qui a célébré la vieille ville de Troie et la colère d'Achille montre très clairement que le grand Temple d'Eleusis avait pour pierre angulaire la Magie Sexuelle. Les danses où les participants étaient nus, la musique délicieuse du Temple, l'étreinte enivrante, l'enchantement mystérieux de l'acte secret, tout cela faisait d'Eleusis un paradis de dieux et de déesses adorables. Personne alors ne pensait de saletés, les pensées étaient toutes dirigées vers les choses saintes et sublimes.

Il n'arrivait à personne de profaner le Temple. Les couples savaient se retirer à temps pour éviter de répandre le Vin sacré.

Osiris, le principe masculin, apparaît, en Egypte, face à Isis, l'éternel et adorable principe féminin. Dans ce pays ensoleillé de Kem, Jésus, le Seigneur de toute perfection, a aussi travaillé avec le Grand Arcane AZF, lorsqu'il se trouvait, précisément, dans sa période de préparation initiatique avant que commence sa mission. Ainsi est-il écrit dans les mémoires de la Nature.

En Mésopotamie, Ishtar et Tammoutz s'aimaient intensément ; en Phénicie, Baal et Anat ; dans l'Attique, Hadès (Pluton) et Perséphone, Apollon et Artémis. Et comme dit le Docteur Arnold Krumm-Heller, on parlait clairement en ce qui les concernait du Phallus et de l'Utérus : « c'est le Lingam-Yoni des Mystères grecs ».

Les Grands Prêtres d'Egypte, vieux héritiers de la Sagesse archaïque des Atlantes, ont représenté le grand Dieu Ibis-Thot avec le membre viril en état d'érection, et Krumm-Heller raconte que sur ce Phallus en érection on avait écrit ces mots : « Dispensateur de la Raison ». A côté de l'inscription resplendissait glorieusement une fleur de lotus.

Les vieux Sages de l'Egypte sacrée ont gravé sur leurs murs millénaires le symbole divin du Serpent sexuel.

Le secret de la Magie Sexuelle était incommunicable. C'est le Grand Arcane. Les malheureux qui divulguaient l'indicible secret étaient condamnés à la peine de mort ; on les conduisait dans une cour pavée et, devant un mur millénaire couvert de peaux de crocodile et d'hiéroglyphes indéchiffrables, on leur coupait la tête, on leur arrachait le coeur, leur corps était incinéré et leurs cendres maudites étaient jetées aux quatre vents. Il nous vient en ce moment à la mémoire le cas de Jacques Cazotte, le grand écrivain français qui a péri sur la guillotine durant la Révolution Française. Cet homme, lors d'un banquet célèbre, a prophétisé sa propre mort et le sort fatal qui attendait un groupe de nobles initiés qui projetaient la divulgation du Grand Arcane. Aux uns il prophétisa la guillotine, aux autres le poignard, le poison, la prison, l'exil. Ses prophéties se sont accomplies avec une absolue exactitude. Au Moyen-Age, quiconque divulguait le Grand-Arcane mourait mystérieusement, soit par des « tuniques de Nessus », des savons empoisonnés qui étaient déposés comme cadeaux d'anniversaire à la porte du condamné, ou par des bouquets de fleurs au parfum fatal, ou des gâteaux contenant des substances mortelles, ou, plus radicalement, par le poignard.

Le Grand Arcane est la clé de tous les pouvoirs, la clé de tous les empires. Les pouvoirs de la Nature se déchaînent contre les audacieux qui essaient de la dominer. Les Grands Hiérophantes cachent leur secret et les Rois Divins ne livrent à aucun mortel la clé secrète de leur pouvoir. Malheur au mortel qui, après avoir reçu le secret du Grand Arcane, ne sait pas en profiter : « Il aurait mieux valu pour lui ne pas être né, ou s'accrocher au cou une pierre de moulin et se jeter au fond de la mer ».

La nature n'est pas intéressée à la Réalisation Cosmique de l'homme et cela est même contraire à ses propres intérêts. C'est la raison pour laquelle elle s'oppose de toutes ses forces à l'audacieux qui veut la dominer.

Voici le moment opportun de rappeler une anecdote curieuse : un jour, un pauvre douanier se promenait sur une plage, au bord de la mer. Soudain, quelque chose attira son attention : il aperçut, dans le sable fouetté par les vagues furieuses de la mer des Caraïbes, un objet en cuir. L'homme s'approcha et, à sa grande surprise, il découvrit une petite valise de cuir noir. Il se rendit aussitôt à la commanderie du port et remit l'objet à son supérieur. Sa mission accomplie, il revint chez lui. Lorsque, le matin suivant, il retourna à son travail, l'officier supérieur, en proie à une grande colère, lui donna une pièce de trente sous tout en lui disant : « Imbécile !, voilà ce que tu mérites !, prends cette pièce et va te pendre ; tu ne mérites pas de vivre. Tiens, achète avec ça une corde et pends-toi au premier arbre. La chance est venue à toi et tu l'as méprisée. Dans la mallette que tu m'as remise il y avait près d'un million de dollars. Va-t-en d'ici !, hors d'ici, imbécile !, tu ne mérites pas de vivre ». Voilà, réellement, le sort fatal qui attend ceux qui ne savent pas profiter du très précieux trésor du Grand Arcane. Ceux-là ne méritent pas de vivre. Jamais on n'avait enseigné le Grand Arcane de la Magie Sexuelle et voici qu'aujourd'hui nous le divulguons. Malheur à ceux qui, après avoir rencontré sur leur chemin le trésor des Rois le dédaignent, comme le douanier de notre histoire !. Le trésor du Grand Arcane vaut plus encore que la fortune trouvée par l'employé des douanes. Mépriser cela, c'est être vraiment un imbécile.

Pour éveiller la Kundalini, on a besoin de la femme. Cependant, nous devons avertir l'Initié qu'il ne doit pratiquer la Magie Sexuelle qu'avec une seule femme. Ceux qui pratiquent la Magie Sexuelle avec plusieurs femmes commettent le crime d'adultère. Ceux-là ne pourront pas progresser dans ces études. Il existe, malheureusement, certains individus qui utilisent la Magie Sexuelle comme un prétexte pour séduire des femmes. Ces gens sont des profanateurs du Temple. Les hommes de cette espèce tombent inévitablement dans la Magie Noire. Nous avertissons les femmes de faire très attention à ces personnages pervers de la sexualité.

Il existe aussi un certain nombre de femmes qui, sous le prétexte, disent-elles, de se réaliser à fond, s'unissent avec n'importe quel homme. Ce que ces femmes passionnelles veulent, c'est assouvir leurs désirs charnels. Le monde restera toujours le monde, et depuis que nous avons commencé à divulguer le Grand Arcane, ont apparu, comme il fallait s'y attendre, les pourceaux qui foulent aux pieds et bafouent la Doctrine, puis meurent empoisonnés par le Pain de la Sagesse. Le culte de la Magie Sexuelle ne peut être pratiqué qu'entre mari et femme. Nous tenons à faire cette précision pour éviter les entreprises de séduction et les rapts charnels, de même que la « sainte » luxure passionnelle.

La Force sexuelle est une arme terrible. Les scientifiques n'ont pas pu expliquer l'origine de l'électricité. Nous affirmons, quant à nous, que la cause de l'électricité doit être cherchée dans la Force sexuelle universelle. Cette Force ne réside pas seulement dans les organes sexuels mais aussi dans tous les atomes et électrons de l'Univers. La lumière du Soleil est un produit de la Sexualité ; un atome d'hydrogène s'unit sexuellement avec un atome de carbone pour produire la lumière solaire. L'hydrogène est masculin ; le carbone est féminin. De l'union sexuelle des deux résulte la lumière solaire. Les études sur les processus du carbone s'avèrent très intéressants ; ces processus sont en rapport avec la gestation de la lumière.

La causa causorum de l'électricité doit être recherchée dans le Feu Serpentin universel. Ce Feu demeure dans les électrons. Les Sages méditent sur lui ; les mystiques l'adorent, et ceux qui suivent le sentier du Mariage Parfait travaillent de façon pratique avec lui.

La Force sexuelle, dans les mains des Magiciens Blancs et des Magiciens Noirs, est une arme terrible. La pensée attire à l'épine dorsale le fluide sexuel pour le déposer dans sa bourse propre. Par l'écoulement fatal de ce fluide, des milliards d'atomes solaires sont perdus. Le mouvement spasmodique de contraction sexuelle qui suit l'émission du Semen provoque l'absorption, dans les Enfers atomiques de l'homme, de milliards d'atomes sataniques qui remplacent les atomes solaires perdus. C'est ainsi que nous formons le Diable en nous.

Lorsque nous réfrénons l'impulsion sexuelle en nous, le merveilleux fluide retourne alors au corps astral en multipliant ses ineffables splendeurs. C'est ainsi que nous formons le Christ à l'intérieur de nous. Ainsi donc, nous pouvons, avec l'Energie Sexuelle, former en nous le Christ ou le Diable.

Le Grand Maître, en sa qualité de Christ Cosmique incarné a dit : « Je suis le Pain de Vie, je suis le Pain vivant. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Celui qui mange ma Chair et boit mon Sang aura la Vie Eternelle et je le ressusciterai. Celui qui mange ma Chair et boit mon sang demeure en Moi, et Moi en lui ».

Le Christ est l'Ame solaire ; l'Esprit vivant du Soleil. Celui-ci, avec sa vie, fait croître l'épi de blé, et dans le grain, dans la semence, est déposée toute la puissance du Logos Solaire. Dans toute semence végétale, animale ou humaine se trouve enfermée, comme dans un étui précieux, la substance christonique du Logos Solaire.

En faisant retourner l'Energie créatrice vers l'intérieur et vers le haut, alors germe, naît en nous un enfant merveilleux, un corps astral christifié. Ce véhicule nous confère l'immortalité. C'est notre Crestos médiateur. Au moyen de ce véhicule, nous parvenons au Père qui est en secret. « Nul ne va au Père que par moi », a dit le Seigneur de toute Perfection.

Passage extrait de http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... glises.php

Avatar du membre
Gardien du phare
Messages : 6120
Enregistré le : 25 Septembre 2008
Sexe :
Zodiaque : Lion
Contact :

Re: Si vous Mangez de ce Fruit, vous Mourrez

Message le 24 Mai 2010, 10:59

MCA01 Ce qui n'a jamais été expliqué

« Et Jéhovah Dieu planta un jardin en Eden, à l'orient, et il y plaça l'homme qu'il avait formé. Et Jéhovah Dieu fit germer du sol tout arbre d'aspect attrayant et bon à manger, l'Arbre de Vie au milieu du jardin et l'Arbre de la Connaissance du bonheur et du malheur » Genèse 2, 8-9.

L'Eden est le sexe même. Dans l'Eden, existent ces deux arbres : l'Arbre de Vie et l'autre de la Connaissance du bonheur et du malheur.

L'Arbre de Vie est la moelle épinière. L'Arbre de la Connaissance du bonheur et du malheur est la force sexuelle.

« Et Jéhovah Dieu prescrivit à l'homme : tu pourras manger de tout arbre du jardin, mais tu ne mangeras pas de l'Arbre de la Connaissance du bonheur et du malheur car, du jour ou tu en mangeras, tu devras mourir » Genèse 2, 16-17.

Un bouquet d'énormes iris noirs et de fleurs rouges était placé dans un pot d'argent et au-dessus d'un petit autel indien, rempli de ciboires d'or et de bronze, s'élevait une petite statue étrange : une sorte de déesse androgyne, aux bras fragiles, au torse bien modelé aux hanches aplaties, démoniaque et enchanteresse, taillée dans de l'onyx noir très pur, complètement nue. Deux émeraudes incrustées dans ses paupières brillaient de façon extraordinaire, et entre les cuisses bien galbées, au niveau du bas ventre, du sexe, on pouvait voir une petite tête de mort, moqueuse et menaçante.

L'homme et la femme sont nés pour s'aimer.

« Aussi l'homme laisse-t-il son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et ils deviennent une seule chair » Genèse 2,24.

Et Adam et sa femme étaient nus et n'avaient pas honte parce qu'ils n'avaient pas encore goûté au fruit défendu, agréable à voir et délicieux au palais.

Ce fruit défendu est le sexe. Cependant, le serpent de l'instinct sexuel était malin et dit à la femme : « Vraiment ! Dieu vous a dit : vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin ». La femme répondit au serpent : « nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin, mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin Dieu a dit : vous n'en mangerez pas et vous n'y toucherez pas afin de ne pas mourir » Genèse 3, 1-3.

Cependant, le serpent de l'instinct sexuel séduisit la femme en lui disant : « mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance du bonheur et du malheur » Genèse 3, 4-5.

Dans l'Eden, les êtres humains étaient innocents parce qu'ils n'avaient pas encore forniqué. Les hommes et les femmes de l'Eden mangeaient le fruit de l'Arbre de Vie, et les quatre rivières des eaux pures de la vie nourrissaient les racines des arbres du jardin.

Les hommes et les femmes de l'Eden jouissaient des délices de l'amour dans les bois profonds d'un vieux continent qu'ils appelaient Lémurie.

« La femme vit que l'arbre était bon à manger, séduisant à regarder, précieux pour agir avec clairvoyance. Elle en prit un fruit qu'elle mangea, elle en donna aussi à son mari qui était avec elle et il en mangea. Leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils surent qu'ils étaient nus. Ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des pagnes » Genèse 3, 6-7.

C'est ainsi qu'ils ont forniqué et Jéhovah Dieu les chassa du jardin de l'Eden.

« Ayant chassé l'homme, il posta les Chérubins à l'orient du jardin d'Eden avec la flamme de l'épée foudroyante pour garder le chemin de l'Arbre de Vie » Genèse 3, 24.

L'homme perdit ses pouvoirs divins lorsqu'il viola le sixième commandement de la Loi de Dieu qui dit : Ne pas forniquer.

Dans l'ancien temps, les hommes et les femmes étaient de véritables mages qui avaient un pouvoir sur le feu des volcans, sur le vent et les ouragans, sur les tempêtes et sur les grands tremblements de terre.

Quand l'homme forniqua, il dut travailler dans la douleur parce qu'il perdit ses pouvoirs divins, et cette vallée d'amertumes lui occasionna de nombreux ennuis.

Jadis, quand l'homme n'était pas sorti de l'Eden, l'acte sexuel avait lieu seulement à l'intérieur de l'enceinte sacrée des Temples des Mystères sous la direction des anges. C'est ainsi que naissaient des hommes et des femmes purs dans les épaisses forêts de la Lémurie.

Pratique : couchez-vous dans votre lit sur le dos, relâchez tous les muscles de votre corps et faites le vide dans votre esprit. Ne pensez absolument à rien pendant trente minutes, six jours de la semaine, à la même heure, avant de vous endormir.

Chapitre extrait du livre http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... -livre.php

Répondre

Retourner vers « Points secondaires du tantrisme blanc »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité