Questions-Réponses - Tmecap

Des sujets différents pour découvrir la gnose avec plaisir et variété de thèmes
Hors ligne tmecap
#31
Messages : 266
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

ok,

alors pourquoi il est recommandé cette action: tuer l'ego?

quelle sont les étapes du processus avant que notre mère intervienne?

Hors ligne jerome
#32
Avatar du membre
Messages : 191
Enregistré le : 27 janvier 2019
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Certains frères gnostiques nous ont écrit pour nous demander une didactique pour la dissolution du Moi.

La meilleure didactique pour la dissolution du Moi se trouve dans la vie pratique intensément vécue. La vie en communauté est un miroir merveilleux où l'on peut contempler le Moi tout entier.

Dans la relation avec nos semblables, les défauts cachés au fond de notre subconscient affleurent spontanément, ils apparaissent car le subconscient nous trahit ; si nous sommes en état d'alerte-perception nous les voyons alors tels qu'ils sont en eux-mêmes.
Le plus grand bonheur pour le Gnostique est de célébrer la découverte d'un de ses défauts. Un défaut découvert est un défaut mort ; lorsque nous découvrons un défaut, nous devons l'observer comme quelqu'un qui regarde un film, sans cependant le juger, le condamner.

Il n'est pas suffisant de comprendre intellectuellement le défaut découvert ; il est nécessaire de nous plonger dans une profonde méditation intérieure afin de saisir le défaut dans tous les niveaux du mental. Le mental a beaucoup de niveaux et de profondeurs, et tant que nous n'avons pas compris un défaut dans tous les niveaux du mental, nous n'avons rien fait ; il continue d'exister en tant que démon tentateur dans le fond de notre propre subconscient.

Lorsqu'un défaut est intégralement compris dans tous les niveaux du mental, il se désintègre avec le petit Moi qui le caractérise, le réduisant en poussière cosmique dans les mondes suprasensibles.

C'est ainsi que nous mourrons d'instant en instant, c'est ainsi que nous établissons en nous un Centre de Conscience Permanent, un Centre de Gravité Permanent.

A l'intérieur de tout être humain qui ne se trouve pas dans un état de dégénération ultime, existe la Bouddhata, le principe Bouddhique intérieur, le matériel psychique ou matière première pour fabriquer ce que l'on nomme l'Ame.

Le Moi pluralisé gaspille maladroitement ce matériel psychique par des explosions atomiques absurdes : explosions d'envie, de convoitise, de haine, de jalousie, de fornication, d'attachements, de vanité, etc.

A mesure que le Moi pluralisé meurt d'instant en instant, le matériel psychique s'accumule en nous-mêmes, se convertissant en un Centre Permanent de Conscience.

C'est ainsi que nous nous individualisons peu à peu ; en nous « déségoïstifiant », nous laissons naître l'individualité.

Cependant nous précisons que l'individualité n'est pas tout ; avec l'événement de Bethléem nous devons passer à la surindividualité.

Le travail de dissolution du Moi est quelque chose de très sérieux, nous avons besoin de nous étudier nous-mêmes profondément dans tous les niveaux du mental ; les Moi constituent les nombreux tomes d'un même livre.

Nous avons besoin d'étudier nos pensées, nos émotions, nos actions à chaque instant sans nous justifier ni nous condamner. Il est indispensable de comprendre intégralement tous et chacun de nos défauts et ceci à travers toutes les profondeurs du mental.

Le Moi pluralisé constitue le subconscient ; lorsque nous dissolvons le Moi, le subconscient se transforme en conscient.

Il est nécessaire de convertir le subconscient en conscient mais cela n'est possible qu'en atteignant l'annihilation du Moi. Quand le conscient prend la place du subconscient, nous acquérons ce qui s'appelle la « Conscience continue ».

Celui qui jouit de la Conscience continue vit de manière consciente à tout moment non seulement dans le monde physique, mais aussi dans les mondes supérieurs.

L'humanité actuelle est subconsciente à 97%, et de ce fait, elle dort profondément, non seulement dans le monde physique, mais aussi dans les mondes suprasensibles, durant le sommeil du corps physique et après la mort.

Nous avons besoin de la mort du Moi, nous devons mourir d'instant en instant, ici et maintenant, non seulement dans le monde physique mais aussi dans tous les plans du Mental Cosmique.

Nous devons être sans pitié avec nous-mêmes et faire la dissection du Moi avec le terrible bistouri de l'autocritique.
Extrait du chapitre 6 du livre "La Dissolution du Moi" :
https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr ... pter_6.php

Hors ligne jerome
#33
Avatar du membre
Messages : 191
Enregistré le : 27 janvier 2019
Sexe :
Zodiaque :

Message le

En rentrant dans le vif du sujet, je ne peux me substituer à un Maître et expliquer avec plus d'acuité et moins de mots ce qui l'a été... de main de Maître :grin:


Pour réellement comprendre de quoi il en retourne, il faut étudier sérieusement. Non seulement lire ces livres (non pas comme de simples romans), mais aussi les disséquer, les étudier profondément... Je me suis déjà vu bloquer 3 jours sur un chapitre en boucle, avec une méditation entre chaque lecture. Non pas pour apprendre par coeur, mais pour faire descendre les Enseignements de l'intellect à la Compréhension du Coeur. Et je ne suis pas le seul à faire ainsi, comme on me l'a enseigné et comme j'ai pu en constater les énormes bénéfices.


L'ouvrage cité plus haut aborde de nombreux points dont nous avons discuté ensemble (voir le lien). Il y a aussi toute cette merveilleuse bibliothèque dans l'accueil de ce site, et le sous-forum "Premier facteur de la révolution de conscience : mourir" viewforum.php?f=125


Nous pouvons te conseiller l'étude de "La Psychologie Révolutionnaire". Ce livre est magique à proprement parler : on peut le lire en apprenant plein de choses, et le relire quelques mois + tard en ayant l'impression d'être passé complètement à côté la fois précédente. Il fait partie de ces Livres qui nous accompagnent au long du Cheminement, se révélant toujours plus à mesure de nos progrès.


Bien sûr, nous sommes à ta disposition pour éclairer de notre mieux tel ou tel point obscur.


Sans perdre de vue l'essentiel : plus important que les livres encore, il faut aimer, toujours plus d'Amour. Et pourtant il y beaucoup de choses à lire, et importantes; c'est pour dire!


Sans oublier la méditation, car tout passe par là. viewtopic.php?f=22&t=555 (entre autres)


Quelques images en bonus qui illustrent la Décapitation Mystique de l'ego (voir aussi la Décapitation de Jean le Baptiste dans les Evangiles) viewtopic.php?f=126&t=774


Courage, cher Antoine, car le Sentier en lame de rasoir demande des sur-efforts!



Amour fraternel!
Modifié en dernier par jerome le 5 février 2020, 00:49, modifié 1 fois.

Hors ligne tmecap
#34
Messages : 266
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Merci bien Jérôme,

Je demandais ça plus pour savoir où tu avais lu qu'en passant devant l'ego sans dire mot tu arrivais à le tuer.

Dans cet enseignement de Jésus, qui peut être le suprême, je m'étonne de voir sa réaction.

Dans le sens où il n'est pas forcément décrit comme ce que Samael nous dit: il faut dialoguer, le chercher, le comprendre…

Donc ici il se passe autre chose je trouve.

Nous sommes plutôt en "démocratie", avec un préfet visiblement choisit par le peuple. Pilate est le mental.

Après avoir discuté de nombreuses fois avec le peuple, et se retrouvant à cause du clergé devant les tribunaux, le maitre passe devant le mental sans rien dire.
Et tu me dis qu'à ce stade là l'ego est mort.

Donc je te demande comment à fait Jésus.

Il aurait pu faire comme Moïse face au Egyptiens, et n'aurait pas perdu non plus.

J'essaye juste de comprendre ce qui a prévalu ici pour qu'il agisse de la sorte. Est-ce que c'est pour éviter des morts?

Est ce que l'on peut comparer les deux, et dire que le pharaon est aussi un mental?

Bien à toi j'essaye de faire court tu vois :ugeek: :mrgreen:

Hors ligne jerome
#35
Avatar du membre
Messages : 191
Enregistré le : 27 janvier 2019
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Oui merci Antoine :wink:


Dans le récit de la vie de Jésus lue symboliquement, l'ego est déjà plus que mort quand le Maître de Perfection est jugé et condamné par le Monde. Alors que Samael Aun Weor décrit ici le début du processus de Mort Mystique (Il a bcp d'autres Enseignements à ce vaste sujet). Il n'est pas raconté dans les Evangiles comment Jésus a tué son propre ego, car ce récit débute à l'événement de Bethléem : naissance en l'Initié de l'Enfant d'Or, au milieu des "moi" animaux.


En lien avec ton autre sujet, la Mère de cet Enfant est un des 5 aspects de Devi Kundalini (présente dans toutes les traditions ésotériques sous les noms divers de Marie, Mara, Isis, Tonantzin, Cybèle, etc.). C'est pourquoi on parle d'Immaculée Conception : La Divine Mère est toujours vierge lorsqu' Elle met au monde, en l'initié, l'Enfant d'Or.


En ne réagissant pas à l'ego (celui des autres ou le sien), on ne l'alimente pas. Cela contribue à le faire mourir d'inanition. C-a-d qu'on ne s'identifie pas à lui, lorsque survient en nous une montée de colère, ou de haine, ou un regard de convoitise, etc.


On l'observe de façon détachée, avec le + d'honnêteté possible vis-à-vis de ns-m, sans prendre part. Avec ce 1er choc conscient (car il s'agit d'auto-observation) on "sauve" la partie d'énergie correspondante, qui ne vient donc pas engraisser l'ego mis en cause.


Il faut faire ainsi avec le moindre détail : chaque sentiment inférieur, chaque pensée un tant soit peu malsaine, etc.


Oui, en effet, Pharaon peut sûrement symboliser l'ego, qui en dernier ressort est vaincu lorsque ses légions sont engouffrées dans les Eaux Primordiales (cf Grand Arcane), avant la traversée du Désert qui dure 40 ans.


Cette étape correspond plutôt aux 40 jours de Jésus dans le désert, pdt lesquels Il vainc le Prince de ce monde (Son monde intérieur). Il ne faut pas trop s'attacher à la chronologie, car rien ne se fait subitement. "La nature ne fait pas de bonds". On Naît à mesure que l'on meurt à soi-même. Le processus n'est pas soudain, mais ancré dans la pratique et la durée. Bien qu'en chaque instant nous ayons à faire de notre mieux :smile:


Et surtout, déchiffrer les clés contenues dans ces récits n'a d'utilité que si on les met en pratique. Il serait contre-productif de les appréhender dans le seul but de la griserie intellectuelle.



Amour fraternel

Hors ligne tmecap
#36
Messages : 266
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Ok, un sac de nœud de plus lol

Est ce que tu as quelques repères?

Comme nous avons deux façons différentes ou trois, sur une même action, je suppose qu'il est possible de dégager quelques idées phares.

Tu m'arrêtes si je me trompe:
Samael nous explique au niveau du mental ce qu'il faut faire,
Jésus nous explique comment passer au dessus du mental, et d'être intime.

Corporellement, la Mahituna et sa pratique pour nous purifier. Et faire avancer nos corps glorieux, et arrivé à un certain stade la "compassion".

Samael dit: "La personnalité humaine est le char, le mental est l'animal qui tire le char, l'Intime est le cocher, les rênes sont la conscience et le fouet c'est la volonté. Malheur au cocher qui ne sait pas se servir de ses rênes !. Malheur au cocher qui ne sait pas manier le fouet !."

On travaille sur les rênes ici.
Quand on est aveugle il faut mettre en conscience les choses, par le dialogue et l'étude. Mais une fois qu'on connait le chemin inutile d'utiliser une carte pour se diriger quoi qu'il se passe on arrivera. C'est trop fort, tu ne trouves pas? :lol:

Hors ligne jerome
#37
Avatar du membre
Messages : 191
Enregistré le : 27 janvier 2019
Sexe :
Zodiaque :

Message le

:grin: Oui, c'est la force de la simplicité et de l'Amour.


Samael Aun Weor dévoile le Chemin de A à Z, de façon très explicite. Les Evangiles livrèrent des clés de façon voilée, afin qu'elles ne soient pas profanées et "que celui qui a des oreilles pour entendre, entende". Mais ils sont mieux connus en général. Et j'ai personnellement une affinité particulière avec Jésus le Maître de Perfection et les Evangiles Gnostiques.

"Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu'ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent." (Mat.7:6)


Aujourd'hui, tout est délivré car la Fraternité Blanche tente de "sauver le chapeau du noyé" :hi:

Hors ligne tmecap
#38
Messages : 266
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Cc,

est ce que tu sais s'il y a un déroulé qui explique comment on en est arrivé à ceci? entre le temps de jesus et maintenant?

Hors ligne Paul
#39
Avatar du membre
Messages : 387
Enregistré le : 03 décembre 2016
Localisation : FRANCE
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Le manque de travail intérieur, de cœur, et la négligence.

Hors ligne tmecap
#40
Messages : 266
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

d'ou il vient?

"Le corps humain est donc une machine contrôlée par de multiples Mois. Il serait absurde de supposer que ces multiples Mois se réincarnent. Lorsqu’arrive l’heure de la mort, ce qui continue au-delà du cimetière est une légion de Démons, oui, des MOIS-DÉMONS qui personnifient nos erreurs. Après un certain temps, ces MOIS-DIABLES retournent, reviennent, se réincorporent dans un nouvel organisme, c’est tout. En se réincorporant, ils répètent exactement toutes les actions de leurs vies précédentes ; c’est ça la Loi de l’Éternelle Récurrence."

J'ajouterai que ce report se fait aussi de père en fils au niveau physique, et donc ce que vit le père le fils le vivra. Cette légion de moi n'est que le résultat du tout.

il peut donc être à supposer, que le fils doit tuer l'ego, et que celui ci ne se passe pas en suivant l'âme!, mais reste sur terre en attendant l'âme qu'il peut posséder. Ainsi l'ego ne survit pas à la mort en suivant le même chemin que l'âme...

Il passe génétiquement !

Hors ligne Paul
#41
Avatar du membre
Messages : 387
Enregistré le : 03 décembre 2016
Localisation : FRANCE
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Il y a un karma de famille, oui.

Mais lorsque le corps physique meurt, les mois sont dans le plan astral. Et il retournent dans un nouveau corps physique.

On parle de retour et non de réincarnation. La réincarnation concerne le retour d'une personne individuelle, qui a déjà éliminé l'ego pour guider les autres par exemple.

L'animal intellectuel n'a pas encore d'âme, juste un embryon qu'il doit développer par la mort de l'ego et le mariage parfait.

Hors ligne tmecap
#42
Messages : 266
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

On peut donc envisager, que lorsqu'un être né il endosse toute l'histoire de sa famille, de son peuple, de son pays, de son monde, de son cosmos...

Il doit alors combattre un à un les ego qui se sont développés et devenir un.

Chaque grand maitre sonne la fin d'une légion.

Mais dés que le maitre passe, de suite l'afah, "animal faussement appelé homme", retombe dans le pécher.

Je me demande souvent pourquoi si peu d'afah cherchent? Comment se complaire dans ses défections?

Nous pouvons entrevoir le cycle de telle façon: évolution, l'afah essaye les techniques du maitres, mais très vite certains ego les déforment, et donc les techniques deviennent moins efficaces, puis on arrive en involution, où les techniques sont contre productives.

Nous avons une partie de fabrication et montée en puissance, de cristallisation du prisme. Le prisme arrive à son apogée et rayonne, mais le soir le soleil se couche, mais le soleil bouge. Et un jour le soleil ne se trouve plus en face du prisme. C'est alors que l'oxydation arrive, jusqu’à la destruction totale de la matière. Pour qu'elle se reforme sans cesse.

La technique d'évolution et d'involution, est la manière la plus parfaite de progresser.
Si tout le monde y arrivait, alors quel but y aurait il a travailler? Mais si tout le monde ne peut être sauvé, quel but y aurait-il à travailler?

Comment le maitre de compassion peut abandonner un frère sans rien faire? Le fait même d'abandonner un frère, équivaut à abandonner une partie de sa divinité. Qui d'autre que le temps peut résoudre ceci?

C'est le choix qui résous tout ceci, je donne le choix à mon frère d'avancer, ou pas, je donne le choix, s'il veut alors je l'accompagne et je suis heureux, même s'il ne fait qu'un pas.
Mais s'il ne veut pas avancer, que se passe-t-il? Alors il est délaissé sur le bord de la route, alors karma commence à être plus rigide, alors son corps commence à encaisser les coups, alors les protections divine tombent, je deviens malade, je deviens faible, je m'endors!

heureusement que notre système politique est là pour pallier à toutes ces carences pour nous permettre de nous enfoncer encore plus dans les profondeurs de l'abîmes, pour nous permettre de descendre encore plus bas dans la matière.
Heureusement que le multiple paye pour le loisir d’autres qui ne veulent rien faire... Que se passe-t-il? Je tombe malade, alors quoi ! j'ai la médecine gratuite... Ne faut-il pas aider son prochain? Mais aider son prochain veut-il dire l'assoir dans un pavillon doré lui ôter toute souffrance?

Pourquoi est-ce mal de souffrir?

L'ego de la luxure vient avec son frère du mental. Le mental orienter vers la luxure ne mène nulle part!

Le mental vient en démocratie car il est tout puissant et élu du peuple, mais le mental ne peut vouloir que ce qu'il peut concevoir. C'est à dire la matière. Et la seule matière qui l'intéresse c'est la luxure. Pourquoi le mental chercherai la souffrance dans la pauvreté?

J'ai dévié un peu. Le mental est condamné à mort avec sa luxure. Ainsi soit-il ! C’est ce qu’il veut.

Merci

Hors ligne tmecap
#43
Messages : 266
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Paul a écrit :
17 février 2020, 23:35

Mais lorsque le corps physique meurt, les mois sont dans le plan astral. Et ils retournent dans un nouveau corps physique.
Paul a écrit :
17 février 2020, 23:35

L'animal intellectuel n'a pas encore d'âme, juste un embryon qu'il doit développer par la mort de l'ego et le mariage parfait.
l'afah comment peut il suivre ses vies s'il n'a pas de lien? Même si c'est de manière embryonnaire, son action ou caractéristiques sont identiques. Le travail effectué d'une vie à l'autre, si l'on peut osé là nommer conscience, doit avoir un support.

Je ne comprends pas comment on ne peut pas recommencer à zéro à chaque fois, mais doit endosser tout son passé. Ainsi pourquoi seules les bonnes actions suivraient la conscience. Mais il est tout aussi inconcevable que ce qui n'est pas pur puisse suivre.
Quand l'eau coule du haut de la montagne et arrive à la mer, à la fin le caillou et devenu sable, mais seule l'eau remonte en haut de la montagne. Et c'est le sable qui à nouveau la fait descendre....

Le sable ne s'évapore pas.

Celui qui arrive proche de la mer peu profiter du travail des autres, et celui qui reste dans la mer berce encore le sable pour l'amoindrir.

Je ne comprends pas comment marche le monde astral, car la tentation dans ce monde est beaucoup plus grande, et le fantasme facile. Je ne suis donc pas sur de tout ces fonctionnements.

Quand le corps physique meurt, combien de temps avant qu'il revienne? Sommes-nous tous du même arbre, donc qu'importe le travail? Mais alors comment pouvoir rembourser nos dettes? Si on endosse celle des autres, est ce qu'il y a une chance pour qu'il s'en sorte?

Nous revivons sans cesse le même drame, mais ce que je présume comme conscience, qui est différent pour chaque être, donc qui a un passé différent, pourquoi devrait-il endosser le drame de son voisin?

Nous vivons les mêmes actions d'une vie à l'autre, seul le décor change. Avec les mêmes personnes, celle que nous persécutons un jour le lendemain nous persécute, et ainsi va la loi de l'équilibre. Seul le maitre de sagesse peut endosser tout les pécher pour libérer ses frères. Mise à part ce cas. Si le voisin endosse le charge de son voisin, alors la conscience ne pourra plus trouver son chemin, et il est donc à envisager qu'il faut que sur son chemin la conscience ait son travail.

En fonction de la géographie de la zone de vie de la conscience ses actions seront modifiées, et même si l'action sera la même, le décor changeant, la réaction sera différente. Et la maturité de cette conscience fera qu'elle réagira différemment face à une même action. Et donc on peut voir ceci comme une évolution, non dans le sens cyclique, mais dans le sens transformation. Ainsi une même conscience à deux moments différents ne réagira pas forcément de la même façon face à la même action.

Je nomme aussi la cause de cette différence structure.

Revenons à notre ego, les ego seraient des pensées qui essaieraient de s'identifier. N'ayant pas encore de corps, et n'en auront jamais certainement, ils sont obligés de prendre possession d'organismes. Mais à la différence de l'intime, ils peuvent prendre plusieurs corps.

Cet intime qu'est il donc?

Nous avons toujours ce combat entre le un et le multiple. Je suppose qu'il est la base de tout.
Les pulsions égocentriques, poussent les peuples à se battre pour posséder plus de territoire. Qu'en est-il des ego? Tu nous dis Paul qu'ils restent dans le monde astral? Mais ils n'ont pas de forme physique, à part quand ils prennent forme comme démon, dans des corps, mais étant très rare. Ils ne peuvent avoir une existence que dans le monde astral. Donc ils ne quittent guerre ce monde, et c'est notre conscience qui va les chercher. Pour se construire.
Pour quelle raison existeraient-ils? S'ils n'avaient aucune utilité, ou juste mettre le box, je suppose que cela serait fort simple de les supprimer. Hélas ce n’est toujours pas fait, il est donc à supposer qu’ils ont une utilité.

Je pense que l'alchimie se fait de la transmutation de la conscience dans l'ego, avec comme partie: 1 possession, 2 maitrise, 3 mort, 4 résurrection.

Et de cette transmutation né et développe la conscience. Comment créer la pierre donnerai plus de "pouvoir" à chaque fois? Et pourquoi tous les serpents ne tombent-ils pas?

Je suppose donc que le karma de famille possède tous les ego, et que les ego ne sont pas attachés à l'âme. Ainsi donc si mon père tue un ego il pourra me montrer comment le faire certes, mais surtout l'ego ne se représentera plus dans la famille, jusqu'à la prochaine faute. Je simplifie un peu.

Donc la pierre angulaire est la faute commise.

petite histoire :mrgreen: : Mon arrière grand père a eu un fils illégitime, comment on le sait? Parce qu'il l’a reconnu. Mon grand père a eu aussi ce fils, 10 ans après sa mort il se présente à la porte! Il ne l'a plus reconnu. Mon père a pu résister, ou tout du moins vu l'effondrement que ça lui fait, j'espère...
Pour ce fils il a été appelé comme mon grand père, donc la mère l'a appelé comme son pécher.
Et moi je me retrouve avec ma première amie, là je connais l'histoire car c'est la mienne, alors qu'on s'entendait bien, et que j'étais novice dans la matière, j'ai demandé à cette fille si elle voulait sortir avec moi, j'ai mis deux conditions, la première c'est qu'elle me réponde de suite, la seconde c'est que si c'est non ce sera à jamais non. Dans le sens contraire car elle était en train de réfléchir… Comme ça pas besoin d'attendre 100 ans :arf: , et surtout on pourra rester ami sans qu'il y ait de sous entendus. Résultat des courses, elle a dit non bien sur, et appelé son fils comme moi... Ma femme n'a pas trop aimé soit dit en passant :mrgreen: , mais j'ai bien rigolé quand j'ai appris ça^^.

Dans cet exemple on peut voir l'évolution qu'il y a sur plusieurs générations d'un même fait qui se présente à chaque génération sur sa première compagne, avec l'intensité qui décline. L'action reste la même et l’énergie allant jusqu’à appeler le fils de la même façon dans certain cas. Est-ce que l’énergie est sur le nom du fils, ou sur l’adultère ? L’un devient ego, alors que l’autre juste passion. Je vais enquêter pour savoir s'il n'y a pas un fils par là qui s'appelle comme mon père :oops: :cool: ...

Tout ça pour dire que l'ego reste et qu'il peut être enlevé d'une zone avec un travail de mœurs je suppose.
Mais il sera bien sur remplacé par un autre, et donc je comprends un peu mieux comment peut fonctionner tout ce système. Je dois certainement avoir de grosses erreurs, mais en attendant faute de mieux j'en reste là puis j'ai déjà trop écrit.^^ je vois des yeux tous rouge au fond de la salle :mrgreen:

Hors ligne Paul
#44
Avatar du membre
Messages : 387
Enregistré le : 03 décembre 2016
Localisation : FRANCE
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Bonjour Antoine,

Ton cheminement intellectuel s'éclaircit petit à petit, il te manque encore quelques éléments de compréhension mais cela avance.
"On peut donc envisager, que lorsqu'un être né il endosse toute l'histoire de sa famille, de son peuple, de son pays, de son monde, de son cosmos..."
L'ego est un ensemble de Mois. Ces Mois sont des défauts psychologiques incohérents, erronés. Un Nœud qui entrave la bonne circulation et perception des informations perçues du monde extérieur, dans notre monde intérieur.

L'ego est toujours ancien, provient du passé. D'une mauvaise compréhension, déformation. Ce sont les ténèbres de l'ignorance, de la mauvaise volonté et du désir qui nous dissocie de la Lumière. Il obscurcit notre vision de la Vie et de la Vérité. Il agit comme un voile, une bulle qui nous isole et nous empêche de voir la Réalité de l'existence telle qu'elle est.

Nous raisonnons notre propre idée de ce qu'est la Réalité. Cette propre idée n'a rien à voir avec la vérité. Elle est nécessairement incomplète ou incorrecte. On ne vit pas dans le moment présent mais plutôt selon ce que nous croyons. On étiquette toutes choses selon ce que nous croyons, comprenons. Selon notre passé. Nous ne vivons pas dans le moment présent avec simplicité lorsque nous utilisons l'Ego.

Lorsque nous utilisons le raisonnement intellectuel, nous ne vivons pas directement l’événement extérieur, nous transformons ce que nous voyons selon ce que nous avons compris, expérimenté dans le passé.

Si nous devions prendre un exemple en métaphore, on pourrait dire qu'au lieu d'accueillir l’événement extérieur dans l'instant présent, sans raisonner, nous le vivons à travers nos mentals.

Pour ÊTRE, nous devrions vivre ainsi :

Imaginons que nous regardons un arbre, laissons cette impression visuelle de l'arbre arriver à notre mental, sans rien faire, simplement laisser les informations circuler sans émettre aucun raisonnement. Nous sommes alors dans un état de rappel de soi total. Nous vivons l'instant présent à 100%.

Malheureusement, ce qui se passe actuellement c'est plutôt ceci :
Nous regardons un arbre, l'impression de l'arbre arrive à nos cinq sens, surtout la vue. Cette impression extérieure percute les cinq sens et est traitée par le Mental rempli de Moi.

Certains Mois vont alors émettre un jugement, une opinion, une idée, un avis, une reflexion au sujet de cette impression.

L'impression pure de l'arbre est alors complètement déformée et mis dans des cases, selon le ou les Moi qui réagissent à cette impression.

C'est comme si au lieu de regarder l'arbre avec un cœur innocent et simple, on sortait un bouquin pour lire au sujet de cette arbre, pour savoir ce que nous devons penser et ressentir au sujet de cet arbre.

Le mental intellectuel fonctionne ainsi dès qu'il réceptionne une impression extérieure.

Il veut tout mettre dans des cases, tout étiqueter. C'est absolument absurde et inutile.

On peut et on doit utiliser l'intellect pour apprendre. Une fois qu'on a étudier quelque chose, on laisse l'intellect là où il est.

Si nous sommes devenu incapable de vivre sans utiliser l'intellect à tout bout de champ, c'est grave. Car nous ne vivons pas dans l'instant.

Rien de nouveau ne peut advenir à un mental sur-actif qui veut tout savoir. Car ce désir de tout savoir et comprendre avec l'intellect est en réalité un désir lié à différents Moi : l'Envie, L'amour-propre, l'Orgueil, l'auto-importance etc etc...

Si lorsque nous avons terminé d'étudier quelque chose avec l'intellect, nous décidons de vivre d'instant en instant, en état de méditation active ou passive, nous sommes incapables d'être présent, c'est qu'il y a des Mois qui nous en empêchent.

Il y a un manque d'habitude à savoir rester simplement présent.

Quand on passe son temps à utiliser l'intellect pour réfléchir, on arrive plus à être présent.

Il y a une forme de gourmandise intellectuelle nocive.

Tout ceci nourri des Mois bien particulier, qu'il est nécessaire de découvrir et de comprendre, puis d'éliminer.

Il est important de comprendre qu'utiliser l'intellect en dehors d'une étude, est préjudiciable, nocif. Réfléchir pendant une étude ok, mais en dehors c'est nocif.

Car les Mois intellectuels ne seront jamais assez satisfait, ils veulent toujours plus, pour se renforcer et exister.

Lorsque nous observons un arbre, simplement, et que nous nous surprenons à théoriser sur l'arbre, ou voir apparaître des pensées plus ou moins liés à cette arbre, il va être urgent d'observer toutes pensées.

Avec un regard détaché de ces pensées, nous allons assez rapidement constater (si nous ne nous identifions pas aux pensées, si nous ne nous justifions pas) que ces pensées sont générées par un Moi, ou plusieurs.

Si on le questionne intellectuellement (c'est une technique possible) du genre : Pourquoi penses-tu à cela?

On peut se laisser répondre sans entrave (c'est en réalité le Moi qui répond), et nous aurions des réponses du genre :

"Je veux savoir pourquoi cet arbre à des feuilles vertes"
"Cet arbre guérit telle maladie, avec ces feuilles, je peux faire des remèdes et les vendre !"
"Cet arbre m'inspire pas de bonnes choses, je le ressens négatif"

Etc...

1ère phrase : On y voit de l'Envie. Envie de savoir.
Cette envie peut venir de l'amour-propre qui veut savoir plus que les autres etc etc...

2ème phrase : On pourrait penser à du don de soi, mais la réalité est que cette pensée est née par un Moi potentiellement Cupide, Avare. Il faut le questionner et l'observer attentivement, voir ses justifications, ses parades, ses motivations profondes.

3ème phrase : On peut constater avec une observation du centre instinctif et émotionnelle qu'un Moi de Peur et autres défaut du genre se manifestent.

C'est simple.

Il suffit de regarder toutes ses pensées arriver, sans en tolérer aucune. Tout doit être observé attentivement.

On observe un raisonnement, on le questionne, l'étudie avec l'auto-observation consciente détachée, puis on passe au suivant.

A force, une compréhension se fait, une prise de conscience advient.

On peut alors prier l'élimination du Moi qui pense.

On gagne alors en niveau de présence consciente. C'est absolument merveilleux.

Le raisonnement est vraiment une prison froide lorsqu'il n'est pas utilisé pour comprendre des choses utiles et nécessaires à son développement.


Bien, maintenant que l'on à une vision correcte de ce qu'est l'ego, il faut comprendre qu'a l'intérieur de chaque Moi vit une parcelle de Conscience qui est comme "embouteillée" dans le Moi.

Cette parcelle de Conscience est un fragment d'âme.

Lorsque nous découvrons, comprenons et éliminons un Moi, le fragment d'Essence, de Conscience, d'Âme se libère et fusionne avec le reste de Conscience déjà libre.

Le pourcentage de Conscience libre, éveillée, augmente ainsi.

Chaque Moi possède son propre Mental.

Nous n'avons donc pas un Mental individuel. Pas encore.

Chaque Moi pense selon ce qu'il est.

C'est donc un élément de plus pour comprendre que raisonner est toujours lié à un Moi. On doit bien étudier, d'accord. Mais en dehors de ces moments d'études (bien sélectionnés), il faut savoir être présent simplement.

Croire que l'on avance est encore une idée propre aux Mois.

Un Moi comprend intellectuellement une chose, il se sens avancer.

En réalité on à fait que nourrir un Moi. Point.

Chercher à comprendre avec l'intellect, sans pratiquer par la suite l'auto-observation et la méditation, est vraiment inutile. Si ce n'est pour renforcer l'Ego.

"Ca y est! J'ai compris !" = Moi, le Moi de convoitise intellectuelle, d'Envie, d'Amour-propre (peut-être), j'ai eu ce que je voulais! Je me suis nourri et j'existe un peu plus !"

Quand on étudie, on étudie, on lis, on réfléchis, et on s'arrête là. On a une information utile pour travailler consciemment.

Il faut choisir uniquement des éléments qui nous paraissent utiles pour pratiquer correctement.


Je reviens maintenant sur ta conception de la famille au sein des Egos.
"On peut donc envisager, que lorsqu'un être né il endosse toute l'histoire de sa famille, de son peuple, de son pays, de son monde, de son cosmos..."

"Je suppose donc que le karma de famille possède tous les ego, et que les ego ne sont pas attachés à l'âme. Ainsi donc si mon père tue un ego il pourra me montrer comment le faire certes, mais surtout l'ego ne se représentera plus dans la famille, jusqu'à la prochaine faute. Je simplifie un peu."
Prenons au cas d'un individu :

Dans la majorité des cas, l'animal intellectuel possède tout les défauts possibles, les sept pêchés capitaux et tout leurs dérivés.

Cet individu, multiple psychologiquement parlant, va vivre avec sa famille, faire des erreurs, renforcer ses ego par manque de travaux conscients et volontaire pour se purifier. Il va avoir une descendance, éduquer ces enfants selon ce qu'il connait, avec ses différents Mois.

Naturellement, les enfants, qui possèdent eux aussi tout les défauts à peu de choses près, vont accepter l'éducation qu'ils reçoivent comme correctes. Et comme ce sont des enfants, ils ne vont pas nécessairement chercher à remettre en question l'éducation du parent.

Selon l'environnement extérieure, la situation financière, position sociale etc, ces individus vont naturellement avoir une manière de penser et d'être, particulière. Ils vont sensiblement tous agir dans la même mouvance. A moins qu'ils s'observent et changent intérieurement, où qu'il n'ont pas tout à fait la même constitution psychique.

Tout ceci dépend du monde psychologique de chacun.

Certains vont être plutôt de type colérique et vont donc avoir des actions un peu différentes de celui de type anxieux par exemple.

Tout ceci dépend de l'environnement que la personne à eu, l'éducation, et ses propres Mois, selon leurs niveaux de développement.

Donc le Karma de famille se propage avant tout parce qu'un père va éduquer son enfant selon ce qu'il a vécu. C'est ainsi que l'enfant apprend des choses propres aux expériences passées non comprise par le père.

Et comme il possède les mêmes Mois, à peu de chose près, il va suivre le même comportement. C'est en général comme cela que cela se passe.

Mais encore une fois, cela dépend du monde psychologique de l'enfant, et de son travail conscient.

Exemple concret :
La famille Bonaparte. Louis-Napoléon, descendant de Napoléon 3 dû prendre la relève.

Dans sa jeunesse, il eu l'occasion de partir à l'armée militaire au Royaume-Uni, loin de ces obligations de successeur.

Il est très heureux de pouvoir commander un chocolat chaud dans un café, être bousculé par la foule, être un individu normal et inconnu.

A l'armée, il aime la compétition et fait preuve de grandes qualités. Il est reconnu par ses efforts et non grâce à ses titres.

Lorsque son Père Napoléon 3 décède, il est sous le choc et se doit de porter désormais le poids de sa famille sur les épaules.

Il se conforme alors aux coutumes de sa famille, du régime en place, du pays et de la manière de faire de ses aïeux.

Il veut alors avoir une image de digne successeur malgré son jeune âge.

Il se dit alors que rien de mieux qu'une guerre peut dorer son image d'empereur. Aller au combat et faire preuve de courage, de loyauté et bravoure.

Il cherche à faire une guerre, mais personne n'accepte.

Il remarque alors que les anglais sont en difficultés contre les Zoulous. Il se font décimer.

Il suggère alors d'envoyer une armée les aider et y aller également pour prouver ses capacités et être aduler par le peuple.

Les gradés refusent de l'envoyer au champ de bataille. Avec l'appui de sa mère, il finit par y être accepté, mais en retrait, protégé.

Malheureusement pour lui, avec un groupe de plusieurs individus, il se retrouve attaqué par surprise par des Zoulous. Devant leur nombre, ses camarades s’enfuient à cheval.

Louis veut battre en retraite également mais la scelle de sa monture craque et il ne peut remonter sur son cheval.

Il fut tuer par une trentaine de coup de lance de face.

Les Zoulous ont dit de lui qu'il était mort comme un Lion.

Quoi conclure de cette histoire ?

A plusieurs occasions de son existence, il aurait put observer son Ego et décider d'agir autrement que sa famille. Il aurait pus découvrir sa Convoitise, son amour-propre, son avarice etc etc...

Mais comme nous tous, il suivi aveuglément les conditions de vie de sa famille et de son environnement, l'éducation et tant de désir de son Ego.

Il ne su pas observer d'où venait ces motivations.

Il fut un automate de plus, inconscient.

Prêt à continuer la guerre pour sa propre gloire.

L'ego fait toutes les pires horreurs pour continuer à vivre.

A un niveau plus habituel, c'est moins excessif, mais cela reste la même chose.

On ne va pas nécessairement vouloir faire une guerre, mais on voudra être meilleur que notre prochain, assoir notre supériorité sur n'importe quel domaine etc etc...

Le problème, c'est que si nous avions été dans son cas, est-ce que nos Mois n'auraient pas agit sensiblement de la même manière ?


Nous agissons toujours par rapport à notre Ego. Mais il est vrai que l'environnement extérieur, familiale, pays, corps physiques et n'importe quoi d'autre va influer plus ou moins nos différents Mois. Va conditionner notre manière d'être.

Il y autre chose d'utile à savoir, c'est qu'en général (ce n'est pas systématique) l'individu renait dans la descendance de sa propre famille.

Samael Aun Weor l'explique dans le Mystère de la fleuraison d'Or.

C'est-à-dire que l'arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand père peut être toi.

Le temps que l'on passe avant de revenir dépend de pas mal de choses. C'est en général plusieurs générations. Mais cela dépend.


Autre chose à rectifier :

Quand nous mourrons, le corps physique se décompose, la personnalité reste par ici sur terre quelques temps, puis se dissous également.

L'âme, elle, va dans le plan astral pour un repos plus ou moins long et dans une sphère plus ou moins basse ou élevée selon nos actions.

Après un certain temps, l'âme retourne sur terre dans un nouveau corps physique, souvent dans la descendance de sa propre famille (c'est assez fréquent) avec une destinée adaptée à ses dettes karmiques et ses bonnes actions passées.

La nuance importante, c'est que lorsque nous mourrons, ce n'est pas une âme qui s'en va se reposer en astral quelques temps, mais des milliers de fragments enfermés dans les Mois.

Et cette multitude de Moi qui emprisonnent des fragments de notre âme reviennent sur terre pour continuer.
D'où l'importance d'éliminer l'ego pour redevenir Un.

C'est plus juste de parler ainsi que de parler d'une âme qui se repose et revient. Car ce n'est pas tout à fait ainsi.

Tout comme il n'est pas très juste de dire que nous sommes une âme incarnée qui doit s'auto-réaliser. Ce n'est pas faux, mais c'est incomplet.

Note :
La Luxure est le défaut de fornication. Ce n'est pas le goût du Luxe.


Voilà Antoine.
Modifié en dernier par Paul le 18 février 2020, 17:01, modifié 5 fois.

Hors ligne tmecap
#45
Messages : 266
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

ok merci Paul, je ne voyais pas la conception des choses ainsi.

Excuses-moi, je ne peux pas mener toutes ces notions de front sans me perdre, donc je vais abandonner tout ce qui se passe après la mort, plus par commodité, et pour éviter de trop dévier dans mes fantasmes.

Il y a certain points sur lesquelles j'aimerai revenir.

On part donc pour base, qu'à la mort tous les ego que nous formons se détachent de nous, mais qu'en est-il de la partie de travail effectué?

Je sais que mes idées sont fausses, car elles m'obligent à utiliser le mental pour essayer de les comprendre. Par définition je me demande donc pourquoi tout ceci est en place.

La meilleure solution serait sur la base de la conscience. Je ne comprends pas comment quelqu'un qui voit la vérité peut se tromper.

La seule solution serait qu'un ego lui fausse sa vision. Mais si on part du principe qu'il a réussit à dissoudre tous ses ego, ça veut dire que c'est l'évolution, non pas dans le sens vital, mais dans le sens transformation, ou mouvement, qui pousse à l'erreur.

Donc si on accepte l'erreur, il faut ou accepter que le travail de dissolution de l'ego n'est pas fini, ou que le changement donne pour vrai ce qui est faux le lendemain.
C'est comme avoir un trousseau de clef qui ouvre la même porte, suivant celle qu'on met : le verrou tourne ou pas, mais si on met la bonne clef au bon moment la porte s'ouvre, sinon il faut attendre.

L'erreur peut être comprise pour l'étudiant qui avance et comprend peu ou de travers.
Sur une action d'un grand maitre, la question est autre. Auquel cas il faut ajouter la notion de regard : quand le grand maitre se concentre sur un fait, et qu'il a toutes les données il peut trouver la bonne solution, hélas s'il y a une erreur au milieu de sa collecte, alors le drame peut se passer, et l'erreur survient. Donc le problème ne vient plus sur l'action, mais la collecte de donnée, et nous revoilà à la case de départ avec l'ego...

Pourquoi l'ego nait-il? A quoi bon son état?

Je me réfère à la colère : quand j'étais petit souvent il m'arrivait à faire des colères, mon frère était très fort pour à chaque fois me faire griller un fusible, et ma mère me donnant des conseils pour ne plus succomber. Un jour j'ai maitrisé cet état. Ca ne veut pas dire que je ne mets plus en colère, ça veut juste dire que quand la colère monte, j'ai une information qui m'arrive. Là je suis énervé!, aucune transformation ne se fait ressentir sur mon corps, aucune envie ne sort de cette colère, je suis juste énervé, et alors je me dis, est ce qu'il faut que je l'exprime, ça permettra d'arriver à ce que je veux ? ou plutôt, faut il que je garde mon sang froid?
Au contraire, lorsque les enfants sont venus me déranger alors que j'étais en train… je dirai bien de méditer, mais ce ne serai pas vrai. :mrgreen: , ils n’arrivent pas à me sortir de la méditation^^
Donc alors que j'étais en train d'écrire un texte pour essayer de comprendre une action et qu'il me fallait une profonde concentration, avec un remplissage énergétique assez important dans la pièce pour garder le cap sans dévier… Désolé de voir mes enfants ne pas s'entendre sur un chaine de télé, alors que je leur avait donné la permission de regarder la télé... J'ai fait semblant d'être énervé, jusqu'à crier comme un fou dans le salon, et sauter à pied joint sur la télécommande... Dans un grand fracas de larmes, ils ont pu enfin trouver un terrain d'entente, et en partant j'ai fait un grand sourire à ma grande qui arrivait dans la pièce car elle m'avait entendu crier bien fort. Et je suis parti sereinement continuer mon texte. :hi:

Est ce que c'est cette notion là qui peut signifier tuer un ego?

Pour en revenir à la vie de Napoléon,
Paul a écrit :
18 février 2020, 16:32
Exemple concret :
La famille Bonaparte. Louis-Napoléon, descendant de Napoléon 3 dû prendre la relève.
Dans sa jeunesse, armée militaire au Royaume-Uni.
Il est très heureux inconnu.

A l'armée, il aime la compétition. Il est reconnu par ses efforts.
Lorsque son Père Napoléon 3 décède, il est sous le choc et se doit de porter désormais le poids
de ses aïeux.

Il veut alors avoir une image de digne successeur.
Il cherche à faire une guerre.

Les gradés refusent de l'envoyer au champ de bataille. Avec l'appui de sa mère, il finit par y être accepté.

Malheureusement pour lui, avec un groupe de plusieurs individus, il se retrouve attaqué par surprise par des Zoulous. ses camarades s’enfuient à cheval.
Louis veut battre en retraite également mais la scelle de sa monture craque.
Les Zoulous ont dit de lui qu'il était mort comme un Lion.

Quoi conclure de cette histoire ?

A plusieurs occasions de son existence, il aurait pu observer son Ego et décider d'agir autrement que sa famille. Il aurait pu découvrir sa Convoitise, son amour-propre, son avarice etc etc...

il suivi aveuglément les conditions de vie de sa famille et de son environnement, l'éducation et tant de désir de son Ego.

Il ne su pas observer d'où venait ces motivations.

Il fut un automate de plus, inconscient.

Prêt à continuer la guerre pour sa propre gloire.

L'ego fait toutes les pires horreurs pour continuer à vivre.

Le problème, c'est que si nous avions été dans son cas, est-ce que nos Mois n'auraient pas agi sensiblement de la même manière ?


Nous agissons toujours par rapport à notre Ego. Mais il est vrai que l'environnement extérieur, familiale, pays, corps physiques et n'importe quoi d'autre va influer plus ou moins nos différents Mois. Va conditionner notre manière d'être.
J’ai supprimé le maximum pour me fixer sur ce qui m’intéresse.

Dans l’histoire à proprement parlé, je vois bien la notion de karma, avec le travail qu’il doit faire, la fuite au début pour trouver un monde de bonheur, puis la guerre qu’il doit transformer en paix pour expier le pécher de ses aïeux, et qu’il transforme en désir d’assouvir. Son but ultime est de faire la guerre, alors que karma lui a montré le bonheur de vivre, alors son entêtement lui provoque son accident de scelle, et de ce fait sa mort. Il n’a pas suivi le chemin qu’il devait et la dette familiale dépassait de trop la tolérance pour une nouvelle mise en garde.

On voit bien les barrières mises en place et le désespoir des gens à montrer la route à suivre… Je suppose que sur son chemin il a dû avoir de nombreux avertissements, qu’il c’est empressé de tuer. Et son ego démesuré, l’a poussé à sa fin désespérée.

« Quoi conclure de cette histoire ? »

Rester humble et toujours apprendre surtout du plus petit que soi.

Pour la suite je te trouve beaucoup trop indulgent avec lui, et tu lui déroules le tapis rouge. C’est impossible qu’il fut aveugle vu son rang, c’est juste son choix. Karma ne s’abat pas de cette façon sur un innocent. Il a très bien su ce que c’était qu’être un inconnu, il a très bien su dérouter les conditions familiales, la seule chose c’est qu’il a préféré suivre le voie de l’ego plutôt que celle de l’amour.

Un prêtre sera puni beaucoup plus sévèrement pour un même crime, qu’un manant.

Dans son cas, on aurait certainement eu les même tentations, mais on ne né pas tous avec la même avidité. A un moment donné on te donne le « choix », et pour tout le monde c’est pareil, on te fait vivre la gloire de Dieu et on te fait vivre le plaisir. A toi de choisir. Si tu vis un drame c’est que tu peux l’encaisser, si tu vis un drame c’est que tu l’as demandé. J’ai demandé de suivre le sentier, j’ai dit que je me fichais des douleurs qui pouvaient être engendrées. Est-ce que c’est la chose à faire ? Je ne suis pas assez doué pour sentir la chose si elle n’est pas encrée assez profondément.^^

Je ne reçois que ce que je demande. Mais si moi j’ai fait cette demande en pleine conscience, beaucoup le font de façon inconsciente, mais qui fait alors cette demande ? Et alors qu’est ce que le choix ?

De ce fait, si on n’a pas le choix, et que le chemin est tracé, pourquoi si peu y font face^^.
Paul a écrit :
18 février 2020, 16:32
Nous agissons toujours par rapport à notre Ego. Mais il est vrai que l'environnement extérieur, familiale, pays, corps physiques et n'importe quoi d'autre va influer plus ou moins nos différents Mois. Va conditionner notre manière d'être.
Je ne vois pas la vie de cette façon, l’ego est là pour nous aider au travail, et pousser notre être à se forger. Si le sculpteur utilise un ciseau pour travailler notre intime lui utilise l’ego.

Pourquoi avoir besoin de le comprendre pour le tuer ?

Les ego sont certes puissant, mais ils ne font que nous séduire, nous avons toujours le choix d’aller sur le sentier, ou pas. Je trouve trop facile de mettre tout sur le coût de l’ego, le seul but de l’ego c’est de « raser gratis avec nos impôts », si on perd l’espoir, on ne peut s’en prendre qu’à soi.
Les ego sont une multitude d’outils qui travaillent à forger le cristal. Et une fois que l’ego ne peut plus faire effet sur le cristal alors il doit être jeté, car il ne sert plus à rien. Gardé tous les outils équivaudrai à avoir un atelier inutilisable dans lequel les poubelles remplieraient tout l’espace.


Cette dernière notion en gras, ouvre aussi le sentier sur un autre phénomène, celui du « bâillement », pourquoi quand une personne baille ça te donne envie de bailler ? Cela reste un autre sujet, et je pense qu’il est un peu tard pour l’attaquer.


Pour en revenir au début de ton post, même si on discute sur la probable utilité de l’ego, on n’explique pas d’où il vient. Tu nous dis qu’il vient du passé.

(Une question me vient, jusqu’à où peut on travailler les corps ? Je peux travailler mon corps physique, en faisant du sport, le corps étherique je ne sais pas, je peux travailler mon corps astral en écrivant mes rêves, je peux travailler mon corps mental en raisonnant, je peux donc travailler mon corps de manas en méditant. Chaque corps a ses spécificités, et l’interaction fait que la conscience se modifie, mais qu’est ce que la conscience à part cette étincelle qui fait que je suis le moment présent, donc la pensée se modifie.)

Il faut prendre de temps en temps un peu de temps pour regarder l’éclair idéal.

Revenons à nos moutons, sur l’origine de l’ego. Tu dis qu’il est du passé, et donc provient d’une erreur. L’erreur ne peut pas venir de Dieu, donc elle vient du moyen de perception. Et donc des sens. Mais dans l’erreur il y a nécessairement la notion de grossièreté, donc de matière.
Pourquoi tout ceci ?

J’ai l’impression que c’est le résultat de la mise en place de la structure. Cet élément clé qui fait que nous pouvons sortir dehors.

Nous sommes faibles et sans défenses, et dans une grotte. Hélas on a faim et devons sortir pour chercher à manger.

Dans ce processus deux phénomènes entrent directement en jeu, celui de la compétition et donc l’envie, et celui d’assouvir sa faim.
D’où vient ce besoin ? Il vient du besoin de vivre, car nous vivons que parce que nous sommes utiles. Et de ce fait pour faire notre part du marché, on doit se bouger.

Je sorts de notre notion habituelle égocentré, et je me place sur un autre plan. La vie est là parce que je dois remplir un contrat. Et comme l’ego agit sur moi, j’agis moi aussi sur la planète. Et comme l’ego est sur moi, je suis sur la planète à ne regarder que mon nombril à devenir surhomme. Et mon but est la guerre avec mes frère, rigoler quand l’un tombe, rassembler la maximum d’ego, détruire la maximum d’ego, qu’importe mon but est d’exister et le montrer à mon Dieu, à mon nombril, à ma planète. Regarde ce que je fais pour tios.

Lol je vais finir sur cette rébellion, je n’ai pas plus de solution, je ne peux guerre aller plus loin pour l’instant. :oops:

Merci bonne soirée.

Répondre

Retourner vers « Questions-réponses multi-sujets »