Quand Samael Ment face au Mauvais Maître de Maison

Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6794
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Quand Samael Ment face au Mauvais Maître de Maison

Message le

En tout cas, pour entrer dans ces Études Ésotériques Gnostiques, il est nécessaire d'être parvenu au niveau du Bon Maître de Maison. Un type lunatique, par exemple, capricieux, difficile, n'est pas précisément un élément qui peut servir pour ces études dans lesquelles nous sommes. Un individu qui ne remplit pas ses devoirs dans son foyer, qui est un mauvais père, une mauvaise épouse ou un mauvais époux, qui traite mal son conjoint, que ce dernier soit un homme ou une femme, ou qui abandonne son foyer pour telle ou telle raison, n'est sûrement pas un Bon Maître de Maison.

Bien sûr que dans ce que je suis en train de dire, il y a certaines exceptions très justifiées ; mais je parle en général, parce qu'il ne lui servirait à rien d'être un Bon Maître de Maison si sa femme, alors, est infidèle ou « qu'elle lui fait porter de belles cornes » comme on dit vulgairement, n'est-ce pas ?...

Quelqu'un d'ici nous a raconté une plaisanterie très sympathique qui disait : « Le mariage n'est pas la Corne d'Abondance, mais bien l'Abondance de Cornes ».

Dans tout cela, même si ça a l'air d'une plaisanterie, il y a beaucoup de vrai. Ça ne servirait donc à rien que l'homme soit très fidèle, si sa femme lui fait porter des cornes ou vice versa également. En tout cas, il est nécessaire d'être un Bon Maître de Maison, une personne décente, équilibrée avant de pouvoir entrer sur le Sentier de la Gnose...

J'ai connu un individu, peu importe lequel, qui s'était pleinement consacré à ce type d'Études Ésotériques ; il pratiquait quotidiennement la Méditation ; c'était un végétarien insupportable ; de temps en temps, il mangeait un petit morceau de viande, comme une chose bizarre ; il voulait « parvenir au Père » et le manifestait de cette manière ; quand il a connu le Grand Arcane, parce que nous avons divulgué cet enseignement, il s'est beaucoup intéressé au Tantrisme et si, au début, il a bien pratiqué, travaillé donc avec son épouse-prêtresse dans la « Neuvième Sphère », après il travaillait avec toutes les femmes qu'il croisait sur son chemin...

Comme je ne cite ni nom, ni prénom, il est évident que je ne fais de médisance contre personne ; je mentionne « les signes », et non « le saint » (ce n'est pas important).

Ce que je veux continuer à vous dire, par contre, c'est que cet homme bon, d'un fanatisme, si l'on peut dire, étrange (il était végétarien), savait, n'ignorait pas qu'il devait dissoudre les différents éléments inhumains qui constituent l'Ego, mais, il maltraitait son épouse et ses enfants ; ceux-ci souffraient l'indicible...

Donc, cet homme bon était millionnaire, immensément riche, mais malheureusement, dans son foyer régnait une certaine misère ; la malheureuse femme n'avait pas le moindre sou sonnant et trébuchant, ni de quoi se vêtir, mais lui avait « le désir de parvenir au Père »...

Il pratiquait, par contre, le « Sahaja Maïthuna » avec quantité de femmes qu'il rencontrait, car il était très beau, mais il voulait « parvenir au Père » ; il défendait l'Amour comme étant la base de tout ce qui est, a été et sera, mais il fouettait ses enfants horriblement...

Un jour, j'ai acheté deux petits oiseaux à un marchand d'oiseaux qui passait par là ; il me les proposait et je les ai achetés ; je ne les ai pas achetés dans l'intention de les maintenir enfermés toute leur vie dans une cage, non ; je les ai achetés dans l'intention de leur apprendre à voler, car ils avaient perdu cette capacité, et, après le leur avoir appris, de leur rendre la liberté.

Pendant quelques jours, je les sortis de la cage et là, dans l'appartement où je vivais, ils volaient délicieusement ; je me sentais très heureux en voyant ces petits oiseaux, je n'attendais que le moment où ils auraient de la pratique pour pouvoir ouvrir les fenêtres et qu'ils s'en aillent, car leur façon de voler était encore très maladroite.

Un jour parmi tant d'autres, cet homme bon, apitoyé par ces oiseaux, vint vers moi en disant :

- « Je viens te demander d'avoir de la compassion pour ces créatures que tu as enfermées dans cette cage ; elles sont prisonnières sans avoir commis aucun délit ; je te demande de les remettre en liberté »... Je répondis :

- « Je les ai achetées pour ça, pour les remettre en liberté ; je les ai achetées à un marchand d'oiseaux... Maintenant, je te demande : pourquoi ne fais-tu pas la même chose, alors que par ici, il passe tant de gens qui vendent des oiseaux ? »...

L'homme garda le silence ; je ne vis jamais réellement qu'il ait plaidé pour ces oiseaux. Il était immensément riche et ici, réellement, les marchands d'oiseaux ne manquaient jamais ; il était facile d'acheter une cage et de remettre les oiseaux en liberté ; mais lui ne remarquait que mon « erreur »...

Bon, enfin, un jour quelconque, peu importe lequel, les oiseaux étaient prêts ; j'ai ouvert la fenêtre pour qu'ils s'en aillent ; ils sont partis naturellement et ne sont jamais revenus ; je les avais entraînés à voler et ils ont pu partir heureux.

Quel soulagement ! Apparemment, mon ami se sentit très soulagé que ces oiseaux aient été mis en liberté, mais je ne l'ai jamais vu faire la même chose ; il y a tellement de marchands d'oiseaux dans les rues du District Fédéral, il y en a tellement qui passaient par cette maison-là, mais je ne l'ai jamais vu acheter un de ces oiseaux ; cependant, il « aspirait à parvenir au Père » ; il accomplissait de nombreux exercices ésotériques, etc.

Eh bien, un jour mourut le père de son épouse, c'est-à-dire son beau-père ; bien sûr, il laissait à son épouse une modeste fortune. Il exigea immédiatement de sa femme qu'elle lui remette tout ce qu'elle avait reçu en héritage, qu'on le remette à lui ; il fit valoir qu'il était son mari et que c'était lui qui devait avoir ce capital en son pouvoir : quelques belles terres, un très beau ranch, etc.

Naturellement, la pauvre femme réagit un peu ; elle pensa : « Si cet homme est un ogre, quel espoir peut-on avoir avec lui ? Et s'il m'enlève ce que mon père m'a hissé, que vais-je faire le jour où il me mettra dehors à coups de pied ? » Et, en définitive, elle résolut à lui offrir seulement une modeste somme d'environ cinquante mille ou cent mille pesos, rien de plus, pour qu'il soit content. Bien sûr qu'à cette époque, cinquante mille ou cent mille pesos, c'était quelque chose d'énorme.

Vous souvenez-vous qu'il y a quelques années, il y avait un dicton qui disait : « Il n'y a pas de général, qui puisse résister à un coup de canon de cinquante mille pesos » ? C'était vrai, n'est-ce pas ?

Eh bien, l'homme est devenu furieux contre la malheureuse femme et, bien sûr, il exigea qu'elle accepte le divorce. Comme elle ne voulait pas divorcer, il lui dit alors : « Eh bien, si vous ne voulez pas divorcer, si vous n'acceptez pas le divorce, alors nous devrons aller devant... »...(bon, ces tribunaux où on débat sur les questions de litiges, je ne me souviens plus maintenant de leur nom)...

Ils divorcèrent. Il ne fait pas de doute que ses enfants durent passer par beaucoup de souffrances et, à la fin, la malheureuse femme s'en alla sur ses terres...

Qu'est-ce que vous croyez ? Mais, il avait une attitude très mystique, ineffable, il ne me parlait que de choses Divines, du Sentier qu'il voulait parcourir, de l'amour qu'il ressentait envers son Père qui est en Secret. Malheureusement, il y avait sa petite fille d'un côté, ses petits garçons de l'autre, et sa pauvre femme décontenancée parce qu'elle ne lui avait pas remis sa fortune... Mais lui était un « saint » ; il voulait continuer sur ce sentier très pur qui mène à L'Auto-réalisation Intime ; il pratiquait la méditation trois ou quatre heures par jour, la Magie Sexuelle, bien sûr, avec celle qui se présentait, mais, il continuait à être un « saint »...

Bon, j'ai mentionné ceci, mais je n'ai cité ni nom, ni prénom. C'est pourquoi je ne fais pas de médisance ; si je citais des noms et prénoms, je mettrais les « pieds dans le plat », mais je ne cite ni nom, ni prénom. Alors, je le répète, je fais ce récit pour montrer « les signes », et non « le saint »...

La crue réalité des faits, c'est que cet homme n'était pas un Bon Maître de Maison. Quand on n'est pas un Bon Maître de Maison, on n'est, bien sûr, pas prêt non plus à s'engager sur le Sentier en Lame de Rasoir.

Ces jours-ci, je l'ai rencontré par là ; il m'a posé des questions sur l'Ésotérisme, sur la Gnose, sur l'Occultisme et sur toutes ces choses... Je lui ai dit : « Allons donc, maintenant ça je l'ai oublié, je ne suis plus d'accord avec ces choses ; les conférences que je donnais, c'était autrefois, à une autre époque ; je ne suis plus d'accord ; maintenant je me consacre à la politique »...

Conclusion : je l'ai donc simplement « court-circuité », comme on dit, crûment, n'est-ce pas ? J'étais persuadé que ce n'était pas un Bon Maître de Maison et que, par conséquent, il ne servirait jamais pour ces Études Ésotériques...

Si j'ai fait ce récit, c'est dans le but que vous compreniez que le fondement de ces études commence lorsqu'on atteint le niveau de Bon Maître de Maison : un bon époux, un bon père, un bon frère, un bon ami ; l'homme qui veille sur son foyer, la femme qui veille sur le sien, et alors, si la femme n'est pas mariée, eh bien ce sera une fille bien, une gentille sœur, une femme au foyer...

Et si c'est un homme et qu'il n'est pas marié, il sera pour le moins un brave homme qui veille sur les siens ou sur les membres de sa famille et, s'il n'en a pas, alors il remplira ses devoirs, ceux qui existent envers toute l'humanité en général.

Mais, en général, si on n'a pas atteint le niveau de Bon Maître de Maison, on ne sert pas pour ces études ; il faut être une personne décente, qui ne soit pas « lunatique », une personne équilibrée, etc.

https://forum.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... t=4060
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#2
Avatar du membre
Messages : 6794
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Quand Samael Ment face au Mauvais Maître de Maison

Message le

Plutôt que lui mentir en feignant un désintérêt pour ces études, Samael aurait pu lui dire : "ta conduite n'est pas bonne, il ne sert à rien pour toi de pratiquer la gnose, tu dois avant cela devenir un bon Maître de maison".

Mais je suppose qu'il estimait la cause perdue... Il valait mieux qu'il ne perde pas son temps...
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#3
Avatar du membre
Messages : 6794
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Quand Samael Ment face au Mauvais Maître de Maison

Message le

RD0106 La Condition

La crue réalité des faits vient nous démontrer que nombreux sont ceux qui n'ont pas compris la transcendance du travail ésotérique gnostique, et qu'une grande majorité ne sont pas de bons maîtres de maison.

Quand on n'est pas un bon maître de maison, il est clair que l'on n'est pas préparé pour entrer sur le sentier du fil du rasoir. Pour travailler dans la Révolution de la Dialectique, il faut être arrivé au niveau du bon maître de maison.

Un type fanatique, lunatique, capricieux, etc., ne sert à rien pour la Révolution Intégrale. Un sujet qui ne remplit pas les devoirs de son foyer ne peut pas obtenir le grand changement. Une personne qui est mauvais père, mauvaise épouse ou mauvais époux ou qui abandonne son foyer pour tel homme ou telle femme, ne pourra jamais arriver à la transformation radicale.

La pierre angulaire de la Psychologie Révolutionnaire est dans la condition suivante : avoir un équilibre parfait dans son foyer, en étant déjà un bon époux, un bon père, un bon frère et un bon fils. L'accomplissement parfait des devoirs qui existent envers l'humanité souffrante. Se convertir en une personne décente.

Celui qui ne remplit pas ces conditions ne pourra jamais avancer de façon pratique dans ces études révolutionnaires.

extrait de http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/RD01.html
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#4
Avatar du membre
Messages : 6794
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Quand Samael Ment face au Mauvais Maître de Maison

Message le

Une fois, le Maître Morya me disait : « S'unir avec l'Intime est quelque chose de très difficile ; de deux personnes qui essayent de s'unir avec l'Intime, une seule y parvient... ». Parce que, comme a dit le poète :

« Dans les rythmes de la poésie, se cache aussi le délit »... Nombreux sont ceux qui se justifient de ne pas faire d'oeuvres de Charité ; nombreuses sont les échappatoires...

J'ai connu quelqu'un qui, après un accès de colère, s'est exclamé : « Non, je n'ai pas de colère ; ce que j'ai ressenti, ce n'était pas de la colère, j'étais trop nerveux, offusqué, mais ce n'était pas de la colère ! »...

Il y en a d'autres qui ne voient aucun inconvénient à dire : « Moi, je remplis mes devoirs : je vis pour ma maison, pour mon foyer, pour mes enfants, etc. » et ensuite, ils font le contraire ; pour tel ou tel motif, ils tonnent et s'enflamment ; ils refusent de donner du pain à leurs enfants et à leur femme...

Nous avons connu le cas d'un individu que nous ne nommerons pas ; il disait qu'il voulait parvenir au Père. Il pratiquait divers exercices ésotériques ; il était terriblement mystique, toutefois, il tonnait et s'enflammait dans sa maison, c'était un ogre ; mais lui se considérait comme vertueux, saint. Mais un jour, la pauvre femme a perdu son père terrestre. Ce dernier lui avait légué un héritage : une propriété très belle dans un endroit du Mexique.

Et lorsque « l'ogre » a été au courant de cet héritage, il a ordonné à la femme de lui remettre entièrement tous ses biens ; la malheureuse femme lui a offert une certaine quantité d'argent, mais il a protesté, furieux, en disant : « Tout ou rien ! » Comme la femme craignait de se retrouver, plus tard, abandonnée par « l'ogre », elle résolut de ne rien lui remettre (et bien lui en prit). Fâché, « l'ogre » demanda le divorce.

La pauvre ne voulait en aucune façon un tel divorce, parce qu'elle aimait ses enfants et ne souhaitait absolument pas que ceux-ci restent sans père ; mais « l'ogre », irrité, n'a pas accepté le marché et la malheureuse s'est vue obligée de signer une lettre de divorce.

Quand je suis allé rendre visite à « l'ogre », je l'ai trouvé plongé dans une prière mystique ; il me dit qu'il voulait arriver à son Père, qu'il voulait s'auto-réaliser... C'était un végétarien insupportable (à cent pour cent) ; il se considérait comme un saint ; il s'en lavait les mains ; il se croyait parfait...

Il n'est pas superflu de conclure cette narration en disant que j'ai dû interrompre cette amitié. Je vis qu'il s'avérait inutile d'essayer de le ramener sur le Droit Chemin.

Il est clair que pour pouvoir fouler le Sentier qui doit nous conduire à la Transformation Intime de l'Être on a besoin, avant tout, d'être un BON MAÎTRE de MAISON, d'accomplir ses devoirs envers son épouse, envers ses enfants, envers les siens.

Si on n'est pas un bon maître de maison, on ne peut absolument pas vraiment se dédier au Travail Ésotérique Superlatif de l'Être.

J'en ai connu beaucoup qui souhaitaient fouler le Sentier et qui croyaient qu'ils allaient très bien, mais, leur vie domestique, indiscutablement, s'avérait désastreuse, désordonnée. Il est clair que les gens de ce type échouent.

Le Travail Ésotérique sur soi-même requiert, avant tout (comme je l'ai déjà dit), d'être un bon maître de maison. Deuxièmement, d'être une PERSONNE DÉCENTE, CULTIVÉE, pas un lunatique, pas un « plaisantin ». Il faut qu'il y ait en soi, qu'existe en soi un véritable équilibre social et économique. C'est seulement ainsi qu'on est vraiment prêt à travailler sur soi-même.

Mais, le délit aime se déguiser avec beaucoup de vêtements. Il y a de mauvais fils dans le monde qui travaillent sur eux-mêmes, en voulant arriver à l'Auto-réalisation de l'Être ; il y a de mauvaises épouses qui travaillent sur elles-mêmes et qui veulent la Libération ; il y a de mauvais maris qui se croient parfaits, mais qui sont monstrueux, et, toutefois, ils travaillent sur eux-mêmes, ils se proposent d'arriver à la Libération et aspirent... Tous les gens de ce type échouent ! Il ne sert à rien de nous déguiser parce qu'un échec est un échec.

Par conséquent, il vaut bien la peine de réfléchir un peu à toutes ces questions : si quelqu'un est un bon maître de maison, un bon fils, un bon frère, un bon père, une bonne mère, un bon citoyen, si c'est une personne décente, si c'est une personne qui n'est pas lunatique, qui n'est pas un « plaisantin », elle est donc prête pour le Travail Intérieur sur elle-même... Voilà, donc, ma réponse.

Passage extrait de https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ogique.php
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne ayatrahma
#5
Messages : 21
Enregistré le : 19 août 2010

Re: Quand Samael Ment face au Mauvais Maître de Maison

Message le

C'était un végétarien insupportable (à cent pour cent),,,c'est drôle .

Quelqu’un a dit: ( il existe beaucoup des démons a l’intérieure de ceux qui croient en Dieu )..

Répondre

Retourner vers « Embûches sur le chemin de l'autoréalisation de l'Être »