LA PRATIQUE

Vous cherchez à être guidé dans vos lectures des oeuvres, vous voulez obtenir des infos
Répondre
Hors ligne jerome
#1
Avatar du membre
Messages : 223
Enregistré le : 27 janvier 2019
Sexe :
Zodiaque :

LA PRATIQUE

Message le

Avec la pratique, l’expérimentation ou l’expérience de n’importe laquelle des œuvres que j’ai données à l’humanité, le pratiquant obtiendra, c’est évident, l’émancipation psychologique.

Il y a des gens qui disent des merveilles sur la réincarnation, l’Atlantide, l’Alchimie, l’Ego, le dédoublement astral et, devant le monde extérieur, ils sont experts en ces matières, mais ceci, c’est seulement être intellectuellement informé. Dans le fond, ces personnes ne savent rien et, à l’heure de la mort, il ne reste de ces exposants que des connaissances emmagasinées dans la mémoire, qui, dans l’au-delà, ne leur servent à rien parce qu’ils continuent d’avoir la conscience endormie.

Si on est uniquement encombré de théories, si on n’a rien réalisé de pratique, si on n’a pas pris conscience de ce que j’ai enseigné dans les livres, si nous laissons la connaissance dans la mémoire, on peut dire que nous avons perdu notre temps misérablement.

La mémoire est le principe formateur du Centre Intellectuel. Quand une personne aspire à quelque chose de plus, quand quelqu’un regarde à travers les limitations du subconscient, voit ce qu’il a déposé dans sa mémoire et analyse ou médite sur l’événement ou l’enseignement ultime d’un livre ésotérique, alors ces valeurs passent dans la phase émotionnelle du Centre Intellectuel. Quand on désire connaître la signification profonde de ces connaissances, et que la personne s’adonne pleinement à la méditation, alors, de telles connaissances passent évidemment au Centre Émotionnel proprement dit et arrivent à être senties dans le fond de l’âme.

Quand les connaissances, les valeurs connaissables de l’Essence, ont été expérimentées de façon limpide, alors, finalement, elles restent déposées dans la conscience et ne se perdent jamais.

L’Essence reste enrichie de celles-ci.

Maintenant, nous comprendrons quelle est la façon de rendre conscientes les connaissances gnostiques que j’ai données dans les livres que j’ai écrits auparavant et dans celui-ci également.

La méditation convient formidablement pour nous rendre conscients des connaissances gnostiques, mais ne commettons jamais l’erreur de laisser les connaissances exclusivement dans les théories ou la mémoire, parce que si nous procédions ainsi, jamais nous n’obtiendrions la domination du mental.

La Révolution de la Dialectique, chap.1 https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr ... /index.php
Hors ligne tmecap
#2
Messages : 321
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

La mémoire à deux axes, l un qui l’a créé et l autre qui la cherche.

Donc pour faire entrer dans la mémoire il faut transcender l événement au niveau du cœur alors elle traverse le temps et devient propre à l individu ou lisible par sa conscience plutôt.

Pour aller chercher cette mémoire il faut le faire par la méditation.

Si je pars du principe que même par hasard^^ j ai pu enregistrer des trucs. Et donc ma mémoire n est pas vide.
Je me focalise sur la machine de lecture qui est ici nommée méditation.

Comment je fais?
Hors ligne jerome
#3
Avatar du membre
Messages : 223
Enregistré le : 27 janvier 2019
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Samaël Aun Weor ne parle pas ici de lire nos mémoires au moyen de la méditation.


Il parle de rendre ses Enseignements actifs dans les faits, c'est-à-dire de ne pas simplement les enregistrer dans notre mémoire de façon intellectuelle, comme rangés dans une bibliothèque, où ils peuvent certes être très décoratifs mais inutiles pour notre évolution.


Il parle de ne pas le lire en diagonale comme un roman, mais de méditer sur chaque Enseignement afin de le conscientiser, de le rendre actif dans notre vie de tous les jours, vivant.


Par exemple, nous avons conscientisé que 1+1=2, nous le voyons. Nous pouvons utiliser cela dans d'autres circonstances, d'autres cadres, en saisir les applications dans tous les domaines. D'autre part, nous savons que E=mc2 mais c'est une connaissance intellectuelle, non conscientisée. On ne peut rien en faire. Les Maîtres peuvent s'ils le souhaitent palper une telle chose dans les faits, intuitivement, de façon consciente comme 1+1=2. Ainsi ce n'est plus une croyance mais une Connaissance vécue par expérience.


Telle est la véritable Gnose. En réalité, tout le reste est perte de temps.
Modifié en dernier par jerome le 8 décembre 2020, 16:09, modifié 1 fois.
Hors ligne tmecap
#4
Messages : 321
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

donc je n'ai pas à m'inquiéter sur le fait que ma mémoire est très vide, et mes souvenrs se limitent à quelques instants de ma vie.

et je cherche plus à me connecter à l'instant présent sans chercher à le mettre en mémoire?
Hors ligne jerome
#5
Avatar du membre
Messages : 223
Enregistré le : 27 janvier 2019
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Oui c'est ça, toujours ici et maintenant autant que possible. Pour certaines tâches de la vie courante, il peut s'avérer légitime de faire consciemment appel à notre mémoire. Le problème c'est surtout quand les mémoires s'invitent de façon mécanique et inconsciente, dans des enchaînements informes qui s'apparentent au rêve et à l'inconscience.
Hors ligne tmecap
#6
Messages : 321
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Est-ce que ces idées n engendrent pas un autre circuit beaucoup plus complexe dans le corps?

En fait ce serait comme si le corps est en mode sans échec et bridé car on ne sait pas comment utiliser le reste. Et donc nous sommes en mode minimum ou survie.
Hors ligne tmecap
#7
Messages : 321
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

réponse:

chapitre 9 page 242 fragment ouspensky
Hors ligne Paul
#8
Avatar du membre
Messages : 433
Enregistré le : 03 décembre 2016
Localisation : FRANCE
Sexe :
Zodiaque :

Message le

N'hésite pas à partager ce contenu, afin que l'on puisse l'étudier également.
Hors ligne tmecap
#9
Messages : 321
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

excuses moi c'est un peu long:

voici un résumé: page 267 désolé le dessin ne vient pas

« Dans les conditions d’existence normales, la production des
matières fines par l’usine arrive alors à un point mort, s’arrête, et la
troisième octave résonne comme “do” seulement. La substance de la
qualité la plus haute produite par l’usine est si 12 et, pour toutes ses
fonctions supérieures, l’usine ne peut employer que cette substance
supérieure.
« Il y a cependant une possibilité d’accroître le rendement, c’est-
à-dire de permettre à l’octave de l’air et à l’octave des impressions de
se développer plus avant. À cette fin, il est indispensable de créer une
sorte spéciale de “choc artificiel” au point même où la troisième
octave s’est arrêtée. Cela signifie que le “choc artificiel” doit être
appliqué à la note do 48.

après il explique l'utilité du rappel à soi, et de tous les exercices que nous donnent tranquillement à faire Samael avec tant d'amour et de désinteressement.

après si tu veux je peux te faire un résumé, mais comme je découvre je préfère prendre le texte tel quel.

L'auteur explique le fonctionnement de l'usine corps, et de sa digestion des éléments à partir de l'hydrogène et son passage d'une taille grossière à sa taille plus fine.

La machine usine est étudiée pour un fonctionnement minimum et se limite à ce fonctionnement s'il n'y a pas le travail volontaire de la personne pour aller plus loin.

voilà en gros ce qu'il dit.
Modifié en dernier par tmecap le 12 janvier 2021, 21:00, modifié 2 fois.
Hors ligne Paul
#10
Avatar du membre
Messages : 433
Enregistré le : 03 décembre 2016
Localisation : FRANCE
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Ok merci pour ce passage. C'est en effet ce que Samael enseigne également.
Hors ligne tmecap
#11
Messages : 321
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Je n’ai pas vu dans les enseignements de Samael ou il explique ceci.

Est ce que tu peux me donner le livre, peut être que je suis passé à côté.


Est ce que tu peux me dire s'il y a un livre ou Samael parle de sa relation avec son père biologique, et ses réaction qu'il a eu avec lui. Ce que j'ai pu lire dessus est assez bref et juste en aparté d'histoire.

Je suis intéressé de savoir comment il a réagit face à sa situation, pour vérifier si mon comportement ne dévie pas trop du chemin.

Merci
Hors ligne Paul
#12
Avatar du membre
Messages : 433
Enregistré le : 03 décembre 2016
Localisation : FRANCE
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Pour la transformation des impressions et la machine humaine, je n'ai malheureusement pas les livres qui en parle en mémoire, ce doit être dans un chapitre de la psychologie révolutionnaire et la grande rébellion probablement.

Malgré tout il en parle dans certaines conférences telle que celle-ci : https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr ... cience.php

Cette conférence aborde la chose de manière didactique.

Les conférences sont très bien à étudier pour aborder certaines thématiques. C'est très direct. http://www.gnosis-samaelaunweor.org/fr/ ... -evangile/

Concernant les allusions de Samael Aun Weor à son père biologique, il en parle dans les premières pages des Trois Montagnes, et dans certaines conférences. C'est tout ce que j'ai en mémoire.

Il explique que son père biologique fut dans une vie antérieure un de ses adversaire. Et cet individu décida de se réincarner en son père biologique pour se venger de lui.

Néanmoins dans les Trois Montagnes, on ne distingue aucune animosité vis à vis de son Père.

Il honore ses parents tel que le Christianisme l'Enseigne.

Les premiers chapitres des Trois Montagnes sont intéressants, je te conseil de les étudier.
https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr ... tagnes.pdf

Extrait d'une conférence où il parle de son père :

"Il faut nous convertir en créatures différentes, en créatures heureuses, en êtres joyeux car nous avons droit à la Félicité. Mais si nous ne nous y efforçons pas, comment allons-nous changer ? De quelle manière ? Voilà ce qui est grave.

Le plus important est de NE PAS NOUS IDENTIFIER avec les circonstances de l'existence. La vie est comme un film et, en fait, c'est un film qui a un début et une fin. Différentes scènes passent sur l'écran du Mental et notre erreur la plus grave consiste à nous identifier avec ces scènes. Pourquoi ? Parce qu'elles passent ; simplement parce qu'elles passent. Ce sont les scènes d'un grand film et, à la fin, elles passent...

Heureusement, sur le chemin de ma vie, j'ai toujours eu ceci comme devise : « NE PAS S'IDENTIFIER AVEC LES DIFFÉRENTES CIRCONSTANCES DE LA VIE ».

Il me vient en mémoire, disons, des situations de mon enfance. Étant donné que mes parents terrestres avaient divorcé, il nous incombait, à nous, les enfants d'une grande famille, de souffrir.

Nous étions restés avec le « chef » de famille et celui-ci nous interdisait alors d'aller rendre visite à « la chef », c'est-à-dire à notre mère terrestre ; cependant, nous n'étions pas ingrats au point d'oublier « la chef ».

Je m'échappais toujours de la maison avec un de mes jeunes frères qui me suivait ; nous allions lui rendre visite, puis nous retournions à la maison où était le « chef ». Mais, mon petit frère souffrait beaucoup car, au retour, il se fatiguait car il était très petit et je devais alors le prendre sur mes épaules (tant il était petit). Il pleurait à chaudes larmes et disait :

- Maintenant, de retour à la maison, le « chef » va nous donner des coups de fouet et de bâton. Je répondais en disant :

- Petit, pourquoi pleures-tu ? TOUT PASSE, rappelle-toi que tout passe...

Quand nous arrivions à la maison, le « chef » nous attendait, certes, rempli d'une grande colère et il nous donnait des coups de fouet. Plus tard, bien sûr, nous nous enfermions dans notre chambre pour dormir, mais là, au moment de nous coucher, je disais à mon petit frère :

- Tu te rends compte ? C'est déjà passé. Es-tu convaincu que tout passe ? C'est déjà passé ; tout passe... Un jour parmi tant d'autres, notre « chef » arriva à entendre que je disais à mon frère : « Tout passe, c'est déjà passé ». Et, évidemment, notre « chef » qui était assez coléreux, empoigna de nouveau le terrible fouet qu'il avait et il pénétra dans notre chambre en disant :

- Alors, comme ça, tout passe, espèces de mal élevés ! Puis, il nous donna une autre correction plus terrible encore, après quoi il se retira (ayant l'air très soulagé de nous avoir fouettés). Dès qu'il fut sorti, je dis un peu plus doucement à mon frère :

- Tu vois ? Ça aussi, c'est déjà passé...

C'est-à-dire que je ne m'identifiais jamais avec ces scènes ; et je pris comme devise, dans la vie, de ne jamais m'identifier avec les circonstances, avec les évènements, avec les situations, car je sais que ces scènes ne font que passer.

On se préoccupe tellement pour un énorme problème qu'on ne peut pas résoudre et plus tard, voilà qu'il passe et qu'arrive une autre situation complètement différente. Alors, pourquoi s'est-on préoccupé si ça devait passer ? Pour quelles raisons s'est-on préoccupé ?

Quand on s'identifie aux différents évènements de la vie, on commet beaucoup d'erreurs. Si on s'identifie au verre de liqueur que nous offre un groupe d'amis « poivrots », alors on s'enivre. Si on s'identifie à une personne du sexe opposé, à un moment donné, on se retrouve en train de forniquer. Si on s'identifie à un offenseur qui nous blesse avec ses paroles, on se retrouve aussi à insulter.

Vous paraît-il raisonnable que nous, qui sommes de bonnes personnes, apparemment sérieuses, nous nous retrouvions en train d'insulter ? Croyez-vous que ce soit correct ? Si on s'identifie à une scène de sentimentalisme pleurnichard, par exemple, où tout le monde est en train de pleurer amèrement, on se retrouve aussi avec une bonne provision de larmes. Croyez-vous qu'il soit correct que d'autres nous entraînent à pleurer de la sorte, parce qu'ils en ont envie ?

Ce que je vous dis est indispensable si vous voulez vraiment vous auto-découvrir. C'est indispensable parce que si on s'identifie totalement à une scène, cela signifie qu'ON S'EST OUBLIÉ SOI-MÊME ; on a oublié le travail qu'on est en train de faire ; on est alors en train de perdre totalement son temps.

Les gens s'oublient complètement eux-mêmes ; ils oublient leur propre Être Intérieur Profond parce qu'ils s'identifient avec les circonstances.

Normalement, les gens sont endormis car ils s'identifient aux circonstances qui les entourent et chacun a sa CHANSONNETTE PSYCHOLOGIQUE, comme je l'ai dit dans mon livre « La Psychologie Révolutionnaire ».

À peine rencontrons-nous quelqu'un, qu'il nous dit aussitôt : « Dans ma vie, j'ai dû faire ceci et cela. On m'a volé ; j'étais riche, j'avais de l'argent, mais on m'a trompé. Untel est le voyou qui m'a trompé » ; et voilà sa Chanson Psychologique.

Dix ans plus tard, nous rencontrons la même personne et elle recommence à nous raconter la même « chanson ». Vingt ans plus tard, nous rencontrons encore cette personne qui nous raconte à nouveau la même Chanson Psychologique. C'est sa Chanson Psychologique. Elle est restée identifiée à cet évènement pour le reste de sa vie."
Modifié en dernier par Paul le 15 janvier 2021, 19:36, modifié 1 fois.
Répondre

Retourner vers « Débutants gnostiques »