Brutus qu'il Croisa encore et encore...

Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6645
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Brutus qu'il Croisa encore et encore...

Message le

Je m'appelais alors Siméon Bleler et je me rendis en Nouvelle Espagne ; je n'ai pas l'intention de parler dans le présent chapitre de cette nouvelle vie, ni de mon existence antérieure dans le vieux Mexique de Porfirio Diaz ; je veux seulement traiter maintenant de mon actuelle réincarnation.

La Némésis de la vie dut me mettre à nouveau en contact avec ces valeurs qui, jadis, s'étaient réincorporées dans la personnalité de Brutus.

Je permis à un certain monsieur, qui avait recouvré ces valeurs, de faire quelque travail dans le temple. Beaucoup de gens l'écoutèrent, car il paraissait plein de sincérité ; il parlait de la Gnose et les gens l'acclamaient.

Mais tout à coup, quelque chose d'inusité se produit, un jour il entre dans le Sanctuaire avec une attitude agressive.

Il s'emporte, tonne, lance des éclairs !, il se met à insulter ; je me borne alors à pardonner et à bénir, puis il se retire en menaçant.

Cet Ego était revenu à ses anciennes manières ; encore une fois ses habituelles calomnies et menaces.

De telles sottises et allusions diffamantes avaient pour base certains rêves sans queue ni tête dans lesquels il me voyait allant par des chemins obscurs et commettant des délits sans fondement. Il s'avère clair et manifeste que cet esprit pervers qu'il voyait dans ses rêves absurdes était un Moi créé par lui même depuis la Rome antique.

Ce Moi de Brutus revêtait, sous ses impulsions infraconscientes, mon propre aspect, mon visage.

Il n'est pas superflu d'ajouter que l'un de ses autres Moi, ayant pris la forme de Jésus-Christ, l'avait chargé de la mission de m'assassiner ; ainsi l'avait-il affirmé, sur la place publique.

Pour me libérer de cet ennemi ancestral, il fut nécessaire de remettre l'affaire entre les mains d'Anubis, le Maître des seigneurs du Karma.

Depuis lors, Brutus s'est éloigné de moi, cela fait beaucoup de temps que je ne l'ai vu dans ce monde physique.

De ce que j'ai dit de Brutus et de ses visions de rêve, il ressort que personne en vérité ne peut se convertir en investigateur compétent de la vie dans les mondes supérieurs, tant qu'il n'a pas dissous le Moi psychologique et tous les éléments subjectifs qui conditionnent les perceptions.

Ingrat envers ses bienfaiteurs, avec beaucoup de travail comme chevalier, néanmoins Brutus accepta la Gnose et le Sahaja Maïthuna.

Sans s'impliquer dans la connaissance d'une cause, mais en tournant le dos au Gourou (Maître), il travailla dans la Forge Ardente de Vulcain, inutilement, parce que Devi Kundalini ne récompense jamais la trahison.

Même si on travaille très sérieusement avec le Yoga du Sexe, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques ne montera jamais par l'épine dorsale des traîtres, des assassins, des violateurs, des pervers et de ceux qui commettent l'adultère !.

Devi Kundalini ne pourra jamais être la complice du crime. Le Feu sacré s'élève en accord avec les mérites du coeur.

La Magie Sexuelle est fondamentale, mais sans sainteté, les réussites spirituelles ne sont pas possibles.

Brutus crut en une Kundalini mécanique et il se leurra lamentablement ; la Divine Mère est très exigeante !. Pour celui qui est indigne, toutes les portes sont fermées, sauf une, celle du repentir ; malheureusement, Brutus n'a pas voulu frapper à cette porte et le Feu sacré, au lieu de monter par son canal médullaire, se précipita vers le bas, depuis le coccyx, en se convertissant en l'abominable organe Kundartiguateur, la queue de Satan.

Une nuit étoilée, conversant dans les mondes supérieurs avec mon grand ami, le resplendissant Ange Adonaï, qui a maintenant un corps physique, je reçus une nouvelle extraordinaire :

« Un tel (Brutus), dit l'Ange, s'est éveillé dans le mal et pour le mal ».

Cela, je le constatais quelques jours après en le rencontrant dans les mondes supérieurs.

Nous conclurons le présent chapitre avec ces paroles qu'entendait en extase Daniel, le prophète de l'Eternel, et qui se réfèrent aux temps de la fin :

« Un grand nombre de ceux qui dorment dans la poussière de la terre s'éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et la confusion perpétuelle ».

« Ceux qui connaissent resplendiront comme la splendeur du firmament ; et ceux qui enseignent la justice à la multitude, comme les étoiles, pour la perpétuelle éternité ».

« Mais toi, Daniel, garde ces paroles et scelle le livre jusqu'au temps de la Fin. Beaucoup courront de-ci, de-là, et la science grandira ».

Extrait de http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/MFO21.html
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#2
Avatar du membre
Messages : 6645
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Message le

A l'époque du terrible inquisiteur Thomas de Torquemada, je me réincarnais en Espagne et ceci est une autre histoire très intéressante.

Parler de l'Inquisiteur en question et du Saint-Office ne s'avère certes pas très agréable, cependant il convient à présent de le faire.

J'étais alors un marquis très célèbre et, par malheur, je dus me mettre en contact avec cet exécrable Inquisiteur aussi pervers que cet autre qui s'appelait Jean d'Arbouse.

A cette époque-là, je rencontrais à nouveau le traître Brutus réincorporé dans un nouvel organisme humain.

Quel Comte incisif, mordant et ironique !. Il se moquait beaucoup de ma personne. Que d'insultes !. Que de sarcasmes !.

En aucune façon je ne voulais m'engager dans de nouvelles disputes, je n'avais pas envie de me fâcher. La grossièreté, la vulgarité, l'inculture de ce noble, m'étaient épouvantablement désagréables, mais je ne voulais pas l'offenser, il me semblait préférable d'éviter de nouveaux duels et c'est pour cela que j'eus recours à l'Inquisiteur.

...

Mais, au nom de Dieu !, ce moine serait-il devenu fou ?. Jamais je n'ai songé aller si loin, je ne suis venu chercher au Palais inquisitorial qu'une admonestation chrétienne pour ce comte chez qui s'étaient réincorporées ces valeurs qui jadis s'étaient introduites dans la personnalité de Brutus.


passage extrait de Marquis célèbre sous la "Sainte Inquisition" : https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... rutus#p964
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Répondre

Retourner vers « Ses vies antérieures »