Viparita Karani Mudra (rite 2)

Pranayama, posture de la table, danse des derviche, Vajroli Mudra, Viparita Karani Mudra, Mayurasana - posture du lézard...
Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Viparita Karani Mudra (rite 2)

Message le 15 mars 2013, 07:26

TR0902 Viparita Karani Mudra

Deuxième exercice ou rite
Le fichier joint figures-2-3.jpg n’est plus disponible.
figure-3.jpg
figure-3.jpg (5.64 Kio) Vu 1737 fois
Quand tu as fini de tourner et que tu ne te sens plus étourdi, tu ouvres les yeux et tu t'allonges sur le sol en décubitus dorsal, c'est-à-dire sur le dos, les pieds joints, les jambes droites, les bras ouverts en croix de chaque côté du corps, paumes vers le haut.

Tu dois à présent intensifier la concentration, intensifier la méditation sur la Divine Mère Kundalini, en lui demandant, en la suppliant qu'elle guérisse l'organe malade sur lequel tu veux qu'elle travaille. Ceux qui ne demandent pas la guérison peuvent implorer leur Mère Divine pour n'importe quel autre besoin immédiat : par exemple, pour qu'elle élimine tel ou tel Moi, tel ou tel défaut psychologique préalablement compris, ou pour qu'elle développe quelque pouvoir psychique, etc.

On a le droit de demander, c'est à ça que servent ces exercices. Etendu par terre sur le dos, on supplie et on intensifie sa prière, sa supplique, pleinement identifié avec le Troisième Logos.

Tu es toujours couché par terre, tu as formulé ta supplication, maintenant lève tes jambes, lentement, jusqu'à ce qu'elles soient dressées verticalement. Il n'est plus nécessaire que tu aies les bras en croix, aussi tu pourras retenir tes jambes avec tes mains en les saisissant par les jarrets (le creux des genoux). Tu t'efforceras de maintenir tes jambes le plus verticalement possible, mais sans lever les fesses du sol et en gardant la taille collée au plancher.

Cette posture est appelée, en Orient, le Viparita Karani Mudra. Dans cette position, le sang afflue à la tête, se précipite vers le crâne pour faire travailler certaines régions déterminées du cerveau, pour fortifier les sens, renforcer la vue, car il est indispensable d'avoir une bonne vue, renforcer l'odorat, l'ouïe, le goût.

Tu resteras un moment dans cette position, et pendant ce temps tu intensifieras ta prière à la Divine Mère Kundalini, en la suppliant, en l'implorant de t'aider à obtenir de son divin époux le bienfait dont tu as besoin, la guérison, l'éveil d'une faculté, la désintégration d'un défaut, etc.

Bon, cela suffit pour aujourd'hui, tu as fait l'exercice, tu as supplié la Mère Divine qu'elle t'amène le Troisième Logos et tu t'es pleinement identifié avec lui pour qu'il te guérisse ou t'accorde tel ou tel pouvoir ».

Ce jour là, le Maître a interrompu à cet endroit son enseignement, car il voulait que les exercices qu'il m'avait montrés se gravent très bien dans ma mémoire

lire dans le livre : https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 0Mudra.php
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Répondre

Retourner vers « Rites enseignés, exercices de lamaserie »